/>

Une semaine en Hollandie, #27

Rédigé par nikkopol le 15 mars 2013.

hollande_montre_a_lenvers
Photo : Patrick Peccatte
hollande_montre_a_lenvers

Photo : Patrick Peccatte

Choix cornélien pour cette semaine avec le fiasco de Pépère à Dijon, Ayrault qui conseillerait presque aux franciliens de mettre des moufles… bref 7 jours de très haut niveau pour l’exécutif : petit tour de l’actualité de la semaine en Hollandie…

Tête de com’… Le président nous assène ses maitre mots qui doivent, selon ses communicants grassement payés, marquer l’action et finalement le quinquennat. Constance, Endurance, Espérance. J’en rajouterai un, s’il existait : « consternance ». Ils prennent vraiment les français pour des abrutis finis, au Château, non ? Prenez la constance, par exemple : tout le monde le dit, des chefs d’entreprise aux partenaires de la France, personne ne sait où il va, le petit lieutenant. C’est vrai qu’entre le matraquage fiscal passé et à venir sur les entreprises puis l’accord compétitivité emploi et le crédit d’impôt, cet exécutif donne de la main droite ce qu’il reprend de la gauche ! Où est la constance ? Ah, si, ne soyons pas mauvaise langue, il y en a une constance : celle de la popularité ! Il est parfaitement constant dans la chute ! L’endurance ensuite: il va lui en falloir pour rattraper son électorat qui se barre en courant ! Les classes populaires sont parties, la gauche du PS l’abandonne par bastions entiers, et il n’a pas encore annoncé la douloureuse aux titulaires de la fonction publique, fidèles parmi ses fidèles… Le pompon est atteint avec l’espérance ! Non mais il se rend compte qu’il est aux commandes ? Il se rend compte que c’est son action qui nous met dans le mur ? Et il espère quoi ? Un miracle ? Remarquez, il a raison d’y croire, aux miracles : il a été élu président de la République…

La chute, toujours. Cette semaine, c’est Le Point qui envoie l’artillerie lourde sur l’ambulance de l’exécutif. Le baromètre, d’abord. Avec 31% d’opinions favorables et 64% de défavorables, l’hebdo n’avait jamais vu atteint un tel plancher… C’est vrai que le mois de février a été particulièrement réussi pour Normalito : croissance nulle, déficits à la dérive, chômage qui explose avec 1500 nouveaux chômeurs chaque jour… Vous rajoutez des soldats qui commencent à tomber au Mali et les ballons d’essais des charlatans qui occupent les ministères sur une taxe machin ou une taxe bidule… vous obtenez un mois détonnant pour les pieds nickelés au pouvoir.

La Cote d’alerte en Cote d’Or : D’ailleurs, pour essayer de faire quelque chose contre la vertigineuse dégringolade qui devrait bientôt le conduire à trouver lui-même des gaz de schistes, Pépère, comme on le surnomme à l’Elysée, s’est rendu à Dijon à grand renfort de télés, radios, journaux… Bref, tout ce que le royaume compte de courtisans à carte de presse était aux premières loges de ce barnum normal chez son vieux copain Rebsamen. Comme une sorte de pied de nez de la vraie France à son éternel courtisan, l’opération de com’ lui a simplement pété à la tronche. Les journalistes restés dans leur rédaction, frustrés sans doute de ne pas avoir pu être du voyage, balancent : « opération manquée à Dijon » selon le Monde, « le fiasco médiatique » pour le Huffington… Même Libé essaie de ne pas nier la réalité : « Hollande au contact des interrogations et inquiétudes des français », c’est dire si l’effet est désastreux. En même temps, il faut dire ce qui est : les encartés socialistes sur tous les chemins empruntés par Normalito se sont vus et ça c’est su. Puis quelques vrais français lui ont expliqué leur façon de penser, en l’interpelant vivement, notamment une très insultante question « Mr Hollande, elles sont où, vos promesses ? » qui a valu à son auteur une expulsion manu militari de la zone présidentielle… Dommage pour le service de presse, les images ont fait le tour du web en quelques heures ! Plus tard, en sortant d’un café, en proposant à une dame une photo avec lui, la courageuse a refusé, expliquant « qu’on le voyait déjà trop à la télé »… Le débriefing a du être compliqué, puisque le bricolo a estimé le lendemain matin que tout français pouvait l’interpeler. Sans problème. Normal, quoi. J’imagine la mise au point de Sérillon : « Bon, les gars, la prochaine fois, prenez les bons encartés socialistes, hein ! Parce que si vous prenez les mecs de l’aile gauche du PS, franchement, on ne va pas s’en sortir… »

