/>

Une semaine en Hollandie, #37

Rédigé par nikkopol le 08 juin 2013.

hollande_montre

hollande_montre Patrick PeccatteUne fois n’est pas coutume et comme l’actualité de la semaine s’y prêtait parfaitement, voici une chronique dédiée à la famille. En effet, après une nouvelle violence fiscale à son encontre qui suivait elle-même la violence symbolique du mariage gay, il était légitime d’y consacrer une « semaine »…

Retour aux fourneaux ! La politique familiale socialiste est en fait… un politique fiscale. Ils nous avaient pourtant promis la main sur le cœur que les impôts n’augmenteraient plus en 2014, que la stabilité fiscale, c’était important notamment pour rassurer les investisseurs étrangers… Et bien non, en fait il ne fallait pas les croire. Remarquez, on pouvait s’en douter un peu. Mais le pire, c’est qu’ils nous créent un « impôt sur les enfants » ! En baissant le quotient familial, c’est à dire la réduction fiscale lié à chaque enfant du foyer, ils arrivent à faire exactement l’inverse de la seule vraie réussite française de ces 30 dernières années. En clair, plus vous avez d’enfants, plus vous paierez d’impôts ! Alors que justement, la politique familiale a toujours encouragé la natalité en France tout en encourageant le travail des femmes. Notre pays est parmi les plus dynamiques d’Europe en terme de natalité et également en tête des palmarès pour le travail féminin. La politique socialiste, c’est justement de remettre les femmes à la maison parce que les aides pour la garde d’enfants ne couveront pas les dépenses de manières significatives. En clair : les bonnes femmes, aux couches et aux fourneaux ! 40 ans de féminisme pour ça… elle est belle, la France socialiste, non ?

Sauf que le postulat de départ est un mensonge, un de plus. Dire que la branche famille de la Sécurité Sociale est dans le rouge de 2,5 milliards, c’est mentir. La raison ? Parce qu’elle assume des missions qui ne sont pas, en théorie, du ressort d’une politique familiale ! Par exemple, la branche famille assume quasiment 9 milliards de mission de retraites, notamment celle de reverser une majoration de pension de 10% aux familles qui ont élevé 3 enfants ! Ou encore de payer les cotisations retraites des mamans modestes qui ont décidé d’arrêter de travailler pour élever leurs enfants ! Il faudrait juste assumer de faire payer les « plus riches », c’est à dire des familles qui gagnent plus de 5000 euros, soit deux salaries de 2500 euros ! Et bien oui, en Hollandie, une famille avec 3 enfants ayant 5000 euros de revenus est une famille riche ! Coupable d’être aisée, selon le gouvernement ! On ne pensait pas qu’on avait autant de riches en France, hein !

Le mensonge en cascade ! Pour compenser cette nouvelle prise dans la poche des français (un milliard d’euros), le gouvernement annonce 275000 places d’accueil pour la petite enfance d’ici 2017. Autrement dit, je donne moins mais vous aurez plus de facilité pour faire garder votre enfant. Ca ne coutera pas moins cher, mais il y aura plus de places ! Sauf que c’est un mensonge éhonté de plus ! Ce qu’aucun journaliste bien pensant ne relève. En effet, le gouvernement pense pouvoir ouvrir 100 000 places de plus par magie puisque les crédits associés restent inchangés ! Le gouvernement oublie de préciser qu’il ne fait que poursuivre les efforts engagés par le précédent gouvernement (+7,5% de budget par an au Fonds National d’Action Social qui dépend de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales). Sauf que cette augmentation ne figure pas dans le tableau de budget prévisionnel du FNAS ! Autrement dit, ce gouvernement d’escrocs en appelle à la magie et espère une hausse surprise des cotisations ! On raconte donc n’importe quoi tout en sachant que cela ne se fera jamais. Une honte absolue. Pire, il oublie de préciser que le financement des solutions d’accueil est financé aux 2 tiers par le FNAS et le tiers restant est à la charge des collectivités locales, qui sont déjà surendettées et exsangues… Les faits sont têtus d’ailleurs et ils montrent que les crédits dédiés par le FNAS n’ont pas été totalement dépensés entre 2009 et 2012 en raison de l’impossibilité des collectivités à faire face aux frais de gestion de ces équipements. Et c’est la Cour des Comptes qui le signale dans un rapport datant de décembre 2012. CQFD. D’autant plus que le gouvernement tape déjà allègrement dans le « trésor » du FNAS pour aider les communes à faire plaisir au ministre de l’éducation en aidant les communes à passer aux 4,5 jours d’enseignement ! En clair, sans nouveau budget, ces menteurs professionnels nous expliquent qu’il va doubler la création de places en crèches (de 10 000 à 20 000 par an)… A trop prendre les gens pour des jambons, il ne faudra pas s’étonner qu’ils finissent par voter comme des cochons…

