Macron et Belattar amis, tant pis pour la police

Rédigé par notre équipe le 22 février 2018.

Emmanuel Macron s’est rendu aux Mureaux ce 20 février pour une opération de service après-vente. Tout était réglé comme sur du papier à musique sauf que son ami Yassine Belattar, invité pour défendre l’action du génial Macron, s’est présenté en retard. Un agent de police lui interdit l’accès au site et c’est l’esclandre. Car en plus de ne pas être ponctuel, cet humoriste pas drôle s’en prend verbalement aux forces de l’ordre. Le président ferait bien de trier ses amis un peu mieux.  

Dans l’emploi du temps scientifiquement étudié du président de la République où même les rencontres fortuites sont en fait scénarisées, il n’existe aucune place à l’improvisation. Yassine Belattar s’en est rendu compte à ses dépens le 20 février dernier lorsqu’il est arrivé en retard à un rencontre organisée par l’Elysée. Toute la joyeuse compagnie macronienne avait rendez-vous aux Mureaux – considérée comme un « laboratoire d’idées » par le pouvoir – afin de faire la promotion de la lecture. Les quartiers défavorisés ne lisent pas assez et il est important de rendre l’accès aux bibliothèques publiques plus facile.

La mauvaise éducation 

La cause est noble même s’il convient d’abord de remettre l’école au centre de l’apprentissage et de ne pas mettre le feu aux bâtiments publics dès que quelques jeunes se sentent opprimés. Mais bon, passons ces deux éléments essentiels et revenons à l’ami du président. Ce cher Yassine Belattar arrive donc en retard en ce 20 février et un agent de police lui interdit l’accès à la médiathèque. Fort de son amitié jupitérienne et d’une éducation qui laisse à désirer, Belattar insulte la fonctionnaire de police. Embarqué illico, il vient de gagner une garde-à-vue longue de sept heures pour « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Premier bon point dans cette affaire, Belattar ne conteste pas les faits. Mais les mauvais points s’accumulent car pour justifier son attitude indéfendable il assure que la policière lui a « fait une remarque très désobligeante » devant ses enfants, ce qui l’a obligé à répondre. Non content d’agresser verbalement un représentant des forces de l’ordre, il le fait devant ses enfants… Une drôle de manière d’éduquer sa progéniture même s’il déclare avoir « beaucoup d’estime pour les policiers ».

Macron – en dehors des cercles de la haute finance – ne sait pas encore bien choisir ses amis. Dommage pour Belattar d’avoir été en retard, car quelques heures dans une médiathèque auraient pu lui mettre un peu de plomb dans la tête. Espérons pour la policière que l’agression qu’elle a subi ne se retourne pas contre elle. Les exemples en ce sens foisonnent malheureusement et avec un ami aussi haut placé, les problèmes peuvent l’attendre au tournant.

Après Joey Starr reçu à l’Elysée par flamby, voilà Belattar qui se croit tout permis. Heureusement qu’André Malraux n’est plus de ce monde.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    « Ou même les rencontres fortuites sont en fait scénarisées » …

    Excellent !

    Arriver en retard a une invitation présidentielle…

    Même si nous avons à faire à une imitation de président, ba quand même …

    Il représente une vraie nation.

    Quoi que …

    En tout cas, le mec est a 100% en tort et il trouve le moyen de ce montrer récalcitrant ?

    Et injurieux de surcroît.

    Elle est belle la France tiens.

    Macron le président en plastique recyclé.

    Tout est vraiment trafiqué chez ce type.

    C’est exactement comme son pote Mélenchon, tout est faux chez ces deux gus…

    Que de la mise en scène, du tromp l’oeil, une vaste supercherie.

    Ces mecs jouent la montre et embobinent les couches les plus vulnérables de la société ils ne sont soutenus que par des sous développés mentaux ou des pures profiteurs, d’autres parasites comme eux.

    Tout sonne faux chez ces deux guignols, même leurs invités…

    Quand tu as quelques notions de théâtre tu reconnais rapidement et facilement un comédien.

    Les mureaux c’est pas plus la zone que dans le reste de l’hexagone…

    Si il voulait de la misère humaine il pouvait tout aussi bien se rendre à l’assemblée nationale.

    Ont y rencontre les plus grosses pointures du grands banditisme.

Laisser un commentaire