/>

Moi Président… j’ouvrirai la porte à tous les lobbys

Rédigé par nabab le 15 juillet 2013.

La République irréprochable a du plomb dans l’aile. Le Président normal qui devait sortir la France de la crise et apaiser les tensions se révèle être le parfait petit soldat entre les mains du grand capital. Entre le sacrifice des deux ministres de l’Écologie et les cadeaux faits à l’industrie du tabac et aux banques, Hollande a le chic pour se rallier à la cause des puissances d’argent.

« Mon ennemi c’est la finance ». Stupeur ! Celui qui allait devenir le président de la République est-il vraiment socialiste ? Un homme qui ne se soumet pas aux lobbys dès qu’une proposition un tant soit peu alléchante lui est faite, est-ce encore possible ? Un an de pouvoir a suffi à faire voler en éclat une légende mal écrite et trop grande pour un homme qui aurait dû rester à la tête d’une Corrèze dont il a creusé un déficit abyssal.

En fait, il aura fallu moins d’un an avant de s’apercevoir que François Hollande n’est autre qu’un mauvais acteur dont les répliques sont soufflées par des lobbys puissants qui ne craignent pas la soi-disant fermeté du premier personnage de l’État. En effet, moins de trois semaines après sa nomination au poste de ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Nicole Bricq a été débarquée sine die pour s’être mise en travers du chemin de Shell en Guyane. Crime de lèse-majesté pétrolier directement puni par le serviteur du lobby énergétique François Hollande.

Rebelote la semaine dernière avec cette fois-ci Delphine Batho dans le rôle de victime expiatoire. La nouvelle ministre de l’Écologie a fait les frais de la pression des industriels du secteur des énergies fossiles. Trop écolo ? Certainement ! En tout cas pas assez réceptive aux pressions – toujours amicales – des lobbys. Qu’à cela ne tienne, on décroche le téléphone (ou l’on écoute la bonne parole de Sylvie Hubac, directrice de cabinet de François Hollande et femme du PDG de Vallourec) et intime l’ordre au général en chef de remplacer ce soldat indélicat. L’excuse du budget critiquée tombe à point nommé. Fin de séance pour Delphine Batho qui a tout de même le droit de maugréer sur les bancs de l’Assemblée Nationale.

Arnaud Montebourg, lui, est protégé. Le puissant lobby du nucléaire – et celui du gaz de schiste – le compte dans ses alliés et le ministre du Redressement productif peut alors se permettre d’insulter le Premier ministre sans craindre un instant de perdre son poste. Certains groupes font la pluie et le beau temps et travailler pour leurs intérêts c’est s’assurer son avenir sous les ors dorés de la République.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine a elle aussi compris qu’il ne fallait pas trop embêter les industriels et vient de subir des arbitrages scandaleux qui vont contre les intérêts de la santé publique. Augmenter le prix des paquets de cigarettes ? Oui, mais à condition de ne pas trop énerver l’industrie du tabac. Une hausse de 40 centimes demandée par la ministre de la Santé est déraisonnable. Jean-Marc Ayrault donne son accord pour une augmentation de 20 centimes – qui sera effective le 15 juillet prochain – pas plus. Etre dans les bonnes grâces des cigarettiers et ne pas entamer les recettes de l’État passe avant tout !

Plus le lobby est puissant, plus l’attitude de l’exécutif français est pathétique. Quid de la prévention et de la lutte contre le tabagisme ? La réponse à ce problème ne viendra pas de pouvoirs publics trop cyniques pour penser au bien des citoyens. Le capitalisme triomphant aidant, c’est par le secteur privé qu’une solution pourrait être apportée au problème de la cigarette. Sa cousine électronique, l’e-cigarette, séduit de plus en plus et des marques comme Visiomed sont en passe de devenir de véritables références pour les fumeurs qui souhaitent se sortir de leur dépendance. Si le marché offre une solution à un problème de santé publique, on peut toutefois être consterné par la position du Gouvernement face au marché et à la finance en général.

Lobby le plus puissant et aussi le plus médiatique, le lobby bancaire accumule ses victimes avec méthode. Pour cela une complicité bienveillante des dépositaires de l’autorité publique est nécessaire. Après avoir siphonné les économies grecque et chypriote, les banques mettent la pression au niveau européen pour se permettre de prendre plus d’argent sur notre dos. Le combat pour la suppression des commissions d’interchange est engagé et Michel Barnier, commissaire européen et bon petit soldat au service des banques ira convaincre François Hollande de faire appliquer des règles qui ne profitent qu’aux banques.

La fin du sarkozysme devait ouvrir une nouvelle ère dans laquelle les lobbys et les magouilles auraient la vie dure. Il s’avère que le hollandisme n’est qu’un avatar de la période précédente et les lobbys de tout poil se frottent les mains. Les citoyens commencent à s’en rendre compte. Un bon coup de balai ne serait pas de trop !

 

Déjà une remarque sur cet article

  1. Daniel pilotte dit :

    La gauche et les lobbys ; Faisant parti des français se levant tôt en travaillant plus et finalement en gagnant moins avec les impôts qui sont en augmentation et le pouvoir d achat en baisse avec le president hollande nous avons le S I D A ; salaire inchangé depuis plus d un an , sachant que le comble du président hollande et de son gouvernement serait-il ; parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tout ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l ouvrir S I C .

Laisser un commentaire