Vite, le plus simple : en fait, le capitaine de pédalo et son équipage de pieds nickelés s’est dépêché de faire… le plus simple ! Cette réforme est la plus simple parce que les familles qui s’imaginent passer à la casserole sont celles qui, pensent-ils, réagissent le moins aux décisions douloureuses qui les concernent ! Elles sont nombreuses, hétéro, les parents vivent ensemble ( !) et elles habitent principalement en province ! Certes, pépère a pu en voir une sacré quantité ces dernières semaines puisque ces fameuses familles sont venues en nombre manifester sous ses fenêtres contre le mariage gay. Mais sa capacité de nuisance n’est rien comparée à celle du cœur de son électorat, les poignées de syndicalistes qu’il reste en France et qui ne manqueront pas de se réveiller à l’occasion de la réforme annoncée des retraites… Faut dire que contrairement à ce qu’en a dit la Hollandie, ces familles-là n’ont rien cassé… Politiquement, ça ne compte donc pas ! Et puis réduire les effectifs de la fonction publique, réduire les dépenses de fonctionnement des administrations (plutôt que les dépenses d’investissement), supprimer immédiatement les régimes spéciaux de retraite… pour un socialiste, c’est impossible. D’ailleurs la CGT l’a clairement annoncé : elle préfère menacer par anticipation le gouvernement de « guerre » au cas où il toucherait les généreuses retraites des fonctionnaires plutôt que de défendre des millions de familles d’ores et déjà ponctionné par les décisions prises…

Raconter n’importe quoi, c’est toujours maintenant : le gouvernement nous raconte qu’il signe là une réforme profonde de la politique familiale. C’est évidemment un mensonge éhonté de plus. Surtout, il ne faut pas confondre ‘renflouement de justesse’ avec ‘réforme structurelle dans la justice’ ! Il n’a fait que faire les poches des familles qui voteront encore moins pour lui après la loi Taubira, pour essayer de combler, à très court terme, une infime partie du déficit de l’état. Il a fait, mais est-ce une surprise, le choix le moins courageux. Plutôt que de repenser totalement la politique familiale et surtout les systèmes de retraites qui ponctionnent la branche famille de la sécu (voir plus haut), l’état socialiste a choisi la couardise en accentuant encore la pression fiscale sur les ménages coupables d’être aisés à ses yeux. C’est un signal terrible pour l’avenir : à chaque fois que ce gouvernement de peintres aura un besoin quelconque, il recourra à l’impôt, jamais à l’économie. On tremble déjà à l’idée de la prochaine loi de finance, à l’automne, qui prévoira le retour aux normes budgétaires bruxelloises en 2015 !

Famille, je vous hais : et elles te le rendent bien ! un nouveau phénomène se fait jour, une résistance citoyenne et pacifique aux attaques des pieds nickelés contre la famille. En effet, certaines familles refusent purement et simplement la fameuse médaille de la famille créée en 1920, et le chèque, certes symbolique, qui va avec. « Comment l’État peut-il récompenser des valeurs qu’il bafoue par ailleurs avec la loi Taubira ? s’indigne un père de famille nombreuse lyonnais promis à cette distinction. Attaquer l’institution de la famille en la bouleversant de la sorte et distribuer des médailles ensuite, n’est-ce pas pure hypocrisie et incohérence ?». Mieux, Clotilde de Gabory devait recevoir cette distinction lors d’une cérémonie commémorative organisée par le conseil général de Toulouse. Au milieu d’autres familles, des élus et des autorités locales, Clotilde, seule, armée de son courage et de ses convictions, a dit au parterre coi qu’elle refusait ce mérite, exprimant ainsi sa farouche opposition à la loi Taubira. « La loi Taubira a été promulguée il y a quelques jours. Je ne me reconnais plus dans la “famille” de cette société-là, qui ne protège pas ses enfants. J’ai décidé de refuser la médaille », a-t-elle fait valoir devant un parterre d’élus médusés ! Depuis, les félicitations affluent sur les réseaux sociaux et un mouvement de collecte de fonds s’organise pour compenser le chèque qu’elle a refusé. Une autre famille a décidé de rendre cette distinction reçue l’année dernière et à renvoyer ladite médaille directement à l’Elysée, à l’attention de pépère. Toutes les résistances sont honorables. Celles qui concernent les attaques contre les plus faibles, à savoir les enfants, restent et resteront les plus nobles…

