Une semaine en Hollandie, #34

Rédigé par Nikkopol le 17 mai 2013.

hollande_montre
Photo : Patrick Peccatte

hollande_montreUne double semaine, cadeau d’anniversaire oblige, qui s’est conclue en fanfare dans l’allégresse politico journalistique d’une conférence de presse surréaliste. Petit tour d’horizon, une fois n’est pas coutume, de 2 semaines en Hollandie…

Le service après-vente du petit lieutenant : mercredi, Pépère était à Bruxelles pour prendre ses instructions : il a pris sa fessée sur les non réformes qu’il mène depuis 1 an et c’est donc tout naturellement que jeudi, il a assuré la seconde couche auprès des gratte-papier français. France Inter, par exemple, n’a vu que volontarisme et capacité de mobilisation d’un président français en passe de réussir son pari de réorientation de l’Europe. A se demander si radio-PS n’avait pas envoyé son équipe à Cannes plutôt que dans la capitale belge. En tout cas leur capacité à se raconter de belles histoires et à y croire eux-mêmes est absolument faramineuse ! Mais l’important n’est pas dans le fait de montrer comment la presse aux ordres recrache la purée que lui serre Sérillon. Non, l’important est d’écouter ceux qui savent et connaissent les vrais chiffres : Barroso par exemple, a précisé cette semaine que notre pays dépensait plus pour sa dette que pour l’éducation de ses enfants… C’est une donnée intéressante, non ? Barroso, qui ne portait pourtant pas Sarkozy dans son cœur, a souligné, narquois, les efforts du président précédent pour ramener le déficit entre 2009 et 2012 de 7,5 points de PIB à 3,7 ! Comprenne qui pourra…

Le summum au poker ? Faire tapis les poches vides : Pépère s’est donné le beau rôle devant ses copains journalistes. De promesses de campagnes, telles que réduire le nombre d’élèves en décrochage scolaire par 2 sans aucune indication pour y arriver, à l’incantation quasi religieuse de sa déesse croissance sans qu’il ne fasse rien pour la stimuler, ce fut une longue litanie d’autosatisfaction. On notera une différence sémantique subtile mais de première importance : le « j’inverserai la courbe du chômage d’ici la fin de l’année » est devenue « la courbe du chômage peut s’inverser d’ici la fin de l’année » (tiens, ce n’est plus son engagement personnel…) à condition que la croissance en Europe revienne… Endossant les habits de la petite Bernadette Soubirou qui a vu la vierge à Lourdes il y a quelques années maintenant, Pépère veut croire que les efforts fait par les autres autour de nous porteront enfin leurs fruits et que la croissance viendra sans qu’il soit amené à faire les réformes douloureuses pour son électorat. Mais comme Merkel, Cameron et cie devaient être devant leur télé hier après midi, il a dû leur lâcher du lest : il y aura une réforme des retraites avec allongement de la durée de cotisation donc de l’âge de départ à la retraite ainsi qu’une convergence des différents régimes… Reprenant ainsi dans ses 2 principes clefs la réforme Woerth de 2010. Il a oublié, Pépère, qu’il manifestait alors sous les drapeaux rouge, contre une réforme injuste, inepte et violente. Mais ça c’était avant.

On ne change pas une équipe qui perd : Le Monde cette semaine soulignait la « malchance » d’un président poursuivi par la crise. Ils sont gentils à Auguste Blanqui, siège de ce vénérable organe socialiste, mais ils font une analyse bien particulière. Comme si les décisions prises (matraquage fiscal,…) tout comme l’esprit revendiqué par ce gouvernement (tiens d’ailleurs on n’entend plus Duflot : peut être qu’après avoir arrêté le secteur clef de notre économie dont elle a la charge, le logement, on lui a éteint la lumière…) n’avaient aucun effet sur la vie du pays. Comme si cette bande de bras cassés n’était responsable de rien, comme si la crise était de la faute d’à peu près tout le monde autour de nous et avant nous, mais surtout pas de nous. Ils se donnent du mal, quand même, au Monde, pour aider le petit lieutenant… Donc on ne change rien, surtout pas d’équipe, tout va si bien ! « Ayrault est loyal et désintéressé » : la compétence, c’est donc quand on ne brigue pas la place de son patron, qu’on n’a aucune ambition. Pépère DRH, on rigole… « Il y aura remaniement mais pas maintenant ». En clair ? Oui, cette équipe pose problème. Mais non, ce n’est pas la peine d’en changer maintenant, on peut continuer encore un peu avec ces branquignoles… Chacun jugera…

