L’UE veut la peau du FiS (et de la démocratie)

Rédigé par notre équipe le 16 décembre 2017.

La messe est dite ou presque : la Pologne va subir les foudres de l’Union européenne pour crime contre l’europhilie. Varsovie n’est pas un soldat assez dévoué des desseins de la Commission européenne et va devoir en payer le prix. Sous prétexte que la démocratie polonaise serait en danger, l’Union européenne va déclencher un processus de mise en esclavage de tout un peuple. Les Européens vont finir par croire que la Grande-Bretagne a été bien sage en sortant de ce camp de concentration pour la pensée qu’est devenue l’UE.  

Malgré les mises en garde répétées et les menaces financières, la Commission européenne n’est pas parvenue à remettre la Pologne sur le droit chemin de l’europhilie libérale-libertaire. Les Polonais entendent faire ce qu’ils veulent comme ils le veulent chez eux. Une liberté et une indépendance totalement inacceptable pour un pouvoir Bruxellois qui rêve de tout contrôler. Les deux positions sont donc irréconciliables et l’un des deux camps doit disparaître.

Combat à mort entre démocratie réelle et démocratie fantasmée

La lutte fait rage depuis des années entre Varsovie et Bruxelles. L’ancien pays communiste devait être le nouveau et rayonnant visage d’une démocratie européenne modèle pour le reste du monde sauf qu’en apprenant à connaître l’UE, les Polonais ont compris que derrière la façade, la face hideuse du capitalisme le plus débridé servi par un libertarisme destructeur était à la manœuvre. Pourquoi avoir échappé aux griffes de l’Union soviétique si c’est pour terminer dans le giron d’une Union européenne qui n’a que faire des peuples et de la démocratie ?

Alors, la Pologne fait entendre sa petite musique et ne se couche pas comme la France au diktat allemand qui impose des vagues migratoires au sein de l’UE. La Pologne est aussi vigilante à ce que les juges restent des juges et non pas des faiseurs de loi, des objecteurs de conscience et promoteurs d’une morale venue d’ailleurs. Ainsi, le parti au pouvoir, le PiS, a fait voter la refonte de la Cour suprême, et du Conseil national de la magistrature. Deux réformes légales, âprement discutées et finalement adoptées démocratiquement par un Parlement élu tout aussi démocratiquement.

Sauf que ces réformes ne sont pas du goût d’un Bruxelles qui veut être tout-puissant et diriger tous les Etats membres à la baguette. Ainsi, pour casser ces réformes, Bruxelles et tous ses relais crient à la menace contre la démocratie. Les hurlements sont aussi nombreux qu’injustifiés, mais l’objectif unique est de faire passer le PiS et la majorité des Polonais qui le soutient pour des proto-nazis ou des néo-soviétiques (c’est au choix dès lors que l’accusation antidémocratique est émise). Le PiS n’a pas cédé aux pressions et menaces et la Commission se retrouve aujourd’hui au pied du mur.

Après avoir tenté de faire infléchir Varsovie en menaçant de couper certains crédits, l’UE s’apprête à lancer son attaque ultime : l’article 7 du Traité sur la Constitution européenne. Qu’est-ce donc que ce machin jamais déclenché jusqu’à ce jour et dans lequel tous les euro-béats portent leurs espoirs ? Il s’agit d’un article qui prévoit la mise sous tutelle d’un Etat membre où « existe un risque clair de violation grave » des valeurs européennes. On pourrait presque être charmé par une telle mesure si elle ne venait pas d’un Traité européen refusé par la France et les Pays-Bas, mais imposé trois ans plus tard par des Parlements à la solde de Bruxelles. L’UE veut défendre la démocratie en fonctionnant elle-même en dehors des règles démocratiques les plus évidentes.

La démocratie polonaise va être sauvée en allant contre la volonté des institutions démocratiques polonaises et en retirant le droit de vote de Varsovie au sein des instances européennes. Plus de droit de vote, mais toujours l’obligation de suivre les règles communes. Quand on vous disait que l’esclavage moderne existe ! La décision de déclencher l’article 7 sera certainement prise le 20 décembre prochain. Un pas de plus vers le déni de démocratie. Un pas de plus aussi vers une prise de conscience collective que cette Europe proposée à coups de bâton n’est pas la bonne. Vive la démocratie et vive la Pologne !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    une décision aussi grave doit entrainer la dissolution de la commission à moins qu’elle ne se rétracte ! Les polonais ont tout à fait raison de refuser leur maison à des barbares avec d’autres croyances, coutumes et d’autres lois que celles de leur pays (et et celles de bien d’autres pays européens).
    Le paradoxe qui touche à l’infamie c’est de vouloir faire accepter sur nos terres des gens qui sont anti-démocratiques, ce que la commission veut à toute force faire ingurgiter aux polonais.

  2. Le-civilisateur dit :

    L’Europe c’est de la M…. pour ses peuples.

    Tout le monde l’a bien compris.

    Tient !

    Pour exemple, Bruxelles est en train de former et de lever une armée unique Européenne.

    Et pourquoi à votre avis ?

    Même si ce projet est lancé depuis le début, c’est la tentative de d’indépendance Catalane qui à stimulée Bruxelles de lever sont armée au plus vite.

    Ce n’est pas pour être plus fort militairement sur la scène internationale mais bien pour neutraliser les éventuelles rebellions, et exclusivement en interne que va être fabriqué à la hâte cette armée Européenne.

    Nous nous sommes tous fait enfler,

    1 café crème c’est 1,80 € = 12 Fr

    1 croissant c’est 1 € = 6,60 Fr

    Donc 1 croissant + 1 café crème (dégueulasse) c’est quasiment 20 Fr.

    Et c’est pour tout pareil !

    Quelle arnaque …

    Ont nous obligent à côtoyer des gens primitifs à l’hygiène déplorable et qui nous détestent.

    Une foi sur notre territoire, ces peuplades ne votent pas par convictions, pour une idéologie, par valeur.
    Mais uniquement pour protéger leurs intérêts financiers.

    Ils feignent de s’intéresser à l’essence même du syndicalisme et aux valeurs du partie de gauche ou extrême gauche.

    Mais en réalité, la plupart de ces étrangers dont vous connaissez sans que je ne le cite, la provenance.

    Ne votent des partie, ou n’intègrent des syndicats exclusivement pour profiter toujours plus de ce que peut leur rapporter la France et l’Europe en général.

    Ils font semblant d’être hyper généreux et fraternel en publique, devant les caméras quand l’occasion s’y prête, ils aiment se faire passer pour les victimes, les martyres d’un système dont ils convoitent d’en tenir les rennes à leur tour en secret.

    En réalité ils ne s’intéressent qu’aux profits ils sont excessivement avide, futiles, matérialistes et ultra capitalistes.

    Quand tu vois qu’en 2018, élire une miss France “blanche” ça soulève une polémique …

    Elle à eu le malheur de dire le mot “crinière” devant des millions de personnes qui souffrent d’un énorme complexe d’infériorité.

    Elle est belle la France …

    Alors bien sur que la Pologne à raison d’avoir peur d’être forcée à devenir comme la France, ce qu’elle n’est pas, et de devoir culpabiliser d’être ce qu’elle est réellement.

Laisser un commentaire