La « nouvelle humanité » ou l’ère du post-humain. Tous ceux qui ont soutenu le mariage gay l’ont sans doute fait sincèrement, en pensant qu’il convenait d’ouvrir « les mêmes droits » aux homos, la paresse intellectuelle les amenant à considérer que le « mariage » est un droit. Ils n’ont pas compris, ou pas voulu comprendre que cette loi n’était pas une fin en soi mais le commencement d’un processus. Taubira elle-même introduit le débat par « l’avènement d’une nouvelle civilisation » et le conclut par son « désir d’une nouvelle humanité ». Bienvenue dans l’ère de la Post-Humanité, comme la qualifie Finkelkraut. Tout est en place pour ouvrir la voie à la fameuse théorie des genres. Peillon ne dit-il pas qu’il veut émanciper l’élève “en l’arrachant à ses déterminismes sociaux et familiaux”. Il a appelé de ses vœux pour cela à la “déconstruction de la différence sexuée”. Impossible de changer le monde par ses vieux réflexes socio-économiques qui ont tous fait faillite, la gauche dogmatique s’est mis en tête de changer les hommes. Il s’agit bien pour elle d’incarner une nouvelle religion, celle du Progrès, du Bien, du Mieux sous couvert de principes faussement généreux, et de sauver l’humanité d’elle même. Terrifiant ! Pour cela, les théoriciens de la bien-pensance socialiste, en bons terroristes intellectuels, s’appuient sur 2 mensonges : d’abord le sens du mariage ; ensuite le fondement de la vie et de sa diffusion. A meilleure preuve, les « programmes théoriques » qui accompagnent la loi Taubira dès la maternelle ! Quelle loi républicaine a ainsi été accompagnée par un processus de formation des esprits ? Tout simplement aucune. Quel est le schéma visé ? Que vont entendre les enfants ? Qu’il y a plusieurs familles possibles liées à plusieurs façons d’aimer possibles. Résultat : l’idée qu’il faut un homme et une femme pour faire un enfant va se fondre parmi les possibles existants comme un possible parmi d’autres. Et le tour sera joué : la différence sexuée aura été déconstruite.

Ici, ce n’est pas le statut de l’enfant que l’on va violer mais sa conscience en lui imposant un lavage de cerveau lui interdisant d’avoir accès à la notion de filiation, celle-ci se diluant dans le magma des pratiques sexuelles. Et puisqu’il convient d’appeler les choses par leur nom, il s’agit ici ni plus ni moins que d’un crime contre l’humanité. Tocqueville pensait que le problème de la démocratie réside dans la tyrannie de l’opinion. Avec la tyrannie actuelle du “pour tous”, on y est. On va même droit vers un monde totalitaire, la prise en main de la conscience des enfants en étant l’illustration. Avec la marchandisation des enfants, telle qu’elle s’ouvre avec le mariage pour tous via les pratiques inévitables au plan législatif que sont la PMA et la GPA, c’est bien la mort de l’homme évoqué par Foucault à la fin des « Mots et les choses » que nous approchons. Solers, cet esprit si brillant (!) n’a t il pas appelé de ses vœux il y a quelques temps de cela un monde où les femmes n’auraient plus à mettre des enfants au monde, ceux-ci étant fabriqués par la science dans des labos. Nous y sommes ! Oui, nous avons marché dans le progrès, et qu’importe si c’est avec le pied droit ou le gauche, ça ne nous portera jamais chance…

Allez, bon week end et bon courage.

