/>

Mariage pour tous : nazisme, homophobie et éducation

Rédigé par abeille le 31 janvier 2013.

famille nombreuse
Photo : Patrick Peccatte
famille nombreuse

Photo : Patrick Peccatte

Comment les députés PS peuvent-ils avoir la malhonnêteté de comparer l’opposition au mariage pour tous à l’homophobie hitlérienne ? L’objectif est évidement d’éviter de considérer une réflexion fondamentale :

Comment les Pros mariage pour tous peuvent-ils revendiquer des droits à éduquer des enfants quand ils ne sont pas capables de réfléchir à la nécessité de garde fou dans la société ? Comment peuvent-ils concevoir de vivre en famille s’ils ne voient pas le danger d’accéder aux caprices de certains ? Ont-ils oublié que des bébés grandissent et que la micro société qu’est la famille doit aussi avoir ses règles de vie ?

Comment conçoivent-t-ils leurs éventuels rôles d’éducateurs ? Accéderaient-ils à toutes les demandes de leurs enfants ? Ont-ils réfléchi qu’éduquer veut dire faire grandir, faire réfléchir, envisager différentes solutions et prendre la plus favorable à long terme pour l’enfant ?

Les Pro mariage pour tous, sous le prétexte d’égalité de droits, sont-ils immatures au point de d’exiger la réalisation des caprices de certains, sans en envisager les conséquences à long terme?

Pour les parents de familles de 2 ou 3 enfants que sont de nombreux citoyens français, les pro mariage pour tous semblent des enfants immatures et capricieux !

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. Urbon dit :

    ” Les Pro mariage pour tous, sous le prétexte d’égalité de droits, sont-ils immatures au point de d’exiger la réalisation des caprices de certains, sans en envisager les conséquences à long terme ? ”

    Affirmatif, cela ne fait aucun doute.

    Hélas, c’est de nos enfants qu’il s’agit, de la jeune génération. Faudrait croire qu’on les a mal éduqué…

    En fait, l’ancienne génération, celle des parents, se sent larguée depuis longtemps.

    Pourquoi ? Parce que ce ne sont plus les parents qui décident, seuls, des valeurs à enseigner, mais le gouvernement, essentiellement par le biais de l’éducation nationale.

    Exemple : Pourquoi est-il interdit de gifler son gosse aujourd’hui ?

    Réponse : Parce que les professionnels de la pédagogie l’ont décrété ainsi.

    En fait, les parents ont commencé à refuser ce droit (la giffle) aux enseignants, parce qu’ils sentaient bien que les enseignants ne partageaient plus du tout les même valeurs qu’eux. Les enseignants se sont vengé en interdisant ce droit aux parents. C’est conflit d’intérêt, le pouvoir exercé sur les enfants par les gens qui s’occupent d’eux.

    Qui éduque les enfants en vérité ? C’est aujourd’hui un conflit perpétuel. Conflit entre les parents et les enseignants, conflit entre les papas et les mamans, finalement plus personne ne prend ses responsabilités. Les enfants sont au milieu, ils en profitent.

    Si les parents punissent leurs enfants, c’est qu’il ne les aiment pas. Si les profs punissent leurs élèves, c’est qu’il les discriminent.

    Cependant, les enseignants sont en train de gagner la guerre. Parce qu’il s’occupent des enfants, même si ils ne sont pas les géniteurs, ils estiment avoir plus de droits que les parents.

    Et l’adoption ? Bah c’est pareil, des beau-parents qui s’octroient des droits, sur ce qui n’est pas le fruit de leur amour, du fait qu’ils donnent de leur temps et de leur énergie.

    Des enfants sans repères, qui se comportent comme des petits tyrans immatures, c’est la suite logique 1968. Bah oui, beaucoup ces soixantehuitards sont devenus enseignants et ont imposé leur libéralisme sexuel. Ça n’a jamais plu à tout le monde.

    Comme par ailleurs l’industrie du divertissement (les médias) pousse au jeunisme… Aujourd’hui la boucle est bouclée, la jeune génération arrive au pouvoir avant même de devenir parent, la société n’a plus aucune cohésion mais chacun entend bien faire ce qu’il veut de son cul, quoiqu’il advienne.

    Baiser est devenu un droit inaliénable. Le reste n’a aucune importance. Après tout, les enfants ne sont-ils pas capable de s’adapter à toute les situation, même les plus dingue ? Si ce n’est pas le cas, il y aura toujours des psy pour les y aider !

    C’est ce que pense une majorité de gens, que la société doit répondre à leur narcissisme érotomaniaque.

  2. Libertad dit :

    Chez les socialistes, c’est toujours récurrent:
    Ceux qui ne rentrent pas dans leur pensée unique sont d’abord vilipendés par les médias à leur botte et les vilains récidivistes sont livrés à leurs officines de police politique (Sos homophobie, Sos racisme, mrap, ccif…) chargées de les faire condamner pénalement .

    Le mariage homo en est un bon exemple: consigne de vote obligatoire pour les députés socialos alors que les députés de droite n’ont d’autre consigne que celle de leur conscience.