Le roi fainéant… En fait Pépère assigne un objectif, un seul, à ses déplacements, qui illustrent une nouvelle stratégie de com’ : après le mec normal, puis le président-petit lieutenant au Mali, le revoilà en mec qui prend le train. Bref, en campagne. Son déplacement bourguignon, ça faisait un peu comme le lycéen qui donne rendez-vous à sa copine du moment pour la « larguer »… Parce qu’il ne faut pas se tromper : pépère fait ses déplacements dans un seul et unique but : avouer à la France qu’elle est cocue, que son programme est inapplicable, qu’il doit finalement appliquer le programme de Sarkozy et que ce n’est qu’à cette condition qu’on s’en sortira. Après, toute la différence est dans le style. Le mec sympa par opposition à l’excité qui l’a précédé. Il l’a d’ailleurs avoué : « Moi, on peut m’interpeler ! ». En clair, ça veut dire « marchez-moi dessus »… Bon, à voir ses nanas, on se doutait un peu de son goût prononcé pour la fessée.

La France cocue : 1° arrêt du grand Hollande-Tour-de-la-lucidité : Dijon. Ici, on dira une seule chose : les 3% de déficits ne seront pas tenus. « Nous serons probablement à 3,7% de déficits en 2013 ». Ca peut être pire… Pour se renier, mieux vaut être loin de Paris, chez des amis. On se sent aidés… Mais rappelons-le : il a été élu sur l’idée que la situation était de la faute de Sarkozy et qu’il suffirait qu’il parte d’abord et de faire payer les riches ensuite pour que tout aille mieux. Et en réalité, c’est pire : croissance arrêtée, économie en lambeaux, confiance zéro, français au bord de la rupture, chômage qui explose et augmentation des déficits. 10 mois après, Pépère reconnaît enfin une crise mondiale (1° virage à 180°), même si les autres commencent à s’en sortir et que nous on plonge, que notre économie souffre d’un défaut de compétitivité (2° virage à 180°) et qu’il va falloir passer par une baisse drastique de la dépense publique (3°virage à 180°). Bref, le programme de son prédécesseur. Sauf que s’il voulait assumer ces virages, il irait chercher les 50 Milliards d’économies par an, économies possibles dans les dépenses publiques, et il ne se contenterait pas d’enfumer son monde avec de fausses économies de 5 milliards qui ne sont que des redéploiements : prendre ici pour financer là, à savoir ses promesses en bois qui ne satisferont au final qu’une petite clientèle. Ça sent le sapin, et pas son copain.

Rebsamen, amène la monnaie…: Dans la série « Élu au-dessus de tout soupçon », forcément, quand on est à gauche, le maire PS de Dijon vient tout juste de démissionner du conseil d’administration de Dexia, la banque des collectivités locales, au bord du gouffre puisque le l’état a déjà du la refinancer à hauteur de 6 milliards d’euros. Officiellement, Rebsamen manque de temps. Officieusement, une telle présence devenait gênante puisqu’il touche des « jetons de présence » pour 3 à 4 réunions par an, lesdits jetons s’élevant à 20 000 euros. Donc c’est l’histoire d’un cumulard (sénateur et maire), qui siège au CA d’une banque privée, qui est rémunéré à ce titre à hauteur de 20 000 euros par an alors même que ladite banque aurait du déposer son bilan sans le renflouement de l’état, c’est à dire grâce à nos impôts. Euh, on vote quand à Dijon ? Et moi je serai pour qu’on accorde le droit de vote à Dijon aux non-dijonnais… Histoire de faire un test, quoi, avant de voir plus grand…

NKM bien taper là où ça fait mal : en commentant cette bucolique virée chez ses amis bourguignons, NKM a invité le président à ne pas se tromper de campagne. « Bienvenue dans la réalité » lui a t-elle lancé sur une radio nationale mardi. Au journaliste qui lui rappelait les déplacements houleux de Sarkozy, elle a eu cette réponse, imparable : « cela n’a rien à voir de se faire siffler parce qu’on mène des réformes courageuses et impopulaires et se faire huer parce qu’on a menti »… Enfin à une voix qui porte à droite ?