Déjà 8 remarques sur cet article

  1. daniel pilotte dit :

    Hollandouille est le premier ministre de merkel la seule chose qui me choque se trouve etre le mariage islamiste qui a ete celebrer par le maire ump roger pellenc voir l article dans la provence du 31 mai dans un premier temps il etait contre puis il a accepte en mariant l homme et la femme avant 6 h 30 la mariee etait vetu d une burqa il me semble que le port de la burqa est interdit sur la voie publique que pense monsieur cope d un tel agissement de la part d un maire ump de plus fabien perez elu d opposition socialiste a mentionne ; que le 26 fevrier 2013 notre edile a etrangement accepte de celebrer un mariage en catimini a 6 heures du matin et pour cause la mariee setait presente en burqa

  2. katlen dit :

    Intrigant j ais lu que Hollande attendait son prix Nobel de la Paix , qui peut me rassurer sur ce sujet… Autre chose avec cet etat totalitaire je pense de ce que je viens de lire,sera effectivement possible les Familles pourrons se rendre magasiner comme pour aller chez Ikea choisir leurs enfants…Aux »Francais nous disons Arretons cette Farce de ce Gouvernement qui pense faire des humains des clones a leurs bottes….

  3. katlen dit :

    Daniel Pilotte Je ne connais pas ce Maire de Perthuis,il etait gauchiste anarchiste est passer en 2008 a l ump juste effleurer le parti et peut etre pas accepter et est Maire sans etiquette..J ais seulement signer contre lui une petition pour la protection animale qui est pour moi tres essenciel…Pas d informations sur ce que vous citer, ce mariage d islamistes en burqa…

  4. amazonia dit :

    François le mal aimé par les français ! logique il nous impose toujours plus d’impôts et taxes pour entretenir les millions d’étrangers qui débarquent toujours plus ++il leur donnent plus de droits que nous qui avons travaillé et cotisé pour entretenir des millions de petits coucous qui nous insultes et nique la France depuis plus de 30 ans .
    POUR TOUS CEUX QUI DEBARQUENT = TOUT EST GRATUIT .
    et cerise sur le gâteau devant les MEDIAS du monde entier il passe pour un con ridicule :quand un chef africain passe la brosse a reluire a hollande = parle en disant LE GRAND HOLLANDE ET LA GRANDE VALERIE ? ( comique pathétique)
    en visite au JAPON =Hollandouille présente ses condoléances au peuple CHINOIS ? le con ! il confond chinois et japonais ?
    LES MEDIAS ETRANGERS = Mort de rire .

  5. amazonia dit :

    lorsque le gouvernement dit socialiste ” ne respecte pas la loi”
    LOI sur les violences en bande ” officiellement ”
    LOI n° 2010- 201 du 2 mars 2010.
    Dans de très nombreuses manifestations voir photos/videos !
    les contrôles de polices ! prouvent que des bandes de banlieux
    et extrêmes gauche d’ont fait parti le jeune ” clément méric”
    ses amis ? QUE DES VOYOUX capuches /cagoules/ foulards ??
    EN BANDES ORGANISEES ? = (( hors la loi))
    ALORS QUE VALLS ET SES ROBOCOPS ? Appliquent la LOI ?
    RECIPROCITE DE TRAITEMENT POUR TOUS = DISSOLUTION DES GROUPES QUI SE CACHENT derrière un foulard /capuche/ cagoule ? LA LOI = la même pour tous !
    A FORCE D’injustice en bande organisé ? L’EXPLOSION sociale va tomber sur ce gouvernement de répression a sens unique.
    SI DISSOLUTION = alors Réciprocité
    extrême droite /extrême gauche /extrême banlieux
    TOUS LES HORS LA LOI ?
    EN BANDE ORGANISE ? VISAGE COUVERT . INTERDIT
    APPLICATION DE LA LOI ? respect de la loi “”c’est quand ” ?
    DISSOLUTION ? DE LA CONNERIE DU GOUVERNEMENT EN BANDE ORGANISE ?

  6. Urbon dit :

    De la post-humanité, de l’hypocrisie assumée.

    Les enfants choisiront leur métier, leur patrie, leur genre, leur religion…

    On nage en pleine utopie.

    Comme si il y avait du travail pour tout le monde, que tout travail était bien payé, que le marché de l’emploi allait s’équilibrer en fonction des désirs de chacun, que tout le monde avait accès aux mêmes formations, etc. Que tout le monde aura la possibilité de choisir son travail, c’est un mensonge éhonté qui permettra au mieux lotis de dormir la conscience tranquille. Untel gagne dix fois le smic mais ne produit rien que des conseils ? Ha oui, mais le smicard a fait son choix, qu’il trime comme un esclave et qu’il la ferme !

