Macron : l’état de grâce déjà loin derrière

Rédigé par notre équipe le 18 avril 2018.

Emmanuel Macron est (presque) sur tous les fronts. Longtemps absent dans le conflit avec la SNCF, le chef de l’Etat n’a pas pu se dérober avec deux interviews en moins d’une semaine. Une fois les écrans investis pendant 4 heures (sans compter les centaines d’heures de reprises et commentaires), Macron est allé faire son show devant le Parlement européen pour y présenter sa vision de l’UE. Beaucoup d’efforts pour un résultat bien maigre, car à en croire les sondages (pourtant alliés), le président ne convainc pas grand monde.

Il a beau faire de la présence télévisuelle et enchaîner les discours devant ses partisans, Emmanuel Macron ne fait plus recette. La magie prend déjà fin alors que sa première année à l’Elysée n’est même pas bouclée. Un sondage publié ce mercredi et réalisé par Ifop-Fiducial vient confirmer l’impression laissée par ces dernières semaines. Seuls 42 % des sondés s’estiment satisfaits de l’action du chef de l’Etat. C’est bien mieux que ces prédécesseurs hurle-t-on dans les salles de rédaction peu rassurées de devoir publier un si mauvais chiffre. C’est vrai, mais cela reste bien peu pour un président qui avait promis une révolution. 

La propagande sauve (momentanément) les meubles 

Ils sont donc 58 % de Français à ne pas être satisfaits de leur sémillant chef de l’Etat. Ces Français sont des ingrats. Ont-ils déjà oublié que Macron fut le dernier et victorieux rempart contre le Mal absolu ? Ont-ils oublié ses visites au mémorial de la Shoah et à Oradour-sur-Glane dans l’entre-deux tours ? Ces gueux ont déjà tout oublié et ne pensent qu’à leur petit confort : un travail avec un salaire décent et un toit qui ne laisse pas trop passer le froid hivernal.

Les deux mesures les plus populaires sont la réforme du baccalauréat et de la SNCF avec respectivement 66 % et 59 % d’avis favorables. Ce qui n’est pas dit, c’est que si ces scores sont intéressants (du point de vue du pouvoir), ils ne traduisent pas une adhésion pour les réformes actuellement menées. Une majorité de Français attend une réforme, mais certainement pas celle imposée par Macron à coups d’amendements et de petites phrases désobligeantes. Impossible aussi de ne pas évoquer les 75 % de sondés qui sont contre l’abaissement à 80 km/h sur les routes. Quand la réforme est compréhensible pour tous, le taux de satisfaction suis la même pente que la popularité de Hollande.

D’ailleurs, le fantôme du président déchu se rappelle au bon souvenir de Macron puisque seuls 45 % des sondés jugent positivement les mesures prises en matière de lutte contre le chômage. Cela fait tâche pour celui qui a bâti une bonne partie de son image sur sa capacité à redresser l’économie française. A croire que les potions libérales de l’ancien conseiller et ministre de Hollande, concoctées à Bruxelles, ne fonctionnent toujours pas…

Mais au fond ce n’est pas grave, car en politique, c’est l’image qui compte plus que tout. Et dans ce domaine, Macron garde encore un petit crédit. 67 % des sondés estiment que le bilan relatif aux « relations avec l’Union européenne » est positif. Une majorité atteinte pour « l’image de la France à l’étranger » (63%), et « la croissance et l’attractivité de la France » (56 %). A force de répéter en boucle que les investisseurs étrangers se précipitent en France depuis mai 2017 et que Macron a les clés pour sauver l’Europe, les illusions perdureront un peu plus longtemps.

Le Gouvernement et plus encore les médias trouvent déjà ce sondage positif (surtout lorsqu’on se compare aux piteux Hollande et Sarkozy), mais la plupart des chiffres sont clairement mauvais et indiquent des temps encore plus durs pour le chef de l’exécutif. Une preuve supplémentaire ? La réforme des retraites est bien perçue par 27 % des Français et la situation qui ne cesse de se dégrader dans les hôpitaux ne convient qu’à 18 % d’entre eux…

Macron va se retrouver cerné plus vite que prévu par les problèmes d’une population qu’il ne connaît pas et qu’il n’aime pas. N’avez-vous pas remarqué qu’à chaque fois qu’il est malmené par les questions de Français qu’il croise en déplacement et qui n’ont pas été assez bien triés sur le volet, il invoque « le respect ». Affirmer qu’on n’est pas d’accord avec le président est une preuve d’irrespect. Dans ce monde orwélien, il n’est pas étonnant de voir que 30 % des Français seulement le jugent « proche de leurs préoccupations ».

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Macron l’homme marketing.

    Le VRP de la mondialisation.

    Le gourou du CAC 40.

    Le loup de Wall street.

    Macron le président subterfuge.

    On lui donne tant de noms…

    Il est légion.

    Ils sont lui.

    BRUXELLES fait de l’esbroufe à son poulain.

    Ils n’ont pas arrêté de ce faire des lèchades.

    Un peu pudique, je n’ai pas pu regarder la vidéo en entier.

    J’ai eu peur que cela se termine en partouze générale entre Juncker, Macron, Attali & Cie…

    Il faut faire attention avec Macron, il est déjà en train de mettre la France à quatre pattes.

    M’enfin bref.

    On ce serait cru à la remise des oscars des films américains.

    Une AUTO-FÉLICITADE, de classe mondiale.

    Ils ne se cachent plus.

    Car croient mes français, les Européens
    Incapable de comprendre, et encore moins de réagir…

  2. Le-civilisateur dit :

    Car ils croient les français, les Européens incapables de comprendre, et encore moins de réagir.

    Saletés de correcteur.

    Il doit être pro-Macron …

Laisser un commentaire