/>

Une semaine en Hollandie, #79

Rédigé par Nikkopol le 06 juin 2014.

hollande_montre

hollande_montreEncore une jolie semaine en Hollandie, dominée par des coups de ciseaux sur un coin de table et une communication de brouillons… Et au final, ce sont toujours les mêmes qu’on prend pour des couillons…

Comparaison. On se souvient, au début de ce mandat qui tire un peu en longueur, pépère regardait vers les économies Club Med, en espérant rallier à sa cause de mauvais élève les économies sinistrées d’europe. Il s’imaginait en sauveur des mauvais, en roitelet des branquignols, en prince des guignols. 2 ans et quelques mois après, on voit le résultat : il est resté à fond de cale, il est tout seul, les pays du sud ayant décidé de faire les réformes qu’on leur a préconisé. Il y a mis du sien, pourtant, en recevant tour à tour les cancres européens à l’Elysée, puis en rendant des visites appuyées en Grèce notamment… Résultat, il est tout seul, en slip, et même pas de casque pour se cacher derrière ! Le meilleur exemple reste l’italien Renzi, qui en a plus fait dans son pays en 100 jours de gouvernement que pépère en 700 ! Ca pique… Petit aperçu bien sanglant : abandon des provinces : décidé, opérationnel le 1° janvier 2015, 3000 fonctionnaires territoriaux dehors : fait. 80 euros d’abattement fiscal pour les plus modestes, financés par des économies de dépenses : fait. Suppression du sénat : fait. Parc de 1500 voitures vendues aux enchères, un symbole certes, mais quel symbole : fait. Baisse de 10% de la taxe sur la valeur ajoutée des entreprises : fait. Rénovations des écoles avec un plan lancé de plus de 3 milliards d’euros : fait. Refonte du code du travail : lancé. Remboursement d’une dette de 68 milliards d’euros que l’état doit aux entreprises privées : lancé !… On pourrait continuer pendant des heures… De ce côté des Alpes, pépère a pris la feuille de route du patronat, le fameux pacte de responsabilité, et l’a annoncé le 14 janvier : il ne s’est toujours rien passé. Quant à la réforme des régions, on se demande si la basse Normandie va fusionner avec la haute Normandie pendant que les Pays de Loire ne veulent pas des Bretons… Bref, ça pédale dans la semoule, comme d’hab ! Et le résultat, on le connaît : plus de 41% des votes pour Renzi aux dernières européennes, lorsque le PS de pépère sombrait dans des abysses encore inconnus jusqu’à aujourd’hui !…

La sagesse du blaireau. A une question sur une éventuelle re-candidature du goret casqué en 2017, il a essayé de s’en sortir par une pirouette comme il a le secret : Je suis suffisamment sage et expérimenté en politique pour savoir que nous ne sommes qu’en 2014 et que la question de la présidentielle ne se pose pas aujourd’hui ». Mais Ducon, le problème n’est pas de savoir si elle se pose ou quand elle se posera. Les français ont déjà répondu, c’est clair, net et précis : ce sera sans toi. Et la « chance » que tu pourrais avoir, ce serait de retrouve Sarko en face. Ca mobilisera, un peu, ton camp, qui préfèrera de toute façon aller à la pêche plutôt que de revoter pour toi. Mais il n’en reste pas moins que jamais dans l’histoire, le camp du président ne s’était ouvertement prononcé sur le cas d’une élection présidentielle dans le cadre d’un premier mandat et seulement 2 ans après une victoire ! Et surtout pour chanter qu’il serait préférable que tu ne te représentes pas… La raclée, quoi…

Rappel à l’ordre. L’Europe a donné son verdict et il est saignant, comme on dit pudiquement. En clair, médiatiquement, personne ne tape sur les peintres qui sont aux commandes. Mais en vrai, elle cartonne sévère. Sur les 10 pages de rapport, elle dit de manière parfaitement claire qu’elle ne croit pas un mot des bobards racontés par pépère et ses tocards. En détails, et dans le désordre : l’engagement global de 3% de déficit en 2015, c’est intenable. Le niveau des mesures d’assainissement est clairement insuffisant. L’hypothèse de croissance est bidon. Coût du travail trop élevé. Droit du travail trop complexe. Donc chômage exponentiel. Charge fiscale complètement démente. Réforme des retraites insuffisante. Système éducatif parmi les plus couteux et les plus inégalitaires au monde… Bref, c’est du violent dans le fond, et du gentil en apparence. Et que dit mon gros Sapin ? Il est content, le benêt : « il note avec satisfaction que la Commission valide les orientations économiques du gouvernement ». Ils n’ont toujours pas de limite…