    Comme si toutes les nations ouvraient leurs frontières aux immigrés, qu’une nation n’était finalement qu’un projet idéaliste, qu’il suffisait de se reconnaître dans ses valeurs, que toute les nations vivaient en paix, qu’une saine et pacifique concurrence allait s’instaurer entre elles, etc. Tu parles d’une solidarité : Solidarité le pistolet sur la tempe, oui ! Que les citoyens choisiront leur patrie, c’est encore un autre mensonge éhonté : Après la guerre militaire, la guerre économique, on aura la guerre sociale, tout simplement. Du colonialisme inversé. Telle nation a besoin de main d’oeuvre, il paye un peu mieux ses salariés, il y aura bien des directives onusiennes pour interdire aux pays ciblés de fermer leurs frontières. Mais on aura la conscience tranquille, on ne parlera plus de concurrence déloyale, plutôt de régulation de la démographie, ou comment ponctionner sans limite les richesses d’un pays car naturellement, il s’agira d’une immigration choisie. Sauf que ce ne sont pas les citoyens qui choisiront, mais les états nations, sur des critères de revenus et de connaissances acquises !

    Choisir sa religion : Toutes les religions se valent ? Tous les pays acceptent ce présupposé ? Naturellement non. C’est pire qu’un mensonge, c’est de la dénégation. Si toute les religions se valent, c’est surtout qu’il est possible de n’en choisir aucune. Remplacer les croyances religieuses par des utopies politiques, c’est le but. La prétendue religion de la République… Relativiser tout système de valeur pour faire émerger une conscience globale, universelle et intemporelle, c’est le mythe qui écrase tous les autres. En fin de compte, on en arrivera vite à la négation de Dieu (sauf dans une hypothétique et hypocrite sphère privée) car si personne n’est foutu de s’entendre sur la définition de Dieu, tout le monde sait exactement à quoi s’en tenir en son absence : L’homme a tous les pouvoirs sur la nature des choses, c’est la loi du plus fort. Ainsi, ça ne sera plus à la classe dirigeante d’adopter les valeurs du peuple qu’il entend gouverner, mais aux peuples de se plier aux superstitions d’une classe dirigeante apatride sous peine de se faire matraquer par les CRS. Parce qu’on prêche la toute puissance du pouvoir démocratique sur les choix des nations, il devient inadmissible que des autorités non gouvernementales rivalisent pour un pouvoir moral. Il n’y a pas de place pour un contre pouvoir apolitique, ni plus, ni moins ! D’ailleurs on connait tous la rengaine socialiste, être apolitique c’est faire le jeu des fachos, des nationalistes et des religieux paternalistes…

    Enfin, choisir son genre et pourquoi pas sa famille après tout ? Alors là, on touche le fond : Ça ne rime a rien, sauf à faire oublier tout le reste. Dès qu’on parle de sexe, les passions se déchaînent et quand les passions se déchaînent, il n’y a plus qu’à faire taire tout le monde. La censure a enfin trouvé sa justification. Il est interdit de prononcer les mots travail, famille, patrie, c’est un lot commun. Ce faisant, on ouvre grand la porte à toutes les tentatives d’eugénisme. C’est le progrès de la science, un nouveau marché économique pour l’industrie pharmaceutique, l’industrie en passe de devenir la plus puissante au monde soit dit en passant, à moins que ce ne soit déjà le cas. Après la marchandisation de la terre, celle l’eau, de l’air, puis de toute forme de vie sur terre et en particulier des semences avec les OGM, la dernière barrière sacrée est tombée. A qui appartiendront les bébés génétiquement modifiés ? A leurs familles ? Que nenni Monseigneur ! Choisir son genre c’est sans espoir. La seule chose qu’on puisse choisir à ce jeu là, c’est d’abandonner ses facultés de reproduction au profit des plus riches. C’est surtout les individus-parents, égocentrés, ceux qui auront les moyens, débarassés du carcan familial, qui choisiront le sexe de leurs enfants, pour commencer. Ensuite la couleur de leur peau, leurs aptitudes physiques et leur QI !

    Assurément, la post-humanité n’a rien d’humaine. C’est un cauchemar de science fiction et tout le monde le sait. Cependant, il y a toujours des gens qui se pensent plus malins que les autres et qui sont prêt à saisir coûte que coûte l’occasion d’écraser l’humanité. Et nos petits gauchistes, enivrés par le fait d’être enfin arrivés au pouvoir, sont de cette trempe. Allez jusqu’au bout de leur idéologie morbide, dès qu’ils accèdent aux institutions, en nous parlant d’amour et de bons sentiments, c’est devenu leur marque de fabrique.

