/>

Ahmed Reda Benchemsi : l’ex-journaliste face à la justice

Rédigé par avecvusurlemonde le 16 juillet 2013.

flag_marocLe journalisme est un métier exigeant. Informer les gens, leur faire partager les nouvelles venues du monde entier n’est pas chose facile et les pièges sont nombreux. Ahmed Benchemsi, ex-journaliste marocain reconverti dans la recherche universitaire est un exemple navrant d’un talent gâché par une course sans fin à la reconnaissance et la poursuite d’une chasse aux sorcières plus fantasmée que réelle. Le 8 juillet, la réalité a fait un brusque retour dans la vie de Benchemsi avec une mise en examen pour diffamation. 

Il y a beaucoup de prétendants au métier de journaliste, mais peu d’élus. Pour ceux qui ont le privilège d’informer, tenir la plume est un exercice rigoureux, disciplinaire, et les dérapages sont à portée d’encrier.  Faire fi de ses engagements, opinions ou croyances pour relater les faits, rien que les faits et les faits les vérifiés demande un équilibre et une éthique personnels solides. C’est encore plus vrai lorsque l’on s’engage  par ailleurs dans la lutte idéologique et politique. La volonté de faire mal à l’adversaire peut faire perdre le sens des réalités et le mot de trop peut être lâché avec des conséquences parfois fâcheuses.

Ahmed Benchemsi est de ceux qui n’ont pas peur des mots et qui les plantent dans leurs cibles comme des joueurs de fléchettes aguerris. Rapide, efficace, brutal, mieux vaut ne pas se retrouver dans le collimateur de celui qui fut l’un des éditorialistes les plus acerbes du Royaume du Maroc.

Pourtant, à force de passer ses cibles au moulinet, Benchemsi a oublié qu’il était un individu comme les autres et qu’il ne pouvait pas rendre ses jugements du haut du mont Atlas. De jugement il en est d’ailleurs question puisque Ahmed Benchemsi vient d’être mis en examen (le 8 juillet) par un juge du tribunal de Paris.

Cette arrivée en force de la justice dans le paysage de l’ancien journaliste et désormais chercheur à l’université de Stanford (Etats-Unis) tombe bien mal. Ahmed Reda Benchemsi, le Don Quichotte qui voulait se refaire une virginité et porter ses coups depuis la lointaine Californie est rappelé à la réalité et l’heure de répondre aux accusations de diffamation est venue.

Souvent perçu comme un déraciné volontaire, Ahmed Reda Benchemsi ne rate jamais une occasion d’attaquer à tort et à travers les institutions de son pays et ses représentants. La royauté, la religion, les édiles… tous ceux qui gravitent autour du pouvoir ou qui l’incarnent sont la cible des quolibets de l’apprenti chercheur. Le titulaire de la chaire de l’étude des mouvements arabes de démocratisation n’a pas encore eu de résultats probants sauf dans le domaine …judiciaire.

La mise en examen ne devrait pas couper les ailes de celui qui ne s’impose aucune règle et qui aime l’attaque ad hominem et sans fondement. Tout juste est-il possible de déceler une certaine gêne chez Ahmed Reda Benchemsi à la suite de cette affaire puisque le prévenu, habituellement prolixe sur son compte Twitter, n’a confirmé l’information que 3 jours après les faits – une fois l’information dévoilée dans un portrait relayé sur les réseaux sociaux… Un laps de temps étrangement long pour un Benchemsi généralement prompt à mettre en scène sa vie, son oeuvre et ses griefs dans l’univers digital.

Quel avenir (judiciaire) pour Benchemsi ? Les faits concordants qui ont conduit le juge parisien à le mettre en examen lui vaudront-ils une lourde condamnation ? C’est à la justice de trancher. Mais beaucoup dépendra de sa capacité à se remettre en question et à renouveler un fonds de commerce qui n’intéresse plus qu’une minorité de partisans peu critiques des méthodes employées par celui qui aurait pu être le fer de lance d’une nouvelle génération de journalistes engagés au service d’une presse d’investigation. N’est pas Edwy Plenel qui veut…

Déjà une remarque sur cet article

  1. daniel pilotte dit :

    Encore un fanatique qui au nom de son dieu a voulu etre un heros il a perdu heureusement il a echoue en pensant devenir un martyre .

Laisser un commentaire