Etat Islamique : un plan de com à l’américaine !

Rédigé par Xavier Laforge le 19 février 2015.

hollande_bastille_drapeaux-

hollande_bastille_drapeaux-Mises en scène quasi-théâtrales de décapitations rituelles d’être humains (on remarquera le choix des costumes), logos-vidéo déclinés en une gamme de morphismes à l’esthétique choisie, slogans chocs, et maintenant un chansonnette d’appel à la vengeance, en langue française s’il vous plaît.

Ecoutons le refrain : «Tends ta main pour l’allégeance, et émigre vers ta terre. Crie de tout ton cœur vengeance, car tu ne peux plus te taire».
Puis les couplets : 1-«L’étendard s’est élevé, le Califat est arrivé, oh toi qui en a tant rêvé, il est temps pour toi d’émigrer». 2-«Nous perdons notre dignité, en vivant comme des lâches, nous renforçons notre unité, en combattant sans relâche».

Donc le thème de cette chansonnette de propagande est «la revanche», et clairement «la vengeance», thème qui aurait tendance à donner raison à Manuel Valls quand il évoque l’Islamo-fascisme, car toute la dialectique hitlérienne était construite sur la revanche après la défaite allemande de 1918, et la vengeance jusqu’à la destruction de la France.

Mais il y a plus troublant : cette orchestration savante rappelle étrangement la propagande anti-française orchestrée en Algérie par le FLN, et soutenue à l’époque en sous-main depuis l’ONU par les intérêts pétroliers américains. Cette manière de communiquer n’est pas sans rappeler non plus la déstabilisation des activités françaises en Côte d’Ivoire il n’y a pas si longtemps, à une époque où des sociétés américaines soutenaient le président Laurent Gbagbo contre la présence Française en Afrique de l’Ouest.

Il y a donc lieu de s’interroger sur la manière dont le fameux Etat Islamique, qui ne doit sa survie qu’à la bienveillante inaction des forces armées américaines au moyen-orient, organise sa communication à la manière d’une agence du publicité : beaucoup moins religieuse qu’elle voudrait s’en donner l’apparence, la communication de l’Etat Islamique est de plus en plus orientée vers le soulèvement des populations françaises d’origine immigrée, et l’orientation de leur haine contre leur pays d’accueil. Tout cela rappelle les actions subversives d’influence de l’opinion publique dont nos amis d’outre-Atlantique sont, de longue date, devenus des maîtres avérés.

Il serait assez instructif de savoir qui finance le pôle médias de l’Etat Islamique ? Qui finance les appels à la haine de la revue, écrite en français, diffusée par l’agence de communication de l’Etat Islamique ? En réalité, ce ne sont pas les 1300 français partis faire le djihad qui vont changer la fesse du monde

Par contre, la manipulation de l’opinion publique en France, qui parviendrait à dresser 10 ou 15 % de la population vivant sur le sol national contre la nation elle-même dans un mouvement de haine revancharde, serait autrement déstabilisateur. Qui tirerait profit d’une telle situation de crise ? Toutes les spéculations sont aujourd’hui permises.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Urbon dit :

    Le complot… Certes, pourquoi pas ?

    Mais tout le monde peut en tirer profit !

    Il suffit de savoir tirer profit de n’importe quelle situation. Rien n’est définitif. Il faut prévoir. D’ailleurs, tout le monde devrait vouloir essayer d’en tirer profit. Aussi, avant d’attaquer, l’état islamique a tout intérêt à contrôler les profiteurs habituels.

    Dassault, par exemple, va bien trouvé le moyen d’envoyer quelques avions Rafale au moyen orient et faire bonne publicité. Il décrochera ensuite de nouveaux contrats juteux, tant pis si ce ne sont pas nos alliés directs qui achètent nos technologies de pointe. On s’en fera des amis pour l’occasion. L’Europe avait qu’à nous acheter le Rafale après tout !

    Mais revenons à la vraie fausse question : Qui finance ?

    C’est une vraie question parce qu’il y a bien eu, au commencement des activités terroristes, un financement.

    Probablement des états comme le Qatar et l’Arabie ont aidé les islamistes alors qu’il était question de se battre contre Bachar en Syrie. Ce n’est en tout cas plus le cas aujourd’hui. Tous ces pays reconnaissent qu’il s’agit d’une organisation terroriste et ils la condamnent.

    Probablement que certaines fortunes arabes, à titre particulier, continuent de financer l’organisation terroriste. Les monarchies de la péninsules arabe ne sont pas à l’abri du fondamentalisme. Les ennemis de l’intérieur sont nombreux. Ce sont des jalousies politiques qui nourrissent les ambitions des terroristes. Je dirai même que le but véritable des révolutionnaires est La Mecque, qui seule permettra de prendre le contrôle du monde arabe. Elle ne pourra pas tomber sans que le pays cède de l’intérieur. Les arabes ont construit toute une muraille dans le désert pour se protéger de la révolution islamique mais ce n’est pas dit du tout qu’elle résiste. Les meilleurs appuis arabes de l’état islamique ne sont pas financier aujourd’hui, cela n’est plus nécessaire et ça ne doit pas rapporter tant que ça. Ils sont stratégiques.

