Free à la traine dans la course des télécoms

logo_free

logo_freeUne histoire d’activation impossible de la 4G sur des mobiles pourtant compatibles, une même couverture 4G calamiteuse, une restriction abusive des appels à l’étranger … Cela commence a faire beaucoup pour Free qui semble distancé dans la course au haut débit qui anime les différents opérateurs.

La couverture 4G de Free, vaste supercherie

S’il n’était question que de l’étendue de la couverture de Free, le débat serait vite expédié. Non seulement l’opérateur ne dispose pas d’une couverture comparable aux autres opérateurs, mais les difficultés sur son réseau ne cessent de s’accumuler. Depuis le milieu de la semaine dernière, de nombreux utilisateurs ont par exemple fait part d’un problème rencontré sur le site de Free Mobile : il leur était tout simplement impossible d’activer l’option 4G alors qu’ils possédaient des mobiles compatibles. « Votre mobile actuellement enregistré n’est pas reconnu comme compatible 4G LTE », inquiétant, surtout lorsque les clients ont investi dans des Smartphones dernière génération.

Simple problème technique ? Pourquoi pas, mais le problème semble chronique en ce qui concerne la 4G. Une récente enquête de l’ARCEP a en effet révélé une fiabilité médiocre à propos de la carte 4G de Free. Free ne couvrirait que 24% des Français (quand Bouygues en couvre 70%) et sera invité à corriger sa carte avant le 18 juillet prochain. Non seulement Free ne dispose pas d’une couverture de grande amplitude, mais en plus, l’opérateur souffre de très importantes disparités. Free ne dépasse par exemple jamais les 80% de couverture de la population d’un département, seul 5 départements dépassent 50% et 31 départements ne sont absolument pas couverts !

Une condamnation qui fait tache

Si Free a encore le temps de rattraper son retard en ce qui concerne la 4G, une nouvelle affaire d’appels illimités à l’étranger qui ne le sont finalement pas vient alourdir le casier de l’opérateur. 19 abonnés se sont en effet plaints, certains parce que leurs communications étaient systématiquement coupées au bout de quarante minutes, d’autres parce qu’ils ne pouvaient pas appeler plus de deux fois quarante minutes par jour… L’analyse des factures détaillées a confirmé la crainte de ces abonnés : les communications à l’international étaient effectivement limitées.

Free avance que ces restrictions étaient justifiées par des raisons techniques, que les consommateurs étaient informés, que tous les opérateurs y ont eu recours. Rien n’y fait. L’opérateur et sa maison mère ont en effet été condamnés jeudi 10 juillet à respectivement 50 000 euros et 25 000 euros d’amende pour des faits s’étant déroulés de mai 2009 à mai 2012. L’heure n’est donc pas à la fête chez l’opérateur low-cost, d’autant plus que l’on commence à y voir plus clair en ce qui concerne la qualité médiocre de sa 3G en itinérance.

Si l’affaire n’est pas nouvelle, une étude de qualité de service publiée par l’ARCEP permet de tirer des conclusions plus précises. Alors qu’Orange prend en charge une partie importante du trafic 3G de Free à travers un contrat d’itinérance, ces services 3G seraient de mauvaise qualité (difficulté d’accès, voire absence totale d’accès à Internet). Orange a longtemps été accusé de brider la bande passante dévolue à Free Mobile, mais le chef d’inculpation ne tient pas : Orange est rémunéré en fonction du volume consommé par les clients de Free Mobile. L’intérêt de brider la bande est donc nul.

Ce serait Free Mobile lui-même qui serait à l’origine d’une optimisation des services les plus gourmands en bande passante. En clair, Free bride lui-même certains services afin de minimiser ses coûts. Une enquête menée par FrMobile tendrait à valider cette hypothèse dans la mesure où « il apparaît que seuls certains services sont bridés ». Cette mauvaise qualité de service en situation d’itinérance ne devrait pas impacter à court terme le succès de Free, puisque l’opérateur prévoit de tenir ses engagements de couverture (75% de la population en 3G d’ici janvier 2015). En revanche, il y a fort à parier que les abonnés de Free ne se satisferont pas de services au rabais à plus longue échéance.

On vous recommande

A propos de l'auteur jediscajedisrien

2 réactions à “Free à la traine dans la course des télécoms”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.