Cessions télécoms : Vivendi se donne du temps

vivendiMalgré des offres en préparation pour sa filiale Maroc Télécom, Vivendi ne souhaite pas se précipiter dans sa stratégie de désengagement de ses actifs du secteur des télécommunications. Une stratégie payante à quelques jours de l’assemblée générale du groupe ?

Si Vivendi souhaite se séparer à plus ou moins court-terme de ses participations dans les télécommunications (à l’exception du français SFR), hors de question pour le groupe français de « brader » ou de « sous-vendre » ces actifs.

Deux dossiers sont hautement sensibles ces derniers temps dans les couloirs de Vivendi : Maroc Télécom et l’opérateur brésilien GVT. Deux filiales du groupe français qui n’entrent plus dans le schéma stratégique du groupe (qui a choisi de recentrer ses activités sur les médias et les contenus) mais qui ne sont pas pour autant dénuées de valeurs. Loin s’en faut !

GVT est l’un des opérateurs les plus dynamiques et les plus ambitieux du Brésil et Vivendi réclamerait, selon les médias spécialisés, jusqu’à sept milliards de dollars pour céder sa filiale. Des discussions avec l’américain Direct TV ont d’ailleurs récemment achoppé sur le montant de la transaction (Direct TV ne proposait que 6 milliards de dollars).

La situation est en revanche beaucoup plus avancée pour Maroc Télécom et des négociations devraient être lancées dans les prochains jours. Le principal opérateur téléphonique marocain attise les convoitises de plusieurs investisseurs tels que Ooredoo (Qatar), Etisalat (Emirats Arabes Unis) ou MTN (Afrique du Sud). Selon des informations parues dans la presse, Etisalat aurait d’ores et déjà bouclé un financement à hauteur de 8 milliards de dollars pour mettre la main sur Maroc Télécom.

Aucune annonce officielle ne devrait toutefois intervenir d’ici l’Assemblée générale de Vivendi qui se tiendra le 30 avril, mais l’avancée des négociations et les projections des analystes financiers sur le cours de l’action semblent justifier la sérénité du groupe sur ces dossiers.

On vous recommande

A propos de l'auteur notre équipe

2 réactions à “Cessions télécoms : Vivendi se donne du temps”

  1. Un abonnement téléphonie-internet, c’est tellement pas cher de nos jours… Faut vite faire payer quantité de services à la con pour compenser !

  2. En plus selon l operateur si vous etes un bon client vous avez la possibilite d avoir un telephone et un ordi pour une somme derisoire je ne critique pas Vivendi etant donne que je suis chez un autre concurrent .

Répondre à daniel pilotte Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.