Concrètement, la France est toute seule… En lisant le rapport de la commission européenne, la France n’est clairement pas dans les pays du Nord, et on le savait, ces pays caractérisés par une bonne gestion des finances publiques, mais elle n’est plus non plus dans les pays du sud, puisque Bruxelles leur délivre un satisfecit. On est tous seuls, sur notre île de losers, ainsi que le montrent nos résultats : le seul pays européen où le chômage monte alors que tous les autres connaissent une embellie, le premier pays émetteur de dette du continent, le seul pays à l’indice Markit (qui mesure la confiance des chefs d’entreprises) qui recule là où ça remonte partout, y compris en Espagne et en Italie, l’un des derniers pays à connaître un déficit primaire, c’est à dire le déficit une fois retiré le prix des intérêts de la dette… Et ces peintres nous expliquent que tout va bien, que Bruxelles nous encourage… Simplement, ils ne tapent pas trop fort sur le groin du petit gros, de peur que son château de cartes lui tombe dessus. Comme le disait l’immense Albaladejo, « le cochon est dans le maïs »… Et pas que dans le maïs, malheureusement…

Au secours… En tout cas, en Europe, on commence à être enfin clair. Cette semaine, la Finlande, par la voix de son ministre des Finances, Jutta Urpilainen, que son pays de paiera plus pour les mauvais élèves. « La Finlande ne s’accrochera pas à l’euro à n’importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie commune européenne. La responsabilité collective pour les dettes (…) et les risques d’autres pays n’est pas ce à quoi nous devons nous préparer. Nous sommes constructifs et nous voulons résoudre la crise, mais pas à n’importe quelles conditions ». En clair, elle ne paiera pas pour couvrir la couardise de pépère, son absence de réformes, sa dette galopante et son absence totale de balloches… Lâché par le sud et le nord en même temps, je connais un petit gros qui doit se sentir bien seul dans son slip en ce moment…

Ca dégringole à tout va. Les indices continuent de tomber sur la réalité économique du pays. Cette semaine, c’est les chiffres de l’emploi intérimaire qui recule encore de façon dramatique en Avril. Or chacun sait que le travail intérimaire est un indice réel de l’activité, notamment dans le BTP, et surtout des anticipations des entreprises. Si elles anticipent du travail, elles prennent des intérimaires. Si elles anticipent des périodes noires, elles n’ont pas recours à ce type de contrats. Autrement dit, la croissance attendue par les tocards du gouvernement se révèle être, encore une fois, plus une incantation qu’une prévision sérieuse. Et dans ce recul global de plus de 1%, l’interim dans le BTP justement, baisse de plus de 13%… La profonde crise du logement dans laquelle ces branquignols ont foutu le BTP n’est pas prêt de se résoudre…

Les baisses d’impôts, ou le démontage d’une annonce démago. On se souvient des peintres qui, à la veille d’une nouvelle branlée historique, aux européennes cette fois, avaient annoncé en ultra-urgence une baisse des impôts sur le revenu pour les foyers les plus modestes. Un cadeau électoral à 1 milliard d’euros. Pas mal pour colmater les brèches dans la coque du pédalo socialo… Bon, OK, ça n’a pas suffit. Mais dans les faits, cette baisse d’impôts est est évidemment une connerie. D’abord parce que ça énerve les marchés financiers et l’ensemble des créanciers de notre économie : le FMI, par exemple, n’a pas tardé à déclarer que compte tenu de la modestie des réformes de structures, baisser les impôts était une politique pour le moins hasardeuse ! Et puis ct’une connerie économique et politique puisque les plus modestes, comme ils disent, ne paient pas d’impôts du tout : 17 millions de foyers sur 36 échappent déjà à l’impôt sur le revenu ! On est donc, avec une réduction de l’IR, sur un objectif de classe moyenne. Ensuite, la baisse de l’IR, quelque soit la population visée, reste une aberration si elle n’est pas accompagnée d’une mesure d’économie compensatrice : sinon, on donne de la main droite pour reprendre, en loucedé, de la main gauche. C’est de la démagogie pur jus. Et ça, en Hollandie, on sait que ça marche !

