Free sale des factures rétroactives et n’aura jamais aussi mal porté son nom

Rédigé par sachab (24actu) le 23 mai 2014.

logo_free

Régularisation de factures aux montants astronomiques, sans possibilité de paiements en plusieurs fois, prélèvements forcés, coupures pures et simples de ses services auprès de ceux dans l’impossibilité de régler immédiatement… après s’être aperçu d’un oubli comptable, Free  multiplie les bourdes et s’attire les foudres de l’association 60 Millions de consommateurs.

Il y a encore quinze jours, 60 Millions de consommateurs se réjouissaient du pouvoir d’achat que Free avait rendu aux Français : « La politique tarifaire du quatrième opérateur a permis une baisse des prix bienvenue pour les consommateurs, qui ne sont plus confrontés à des tarifs plus élevés en France qu’à l’étranger », soulignait l’association.

Aujourd’hui, elle a beaucoup moins de raisons de louer les bienfaits de l’opérateur. Elle vient de découvrir que pendant le mois d’avril, un certain nombre de Freenautes ont eu la désagréable surprise de recevoir une facture ADSL majorée, et pas de quelques menus centimes d’euros. Il s’agit bien de dizaines, voire quelques centaines d’euros. Voilà de quoi tuer le mythe de l’opérateur chantre du pouvoir d’achat.

Free aurait oublié, l’étourdi, de facturer des appels passés via Téléplanète, un service qui propose d’appeler à l’étranger à moindre coût en profitant de numéros spéciaux, et ce depuis janvier 2013. Résultat, il s’empresse aujourd’hui de rattraper le temps perdu, mais le fait avec une brutalité peu commune.

L’association donne l’exemple de Sandra, qui a eu le plaisir de recevoir une facture de pas moins de 1200 euros le 19 avril dernier. Free a eu la diligence de la prévenir de la somme due par SMS, pas de lui permettre de procéder à plusieurs versements… quelques jours plus tard, elle apprenait que le montant de sa facture atteignait désormais 1539 euros.

Rondelette, la somme. Il va sans dire que des dettes comme celle-là ne se règlent pas si aisément. Mais Free ne s’embarrasse pas de la situation financière de ses clients. Le service comptable aurait même essayé de forcer des prélèvements, obligeant les infortunés n’ayant pas les fonds à payer des frais bancaires. D’autres ont été tout bonnement privés des services de l’opérateur à la suite du rejet du prélèvement.

Ultime faute stratégique, Free a essayé de détourner le courroux de ses victimes en mettant en cause Téléplanète. Mais décidément, la faute est celle de Free, le prestataire ayant démenti toute espèce de responsabilité

« Nous n’avons appris que récemment l’existence des régularisations actuellement opérées par Free auprès de ses abonnés pour notre trafic Téléplanète, sans d’ailleurs que Free nous en ait elle-même informés. Notre société n’a aucune responsabilité dans cette situation. Bien au contraire, nous subissons un grave préjudice commercial et d’image. », s’est défendue l’entreprise.

Voilà une bien vilaine manière de traiter ses clients. Cela pourrait bien nuire à l’image low-cost de Free. Les abonnés seront sans doute amenés à se demander si ça vaut le coup de payer si peu cher si c’est pour se faire assaisonner par la suite, et sans aucune forme de ménagement.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Daniel pilotte dit :

    Le problème avec les opérateurs de téléphonie , il faudrait que les licenciements n existent pas , qu ils ne délocalisent pas , que les clients ne soient pas lésés .

  2. Vendetta dit :

    ON peut tout à fait applaudir FREE du fait de redonner du pouvoir d’achat aux citoyens, cela n’empêche en rien qu’il ne faut pas confondre et encore moins idolâtrer une entreprise au point de lui donner une confiance “aveugle” attention.
    C’est extrêmement bien ce que Free a apporté aux français, mais cela n’empêche en rien qu’il faut surveiller quand même toutes les grosses entreprises afin de leur donner un coup de bâton si ils dépassent les bornes.
    Et c’est clair qu’ils méritent de débourser en préjudice les personnes qu’ils ont “volé” tout simplement.

  3. Al Capone dit :

    Free = la Mafia des FAI

    Al Capone, de son vrai nom Alphonse Gabriel Capone et surnommé « Scarface », est le plus célèbre des gangsters américains du XXᵉ siècle. Il fait fortune dans le trafic d’alcool de contrebande durant la prohibition dans les années 1920

    A la caisse cher FREENAUTES le trafic du XXI siècle vient de commencer , certain ceux retrouvent avec 11 000 euros a payé , si sa c’est pas du raquette .

    SIGNE ALCAPONE .

Laisser un commentaire