Sergueï Skripal : un bouc émissaire nommé Russie ?

Rédigé par notre équipe le 13 mars 2018.

Alors que le gouvernement britannique se prend les pieds dans le tapis du Brexit, toute l’attention est retenue par une affaire peu commune survenue dans la petite ville anglaise de Salisbury. Un ancien agent double travaillant pour le compte des services secrets britanniques a été retrouvé empoisonné sur un banc public en compagnie de sa fille. La marque du Kremlin sur une tentative d’assassinat de haut vol ? L’enquête à peine commencée désigne la Russie… Une efficacité un peu troublante.  

Que s’est-il passé dans la ville sans histoire de Salisbury le 4 mars dernier ? Moins de dix jours plus tard, le gouvernement britannique pense avoir la réponse et n’hésite pas à pointer du doigt le Kremlin dans la tentative de meurtre de Sergeï Skripal et de sa fille. Ce nom, jusque-là inconnu du grand public, l’était des initiés de l’espionnage car cet ancien officier des services secrets russes était passé du côté britannique avant d’être repéré et condamné par la justice russe. Retourné par les services britanniques, Sergeï Skripal avait transmis des secrets d’Etat avant son arrestation en 2006. Finalement libéré en 2010 et envoyé en Grande-Bretagne contre plusieurs agents dormants russes sur le sol américain, Skripal vivait – semble-t-il – paisiblement entouré des siens.

Quand l’espionnage sort de l’ombre  

Devenu citoyen britannique pour bons services rendus à sa Gracieuse Majesté, Sergeï Skripal a finalement été rattrapé par son passé en ce début d’année 2018. Retrouvé mourant sur un banc public aux côtés de sa fille de 33 ans, l’ancien espion aurait été empoisonné par un agent innervant « de qualité militaire » mis au point par la Russie. S’agit-il d’un règlement de comptes commandité par le Kremlin ? Pour la Première ministre britannique, cela ne fait presque plus aucun doute. S’exprimant devant les parlementaires, Theresa May a affirmé qu’il est « très probable que la Russie soit responsable ». Des propos rapidement relayé par le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, qui tente depuis plusieurs mois de prouver qu’il n’a aucune accointance avec les Russes. Ce dernier fait « toute confiance à l’enquête britannique selon laquelle la Russie est probablement responsable de l’attaque ».

La messe est dite et les médias qui n’avaient pas attendu bien longtemps avant de revêtir les habits de procureur dénoncent avec une force renouvelée le problème qu’est devenue la Russie. Le Kremlin, habitué aux attaques politico-médiatiques venues d’un Occident à la recherche d’ennemis alors qu’il est submergé par les problèmes que sont le terrorisme, l’Islam, l’immigration et au chômage de masse, a déclaré qu’il s’agissait d’une « provocation » destinée à saboter le mondial de football qui aura lieu en juin et juillet 2018 en Russie.

Vladimir Poutine est-il le commanditaire de cette double tentative d’assassinat ? Cela est possible, car dans les affaires d’espionnage, la plupart des éléments restent hors de portée du grand public et les assassinats ciblés sont pratiqués dans tous les pays – même le gros Hollande s’en vantait auprès des deux journalistes qui ont mis fin à son fou rêve de briguer un second mandat. Pourtant, cette affaire tombe à un bien mauvais moment pour le pouvoir russe. En effet, les élections présidentielles auront lieu le 18 mars et attirer l’attention de cette manière est très mal venue.

De plus, pourquoi utiliser un poison connu de tous les services de renseignement pour être la marque de la Russie ? On a connu des criminels plus réfléchis et à en croire les médias occidentaux, les Russes ne sont pas des amateurs en la matière. Skripal a-t-il été la victime d’un coup d’autres services secrets ? Nul ne peut le dire, mais l’enquête semble déjà presque bouclée et la vérité sera celle attendue par les médias profondément anti-russes : la Russie est coupable de tout et jusqu’à la fin des temps.

Les Britanniques accepteront-ils la proposition du ministère russe des Affaires étrangères de collaborer pleinement afin de faire toute la lumière sur cette affaire ? Quand une crise d’hystérie a commencé, il est bien compliqué d’y mettre fin malgré toute la bonne volonté au monde.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    ÉNORME !!!

    DEPUIS QUELQUES HEURES NOUS N’AVONS PLUS ACCÈS AUX SITES JUGÉS ” FAKE NEWS” PAR CETTE S… DE PANTIN DE MACRON !

    ILS VEULENT NOUS CACHER QUELQUE CHOSE D’ÉNORME DANS LES JOURS À VENIR !!!

    CELA EST TRÈS CERTAINEMENT EN RAPPORT AVEC LA RUSSIE.

  2. Le-civilisateur dit :

    À MORT LA TYRANNIE !

Laisser un commentaire