Les votations des petits Suisses : la confédération helvétique est la cible de toutes les louanges de nos dirigeants socialistes parce qu’elle a eu la brillante idée d’organiser un référendum (une votation comme on dit là-bas) sur les parachutes dorés. Un bel exemple pour notre Prof d’Allemand national, Jean-Marc le Nantais. Juste un rappel, bonhomme: ce sont les mêmes que tu traitais de racistes, de populistes, de nationalistes lorsqu’ils organisaient un référendum sur la question de savoir s’il fallait limiter la construction de minarets en Helvétie ! Votre problème n’est pas que vous n’ayez aucune dignité, c’est qu’on ait de la mémoire…

Une ordonnance, et une sévère : on a appris mercredi que Pépère avait pris conscience de la lenteur de l’administration du pays. C’est un peu comme le ronfleur réveillé en sursaut par ses propres ronflements… Et que donc il ne s’interdisait pas de légiférer par ordonnance, pour aller plus vite ! Donc des lois adoptées sans le passage devant le Parlement. Donc pour Pépère 1er, la démocratie est plus un frein à la réforme que sa majorité finissante, que les khmers verts, que les syndicats marxistes, que la gauche dure, que les profs, que la haute fonction publique… Ce qu’il y a de bien quand on n’a aucune estime de soi, c’est qu’on n’a pas besoin de s’emmerder à s’adresser à l’intelligence de ses concitoyens.

Ordonnance toujours : En fait, on voudrait aller vite sur les questions d’urbanismes et de logement. Il paraît que ce secteur est sinistré, qu’on ne construit plus. Ha bon ? Mais pourtant on a tout fait pour encourager la construction, non ? Surtaxer la multipropriété immobilière, massacrer la transmission du capital immobiliser via des droits de succession prohibitifs, parler de réquisitions arbitraires, évoquer des condamnations avant que les peines soient rendues par les tribunaux compétents pour des propriétaires peu regardants sur la salubrité des biens qu’ils louent… Et ça, vous pensez que ça ait pu décourager les gens d’investir dans la construction ? Sans blague ! Réjouissez-vous, tas d’incompétents, la politique a encore un rôle et elle peut influer sur le comportement des citoyens : quand on prend des dispositions débiles, les citoyens adoptent la stratégie d’évitement. Duflot, puisque c’est elle dont il s’agit, a réussi en quelques mois, à arrêter complètement la construction immobilière en France. Duflot qui réussit la prouesse de rassembler dans un même personnage incompétence, incohérence et inconséquence. Pour ça, on serait tenté de la mettre sous cloche mais ça ferait un peu poupées russes…

Ayrault à point nommé, euh non, à point fermé. Dans la nuit de lundi à mardi, ce fut un « épisode neigeux » comme tous les hivers en connaissent. Et comme souvent en pareil cas en France, c’est la panique sur les routes et dans les transports, notamment à Paris. Comme à chaque fois, les télés rebouclent sur les voitures qui dérapent, les gens pas contents, et les petits enfants qui font des boules de neige. D’ailleurs, on doit leur apprendre ça en école de journaliste : toujours finir un reportage bien anxiogène sur la neige par une image de bonhomme de neige ou de bataille de boules de neige avec cette voix off : « La neige n’a pas fait / que des malheureux ! » Et donc on s’est rappelé, mardi en début d’après midi, qu’on avait un type dont le job était « premier ministre ». Ce type sans charisme sans allure a donc visité un centre de contrôle routier pour annoncer « 2 priorités : l’électricité et les naufragés de la route ». Plus de 12 heures après le début du bordel, t’es dans le bon tempo, bonhomme ! Pire, dans l’après midi, ses équipes qui ont du décider de lui savonner définitivement la planche, publie sur le compte twitter de @jeanmarcayrault : « #neige : je conseille aux français travaillant dans les départements touchés de rentrer chez eux plus tôt cet après-midi ». Il touche le fond mais il creuse encore…