Pas à une monstruosité près. Dans sa litanie d’autosatisfaction médiatique, il s’est réjoui d’une situation européenne stabilisée. Il a même raison de dire que la zone euro a été stabilisée mais il n’est absolument pas légitime à le revendiquer. Et puisque les journalistes payés pour faire leur métier ne le font pas, rappelons ici que les mécanismes de stabilité (MES), l’attitude plus pragmatique de la Banque Centrale Européenne, les taux d’intérêt extrêmement bas, l’effort de régulation budgétaire et bancaire, tout cela était contenu dans le traité négocié six mois avant l’arrivée de François Hollande, traité qu’il a pourtant combattu pendant sa campagne. Son seul mérite est d’avoir accepté ce traité, s’asseyant sur une de ses promesses qui l’avait fait élire. Quant aux taux d’intérêt généreux, ils sont dûs à la garantie triple A que nous apporte l’Allemagne et à l’afflux de liquidités créé par le Japon… Autant dire qu’il n’y est pour absolument rien dans cette conjonction de facteurs favorables. Pire, il n’a pas hésité à clamer que la France avec lui avait retrouvé sa crédibilité budgétaire ! Mais il se moque de qui ? La veille, il était à Bruxelles pour négocier un report d’échéance ! Imposture ! Je crois que la vraie moralisation de la vie publique ne sera envisageable qu’avec la destitution de ce pleutre !

« La vérité n’est ni de droite ni de gauche ! » tiens tiens ! Ainsi, Pépère a fini d’endosser le programme présidentiel de son prédécesseur. En synthèse de son service après vente, on peut retenir qu’il a fait siennes, 1 an après, les solutions sarkozystes : la recherche de compétitivité des entreprises, la flexibilité, le sérieux budgétaire, la réforme des retraites sont nécessaires. Ce qui va lui valoir de sérieuses discussions avec ses parlementaires… Il n’a pas fini de les inviter dans les somptueux jardins de la Maison de l’Amérique Latine !

Vérité médiatique. On l’a déjà souligné ici ; le pouvoir socialiste tient sa supériorité et finalement sa survie par les nombreuses officines qu’il entretient et qui lui sont acquis non seulement dans les medias mais surtout dans les corps intermédiaires et autres organismes d’état ou assimilé. Ainsi l’INSEE qui publie des rapports sans aucun contrôle, sans que personne ne mette en cause ses modes de calcul. Cette semaine, l’organisme national de statistiques a publié très officiellement le chiffre de l’évolution du pouvoir d’achat de 2012. Cette dévolution est négative, de l’ordre de 0,9%. Or, si l’on se penche sur la méthode de calcul, on se rend compte qu’il est au mieux incomplet au pire malhonnête. En effet, l’indice compare le revenu brut des français et la hausse des prix à la consommation mais sans tenir compte de la hausse de la population. Si le revenu augmente moins vite que la population, et bien le revenu par habitant baisse. Ca peut paraître idiot mais les types de l’INSEE dont c’est le métier n’y ont pas pensé. Pire, toutes les dépenses contraintes ne rentrent pas non plus dans le calcul ! A savoir : loyers, assurances, énergie (essence, Diesel, EDF et GDF), télécoms,… Comme si le pouvoir d’achat englobait l’ensemble des revenus non amputés de ces dépenses, obligatoires pour chacun d’entre nous ! Foutaise ! En étant honnête et professionnel, on intégrerait ces données et on aboutit à une chute du pouvoir d’achat des français de plus de 4% ! Alors quitte à raconter n’importe quoi, je suggère à l’INSEE et à ces experts grassement payés de nous pondre un rapport faisant état d’une croissance française de 12%, d’une baisse du chômage de 50% par an, d’une hausse des revenus de 90% par an, etc… Et puis tout ira mieux, forcément… Au fait, c’est quand la révolution ?

