Energie nucléaire : chroniques d’une opposition néfaste

Rédigé par lesoufflet le 15 août 2014.

duflot_cohn bendit
Photo : POLSKA64
duflot_cohn bendit
Qu’ils soient présents dans le champ politique avec les verts ou dans le secteur associatif avec Greenpeace, les opposants au nucléaire poursuivent une guerre néfaste contre l’un des fleurons de notre industrie, à savoir l’énergie nucléaire. Fervents défenseurs des énergies propres, ils ne perçoivent pas les avantages considérables permis par l’énergie nucléaire.
Actions coups de poing pour les uns et interventions politiques pour les autres. Les méthodes diffèrent mais les objectifs restent les mêmes : détruire et mettre à mal notre première source d’énergie et une formidable manne d’emploi. L’énergie nucléaire, développée dans les années 50 et 60 sous l’impulsion du Général de Gaulle et dans l’effervescence économique des Trente Glorieuses, représentait en 2004 79 % de la production totale d’électricité en France et employaient en 2012 plus de 40 000 personnes.Plus encore, malgré les cris d’orfraie poussés outrageusement par les opposants, l’énergie nucléaire française reste extrêmement sure et les risques d’accidents hautement improbables. En outre, ce fleuron de notre industrie nationale est reconnu à l’international, comme en témoigne les multiples contrats passés avec l’Inde, les Etats-Unis ou encore la Suède. Symbole de notre expertise, l’énergie nucléaire représente aussi l’un des derniers secteurs industriels dans lequel la France peut encore se targuer d’être à la pointe de l’innovation et du développement. Ignorant visiblement les implications considérables entraînées par le nucléaire, les anti-nucléaires, par leur sectarisme, menacent des milliers d’emplois et une frange entière de notre industrie nationale, déjà particulièrement décimée et menacée en ces temps de crise.

Promoteur d’une énergie entièrement “propre”, “renouvelable”, “verte”, ils se moquent aussi visiblement des coûts qu’entraîneraient une refondation totale de notre parc énergétique, coûts qui se répercuteraient bien rapidement sur les usagers, contraints de payer la folie idéologique de quelques bobos inaptes à percevoir les enjeux considérables d’un secteur essentiel à la production énergétique française. En effet, ignorent-ils les pannes constantes qui touchent les installations renouvelables françaises ? Ignorent-ils la hausse des prix pour les consommateurs en cas d’abandon progressif de notre parc nucléaire ? Ignorent-ils les conséquences qu’auraient de telles décisions pour un Etat déjà en faillite ?Ignorent-ils, surtout, l’absurdité de leur combat, quand on sait que les pays ayant renoncé au nucléaire (Allemagne, Japon) ont du compenser par une consommation excessive du charbon et des hydrocarbures, responsables des émissions de gaz à effet de serre et ainsi du réchauffement climatique ?

 

Enchaînés dans un sectarisme exacerbé, les anti-nucléaires constituent une menace sérieuse, tant pour les consommateurs, que pour tous les salariés du secteur.

Déjà 13 remarques sur cet article

  1. Le Cécilien dit :

    Ces deux là me dégoutent au plus haut point ! qu’ils dégagent de la politique Ils n’ont pas leur place et aillent ceuillir des pâquerettes ou garder des moutons!

  2. Avec ce texte aigri, l’auteur montre qu’il ne comprend pas ce qui se passe actuellement : le nucléaire s’effondre sur la planète (et ça commence en France), mais… ce n’est pas à cause des antinucléaires !

    Ces derniers ont bien raison de manifester tant le nucléaire est une horreur (catastrophes, déchets, mines d’uranium, peu d’emplois, électricité ruineuse au final, etc), mais ils ne sont pas la cause de :

    – 54 réacteurs arrêtés au Japon après une catastrophe causée par l’incompétence totale des instances nucléaires (l’AIEA a certifié cent fois la “sûreté” du parc nucléaire Japonais face au risque sismique et Tsunami !)

    – les deux tiers du nucléaire belge à l’arrêt (cuves fissurées, fuites, etc)

    – 4 réacteurs EDF arrêtés en Grande-Bretagne (défaillance matérielle)

    – 5 réacteurs définitivement fermés ces derniers mois au USA (dont 2 qui avaient obtenu une prolongation jusqu’à 60 ans, mais les propriétaire ont quand même fermé : pas rentable !!!)

    – l’Action Areva a perdu 20% en quelques heures et est à 11 euros (contre 82 il y a peu : 87% de pertes !)

    – Désastres sans fin des deux chantiers EPR de Finlande (Areva) et Flamanville (EDF)

    etc etc etc

    Le nucléaire est une industrie du 20ème siècle, elle est déjà morte… mais son agonie va s’étirer sur des décennies (des millénaires en comptant les déchets) et causer d’autres catastrophes comme Fukushima…

  3. Avec ce texte aigri, l’auteur montre qu’il ne comprend pas ce qui se passe actuellement : le nucléaire s’effondre sur la planète (et ça commence en France), mais… ce n’est pas à cause des antinucléaires !

    Ces derniers ont bien raison de manifester tant le nucléaire est une horreur (catastrophes, déchets, mines d’uranium, peu d’emplois, électricité ruineuse au final, etc), mais ils ne sont pas la cause de :

    – 54 réacteurs arrêtés au Japon après une catastrophe causée par l’incompétence totale des instances nucléaires (l’AIEA a certifié cent fois la “sûreté” du parc nucléaire Japonais face au risque sismique et Tsunami !)

