Un peu de décence Monsieur Darmanin !

Rédigé par notre équipe le 29 janvier 2018.

Gérald Darmanin n’a décidément pas les idées claires. Le ministre des Comptes publics est au cœur d’un scandale qui le voit accusé de viol. La plainte déposée en juin 2017 avait rapidement été classée sans suite avant sa réouverture en janvier 2018. Les accusations sont lourdes, et le ministre n’a plus la tête à sa fonction. Il avait déjà des envies de départ… Mais non, il reste accroché comme une moule à son rocher et le pire est que tous les membres du gouvernement se pressent dans les médias pour affirmer leur soutien à un ministre au passif peut-être bien lourd… 

Serait-on dans un système de deux poids, deux mesures ? A l’heure où les crimes sexuels sont honnis et traqués, certains individus voient leur monde de perversion s’effondrer. Une perspective encore lointaine pour Gérald Darmanin et ce malgré l’horreur des accusations qui pèsent contre lui. En l’espèce, il ne s’agit plus de plaisanteries déplacées ou des rendez-vous en tête à tête histoire de discuter boulot de manière plus décontractée. Non, Darmanin est accusé de viol par une femme qui lui avait demandé de lui rendre service en 2009. L’histoire commence sur des bases sordides puisque l’accusatrice se serait adressée à Darmanin en 2009, lorsqu’il était chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP, pour faire annuler une condamnation prononcée cinq ans auparavant. Selon elle, Darmanin aurait accepté contre des faveurs sexuelles…

Viol par surprise ? Une cohésion gouvernementale surprenante

Cela s’appelle un viol par surprise et est condamné par la loi. Dans le détail, Darmanin et sa présumée victime se seraient vus au siège de l’UMP où « l’aide » demandée par Darmanin pour intervenir se serait matérialisé en dîner puis un moment de détente dans un club libertin avant de finir la nuit à l’hôtel… L’enquête doit déterminer de la véracité des accusations et du déroulé des faits, mais pour le gouvernement les choses sont très claires : Darmanin est présumé innocent et doit rester ministre. Peu importe qu’un torrent de boue et un malaise croissant s’empare de tous les observateurs. Darmanin doit rester ministre au moins jusqu’à une éventuelle mise en examen.

C’est la justification de la ministre de la Justice (et de tous ses collègues). Seule une mise en examen fera sauter le jeune ministre. Bayrou et Ferrand n’ont pas eu le droit à cette grâce jupitérienne et ont dû quitter le navire lors de l’enquête préliminaire. Mais à l’époque Macron voulait laver plus blanc que blanc et se débarrasser par la même occasion d’un ami paumé et d’un idiot utile désormais ermite dans les montages pyrénéennes.

Les temps ont changé. Il faut aujourd’hui donner l’impression que le gouvernement est une machine bien huilée à la cohésion exceptionnelle. Un gouvernement en marche ! Dans cette optique, les accusations de viol n’ont aucune prise sur les événements et le spleen affiché par Darmanin – lequel préférerait ouvrir « une boîte avec un pote » – ne sont pas de taille à faire lâcher un ministère. Les féministes et leur pétition pour réclamer le départ du petit Gérald ne changeront rien. Le pion Darmanin ne doit pas encore être déplacé et l’on espère en haut lieu qu’une mise en examen ne sera pas prononcée (tout de suite). Pour ce qui est de la pression médiatique, tout est déjà sous contrôle. Ô surprise ! Il fut des temps moins cléments alors que la « libération de la parole » n’était pas encore passée par là. Mais la politique est un monde à part où les règles s’appliquent en fonction des intérêts de quelques puissants. Cette fois-ci, c’est la présomption d’innocence. Demain, ce sera peut-être une autre règle qui prendra cette place.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Darmain, n’est qu’un haut parleur…
    Normal, formaté à la sauce Macron, une fois sur les plateaux TV, c’est le moulin à paroles, qui se met en fonction…(bien débiter le sujet appris par cœur).

    Le média repose alors la même question parce qu’ aucune réponse n’a été donnée, et le moulin de se remettre en route.

    But du jeu, noyé le poisson, et à la fin tout comme les discours de Macron, lors de ses meetings, on ne comprend rien. Ou pas grand chose.

    En ce qui concerne le viol. Si viol, il y a eu.

    Viol par surprise ?

    Voilà une dame qui demande une faveur. L’homme propose une solution, la femme dispose…

    L’article dit :

    « l’aide » demandée par Darmanin pour intervenir se serait matérialisé en dîner, puis un moment de détente dans un club libertin avant de finir la nuit à l’hôtel…

    Une question se pose alors :

    Déjà, vu tout le mal déployé, on se dit que la condamnation devait être très lourde.