    L’homme d’aujourd’hui se donne le droit façonner l’homme de demain, sans se remettre en question lui même. Et d’accuser les autres d’avoir exercer, eux aussi, dans le passé un pouvoir sans limite. Quelle hypocrisie. Jamais dans l’histoire une religion qu’elle qu’elle soit, une nation qu’elle qu’elle soit, une entreprise ou un clan familial peu importe, n’a osé prétendre avoir autant de droit sur autrui.

    On va nous donner plus de droit ? Mais ce n’est qu’hypocrisie, mensonges et usurpation : On est en train de tous nous les retirer !

    On est en train de faire de nous des esclaves modernes, esclaves des passions, de l’appât du gain, de l’attrait du pouvoir. La liberté, la vraie, ce n’est pas de faire des choix qui n’en sont pas, de vivre dans l’illusion, mais de vivre en accord avec soi même en toute lucidité. La réalité, c’est quelque chose qui nous revient dans la gueule comme un claque, dès qu’on veut en faire abstraction.

    Un siècle de socialisme s’est écoulé, un peu partout dans le monde, et n’a donné que des horreurs. Mais force de propagande antifasciste, il y a encore des abrutis pour y croire, avec une ferveur démesurée, sans aucune retenue.

    A l’heure où les mouvements patriotiques et populaire sont stigmatisés, qu’ils deviennent clandestins et peu importe leur importance, c’est la haine des groupuscules gauchistes contre tout ce qui représente les valeurs traditionnelles, le pouvoir en place, qui se déchaîne, pour faire table rase du passé et reconstruire l’humanité sur de nouvelles bases. Comme si tout ce qu’on avait fait était mauvais, qu’il fallait une rupture complète avec le système et qu’il y avait des possibilités de devenir insoupçonnées ! Mensonges je dis, sans vergogne. Il ne s’agit que de donner un nouveau souffle à ce que l’homme “moderne” a fait de plus mauvais jusqu’à aujourd’hui : Essayer sans relâche de conquérir le monde pour imposer partout sa science de la destruction. Le socialisme et à fortiori le socialisme internationaliste, n’est rien de plus qu’une de ces tentatives de domination de l’homme sur l’homme, sur le plan idéologique. Parce que l’homme livré à lui même et déconnecté des réalités est un con !

    Si c’est ça la démocratie, le contrôle de la population par le rêve qu’on lui vend et le mensonge qu’on lui inculque de force, peut être vaudrait-il mieux s’en passer. Sans exception, tous les pays qui ont voulu tenter le socialisme ont sombré dans la pire des dictatures. Mais pire que tout, une fois qu’ils ont pu renoncer à leurs idéaux d’égalité et de partage, par la force des choses, ce fut pour adopter sans aucune retenue morale les pire excès du capitalisme à la papa, celui des insupportables fachos qu’ils avaient combattus jusqu’alors ! Mais aujourd’hui, le passage le passage de l’un à l’autre se fait immédiatement dans les esprits, il a été intégré par tous. Bienvenu dans l’ère du cocopitalisme et du modèle chinois, la nouvelle puissance mondiale de référence.

    Le post-maoïsme, pour tout humanisme, c’est maintenant !

    • Rufus dit :

      Citer fièrement “Travail Famille Patrie” et accuser les autres de dictatures, c’est fort de café…

      Quand à dire que la situation actuelle est conséquence d’une politique socialiste, c’est soit de n’avoir absolument rien compris à la situation actuelle, soit d’être obnubilé….

      “En fin de compte, on en arrivera vite à la négation de Dieu”.
      Il faudrait peut être prouver d’abord prouver son existence…
      Et puis de quel Dieu ? le votre ou celui du voisin ?
      Parce que à vous écouter, votre Dieu semble bien impuissant.

      L’impression finale de votre paragraphe me laisse penser que vous avez tout simplement peur de l’avenir, comme tant de gens en ces temps actuels.

      Au final, je comprends le pourquoi de ce rattachement au religieux, à l’inamovible, au dogme, quand la vie est si éphémère et si fluide qu’elle vous échappe quelques fois des mains.

      Cordialement.

  7. daniel pilotte dit :

    Katlen je maintiens mon commentaire de plus l article a ete repris par le quotidien ; la provence le maire ump roger pellenc et le socialiste fabien perez conseiller municipal d opposition n ont pas la meme conception de la laicite .

Laisser un commentaire