Et on reparle de Cahuzac. Notre bon Jérôme aurait-il peur pour sa santé ? On se souvient déjà qu’au moment du déclenchement de sa petite affaire, un témoin l’avait décrit « ravagé par le remords, prêt à tout », craignant à demi mot qu’il commette l’irréparable… Et quelques heures à peine après cette sortie devenue intéressante, un proche l’avait au contraire trouvé en forme, précisant qu’il changeait d’adresses tous les 2 jours pour semer les journalistes. Ah, les journalistes… Mais pas n’importe lesquels… Vous savez, ces journalistes qui écrivent à balles réelles, en calibre 38 de préférence… Un peu comme celui qui devait discuter gentiment avec Bérégovoy sur les bords de la Nièvre un jour de mai 1993… Les entretiens confessions, on doit appeler ça. Jusqu’à l’absolution. Depuis, celui qui a mis un couteau dans le dos de son patron, il faut dire que Jérôme a organisé scrupuleusement son retour, comme si rester dans l’actualité et particulièrement dans une position publique était la meilleure des protections… On finit par devenir suspicieux, hein…

Max la Menace : Cahuzac est en train de marquer son territoire. La peur pour ses miches semble être le guide de son action et il distille quelques bons mots à l’attention de ses anciens amis pour bien qu’ils comprennent qu’ils ne devraient pas en faire trop… Une indiscrétion bien tombée raconte même qu’il aurait répondu à ses conseillers qui lui demandaient comment il avait pu mentir devant l’Assemblée nationale : “C’est moins grave de mentir pendant quinze secondes devant 577 députés que de mentir depuis un an sur l’état de la France, comme le fait François Hollande…!” Attention Pépère, il y a une grenade qui roule du côté de Villeneuve-sur-Lot et la goupille ne tient qu’à un fil tout fragile…

Parfois l’évidence ne saute pas aux yeux tout de suite : cette semaine ils ont été 2 socialistes, ou assimilés, à mettre la pression sur Pépère pour qu’il n’y aie qu’un patron à Bercy. Fabius (qui essaie d’endosser le costard de vieux sage) et Royal qui lorgne sur un ministère comme la vérole sur le bas clergé y sont allés de leur couplet sentencieux à ce sujet. Ca fait un an que Bercy est un formidable n’importe quoi entre Mosco d’un côté qui applique à la lettre les préceptes libéraux de Bruxelles et donc qui la ferme le plus possible gêné qu’il est par la malhonnêteté intellectuelle de son patron, et un tandem Montebourg-Hamon qui se rêve en deuxième gauche un jour aux affaires. L’affaire Dailymotion de la semaine dernière l’a encore une fois prouvé, quand le bellâtre de Montbéliard a désavoué médiatiquement le vicomte de Saône-et-Loire… Mais cette misère n’est que le reflet de la gestion à la petite semaine de Pépère : ne pas trancher, ne pas décider, ne pas avoir de cap, un coup à droite, un coup à gauche… Bercy est l’expression même de ce pouvoir malade de lui-même. C’est le symptôme comme la résultante de l’erreur de casting du 6 mai 2012.