    Si la dame demande une aide , et que la hauteur de la proposition faisait, qu’elle ne pouvait se faire qu’en échange de faveurs sexuelles, il était alors évident que la sortie au restau , suivi d’un dîner de détente dans un club libertin, ne contribuaient pas ensuite à juste enfiler des perles toute la nuit d’hôtel ?

    Si la dame à fait tout le circuit de la proposition, jusqu’à la nuit d’hôtel, c’est qu’elle en a accepté le deal de l’échange ?

    A partir du moment ou la proposition ne l’intéressait pas, il ne fallait pas donner suite, et trouver alors, une autre personne compétente pour juste faire annuler sa condamnation.?

    Trio facile après coup, de venir, porter plainte pour viol par surprise….

    Elle est où la surprise ?

  2. Le-civilisateur dit :

    Dans les coulisses d’un monde pourrie.

    Ces gens ne parlent que de gros sous (magouille) de Q et de vacances…

    Leurs scandales ne tournent exclusivement qu’autour de ces sujets.

    Abus de femmes, de bien sociaux, délits d’initiés …

    Ce sont des prédateurs pervers et mercantile, point final.

    Et l’autre là, Macron de mes deux.

    Il est en train de nous tuer rapidement et sûrement.
    Il augmente tout,.

    En 2018 le citoyen français doit s’improviser expert comptable si il ne veut pas finir sdf…

    Le moindre écart et c’est la faillite sociale.

    Quand ?

    Quand le foyer français de base va t’il comprendre, qu’en haut ils ne pensent qu’a forniquer, palper du fric ! Et pistonner des proches.

    Quand ?

    Combien d’exemples encore ?

    • Bluesun dit :

      Depuis les années 1981, l’Elysée est devenue une foire à neuneu.

      Les novices, ne font que suivre l’exemple venant d’en haut.

      Macron aurait dû prendre des novices à son image.

      Jeunes parlant aux jeunes, mariés à une vieille.

      Le-civilisateur,
      Macron lors de la campagne, avait prévenu des augmentations.

      Les sans dents n’ont pas compris que, c’est à blanc qu’ils allaient être saignés.

      Les jeunes, n’ont vu qu’un jeune parlant aux jeunes, les vieilles, n’ont vu qu’un jeune, marié à une vieille.

      Quant aux autres, ils ne sont pas venus aux urnes…

      Quand on voit les français se battre pour un pot de Nutella, on se dit que le travail mené depuis 35 années par les bisounoursumps, porte ses fruits.

      Ils peuvent être fiers, du travail accompli.

      Macron, tous comme ses aînés, panse, et fouilles remplies, peut donc continuer de faire crever le peuple.

      Ca fonctionne, puisque les votes vont dans le sens de la marche.

      En attendant si Macron marche.. ou plus exactement vol, (avion oblige pour faire chaque jour ses déplacements), les français, se battent pour manger.

      Le “changement” c’est retour au moyen âge ?

      A la royauté ? où pour cause de crève de faim, la tête d’un roi a été coupée ?

  3. Le-civilisateur dit :

    Oui effectivement, des gens se battent pour des pots remplis de gras et de sucre.

    Voilà aussi pourquoi la France d’en haut n’apporte pas beaucoup d’importance à celle d’en bas.

    Après ont se demande pourquoi ils ont plus de matière grasse que de matière grise…

    Ils vont attraper « la grosse fesse » ces bourricot là…

    Le riche mange pour vivre mais il faut croire que le pauvre vie pour manger.

    Ont rigole mais c’est important la graisse, c’est ce qui fait tourner les rouages du système, c’est certainement la raison pour laquelle ils tant de remise sur le gras en général…

    Mais trêve de niaiserie…

    Les misérables en train de se chamailler pour de la mal bouffe sur la vidéo, sont les mêmes qui votent socialiste pour conserver leur CAF, leur chômage, leur nationalité de papier, etc etc… il y a bien aussi des français dans le tas, évidemment.

    On peut être pauvre et avoir un minimum de dignité.

    Donc sur cette vidéo vous pouvez contempler quelques belles victimes de la consommation qui font le bonheur des maîtres de la bourse.

    • Bluesun dit :

      Oui, Le civilisateur, tout à fait cela :
      “On peut être pauvre et avoir un minimum de dignité”.

      Mais, quand on met 35 années pour faire des pauvres, des travailleurs pauvres, des chômeurs, des SDF, des sans dents, des sans RIEN, au jeu de DESTRUCTION-CONSTRUCTION, la notion de fierté qu’avaient les français d’avant “le changement”, doit avoir à son tour “tout comme le reste” jouée les filles de l’air.

      En fait, tout devient cadencé :
      Ils disent : c’est “vendredi noir”, tout le monde cavale,
      C’est les soldes : tout le monde cavale,
      c’est la foire au pot de Nutella, c’est la grosse bagarre….

      Les consommateurs sont devenus des gogos “cadencés.”

Laisser un commentaire