Le Point sur le i : D’ailleurs l’hebdo Le Point enfonce le clou cette semaine sur le « mystère Ayrault ». Le type n’existe définitivement pas. Il n’imprime pas, comme on dit en communication. C’est vrai que le week end dernier, il a eu une double opportunité d’affirmer son autorité et il devait être bien au chaud dans ses pantoufles au coin du feu dans la banlieue nantaise, à relire un vieux numéro de Pif Gadget en allemand. Jugez plutôt : c’est d’abord l’inconnu Lurel qui porte la voix de la France et qui trouve le corps de Chavez dans son cageot « tout mignon »… D’ailleurs, même Hidalgo-la-sage, qui fait là où on lui dit de faire, y est allée d’un courageux « je pense que ces propos seront démentis dans la journée ». Pourtant, Hidalgo, vous pouvez y aller, elle ne se mouille pas pour rien. Vous savez, c’est elle qui téléphone à Delanoë avant de vous répondre quand vous lui demandez si elle va bien… Bref, aucun démenti. Plus tard, c’est Valls qui se voit déjà à Matignon tellement il n’y a personne actuellement qui porte la voix du quinquennat et qui explique l’action de son président… Dans les 2 cas, le prof était fondé pour intervenir. Raté. Il doit attendre sa lettre de sortie et ses indemnités tout en se disant qu’il négociera la Citroën pour 6 mois… Après tout, il aura sa tronche dans Wikipédia. Pour un prof d’allemand à la retraite de la banlieue nantaise, c’est pas si mal.

Gouverner, c’est prévoir. Mais ça c’était avant. Avec Normalito, c’est plutôt essayer de corriger les conséquences dévastatrices des décisions, iniques, qu’on a prises quelques semaines auparavant. Bienvenue en Hollandie…

Bon week end et bon courage…

Déjà 13 remarques sur cet article

  1. Urbon dit :

    On a un nouveau Pape. D’abord il n’est pas noir, ensuite il est sud américain mais il n’est même pas péruvien, et sur le fond il n’est pas du tout mais alors pas du tout progressiste, un jésuite, c’est un vrai de vrai !

    Au moins une bonne nouvelle cette semaine.

    • Urbon dit :

      Ha bah ça y est, la gauche accuse déjà le nouveau Pape de collusion avec le fascisme ! Ils vont nous faire le coup à chaque fois…

  2. amazonia dit :

    EN FRANCE ? SOUS LE REGNE DE HOLLANDE 1ER ?
    PARIS = capitale des soit disant droits de l’HOMME ? pas tous!
    depuis des décennies des manifestations dans nos rues et nos avenues a PARIS ? Manifestations NON autorisés ! des milliers de hors la loi ! sans papiers , faux papiers ou des double nationalité ? QUI HURLENT / VOCIFERENT /INSULTENT ? LA FRANCE .Des islamistes qui profèrent des menaces de mort sur les champs élysées ? +Drapeaux étrangers ++
    Uu gouvernement de petits bras ! qui à l’outrecuidance de refusé une manifestation de FRANCAIS ? PAPA/MAMAN / ENFANT / GD PERE+ GD MERE ? manif familiale interdite ? CHEZ NOUS DANS NOTRE PAYS LA FRANCE ? 24 MARS TOUS A PARIS = champs élysées ( interdit )
    ouvert uniquement pour ISLAMISTES DANGEREUX AYANT KALACHNIKOVS OU BOMBES ? elle est pas belle la vie ? A PARIS
    la nouvelle FRANCE DE HOLLANDE 1ER .

  3. Libertad dit :

    Excellentissime, comme d’habitude !

    ” Hollande, c’est le 1er secrétaire (du PS) qui a tout raté”

    P. Moscovici-les meilleurs ennemis

  4. katlen dit :

    OUI Amazonia, c est une Honte.,et vous avez raison..interdiction de manifeste a Paris…Alors allons a la Bastille….

  5. Urbon dit :

    La neige… Comme d’hab, la plupart des gens ont pu se rendre à leur travail, ils ont pris sur eux. Sauf ceux qui dépendent des transports en commun et qui n’ont pas pu s’organiser !