« … Alors tu seras un homme mon fils » : On a l’habitude de dire qu’on ne choisit pas sa famille. En Hollandie, certains auraient sûrement aimé choisir leur progéniture à défaut de l’avoir élevée, histoire d’éviter les gros titres un peu salissants. C’est le cas de Fabius qui n’en finit pas de se tenir éloigné de son fiston, le petit Thomas qui semble avoir pris sa carte de fidélité au Tribunal. C’est vrai que le rejeton a déjà été condamné pour une histoire de fraude dans le cadre d’une procédure de « plaider coupable », procédure qui consiste à accepter par avance la sentence contre une clémence relative du juge. Cette fois, la justice s’intéresse à son appartement. Il faut dire que ce gamin d’une trentaine d’années, résidant en France, ne déclare aucun revenu (donc aucun impôt, évidemment) mais a pu s’acheter d’un somptueux 280 M2 sur une avenue huppée de la capitale contre la somme de 7 millions d’euros. Sans revenu, faut pouvoir, quand même ! Comment, me direz-vous ? Par des gains aux jeux (en plus il a de la chance !), et un prêt bancaire garanti. Bon, moi je veux bien qu’il ait le cul bordé de nouilles et que sans gagner un rond, l’euro qu’il a dans la poche et qu’il a dû quémander à une petite vieille dans le métro lui permette de faire jackpot au casino de Deauville. Pourquoi pas, on a entendu des histoires plus folles. Mais qu’on lui accorde un prêt pour un achat de 7 plaques sans revenu, là j’avoue que je veux bien l’adresse de son banquier. Il a bénéficié d’une garantie, a-t-on appris. C’est à dire que quelqu’un lui a apporté une caution quelconque. Là encore, je voudrais bien voir sa tronche à cette caution. En tout cas, ça ne peut pas être son papa, il n’a « que » 5,6 millions de patrimoine. D’ailleurs, ça permet de voir que la vie est mal faite : le papa, une bonne soixante dizaine d’année, (très) haut fonctionnaire, ancien premier ministre, plusieurs fois ministres depuis 35 ans… a un patrimoine inférieur de 30% à celui de son môme, pourtant sans emploi. Y a pas de justice…

Allez, bon weekend et bon courage !

Déjà 13 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    TROCADERO = (( la gloire du PSG )) AVOIR OU PAS DU FRIC ?
    pour une belle photo = IMAGE + LA GLOIRE DU QATAR LA TOUR EIFFEL ? LES MILLIARDAIRES DU QATAR EN HAUT .
    ET EN BAS = visiblement ceux qui hurlent /insultent/ vocifèrent /crient/CASSENT / BRULENT ++++
    ne sont ( ni breton / ni normand/ ni auvergnat .
    LE POID DES MOTS ET CHOC DES PHOTOS = no comment +++
    PAUVRE FRANCE . CE SONT SES AMIS A HOLLANDE = il ont tous voter pour lui a la bastille ! les mêmes drapeaux .
    PAUVRE FRANCE .

  2. Libertad dit :

    Toujours aussi caustique, ce Niko ! Bravo sur les constats (les solutions c’est autre chose ! lol)

    Ha, Ha, ha…le discours du Flan pour bobos lobotomisés, les mêmes qui ont voté pour lui, croyant en ses promesses électorales…!!

    Le summum: “l’allongement de la durée de vie nécessite de cotiser plus longtemps”…..la même phrase que Sarko, tellement hué en son temps par ces mêmes socialos!

    Sinon le FN a encore raison, il fait du Sarko (en moins bon, certes) avec une feuille de route dictée par Bruxelles: vive l’Europe supra nationale des technocrates, la mondialisation, l’immigration massive (le “grand Remplacement” de l’ethnie des français d’origine)…etc !

    Peut-on tenir sérieusement encore 4 ans ????????????????????

  3. amazonia dit :

    LE GOUVERNEMENT DIT SOCIALISTE = supprime le mot =RACE .
    Donc pas de RACE ? PAS DE RACISME . ( super idée )
    Donc suppression des subventions et financement SOS racisme.
    DES ECONOMIES POUR LA FRANCE .
    aux dernières MANIFS GAYS = des affiches (( HOLLANDE SI TU RECULLE ON T’ENC …. )) pour que le président HOLLANDE n’est pas a subir ce genre de chose ?
    on supprime le mot = CUL .
    donc pas de CUL ? pas de on T’ENC ../
    supprimer les mots qui dérangent ? FAIRE DES LISTES .
    supprimer = impôts/taxes etc +++

  4. Libertad dit :

    Semaine faste pour les bobos: le mariage gay validé par le Conseil Constit.
    Nos charmants petits mariés gay n’auront plus qu’à faire un recours à la Cour européenne des droits de l’homme pour obtenir l’égalité PMA-GPA….si d’aventure les socialos n’osaient pas faire une loi (mais ils deviendraient alors d’horribles homophobes…).

