Le piège des énergies renouvelables

duflot_aubry_

duflot_aubry_Tout comme François Hollande, la France se retrouve coincée par ses engagements. Alors que le Président de la République subit désormais la pression du président des verts au Sénat, les orientations de notre politique énergétique sont désormais contraintes par les directives européennes. Avec l’obligation de porter à 20% la part des ENR dans son mix énergétique, la France va devoir multiplier ses dépenses pour satisfaire aux exigences des technocrates de Bruxelles, eux même probablement assujettis aux lobbys des industriels. Pour évoquer ces choix stratégiques  cet article aurait également pu s’intituler, « chronique d’un échec annoncé ».

A grand renfort de campagne de communication les énergies nouvelles se font une place de plus en plus importante dans notre panorama. Mais hormis la pollution visuelle qu’elles peuvent générer, bien d’autres critiques peuvent leur être adressées. D’abord malgré toute l’attention qu’elles accaparent et tous les efforts financiers qu’elles nécessitent, on constate que leur pourcentage dans le mix énergétique est en régression (Agence Internationale de l’Energie). En réalité avec l’essor des besoins de la population mondiale, il est inconcevable que de pareilles installations puissent y satisfaire à moyen long terme. De surcroît quand on connait le problème de l’intermittence de ces ressources, on conçoit difficilement que leur généralisation puisse servir de ligne directrice à notre politique énergétique.

Mais plus que les limites techniques des énergies renouvelables, c’est surtout leur coût qui est prohibitif ! A cet égard, le rapport de la Cour des Compte publié en juillet dernier est révélateur, ainsi le Figaro affirme « qu’outre une certaine opacité du système, de nombreux observateurs dénoncent l’inflation des dépenses, qui en outre ne jouerait pas en faveur du consommateur ». Tandis que les prix de l’électricité continuent de flamber, même le président du syndicat des énergies renouvelables fustige le manque de visibilité du cadre juridique et donc sur l’évolution des prix à l’occasion d’une interview à Libé !

On vous recommande

A propos de l'auteur observatoire de lenergie

12 réactions à “Le piège des énergies renouvelables”

  1. Bien que notre mix énergétique actuel (nucléaire, hydraulique, thermique + peu de renouvelable) couvre nos besoins, nos gouvernants prônent les EnR et la réduction de la part du nucléaire. En 2011 nous avons exporté de l’énergie électrique pendant 361 jours et en avons importé pendant 4 jours (en hiver, alors que les EnR ne produisaient rien). Les EnR sont trop onéreuses, le prix de leur kWh est exhorbitant, et elles sont intermittentes, ce qui nécessite des centrales thermiques d’appoint, à démarrage rapide, qui consomment donc plus de carburant fossile que si elles étaient en régime continu. Mieux vaut investir dans le nucléaire de quatrième génération (surgénérateur, thorium) dont la conduite est sûre avec le flux de neutrons rapides. Leurs déchets sont peu abondants et, en 300 ans, leur radioactivité est 10000 fois plus faible que ceux des déchets des centrales actuelles. De plus, le surgénérateur brûle du plutonium, déchet très radioactif des centrales à eau pressurisée, dont la durée de vie est de 24000 ans.

  2. La seule énergie qui ne peut être renouvelée est le programme socialiste avec tout les déchets qu il y a dans se parti le tri sélectif est irréalisable .

  3. Jacques tu es contre le f.n je respecte ton opinion seulement tu oublie qu aujourd’hui tout les pouvoirs sont détenus par le p.s. tu n as vraiment pas de chance depuis plus de 30 ans il s agit de l alternance UMP et du PS qui ont été au pouvoir .

  4. Jacquou-Rachid, va falloir choir un jour ….
    Oui face aux conneries du style du post de Jacquou , c’est l’argument adapté à votre QI .

    1. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous, Janus. L’article n’est pas inintéressant… Les premiers commentaires non plus…

      Ce sont les commentaires suivants, qui sont pauvres. Dommage qu’ils phagocytent à ce point le sujet. Quel manque de respect pour l’auteur de l’article !

      Il serait souhaitable que l’on revienne au sujet !

      « La profondeur de l’ignorance se mesure par la quantité d’insultes proférées divisée par le nombre d’arguments utilisés pour se défendre. »
      S.L.

  5. Hé oui Janus… tiens Janus de retour au pays des trolls gauchistes- bonjour Janus !- toi c’est pas un commentaire pauvre….

Répondre à jipebe29 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.