    Le seul vrai problème, avec la neige, ce sont les camions qui sont bloqués et l’approvisionnement qui vient à manquer. Si cela devait durer toute une semaine, les supermarchés seraient vides avant peu.

    Cependant, si on comprend qu’une laitue hydroponique doivent faire une ou deux centaines de kilomètres pour finir dans une assiette, c’est quand même moins évident de comprendre qu’un salarié doivent voyager autant que la laitue, pour se rendre à son travail. A toujours repousser plus loin la banlieue dans les champs et sans modifier l’implantation centralisée des entreprises…

    Si la neige peut paralyser un village-dortoir tout entier, pas difficile d’imaginer les ravages du chômage. Quand l’essentiel d’une population rurale dépend d’une seule et même usine, vaut mieux pas que l’usine plie bagage. Ha bah maintenant, pour trouver du travail, faudra monter jusqu’à la capitale !

    Mais puisqu’on vous dit qu’en train, c’est super rapide et pas cher… Les jours de beau temps.

  6. Urbon dit :

    Les stratégie d’évitement…

    Le PS a bien compris de quoi il s’agissait. C’est pourquoi avant de faire voter une loi, on fait voter ses conditions d’application. D’abord l’homophobie, ensuite le mariage gay. Il n’y a pas d’objection de conscience qui vaille…

    Si le PS veut gouverner par ordonnance, ce n’est pas pour faire les choses dans la précipitations. D’ailleurs, ce faisant, il temporise sur sur le droit de vote des immigrés. Non, c’est pour pour passer outre l’avis de la population. Voter une loi et régulariser une situation, ce n’est pas la même chose.

    Le mariage homo, c’est la régularisation des familles homoparentales. Les sales de shoot, la régularisation des toxicos. Mais quand on a rien à régulariser, ou que c’est trop difficile à expliquer ? On ordonne puis on régularise la situation administrative. Explication : L’administration ne pouvait fonctionner autrement, c’est dans sa nature… Comme il est dans la nature de l’homme de s’enculer pour faire des enfants ou d’immigrer sans sa famille pour mieux la financer dans son pays d’origine.

    Esclave ? Ha mais non, de quoi ? De ses passions ? Liberté sexuelle. De sa misère ? Liberté de regroupement familial. C’est justement pour éviter ça, l’esclavage, qu’on se retrouve, en France, avec des familles ultra-nombreuses d’immigrés qui ne veulent pas vivre en France. Qu’on se retrouve avec des homosexuels qui ne veulent pas être comme des hétéros de base, avec une vie de beaufs, mais qu’on incite à faire des enfants, à réformer l’éducation, etc.

    Alors le thème du logement dans tout ça ? Difficile de régulariser la situation des gens qui dorment à la rue, sinon en leur laissant planter des tentes. En fait, ce qu’on veut faire, c’est empêcher les expulsion de ceux qui ne payent pas leurs loyers. Et c’est impossible de faire voter ça ! Donc par décret, on empêche, provisoirement, dans l’urgence, les expulsions. Et plus tard, on fera voter ça, pour régulariser la situation administrative de l’état qui sera mis au pieds du mur assez vite. Et forcément, on trouvera un financement pour dédommager les propriétaires, comme les APL directement touchées par les propriétaires… Par exemple. On verra bien.

    Louez donc à un mange merde, l’état prend tout en charge. Et quand le logement tombera en ruine, il y aura toujours un investisseur immobilier spécialisé dans le logement non durable, pour racheter. En attendant, on ne vous laissera de toute façon pas le choix !

    Qu’il n’y ait plus de terrains constructibles, sinon au milieu des champs, ça ce n’est pas un problème, non… Et certainement pas en rapport avec l’immigration, non plus… Imaginez qu’on commence à parler de choses qui fâchent à l’Assemblée Nationale ?

    On ne va quand même pas démolir des villes historiques comme Paris pour en faire des mégalopoles à gratte-ciels, surpeuplées. Les cités, c’est en dehors des villes !

    Mouarf…

    L’urgence des sans abris, si on ne fait pas de logement… Mon cul.