    Hé oui, bolchévisme quand tu nous tiens…..

  3. SAINTE-HERMINE dit :

    je ne vois pas en quoi je serais taxé de “nazi” si je ne suis pas en accord avec le projet de mariage pour tous ; c’est vraiment du grand n’importe quoi. J’ai trop le respect pour les valeurs pour approuver pareille vilénie.

  4. […] Comment les députés PS peuvent-ils avoir la malhonnêteté de comparer l'opposition au mariage pour tous à l'homophobie hitlérienne ?  […]

  5. sous-hommes dit :

    Ils ont parfaitement raison, les amours homosexuelles sont constamment bafouées, caricaturées, réduites à un pur acte sexuel, voire animal (étrangement, tiens)… Personne ou trop peu de personnes ne tiennent compte du trouble, du sentiment, de l’intériorité, de l’amour, de la fidélité… bien des couples magnifiques durent toute une vie… Et on parle de caprice quand ils désirent des enfants ?!! Mais les gens ne pensent qu’aux backrooms, au défouloir de tous ces hommes qui sont encore trop nombreux à se haïr parce qu’on leur interdit d’être des êtres humains comme les autres, parce qu’on les diabolise, parce qu’on les infériorise en permanence, parce qu’on les prend encore pour des déviants. Autrefois, les gens se sentaient mal à l’aise devant une personne juive. Tout cela, on vous l’a appris. Réfléchissez. Il est violent d’entendre des personnes qui ne sont pas sorties d’une logique de psychiatrisation dire qu’ils préfèrent finalement sacrifier les gosses qui se suicident par milliers en se découvrant homos parce qu’ils sont traités comme de sous-citoyens, des sous-hommes ou des sous-femmes à la sexualité déviante ou inachevée quand elle est simplement différente. Assumez-le : il y a bien un rapport, vous pensez qu’ils sont malades. Ils ne sont pas plus malades que les noirs ou les juifs. Et les enfants n’ont pas besoin d’un père et d’une mère, ils ont besoin de gens qui s’aiment et qui les aiment et ils sauront et savent déjà très bien se débrouiller avec d’autres référents, oncles, amis, tantes, grand-mère. Ouvrez les yeux ou assumez qu’en vous opposant à cette loi vous êtes responsables de milliers de morts. L’amour et la parentalité n’ont pas de sexes. Il va falloir vous y faire. Et vous n’êtes pas supérieurs parce que vous êtes nés hétéros, vous l’êtes, c’est tout. Comme vous êtes certainement blancs sans davantage de mérite.

    • Urbon dit :

      @ Sous-homme

      Il ne s’agit pas d’être supérieur ou non, mais fonctionnel !

      Tu crois qu’il n’y a aucune différence entre parents biologiques et adoptifs ? Bah tu iras expliquer ça aux couples homosexuels qui se déchireront parce que l’un est parent biologique et pas l’autre, que l’un estime avoir plus de droit sur l’enfant et pas l’autre, etc.

      Tu nous prends vraiment pour des andouilles, même les homos ont des préoccupations bien terre à terre.

      Si tu as choisis de t’appeler sous homme, alors que personne ne te l’a demandé, c’est pour te faire passer pour une victime. Tu sais que tu marches au devant des emmerdes, mais tu iras jusqu’au bout. En fait, tu es ta propre victime. Ce n’est pas d’adopter des enfants qui fera d’un homo quelqu’un comme les autres.

      Alors comme çà il y a des couples homos qui s’aiment ? C’est beau… Mais si ils s’aiment, alors ils sont comblés, non ? Que demandent-ils de plus ? Tout le monde n’a pas la chance d’aimer aussi véritablement, purement, que tu le dis. Mais quand on a cette chance là, le reste n’a plus d’importance.

      La parentalité n’est pas plus importante que la reproduction. Sans reproduction, pas de parentalité. Et sans parentalité, pourquoi se reproduire ? Les deux sont indissociables.

      Vouloir couper la lien biologique qui existe entre parents et enfants, c’est bien un truc de gauchiste. Nous ne sommes pas des fourmis, nos enfants nous appartiennent (appartiennent à leur famille biologique) avant d’appartenir à la société civile qui les englobe.

      Les enfants doivent-ils tous finir à l’assistance publique ?

      Sous-homme, si tu n’as ni parents, ni enfants, à toi, il y a effectivement des chances que tu le sois… En général, ces gens là, on les retrouve sur le trottoir, à tendre la main. Ce n’est certes pas une fatalité, mais c’est bel et bien une généralité, que tu le veuilles ou non !

      Ce n’est pas la différence entre homosexuels et hétérosexuels que tu récuses (bah non, tu te bats pour le droit à la différence, n’oublie pas), c’est la différence entre les enfants que tu récuses. Entre un enfant déraciné de son milieu et un enfant qui porte toutes les espérances de ses ancêtres, oui mon colon, il y a une différence qu’on ne peut effacer. Tu le sais, alors arrête de dire des conneries.

Laisser un commentaire