    Usines à bébé, préparez-vous, le compte à rebours du cours du bébé a commencé !

    Pierre Bergé offre la tournée générale … (plus de 18 ans s’abstenir quand même !)

  5. Karamba! dit :

    Oui Libertad, “grand remplacement de l’ethnie” maintenant qu’il est interdit de dire race. Enfin interdit, le mot est supprimé, il a disparu. Abracadabra. Un peu comme si l’index de notre mémoire se modulait en légiférant. Quand il faudra imprimer un truc dans notre esprit, une loi et nous serons conditionnés (les gays sont normaux, il n’y a de toute façon plus de sexes, une loi Taubira et tout le monde est reformaté pour servir la théorie du genre).
    Non je ne sais pas si Hollande se contente de faire du Sarkozy. En gestion oui. Mais idéologiquement il y a une spécificité bien socialiste dans la façon de prendre les gens pour des légumes.

  6. Urbon dit :

    @ Libertad et Karamba!

    Démagogies différentes pour des gens d’éducation différente. La gauche veut un Hollande plus à gauche, il plie. La droite veut un Sarko plus à droite, idem. Tout est dans la façon de présenter les choses. Mais les solutions ? Ce sont effectivement les mêmes dans l’absolu : Assujettir le marché économique français au marché financier européen et mondialiste. Parce que c’est ce qui rapporte le plus, du moins à quelques uns. Que ça rapporte plus à quelques uns, ce n’est pas un problème en soi, faut juste définir qui “mérite”, qui décide. Les investisseurs ou bien les administrateurs ? Pas le travailleur lambda en tout cas. Peu importe, du moment que ça remplit les caisses de l’état. L’état est en faillite. Et chacun se tire dessus pour un butin finalement hypothétique.

    La question énergétique est la plus souvent discutée, les français sont persuadés qu’il sont dépendants du marché mondial. Il y a une bonne part de vérité, certes, mais plus les échanges internationaux s’accroissent et plus les besoins énergétiques sont grands, eux aussi. Aucune recherche d’équilibre n’est faite, c’est la fuite en avant, on a juste remplacé la suprématie militaire par la suprématie financière, pour la simple raison qu’une armée moderne est particulièrement énergivore. Quand on parle de marché mondial, on parle d’hypocrisie. Nombreux sont les pays sur la touche et le commerce équitable n’est certainement pas celui des matières premières indispensables.

    La question plus globale des matières premières est d’ailleurs moins souvent discutée. Le bois, les métaux et maintenant l’eau et la terre sont des denrées de plus en plus rares. Elles sont insuffisantes pour faire fonctionner l’industrie moderne des pays développés ou en voie de développement. Garantir l’accès à ses matières premières est la clef du système, s’en passer également. Relancer l’industrie en France n’est donc pas à l’ordre du jour, ce sont maintenant les métiers du tertiaire qui donnent une plus-value. Nous sommes prêt à laisser d’autres pays se battre pour l’accès à ses matières du moment que les produits finis sont accessibles aux plus riches d’entre nous, par le jeu des alliances.

    La véritable révolution aurait du être écologique, mais personne n’ose se lancer le premier dans l’aventure, de peur de ne plus contrôler le système actuel. Du reste, l’écologie est devenue une utopie de gauchistes : Elle doit se décider de façon concertée, sur le plan international. Et tous déplorent que les pays industrialisés n’en soient pas au même stade de développement.

    Pire, augmenter la population du pays artificiellement, par l’immigration, doit faire du pays une force économicofinancière plus puissante, capable de rivaliser avec les plus grands, comme si les besoins non écologiques n’allaient pas en augmentant de pair. Dans notre monde moderne, la gestion de la démographie est une évidence, mais tout le monde sait qu’il faut la tirer vers le bas… Mais pas chez nous ? Chez les autres ? C’est la population de crève la faim qui augmente. Qui payera nos retraites ? Et qui payera les retraites des futurs retraités ? Quel beau cercle vicieux ! Chacun cotise pour sa retraite et si cela ne suffit pas, c’est qu’on a les yeux pus gros que le ventre.