    Et qui cédera quoi pour qu’on les fasse, les logements ? Les agriculteurs, les champs qui nous nourrissent ? Ou plutôt les vieux proprios qui maintiennent en état leur patrimoine ? Je vous laisse deviner, mais j’ai comme dans l’idée que chacun en prendra pour son grade !

  7. Urbon dit :

    Petite info fdesouche :

    “C’est une révolution, dans un pays où 38% des élèves redoublent au moins une fois dans leur cursus. Les députés ont adopté cette nuit un amendement du PS qui prévoit que le redoublement doit être exceptionnel.”

    Les élèves sont nuls, il faut bien accepter la réalité, on légalise la nullité à l’école. Pour ça, pas besoin d’ordonnance, de toute façon il y a longtemps que les profs donnent le bac à n’importe qui ! L’idéologie sociale, socialiste même, est devenue le gagne pain des enseignants depuis un bail.

    Le principe est toujours le même, on part de l’acceptation d’une réalité et on en fait un enjeux politique, histoire de brasser de l’air.

    Mais quand le problème est sérieux, dans une atmosphère abrutissante où plus rien n’est faisable sans une justification réelle, quitte à justifier l’injustifiable, l’idéologie a du mal à trouver sa place. Pour travailler confortablement, les socialistes doivent d’abord modifier les comportements, ensuite les mentalités… L’ordonnance, c’est ça. La justification pragmatique d’une prochaine législation purement idéologique.

    • Zadig dit :

      Pour ma part je rajoute, à ce très bon résumé, une info sur les Roms, un article-lettre à Vals résume la situation, mais mieux 2 petites vidéo, vraiment à voir. Je ne pensais pas qu’on en était déjà arrivé là ! C’est vraiment dramatique !

      Le problème des ROMS devient effarant ! 250 camps rien qu’en Seine St Denis , 100 000 vivent déjà en France… et ils sont plusieurs millions en Roumanie à attendre que celle-ci rentre dans l’espace Schengen en 2014….pour venir dans le pays d’Europe qui offre le plus d’aides sociales : la France !

      Quelle autre solution que de sortir d’urgence de l’espace Schengen ?

      http://ripostelaique.com/m-valls-debarrassez-nous-des-campements-de-roms-au-plus-vite.html

  8. hugain dit :

    Brillant, comme chaque semaine. Merci Nikkopol.

    Rien à voir mais les gros medias en ont dit tant de mal que ça m’en donné envie de l’acheter, j’ai le bouquin de Laurent Obertone. En plus, il est interessant….

  9. Libertad dit :

    Après le maire de Nîmes, UMP, poursuivant Julien Sanchez, conseiller FN du Gard pour 2 remarques Facebook de militants à propos de l’islamisation de la ville…

    “Quatre identitaires ont été « expulsés » manu-militari peu après l’ouverture du conseil municipal de Nice ce vendredi matin.
    Ils s’étaient introduits dans le public de l’assemblée et avaient crié: « Estrosi complice, pas de mosquée à Nice ».
    « Le parquet a d’ores-et-déjà retenu l’incitation à la haine raciale contre ces individus » a annoncé plus tard le député-maire de Nice”. Nice Matin

    Quelques infos donc :
    1-« l’incitation à la haine raciale » : L’islam est donc une race selon les petits juges rouges,
    2-Si toute la Gôche est cathophobe, (ses médias, sa maçonnerie, ..jusqu’à ses Femen encensées qui foutent le b..del à Notre Dame de Paris, sans poursuite), il est donc strictement interdit, en France, d’être islamophobe …sous peine de poursuites,
    3-Estrosi est UMP, ce qui confirme que l’UMP = le PS = UMPS…
    et que cela fait 30 ans que ces islamo-collabos vendent et ruinent la France par la mondialisation, l’Europe, la suppression de toutes frontières, etc…

    IL est vraiment plus que temps de virer tous ces toquards !

  10. daniel pilotte dit :

    Se president francois hollande n etant pas le mien il cumule les contradictions il est a la botte des lobby gays etc … Il meprise les commercants les artisans les agriculteurs les ouvriers ….. En 2014 les sociales perdront des mairies les gauchistes seront minoritaires la mitterrandie est H S ils vont subir un coup de jarnac

Laisser un commentaire