/>

Fin du nucléaire et de la famille : clientélisme électoral pour les nuls

Rédigé par lesoufflet le 13 octobre 2014.

centrale_nucléaireAvec le projet de loi sur la transition énergétique, François Hollande est-il prêt à signer un bon gros chèque aux anti-nucléaires pour satisfaire des alliés récalcitrants ? Parallèlement, la manif pour tous s’est donnée une nouvelle fois rendez-vous le 5 octobre dernier, tandis que le gouvernement programme des coupes sèches dans le budget de la politique familiale. Ce mini-paradoxe révèle bien les entremêlements de l’idéologie et du clientélisme au Parti Socialiste… 

La gestion des clientèles électorales et l’intérêt général

Sous la présidence de François Hollande, la gauche française aura réussi sa transition : un passage en douceur du matérialisme hégéliano-marxiste à l’utilitarisme de John Stuart Mill. Bravo l’artiste, désormais on sait qu’à Solférino, la somme intégrale des intérêts particuliers représente l’intérêt général ! Un coup de maître pour celui qui tire les ficelles du parti depuis une vingtaine d’années. Pourtant même avec cet aggiornamento, la rationalité des choix du gouvernement laisse perplexe.

Alors que des centaines de milliers de Français manifestent pour protéger l’institution familiale, l’énarque d’HEC préfère réduire les dépenses de la politique familiale. Inversement, alors que ses alliés écologistes refusent de voter la confiance, il s’entête dans une politique énergétique qui pourrait creuser le déficit du pays de plusieurs milliards supplémentaires.

La facture de la transition énergétique idéologisée

Pendant que la France dépense 1 milliard pour alimenter le Fonds vert contre le réchauffement climatique, elle semble prête à en sacrifier 5 pour simplement fermer Fessenheim. Le texte qui ambitionne de « changer la vie des Français » n’apporte pas de vraies réponses sur l’avenir de l’approvisionnement du pays, mais se prépare déjà à gonfler la facture des ménages…

Rien que pour assurer le plafonnement de nos capacités de production nucléaire, la fermeture anticipée de Fessenheim reviendrait aux contribuables à verser 5 milliards de plus via leur feuille d’impôts ! L’Autorité de Sûreté Nucléaire a beau avoir autorisé l’exploitation des réacteurs jusqu’en 2021, l’objectif de réduction de la part du nucléaire pourrait venir brusquer « le dialogue fructueux entre l’Etat et l’exploitant ».

Clientélisme ou l’optimisation de la dépense publique

Le clientélisme se résume souvent à cette formule de l’ancien maire de Toulon, Maurice Arreckx « la justice pour tous, les faveurs pour mes amis ». Si toutes les populations ont des revendications, répondre à certaines sollicitations n’aura pas les effets escomptés sur la popularité du responsable politique. Dans notre exemple il serait beaucoup plus rationnel – et économique – de renoncer à la fermeture de Fessenheim et d’arrêter la destruction de la politique familiale, mais électoralement ces orientations ne sont pas porteuses pour un homme de gôche…

Chaque année, la France distribue environ 34 milliards d’euros, « le Jaune des Associations (trois gros volumes de plusieurs milliers de pages) récapitule toutes les largesses accordées par les ministères et autres secrétariats d’Etat ». Ce n’est donc pas l’argent qui manque à distribuer, c’est plutôt la question de l’allocation des ressources qui pose problème !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. triton dit :

    et si la transition énergetique et la fin des centrales nucléaires c’était ça => http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/energie-houlomotrice-ou-energie-des-vagues ?
    Encore belle une bande d’hurluberlus anarcho-socialo-écolo-gocho, ces khmers verts ?…
    En attendant, on y apprend que le potentiel d’énergie houlomotrice dont dispose la France sur la façade atlantique (sans compter l’outre-mer) permettrait déjà de supprimer 5 réacteurs nucléaires… et les déchets qu’il faut retraiter ou stocker…

    Pour la famille, je fais confiance à tous les extrêmo-gocho-lgbto-catho de tout poil pour apporter des solutions super géniales pour, si ce n’est dieu possible, la maltraiter un peu plus.

  2. Daniel pilotte dit :

    Je ne crois pas en la fin du nucléaire et de la famille , je crois plutôt en la fin des dérives liberticides des socialistes et des énergumènes qui ont une fâcheuse tendance de prendre le peuple de FRANCE pour des cretins .

Laisser un commentaire