L’amateurisme, une marque de fabrique. Dans l’épisode des coups de ciseaux, qui fait parler cette semaine, ce redécoupage régional absolument ubuesque auquel s’est livré pépère et ses branquignols, la forme a été aussi ridicule que le fond. Il faut savoir qu’une demi-heure avant l’annonce, on ne savait toujours pas combien de régions on aurait in fine ! C’est un truc de fous, non ? Mais c’est possible avec ces peintres ! « Ca s’est passé n’importe comment », déclare l’éditorialiste du groupe de presse quotidienne régionale EBRA, Patrick Fluckiger. « Dans la tribune que nous avons reçue à 20h43, le président se propose de ramener le nombre de régions de 22 à… XXX. […] Il y avait un point d’interrogation”, a raconté le journaliste sur LCI. Finalement, “le bon nombre de régions est arrivé une bonne demi-heure plus tard”… C’était pas improvisé, hein, comme annonce… ces types sont un cauchemar absolu ! Même dans son camp, les critiques d’amateurisme ont fusé… Sans parler de la tribune en elle-même, beaucoup trop longue pour être reprise telle qu’elle : 20h43, les maquettes sont bouclées et il est bien trop tard pour tout casser et donc faire paraître le blabla présidentiel ! Mais qui bosse, là haut, nom de Dieu ? Elle n’a même pas été annoncée aux titres, cette tribune ! Et dans la foulée, même la sinistre vieille bique en charge de la réforme, la Lebranchu, a critiqué les arbitrages du Palais…

Lebranchu, toujours, à débrancher. Et vite. On l’avait souligné ici, la vieille bique chargée de flatter le reliquat d’électeurs socialistes de la fonction publique, s’était empressée de revenir sur une réforme Fillon qui avait porté ses fruits : le jour de carence dans la fonction publique. L’idée était que les fonctionnaires ne seraient plus indemnisés qu’à partir du 2° jour d’arrêt maladie, là ou les quelques salariés du privé qui restent dans notre économie, doivent attendre le 4° jour d’arrêt pour commencer à recevoir une indemnité de la sécu ! Une mesure jugée « injuste et inefficace » par la chèvre à lunettes, en dépit des excellents résultats constatés par l’assureur Sofaxis, spécialisé dans l’indemnisation des arrêts maladie : les arrêts d’une journée avaient diminué de 43 % dans les collectivités locales en 2012 et de 40 % dans les hôpitaux. Les arrêts de deux jours avaient également baissé la même année de 18 % dans la territoriale et de 31,8 % dans l’hospitalière. Si toutes les politiques publiques pouvaient être aussi « inefficaces », j’en connais qui se porteraient drôlement mieux dans les sondages…

Lebranchu, la récidive. Et donc la vieille bique a récidivé. Elle a annoncé un “coup de pouce” à partir du 1er janvier 2015 : un allégement dégressif de leurs cotisations retraite, une mesure destinée à leur “redonner du pouvoir d’achat”. Sont concernés les agents payés jusqu’à un smic et demi : ils sont 2,2 millions, 100 % des catégories C, 70 % des B et 20 % des A. Comme quoi, en Hollandie, les changements de cap dans les mots sont loin d’être traduits en actes ! A meilleure preuve, on continue la tambouille socialo-sociale clientéliste en distribuant encore et toujours aux rentiers de la fonction publique, entretenant ainsi un système d’une incroyable injustice : ils sont mieux payés que dans le privé, travaillent moins, sont plus souvent malades ou absents, bénéficient de plus d’avantages et de privilèges, partent à la retraite plus tôt avec de meilleures pensions et, surtout, détiennent durant toute leur vie professionnelle un véritable trésor, la sécurité et la garantie de l’emploi. La vraie inégalité sociale en France, la honte absolue de notre système, elle n’est évidemment pas entre les riches et les pauvres ou entre les hommes et les femmes, mais bien entre les fonctionnaires et les non-fonctionnaires. Tellement injuste d’ailleurs qu’il faut noter que les fonctionnaires ne cotisent pas à l’ASSEDIC ! Le chômage d’un salarié du privé, quand on est fonctionnaire, on s’en tamponne le coquillard ! Mais on revendique –et on exige !- la solidarité des « nantis du privé » envers les « malheureux du public » ! Remarquez, comme il y a de moins en moins de salariés dans le privé pour financer les toujours plus nombreux planqués du public, un moment donné ça va coincer… En tout cas, pas pour la vieille bique de Lebranchu ! A débrancher, donc.