    – les deux tiers du nucléaire belge à l’arrêt (cuves fissurées, fuites, etc)

    – 4 réacteurs EDF arrêtés en Grande-Bretagne (défaillance matérielle)

    – 5 réacteurs définitivement fermés ces derniers mois au USA (dont 2 qui avaient obtenu une prolongation jusqu’à 60 ans, mais les propriétaires ont quand même fermé : pas rentable !!!)

    – l’Action Areva a perdu 20% en quelques heures et est à 11 euros (contre 82 il y a peu : 87% de pertes !)

    – Désastres sans fin des deux chantiers EPR de Finlande (Areva) et Flamanville (EDF)

    etc etc etc

    Le nucléaire est une industrie du 20ème siècle, elle est déjà morte… mais son agonie va s’étirer sur des décennies (des millénaires en comptant les déchets) et causer d’autres catastrophes comme Fukushima…

  4. Paul Emiste dit :

    Les écolos n´ont rien à voir avec l´écologie. Quand j´habitais en RDA dans les années 80, j´ai pu voir tous les trotskistes, maoïstes et autres spartakistes joindre “Die grünen”.
    Le but de ces gens la est la destruction de la société “bourgeoise” “réactionnaire” et “libérale” point barre.
    Ils sont joyeusement en train de déconstruire donc détruire la famille, aidés en cela par la baudruche à lunette d´écailles et ses mignons, plus médiocres les uns que les autres.

  5. jipebe29 dit :

    Vive le CO2: il est nécessaire à la photosynthèse, et, sans lui, pas de vie sur notre planète. Par ailleurs, son action sur la TMAG (température moyenne annuelle globale) est non mesurable, et les thèses du GIEC sont fausses.
    Voir:

    http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

    et aussi:
    https://kin152.gadz.org/climatologie/verites.pdf

  6. jipebe29 dit :

    Cela étant, la politique de développement inconsidéré des EnR, aussi onéreuses qu’inutiles, nous mène droit dans le mur.
    Voir : http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE
    La meilleure transition énergétique concerne les centrales à surgénération 238U et 232Th. Elles sont à neutrons rapides et faciles à conduire, peuvent s’arrêter et redémarrer très rapidement, leur coût du kWh est compétitif, d’autant que l’enrichissement n’est plus nécessaire, leurs déchets sont peu importants et au bout de 300 ans ne sont quasiment plus radioactifs. Elles peuvent fournir de l’énergie électrique pendant plusieurs millénaires. Voici la seule piste sensée pour les prochains siècles, ce qui laisse du temps pour la fusion, si on y arrive. Notons que la Chine et l’Inde ont des projets de surgénération à thorium, car ces pays disposent de ressources Th sur leur territoire (le Th est du reste abondant partout dans le monde, pas seulement dans ces pays). Actuellement le CEA travaille sur un projet de centrale à thorium (projet Astrid), qui devrait être achevé d’ici 2020. Le meilleur schéma consiste donc à installer des mini-centrales Phénix, dont la technologie est maîtrisée, fermer progressivement quelques centrales classiques, et faire la jonction avec la surgénération 232Th. Aini les EnR intermittentes et onéreuses, rêves des idéologues verts, n’auront plus d’utilité et nos paysages seront préservés (et notre pouvoir d’achat aussi !…)

  7. Namad dit :

    M. “Lesoufflet”,

    Merci pour cet article ô combien détonnant !
    Enfin de l’agressivité gratuite et stérile, toujours les mêmes pseudo-arguments mille fois écrits et mille fois démentis (chiffres et faits à l’appui) ; aucune nouveauté, aucune analyse : à quoi bon cette publication – si ce n’est vous assurer de ne jamais vendre aucun papier à de la presse crédible ?

    Votre connaissance de l’énergie nucléaire, de son économie et de ses dangers – pour ne citer que les sujets que vous abordez, faisant fi par exemple, des crimes sociétaux dont cette énergie nous rend responsables – semble encore plus déficiente que votre maitrise de la langue française.

    Avant de parler, informez-vous – de surcroit si vous vous voulez être aussi véhément ; avant de publier, assurez-vous d’apporter un minimum à vos lecteurs – et faites-vous relire !

    Mais épargnez-nous pareils torchons sur des sujets auxquels vous ne connaissez manifestement rien.

    Une citoyenne avertie – soit une (trop petite) menace pour la menace nucléaire, là-dessus seulement je vous rejoins.

  8. Statistiquement la prochaine catastrophe nucléaire, c’est pour la France :
    http://www.villesurterre.com/images/stories/a_quand_la_prochaine_catastrophe.jpg

    Et si la catastrophe se déroule à Nogent-sur-Seine, et que le vent soit tel qu’on soit obligé d’évacuer PARIS, et même que le gouvernement soit obligé d’aller s’installer à VICHY, on déciderait immédiatement, je suppose, d’arrêter le nucléaire, comme on l’a fait au Japon suite à la catastrophe de Fukushima.
    Alors mon raisonnement est le suivant : pourquoi attendre une catastrophe au lieu de sortir intelligemment du nucléaire,
    et je pense que ça peut se décider immédiatement et se faire vite non ?

  9. Daniel pilotte dit :

    Les écolos sont incroyables ils sont contre le nucléaire , j ai constaté que la plupart des personnes arborant sur leur véhicules l auto-collant non au nucléaire ils roulent avac des véhicules polluant plus que les autres citoyens lambdas .

  10. […] Qu'ils soient présents dans le champ politique avec les verts ou dans le secteur associatif avec Greenpeace, les opposants au nucléaire poursuivent une guerre néfaste contre l'un des fleurons de notre industrie, à savoir l'énergie nucléaire. Fervents défenseurs des énergies propres, ils ne perçoivent pas les avantages considérables permis par l'énergie nucléaire.  […]

Laisser un commentaire