Autorisation de construction d’un EPR français en Angleterre

hinkley_point
hinkley_point
Photo : crowcombe al

Les autorités anglaises viennent de concéder à EDF un permis de construire pour les deux réacteurs de type EPR d’Hinkley Point C. Ce permis de construire est le premier accordé par l’Angleterre pour une centrale nucléaire depuis 1995.

Cette autorisation a été accordée  à EDF Energy (filiale britannique d’EDF) par la Chambre des communes le 19 mars. La centrale Hinkley Point C viendra rejoindre les deux premières centrales de ce site du sud-ouest. Elle sera composée de deux réacteurs EPR, disposant, en tout, d’une puissance de 3.260 MW, ce qui correspond tout de même à 7% de la consommation électrique totale de la Grande-Bretagne.

«  La décision d’accorder à EDF Energy l’accord pour construire une nouvelle centrale nucléaire à Hinkley Point est la concrétisation de 3 années de construction avec les collectivités et une année d’études par le UK Planning Inspectorate », a déclaré le groupe français dans un communiqué.

Les chantiers de construction de cette future centrale devraient embaucher environ 25.000 travailleurs et 900 salariés permanents seront ensuite employés pour l’exploitation du site.

Le ministère anglais de l’Ecologie et de l’Energie a expliqué que cette centrale était conçue pour rester 60 ans en activité et qu’il s’agira de “l’une des plus grandes centrales électriques du royaume“.

Le directeur général d’EDF Energy, Vincent de Rivaz, s’est exprimé sur cette décision : « Cette décision offre une grande opportunité de fournir des avantages énormes au Royaume-Uni en termes d’emplois, de compétences, de réduction des émissions de carbone et de sécurité énergétique future. Nous sommes prêts à livrer alors qu’une immense chaîne d’approvisionnement se tient prêt » .

Cependant, l’autorisation de la chambre des communes ne constitue qu’une étape dans la réalisation de ce projet qui ne sera possible que si l’énergéticien français et l’état britannique trouvent un accord sur les prix de rachat de l’électricité. Sur ce sujet également, Vincent de Rivaz est confiant, il considère que les partenaires devraient “parvenir rapidement à accord“.

 

 

 

On vous recommande

A propos de l'auteur britain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.