    Aujourd’hui plus que jamais, la recherche d’un équilibre doit trouver le moyen de s’abstraire (relativement) d’une économie de marché mondialisée. Il faudra changer notre façon de vivre, sinon faire une croix définitivement sur la cohésion sociale. Aujourd’hui, cette cohésion ne tient plus que par le mensonge et la dictature. Il ne peut en être autrement quand les différences de richesses augmentent, scandalisent.

    Ha bon ? Le pouvoir d’achat n’a pas baissé ? On dramatise ? Mais celui de qui ? C’est une moyenne, qui cache de profonds écarts. La France n’est pas en train de s’adapter à la modernité, au contraire, elle est en train de se tiersmondisée. Idem les USA. Et les pays du tiers-monde, qui accèdent au commerce mondial sans rien changer à la pauvreté de leur population en réalité, sinon à une caste, construisent les plus grandes richesses. Le pays le plus riche, c’est tout simplement celui qui a le plus d’esclave, des esclaves modernes (et pas dans le sens où l’entend Taubira, qui elle parle d’esclavagisme en bonne et due forme).

    Les Français ne veulent pas travailler pour des prunes ? Mais c’est un scandale ! Suffit de le vouloir pour gravir l’échelle sociale (discours de droite) ou bien de faire croire à un égalitarisme qui ne concerne que les classes “moyennes” (discours de gauche), les pauvres de demain.

    Ce n’est pas que la richesse se partage n’importe comment, ni qu’elle doit revenir au moins scrupuleux d’entre nous. C’est qu’elle doit servir à construire un pays stable, coordonné, qui tient la route sur la distance…

    La France veut jouer dans la cours des grands, alors que c’est un petit pays, qui possède juste de quoi manger. Mais par les temps qui courent, ce n’est pas une mauvaise chose, bien au contraire. Faut juste faire le deuil de nos rêves de gloire et de domination économique ou même technologique.

    Bien sûr que la technologie est indispensable, mais pas pour être revendue (discours centriste qui rallie la droite, la gauche, les écolos). La connaissance n’est pas chère, c’est l’expérimentation qui coûte une fortune. Croire que ce mode de domination va nous ouvrir les porte de la richesse est une utopie. C’est, je le répète, l’équilibre entre les différents types de concurrence qui nous permettra de durer. Il n’y aura jamais d’équilibre tant qu’on ne redéfinira pas une politique de souveraineté nationale qui prenne délibérément le contre-pieds de l’évolution catastrophique des choses.

    Dénoncer le FN, parce que justement il veut prendre ce contre-pieds, c’est qu’on a rien compris au bon sens ! Je ne dis pas non plus que le FN a toute les solutions, loin de là, d’autant plus qu’il fait son programme sans concerter le reste de la classe politique du fait qu’il est excommunié. Je dis juste qu’il est temps de changer radicalement de direction. Actuellement, on fonce droit dans le mur. A gauche comme à droite, au centre encore plus. Et partout ce n’est que lavage de cerveau.

    Les solutions ne tomberont pas du ciel. Mais la concertation des abrutis entre eux, loin des évidences de la réalité nationale, n’apporteront que désespoir. Tour à tour, gauche et droite trahissent la France. La France profonde, celle des beaufs extrémistes racistes et homophobes, est désemparée. Et elle a bien raison de l’être. Commencer par mettre au pouvoir quelqu’un capable de se remettre en question, mais surtout de remettre en question notre classe politique bien pensante, c’est indispensable : Une question de salubrité publique. On ne trouvera cette personne ni au PS, ni à l’UMP, parce que leur seul soucis est de contrôler les électeurs, plutôt que de les écouter.

    Copé au milieu des Français ? C’est une blague. Hollande au milieu des Français ? C’est n’importe quoi. Pour être au milieu des Français, faut d’abord s’adresser aux abstentionnistes, pas aux électeurs de petite morale qui pensent avoir rempli leur devoir une fois qu’ils se sont lavés les mains et qui n’aspirent qu’à regarder conneries sur conneries à la télé. La politique sur les plateaux télé, c’est pour les guignols. Quand un vrai dirigeant s’exprime, personne n’est content, mais tout le monde ferme sa gueule. Principe de réalité oblige !