    Bizarrement, pendant que toute l’attention se porte sur ce qu’il se passe chez les arabes, on fiche une paix royale aux Perses d’Iran. C’est bien la première fois depuis des lustres. Ça cache peut être quelque chose mais je ne saurai dire quoi. A priori, les chiites ne sont pas concernées par le fondamentalisme sunnite… A priori. Comme je l’ai dit, ce sunnisme là s’attaque aux pouvoirs en place dans le monde sunnite. L’Iran aussi pourrait tout à fait en tirer profit. Peut être qu’ils ont simplement intérêt l’un comme l’autre, fondamentalistes chiites et fondamentalistes sunnites, une sorte de trêve, à s’ignorer. Peut être que ça va plus loin.

    Israël, contrairement à ce qu’essaye de faire croire l’Iran, n’est vraisemblablement pas en cause. Les intérêts des monarchies arabes sont les mêmes que ceux d’Israël, actuellement. Une Arabie forte est un garant pour Israël. Après La Mecque, pour satisfaire au besoin de la propagande idéologique, Jérusalem.

    De toute façon, la question du financement est aujourd’hui une fausse question, elle n’est plus pertinente. Elle l’était hier encore, mais ça, c’était avant : Avant que les premières victoires.

    Les fondamentalistes se financent maintenant eux-même. Les prises de guerre servent à cela et ça rapporte gros. Il s’agit de puits de pétrole et de raffineries, que s’empresse d’ailleurs de bombarder l’occident. Il s’agit aussi des banques. La réserve d’or d’Irak par exemple, si les informations de BFMTV sont exactes. Il y en plus un trafic d’œuvres d’art, résultat du pillage en règle. Et sans doute les populations sont rackettées, l’impôt révolutionnaire comme en Syrie…

    Tant que l’armée de l’état islamique avance, je pense qu’elle n’a rien à craindre sur le plan financier. Et certainement, les richesses des territoires à conquérir sont la meilleure des motivations pour beaucoup de soldats. Croire que c’est juste affaire de pouvoir et de religion… L’homme de guerre, mature, c’est à dire quand ce n’est pas un jeune homme excité par l’action qu’on lui promet, est tout simplement terre à terre.

    Par ailleurs, et effectivement, la propagande fonctionne bien sur les plus jeunes.

    Les jeunes des cités recrutés en occident sur des critères idéologiques ont leur importance. Ils servent à nous faire peur. Le but est double est mérite bien un investissement conséquent. D’abord, il faut nous faire croire que la motivation est religieuse et donc que nous sommes face à des fanatiques incontrôlables prêt à mourir pour la cause. Parce que nous ne sommes pas si téméraires… Mais pas si cons non plus. Aussi, le but second est de nous déstabiliser assez sur le plan intérieur pour nous empêcher de nous engager sur le terrain au moyen orient. C’est primordial. Si nous venions à essayer de guerroyer totalement, nous serions probablement exposé à des émeutes, une guerre civile éventuellement. Tous ceux qui ne vont pas se battre en Syrie mais qui soutiennent tout de même l’état islamique sur le plan politique auraient leur mot à dire. Ils sont de plus en plus nombreux. De plus, la population française ne verrait pas d’un bon œil d’envoyer vers des fanatiques, à une morte certaine autrement dit, ses propres recrues.

    L’état islamique sait bien quel rôle la France entend jouer dans l’échiquier politique. Il sait bien qu’il n’a pas besoin de se préoccuper autant des autres pays européen. Sur le plan militaire, c’est avant tout la France qui s’engage au nom de l’Europe. L’état islamique cherche, en somme, à paralyser les gouvernements européens en confrontant le notre au désaccord de sa population, qu’elle soit d’origine immigrée ou non. C’est très tactiquement très intelligent. Comme je l’ai dit au début du commentaire, l’art de la guerre, c’est aussi d’empêcher les profiteurs de participer au conflit. Dans une guerre, il y a toujours un butin et plein de profiteurs. Mais la France, au côté des Etats Unis, est une des clés majeure de l’implication occidentale au moyen orient.

    Pour le moment, l’état islamique est en bonne position et avance plutôt vite. Il s’est d’abord attaqué aux proies les plus faciles. Il pourrait bien se retrouver à stagner quelque temps à l’avenir. C’est notre seule chance de l’avoir : A l’usure.

    A l’usure, on verra bien si oui ou non, ce qui importe dans ce conflit, c’est l’idéologie religieuse. Si au contraire c’est le financement, on en viendra a bout. Sinon…

    Aux médias de déconstruire le mythe idéologique et de montrer la réalité du conflit.

    Voilà, mon humble avis sur la question. Ceci dit, si tel est vraiment la question, il doit être possible d’en savoir bien d’avantage sur la question du financement en faisant une petite recherche sur Google.

Laisser un commentaire