/>

Le vice-Président tel qu’en son royaume

Rédigé par Laurent Russier le 30 janvier 2013.

laurent_wauquiez
Photo : Fondapol
laurent_wauquiez

Photo : Fondapol

Le portrait signé par Geoffroy Lejeune “Wauquiez, confessions d’un homme pressé” (Valeurs Actuelles du 24 janvier 2013) était-il un contre-feu pour contenir les possibles ravages de l’excellent article du même “Valeurs Actuelles” du 10 Janvier 2013 ,”Le vice-président”, signé par Eugène de Rastignac ?

Une lecture attentive des deux m’a porté à le croire puis a suscité une irrésistible envie d’apporter le regard d’un témoin privilégié : des militants désireux de me voir passer de sympathisant au stade de militant engagé m’avaient invité à me joindre à eux pour la grande réunion de “l’UMP Haute-Loire” le 27 Janvier 2013, autour de “la galette des rois.” J’étais à même d’espérer pouvoir approcher la vérité sans fard d’un homme en le voyant évoluer et s’exprimer dans sa famille politique et loin des médias après l’avoir vu uniquement occupé à creuser son sillon pour obtenir au bout du bout la magistrature suprême. En somme j’avais le vague espoir de trouver quelque bonne raison d’oublier tout ce qu’avaient constaté ou subi localement les militants informés ou directement concernés par les récentes retombées de cette obsession d’avancer coûte que coûte vers le but fixé.

Si ” l’ auto-portrait” qui émerge de l’article de Geoffroy Lejeune est l’œuvre d’un politique habile, qui maîtrise parfaitement les ressorts de la communication et sait en jouer en virtuose devant les médias , je dois à la vérité et à l’objectivité de dire que cette même maîtrise aboutit à être caricaturale (mais redoutablement efficace ) dans “SA” Haute-Loire. En effet, pour qui a étudié quelque peu toutes les techniques de communication et même pour qui veut tout simplement observer avec lucidité et objectivité, il est aisé de les voir utilisées tour à tour avec un naturel de pacotille et une spontanéité étudiée .

L’envie de rire se retient alors difficilement à écouter des chapelets de poncifs et de lieux communs uniquement destinés à brosser et lustrer ses électeurs dans le sens du poil ou à le voir se courber avec un évident élan de plaisir pour embrasser ses groupies de tous âges prêtes à tomber en pâmoison devant ses tempes argentées .

Le tout avec une familiarité si “flatteuse” pour celui ou celle qui s’entend interpeler publiquement par son prénom et tutoyer comme un(e) grand(e) ami(e) de toujours !

Mais cet auto-portrait veut oublier un détail majeur : comme tous les dévorés d’ambition, Laurent Wauquiez a les dents très très longues et prêtes à mordre et déchirer tout ce qui gêne le passage.
Jusque là rien que de très commun . La première différence avec lui est qu’elles ne rayent plus le parquet : elles l’ont déjà traversé ! La deuxième est qu’elles se cachent derrière un sourire un peu appuyé mais assurément juvénile.

Je veux aussi remarquer que malgré son “grand talent” digne , pense-t-il , des plus hautes sphères, il s’accroche ( et s’accrochera) à la Haute-Loire où il lui est plus facile d’être élu qu’en bien d’autres régions et il ne viendra surtout pas se frotter à la difficulté . Courageux…mais pas téméraire !

Cela devrait le rendre plus modeste vis à vis de ceux qui ont su se faire élire et réélire sur des secteurs difficiles . Cela devrait…

La modestie (je ne parle évidemment pas de celle qu’on simule pour “accrocher le chaland” et lui susurrer “je suis des vôtres” ) lui est d’autant plus étrangère qu’il lui est facile de “faire mousser ses propos” en face d’un public qui n’est pas forcément le plus hardi pour porter la contradiction et pas toujours le mieux informé .

Libre à lui , ensuite, de se présenter comme un invincible talent porté par un amour ineffable de “ses terres” et un sens du dévouement tellement chrétien et “riche de valeurs”.

Du talent certes il en a , et aussi une très haute idée de lui-même , mais je ne suis pas certain que ce soit ce dont les Français aient le plus besoin en Haute- Loire comme à l’échelon national tant qu’il n’aura pas utilisé son indéniable intelligence à oeuvrer davantage dans l’intérêt de tous plutôt qu’au seul service de la carrière qu’il s’est déjà tracée sans se donner le temps d’apprendre à être plus vrai , plus sincère , moins férocement et obstinément égocentrique et carriériste.

Sans doute aurait-t-il besoin de se frotter à l’échec , de recevoir quelques vraies claques de la vie car il a eu “tout” trop jeune et avec trop de facilités pour que son côté “enfant-roi” despotique et méprisant sous des dehors affables , n’ait pris le pas sur ce qui aurait pu réellement et à juste titre le faire sortir du rang .

Comme quoi il ne suffit pas d’avoir beaucoup d’atouts dans son jeu, encore faut-il ne pas les griller aux ailes d’une ambition démesurée pour être trop pressée.

Ceci dit , seul les imbéciles ne changent jamais alors je terminerai sur des voeux à son intention : qu’il apprenne donc à ne plus se prendre pour le nombril du monde à qui tout serait dû et découvre que les mensonges, contournements et travestissements de la vérité pour éliminer et piétiner les adversaires se paient un jour ou l’autre “cash”… mais en monnaie de singe !

Déjà une remarque sur cet article

  1. Moi dit :

    Ce portrait au vitriol mériterait quelques arguments, exemples, anecdotes pour étayer la descente en flèche de monsieur Wauquiez qui nous est proposée ici. On est censé croire sur parole ce qui est dit dans cet “article”, et reprendre les phrases telles quelles quand on nous demande “tiens au fait, tu penses quoi de ce mec, là, Wauquiez ?”

    En tant que témoin privilégié, parti à la “rencontre” de Wauquiez sur ses terres, dans sa famille politique et loin des caméras, vous devez être à-même de nous en donner.

    -Laurent Wauquiez a une ambition démesurée, se rêve déjà président ? Ca sort d’où ?
    -Il n’emploi que des lieux communs et de vieilles ficelles de communication ? Lesquelles par exemple ?
    -Il a une très haute idée de lui-même ? Qu’a-t-il dit de si prétentieux sur sa propre personne ?
    -“Uniquement occupé à creuser son sillon” ? De quelle manière ?
    S’il vous plaît, on aimerait bien savoir. Parce que là, c’est comme de dire “Hollande est vraiment nul”. Le marteler, c’est bien, le démontrer c’est mieux !

Laisser un commentaire