Copains comme… Les municipales ayant pas mal de salariés de la république socialistes sur la paille, toute une génération de rentiers des postes municipaux, il a bien fallu les recaser. Paris n’a pas échappé à la règle. Malgré la victoire de la calamiteuse Hidalgo, quelques collabos se sont retrouvés à poil, sans la rente républicaine de nos impôts. Mais comme, en Hollandie, on a du cœur et surtout qu’on ne s’emmerde pas la vie avec la moindre morale, on recase autant que possible : l’administration parisienne a ainsi vu débarqué, c’est la saison, nombre de quidams au salaire inversement proportionnel à leur mission effective au service de la collectivité. D’ailleurs, on ne s’est même pas emmerder à leur donner une fonction ou un poste précis. On s’en tape. Ce qu’il faut, c’est qu’ils soient au chaud, avec des traitements aussi gras que les miches du conseiller général qui pantoufle Faubourg St Honoré. Ainsi Pierre Mansat, ex-adjoint PCF de Delanoë chargé du Grand Paris a été nommé le 6 avril dernier à l’inspection générale de la Ville pour un salaire estimé entre 7.000 et 8.000 euros mensuels ! En plus de cette mission, il est rattaché au secrétariat général, «chargé du suivi de la mise en place de la métropole et de l’adaptation de l’administration parisienne à cette future échéance»… Tout un programme ! En tout cas, on peut être communiste et confortablement rétribué, sans doute logé dans un logement social de la ville et très probablement véhiculé dans une voiture de fonction ! Elle a une jolie gueule, la révolution prolétaire, non ? Un autre planqué a été remercié : Sylvain Garel, qui a co-présidé le groupe EELV lors de la dernière mandature, est désormais chargé de mission à la direction générale des relations internationales. Ce qu’il y fout ? Travailler à la lutte contre le sida en Afrique et sur le label « Co-développement Sud ». Tout un programme… Qu’ils en profitent : cette gabegie ne devrait plus durer très longtemps….

La dévalade. De manière assez logique quand on voit que les semaines se suivent et se ressemblent, pépère dévisse encore dans les enquêtes d’opinion. L’amateurisme de la réforme territorial ne devrait pas l’aider à remonter. Toujours est-il que pour l’IFOP, il plafonne désormais à 16% de bonnes opinions ! Toutes ses clientèles : même les jeunes, pourtant catégorie érigée en priorité, ne le suivent plus : 9% des 18-24 ans lui font confiance… On le répète souvent, mais que dire d’autre : tout ça va mal finir…

A part ça, dans le grand jeu de petit découpage régional entre amis, le Schtroumpf Cazeneuve a eu ce mot absolument génial sur Itélé cette semaine : « on ne peut pas satisfaire tout le monde »… La question n’est pas la pertinence de la « réforme » mais plutôt de parvenir à l’enfumage qui emmerde le moins possible les clientèles socialistes… Et ce sont eux qui le disent ! A part ça, ils ont les interlocuteurs qu’ils peuvent. Fabius, désormais passionné par le réchauffement climatique, s’empare du sujet et consulte à tout va. Et cette semaine, sur cette grande question, notre Lolo national a reçu… les présentateurs météo. Sans doute conserve-t-il une once de légitimité pour ces pingouins… A part ça, c’est sur le site de l’Elysée que chacun a pu découvrir les « arbitrages » présidentiels en terme de régions. Et chacun a pu constater que l’orthographe n’était pas une science exacte pour les équipes de pieds nickelés du Palais. En fait, pour ces tocards, réduire le nombre de régions, c’est réduire le nombre d’occasions de faire des fautes en recopiant les pages Wiki… Lamentable ! A part ça, Rebsamen a reçu un trophée hautement symbolique, dont il tirera une grande fierté : lors de la soirée consacrée à l’auto-célébration du théâtre subventionné français, Rebs a reçu le « Molière de la meilleure trahison pour son rôle de petit lampiste du Medef » ! Etre insulté par ses clientèles, quel drame pour la Hollandie au pouvoir ! A part ça, rien.

