/>

Burqa : Morano, Opéra Bastille, deux poids deux mesures

Rédigé par lesoufflet le 13 novembre 2014.

Nadine_Morano_2012

Nadine_Morano_2012Alors que Nadine Morano a suscité nombre de moqueries et d’indignations, en demandant à une femme portant la burqa dans une gare de respecter la loi interdisant cet accoutrement, tout le monde s’accorde à trouver les responsables de l’opéra Bastille courageux pour avoir viré une femme en plein spectacle car elle portait le niqab.

Qu’une élue de la République (oui, ça fait mal mais c’est bien le cas) exige des forces de l’ordre qu’elles fassent respecter la loi : les journalistes tous supports et autres chroniqueurs du service public se font un plaisir de la descendre en flèche, elle, la folle raciste qui agresse des femmes dans les endroits publics car elle ne tolère pas leurs différences de religions et de coutumes.

Qu’un établissement public, après avoir permis à une personne de s’asseoir dans une salle de spectacle, l’exclue en plein milieu de la représentation, pour exactement la même raison, et les sachant parisiens vont applaudir ce courage contre la barbarie obscurantiste.

Certes un niqab et une burqa sont légèrement différents, mais il faudrait être de mauvaise fois pour se servir de cette infime distinction pour justifier la différence de traitement entre les deux affaires. Quand c’est les petits copains artistes, ce n’est pas pareil qu’une personnalité de droite, donc méchante. Et puis c’est tout… Leur bêtise serait touchante si elle ne menait à la destruction de la France !

Il est hallucinant de constater la différence de traitement entre les représentants du petit monde de la culture et une femme politique méprisée par l’intelligentsia. Comparé aux torrents de haine déversés contre Morano, les quelques objections faites sur la manière d’avoir viré cette pauvre femme d’un opéra où on l’avait laissé entrer, se font bien discrètes.

Si Morano a été ridicule d’interpeller cette femme dans la rue, en quoi le comportement de l’Opéra Bastille ne l’est pas tout autant ? Pourquoi c’est la risée du web quand il s’agit de Morano et quand c’est les théâtreux du Marais, un mal nécessaire ?

Pour être honnête, les pouvoirs publics feraient mieux de demander à certaines communautés de respecter les règles de civilité de base (ne pas imposer leurs régimes alimentaires dans les écoles et les colonies de vacances, contrôler leurs intégristes qui prônent la haine de la France sur notre propre territoire, qui envoient des djihadistes par milliers, plus qu’aucun autre pays occidental) et de leur laisser porter leurs costumes identitaires, même si ça pique les yeux.

En France, on a l’impression, de Chirac à Valls, que la Burqa est condamnée violemment afin de faire croire aux Français angoissés par cette islamisation de leur pays, que les dirigeants politiques trop lâches pour évoquer les vrais soucis, prennent le problème à bras le corps. Quitte à fouler du pieds certaines libertés fondamentales, comme celle du culte.

 

 

 

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. Jpb dit :

    Allez vous balader au Qatar en mini jupe, juste pour rire….

    En France les politicards font des lois qu’ils ont la trouille ensuite de faire appliquer.

    Bilan, les sacs poubelles noirs prolifèrent partout devant le nez des flics qui n’osent plus intervenir….au même titre que dans les 750 zones urbaines de non droit, pour la plupart islamistes.

    Pire, la sénatrice trinationale Benbassa (eelv-socialo) appelle carrément les musulmans à ne pas respecter cette loi….. soutenu en cela par une presse de gauche connue pour avoir toujours tapé sur le catholicisme au nom de la laïcité….

    il est plus que temps de remettre de l’ordre dans ce pays !

  2. Ludo dit :

    Et la marocaine française Belkacem, néanmoins ministre de l’éducation – quelle blague- autorise maintenant les accompagnatrices voilées dans les sorties scolaires…..

  3. Daniel pilotte dit :

    Les propos de madame nadine morano sont justifiés , elle a entièrement raison , il n y a pas qu’au qatar ici en france dans certaines banlieues dans certains quartiers , une jeune femme ou femme en mini jupe est traitée comme une moins que rien .

Laisser un commentaire