    Et ça, la France l’a bien compris. Non, ce n’est pas de la démagogie de s’opposer aux médias, ces professionnels de l’audimat. C’est le commencement d’une politique sincère et honnête. Reprendre la parole confiées aux experts de la communication, c’est la première étape d’une véritable concertation. La seule solution qu’on ait a proposer, pour le moment… Le combat pour la liberté d’expression, contre la dictature de l’opinion, non pas pour regagner la confiance du peuple, mais pour lui donner la parole.

    Refuser les alliances avec le FN, c’est tout simplement refuser de travailler avec les Français, pour mieux travailler contre eux. Aucune excuse ne saurait être valable. Finalement, c’est ce refus qui fait le jeu du Front Nationnal, qui renforce le sentiment des français d’être pris pour des cons. Comme si la solution devait venir d’en haut… Et que le populisme devait être ce qu’il y a de plus bas sur l’échelle de la morale bourgeoise ! Ce temps là est révolu. La France ne saurait accepter d’avantage de se voir imposer des chefs de plus en plus médiocres. On ne peut pas gouverner un pays sans aimer les “paysans”, les gens du pays.

  7. amazonia dit :

    APRES PAPA HOLLANDE EN AFRIQUE ?
    C’EST BIG MAMA VALERIE ! qui cherche les clameurs du peuple
    LA généreuse qui distribue des millions = des aides ++
    avec l’argent des FRANCAIS ? (Elle est pas belle la vie ) avec le fric des autres !
    AU NOM DE QUOI DE QUI ? Cette péronnelle se permet ?
    ELLE NE REPRESENTE QUE SONT BIG CROUPION .
    Pour représenté la FRANCE ? il y a des MINISTRES /AMBASSADEURS / HAUT FONCTIONNAIRES D’ETATS
    TOUS PAYER ? pour quoi faire ?? acte de présence au bureau?
    LA BIG MAMA AU MALI ? aucune légitimité pour parler au NOM DE LA FRANCE .
    QUE MADAME RESTE A SA PLACE (( dans sa chambre )) .
    PAUVRE FRANCE .

  8. Arzeller dit :

    Merci Nikko, fait du bien cette chronique.

    Le flan saurait donc se lever tôt pour promulguer une loi ?

    On se souvient que l’avion ramenant la famille otage d’Afrique avait du tourner 3/4 heure autour de Roissy avant de pouvoir atterrir, sinon c’était trop tôt pour le “president”, leur president (lgbt, bobos, CPF,….)

  9. amazonia dit :

    scoop! festival de cannes . La télé -réalité continue pour first chamelle de paris ! dans les coulisses du festival =concour de bruching ! ((elle le vaut bien ? )) pas vraiment . elle bla-bla / blablatère ! Pour voir le film de claude Lanzmann.
    “” le dernier des injustes “”
    CE QUI EST INJUSTE EN FRANCE = faire payer les Français pour les déplacements de madame du MOI JE et ses gardes du corps et forces de l’ordre ? transports de tous ce beau monde?A PIED /A CHEVAL / A DOS DE CHAMEAU ? OU AVION ????
    Combien cela coûte ? QUI garde ses enfants ? QUI PAYE les gardes des corps de la famille ?
    LA FIRST CHAMELLE DE PARIS BLA-BLA / BLATERE .et les FRANCAIS PAYENT LES FACTURES ?
    (( la dernière des INJUSTES )) ? QUI PAYE QUOI ? Traçabilité c’est quand le changement ?
    LA FRANCE EN FAILLITE + PLUS D’impôts + de taxes ++++++?/

  10. Libertad dit :

    Maroc : deux hommes condamnés à quatre mois de prison ferme pour homosexualité (RTL)

    Qu’en pense la franco-marocaine Belkacem, et néanmoins ministre, spécialiste des leçons de morale aux souchiens ?

Laisser un commentaire