Allez, bon weekend et bon courage…

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    Toujours aussi piteuse la Hollandie !
    les mégères socialistes montent en puissance
    des esclaves pour tenir les parapluies de TAUBIRACAILLE ET LANGEVIN jardin du Luxembourg ( Cérémonie Esclavage )MDR
    ET LA HIDALGO 1er pétasse de PARIS .
    PAYER UN LARBINS pour pétasse de gauche ? DU JAMAIS VU.
    LE FABIUS SANG POUR 100% a vouloir des sanctions pour
    POUTINE ?
    FABIUS LE FAUX Q = Souhaitable qu’il soit plus modéré envers
    LA GD RUSSIE EUROPEENNE depuis des siècles !
    MADAME VICTORIA NULAND ( USA ) nous dit que depuis des années les USA ONT VERSER DES SOMMES IMPORTANTES EN UKRAINE ? ( mafieux +mercenaires + que fait la =CIA )
    En vue d’un changement de régime en UKRAINE ?
    USA souhaitent installer un GOUVERNEMENT QUI SUIVE
    LA LIGNE WASHINGTON et projette la puissance USA
    VERS LES FRONTIERES DE LA RUSSIE .
    Hollande toujours aussi RIDICULE il ne sera jamais un PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE RECONNU .
    LAISSER DES VETERANTS en plein soleil !alors que les sinistres
    ministres de la Hollandie sont dans tribunes a l’ombre .

  2. Daniel pilotte dit :

    Les semaines passent et francois hollande continue la même politique inefficace son équipe gouvernemental est composé d hommes et de femmes qui défendent d abord leurs acquis le peuple de france n étant pour eux une priorité , les socialistes sont immoraux .

  3. Karamba! dit :

    Flanby a repris 2 points dans les sondages, la réforme Taubira vient de passer à l’assemblée comme une lettre à la Poste. Pendant ce temps là l’UMP est plantée dans ses affaires et le FN se retrouve embringué dans une polémique grotesque qui suffit à mettre à dos les deux patrons du parti.
    Non le pire c’est que la médiocrité socialiste continue son cours avec un sens de l’opportunisme parfaitement calculé, ils sont minoritaires mais seuls au monde. En gros Flanby pourrait durer ainsi encore des années. Le seul truc qui pourrait l’ébranler, c’est à la rigueur un nouveau tsunami économique international. Mais sur un plan national tout est verrouillé et aucun espoir n’est possible.

  4. amazonia dit :

    toujours EN PITEUSE HOLLANDIE
    A METTRE COMME MINISTRE des mi- figues /mi raisins ?
    VALLS L’orgueilleux ! un politicard OGM car
    5% FRANCAIS DE PAPIER en 1982 donc pas de racines FRANCE
    95% = Valls espagnol de père / suisse /italienne de mère
    UE/USA / MONDIALISTE DE CHOIX POLITIQUE ?
    QUE VALLS NE SOIT PAS SURPRIS ? 10 JUIN 2014
    AUX COMMEMORATIONS DE ORADOURS SUR GLANE ?
    LE PETIT FILS D’UN RESISTANT FRANCAIS
    TRAITE VALLS D’IMPOSTEUR ?
    PAS FAUX . CQFD .
    VALLS NE PEUT EN AUCUN CAS PARLER POUR NOUS /NOS RACINES / NOS ANCETRES FRANCAIS . PATRIOTES .
    LA VERITE DERANGE ? LE PETIT DICTATEUR SERVITEUR DU
    BILDERBERG GROUPE .

    • Amazonia 2 dit :

      Avec tout le respect que je vous dois, achetez-vous un cerveau et épargnez nous vos commentaires, qui plus est illisibles. Par avance merci

  5. Pierre dit :

    Bien Nikko : excellent !

Laisser un commentaire