Migrants : qui leur parlera de Jésus ?

Rédigé par Philippe Lesage le 05 septembre 2015.

jesusForce est de constater qu’en France, l’Église Catholique ne parle plus de sa propre religion. On entend des évêques défendre «les racines chrétiennes de la culture», d’autres promouvoir «la doctrine sociale de l’Église», d’autres encore «le point de vue chrétien». Pourtant, la religion catholique n’est ni une racine, ni une doctrine, ni un point de vue, mais une personne.

Tout d’abord, que signifie le mot «religion » ? Si plusieurs étymologies de «religion» sont possibles, la plus citée est le verbe latin «religare» signifiant « relier ». Autrement dit, la religion est un lien entre l’homme et son dieu créateur. Or, dans la religion chrétienne, a fortiori catholique, ce lien est une personne, un homme-dieu appartenant à l’Histoire des hommes, Jésus le Nazaréen, reconnu par les apôtres fondateurs comme le Christ annoncé par les prophètes du peuple hébreu (Christ est la forme grecque du mot hébreu Messie).

Dans la tradition monastique développée par Saint Benoît de Nursy (480-547), l’accueil est un devoir sacré. Il est surprenant de constater l’actualité brûlante des conseils donnés par Saint-Benoît il y a 1500 ans aux moines qui suivent sa règle de vie.

En effet, Saint Benoît commande l’accueil des hôtes pour accomplir le précepte édicté par l’Évangile de Jésus : «J’ai demandé l’hospitalité et vous m’avez reçu». La règle de Saint Benoît poursuit : «Dès qu’un hôte aura été annoncé, le supérieur et les frères se hâteront au-devant de lui avec toutes les marques de la charité.»

Mais Saint-Benoît ne s’arrête pas là : Il demande qu’après le salut on invite l’hôte à lire quelques passages de la Bible. Il ne s’agit donc pas d’accueillir l’autre pour l’ignorer, mais pour le faire entrer dans le monde lumineux du Dieu qui s’est révélé, par le discernement de sa propre intelligence. En effet, Jésus a enseigné aux hommes à discerner le bien et le mal, pour se comporter selon le bien et rejeter le mal, par exemple ne pas décapiter les mécréants. Cette exigence est telle que, si un hôte se montrait revendicatif et indiscret, on devrait le congédier.

Sur le site Catholique «le Salon Beige», Dom Louis-Marie, Père Abbé de l’abbaye bénédictine de Barroux exprime ce vœux éminemment chrétien : «(…) Demandons au Saint-Esprit de nous donner la force d’accueillir les étrangers non seulement en leur donnant un toit et à manger, mais en les faisant entrer dans ce qui fait l’âme de notre pays : la foi catholique. Et demandons au Seigneur de donner à ceux qui nous gouvernent la lumière du discernement.»

L’Église Catholique pourrait bien s’en inspirer, car si elle se complaît dans les points de vue intellectuels, en oubliant d’enseigner Jésus aux migrants accueillis en France, qui leur en parlera ?

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Thevenet dit :

    L’immonde instrumentalisation d’un cadavre d’enfant…

    Cet enfant n’est certainement pas la victime d’une politique de restriction de l’immigration voulue par de plus en plus d’Européens. Il est même victime de l’inverse.

    Les ordures qui organisent la pleurnicherie culpabilisatrice sont les mêmes qui encouragent depuis quatre ans et demi une guerre sanglante en Syrie au nom des « droits de l’Homme », sans entendre le cri de détresse des Syriens chaque jour plus menacés par des islamistes venus des quatre coins du monde avec l’aval – même passif – des grandes puissances occidentales.

    Cet enfant est d’abord l’une des nombreuses victimes d’une guerre alimentée par ceux qui voudraient aujourd’hui nous faire porter le chapeau, et qui se fichent éperdument des milliers d’enfants sacrifiés sur l’autel de leur politique internationale criminelle au Proche-Orient.
    Les mêmes qui se taisent par ailleurs lorsqu’un Français meurt sous les coups d’un étranger…

    http://www.bvoltaire.fr/charlottedornellas/limmonde-instrumentalisation-dun-cadavre-denfant,203859?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=45851acc6e-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-45851acc6e-24150345&mc_cid=45851acc6e&mc_eid=73f6251564

  2. Bluesun dit :

    Les migrants ?
    Ils sont en majorité musulmans.

    Nous perdons déjà fêtes religieuses, pour cause de travailler plus pour gagner plus…(alors qu’il suffisait de travailler 39h).

    Nous somme en train de perdre les dimanches (jour du Seigneur, donc repos) pour cause de travailler plus pour gagner plus..(alors qu’il suffisait de travailler 39h)…

    Nous perdons la plus jolie de nos fête, Noël, nos crèches, notre père Noël pour faciliter l’intégration d’une certaine communauté.
    Nous perdons le porc dans nos cantines scolaires.

    Pour ne pas déranger une certaine communauté, nos clochers ne doivent plus sonner.

    Pour cause de crise, nos églises se délabrent, se vendent ou se transforment en supermarché, hôtel de luxe, ou autres appartements..

    Quand les mosquées poussent comme des champignons, sans doute aussi pour cause de crise…

    On va apprendre l’arabe dans les écoles, pour faciliter l’intégration, mais de qui ?
    Pour une intégration dans un pays, on doit apprendre la langue du pays dans lequel on se trouve ?
    Et non pas l’inverse…

    Alors qui va parler de Jésus au migrants ???

    Ce sont eux qui depuis 30 ans nous parlent de leur Dieu….
    Et nous apprennent comment ça marche….

    Si on leur avait parlé de Jésus, dès le début au lieu de renier notre religion, la question ne se poserait pas aujourd’hui.

    Les migrants à présent arrivent par milliers par bateau, et c’est Jésus que l’on va noyé.

    Jésus, son père l’a envoyé pour sauver le monde, il a terminé sur la croix….

    En fait la croix ou noyé, la fin est la même….!!!!

  3. daniel pilotte dit :

    Je préfère entendre parler de jésus en FRANCE que de voir des multitudes de prières de rue par des MUSULMANS en toute impunité.

  4. Bluesun dit :

    Noël fête de la nativité, et de la famille.
    Dans ma ville, un supermarché Leclerc.
    Noël 2013, la grande et jolie crèche était installée comme toutes les autre année à l’entrée de magasin. Elle faisait donc face à la clientèle entrante.

    Noël 2014, la crèche est déplacée, mise de côté, elle ne fait plus face. Crèche animée par des mouvements automates, la vierge Marie est posée de profil son voile la cachant entièrement “façon lépreuse”. Agenouillée son voile tremble chaque fois que sa main se tend.

    Joseph est loin debout à l’arrière, il faut de pencher pour le voir, quant à l’âne et le bœuf, ils sont en extérieur de ladite crèche entre juste leur tête.

    Noël 2015, Crèche installée nettement plus tôt que l’an dernier, (une surprise, car l’an passé, nous avons bien cru ne pas avoir de crèche).
    La Vierge Marie, est dans la même position que l’an passé “mais plus en automate.

    La couche de l’enfant Jésus, à son tour est cachée par 3 agneaux eux en automates. Sa couche ne fait plus face, elle est aussi de profil face à Marie ( toujours façon lépreuse..)

    Joseph toujours loin derrière debout, il faut se baisser pour apercevoir son visage….l’âne et le bœuf à l’identique qu’en 2014.

    L’année prochaine c’est quoi ?
    Effacement total de la famille?
    Plus de crèche ?

    Migrants, qui ne verront pas l’enfant Jésus….?

Laisser un commentaire