Bug Visa : on vous aura prévenu !

Rédigé par notre équipe le 04 juin 2018.

Dans la mise en place d’une dictature qui ne dit pas son nom, le contrôle des flux économiques et financiers est primordial. L’Etat s’est imposé historiquement en protégeant les individus, il garde désormais le pouvoir en contrôlant leur compte en banque. La disparition programmée de l’argent liquide est en marche et le bug européen de Visa vendredi dernier constitue une mise en garde contre un monde orwellien en construction.

Votre paiement n’est pas accepté. Ce message a été lu par des millions d’Européens qui ont utilisé leur carte bancaire ce vendredi 1er juin. Plus précisément, les victimes de ce déni de service sont tous clients de la société Visa. Dans le contexte actuel, cette situation s’explique aisément. Les particuliers n’ont plus d’argent sur leur compte et les banques coupent le robinet de peur de ne plus pouvoir plumer du tout leurs clients. Mais non, l’explication se trouve ailleurs. Un bug informatique serait à l’origine d’un mouvement qui illustre la numérisation à marche forcée du secteur bancaire.

De l’argent, mais pas de paiement

Les personnes qui se sont déjà retrouvées à la caisse d’un magasin sans parvenir à payer ont souvent ressenti ce moment comme une humiliation. Vendredi dernier, l’humiliation, si cela doit être appelé ainsi, a touché bien des Européens. Les grandes surfaces ont vu grossir les files d’attente et la panique s’emparer des consommateurs dans l’impossibilité de payer leur dû. Un vent de panique qui a soufflé principalement au Royaume-Uni et en Allemagne et qui est uniquement dû à un problème technique rencontré par la société Visa.

Cette dernière explique dans un bref communiqué publié vendredi après midi qu’une « interruption de service » a été constatée et a entraîné des problèmes avec « certaines transactions ». Dans un langage plus direct cela signifie que les cartes ne fonctionnent plus et qu’avec un peu de chance il sera quand même possible de retirer de l’argent au distributeur automatique. Les consommateurs se sont donc précipités à la recherche d’un DAB dans l’espoir de pouvoir consommer et de dépenser leur argent comme ils l’entendent.

Le phénomène a été observé dans toute l’Europe, mais ce sont deux pays qui ont été particulièrement touchés : Allemagne et Royaume-Uni. La France a été épargnée grâce au magistral Pierre Bérégovoy qui du haut de son socialisme triomphant avait prévu le coup en créant le groupement des cartes bancaires. Un système qui permet de déconnecter en partie les problèmes rencontrés à une échelle européenne ou mondiale. Merci Pierrot, mais non merci, car si les Européens et les Français sont exposés aux bugs et au bon vouloir des banques, c’est en grande partie à cause de la clique socialiste.

Un monde orwellien à portée de doigt

Les socialistes ont fait allégeance au tout-puissant marché en 1983. Depuis l’idylle n’a jamais connu d’anicroche et les banques ont pris un poids démesuré dans la vie économique et quotidienne des citoyens. Les banques décident de tout : investissements consentis à l’Etat et aux collectivités locale, notes attribuées à ces mêmes collectivités, choix politiques, etc. et ont fait voter des quantités astronomiques de lois pour toujours avoir raison au détriment de leurs clients. L’influence des banques est aujourd’hui si ancrée dans l’esprit des décideurs que ces derniers font tout pour renforcer l’emprise des banques sur leurs clients et leur argent !

Le Français qui a l’idée saugrenue de vouloir retirer du liquide au distributeur est empêché. Les sommes sont ridiculement faibles et lorsque des explications sont demandées au « conseiller », les questions fusent dans l’autre sens. Pourquoi vouloir retirer 500 euros ? N’y aurait-il pas un projet terroriste là-dessous ? Plus c’est gros, plus ça passe et l’argent liquide est liquidé sous les coups de boutoir de Bruxelles et de Paris. Les gros billets sont systématiquement retirés de la circulation et payer son pain avec un billet de cinq euros devient suspect.

Plus d’argent liquide donc, mais une complète servitude vis-à-vis des banques et des systèmes de paiement par carte. Visa ne fonctionne plus et ce sont des centaines de millions d’Européens qui n’ont plus accès à leur argent. Allez chez Mastercard disent certains génies de l’économie. Visa, Mastercard, deux sociétés américaines qui ont le monopole des cartes de paiement. Les deux se ressemblent comme deux gouttes d’eau et sont utilisés par le gouvernement américain pour faire pression sur des pays pas assez soumis. La Russie en a fait les frais et a développé depuis 2015 un système concurrent. Résultat, le pays n’a pas été touché par la panne de vendredi. Quand Bérégovoy et Poutine se rencontrent…

Ce bug – si ce n’est pas un piratage informatique – devrait constituer une alerte pour tous ceux qui n’ont plus une confiance aveugle dans notre système. Ne pas contrôler son propre argent, c’est se mettre sous la coupe d’un maître. Un maître aux différents visages selon les endroits et les années. Ce fut l’Etat à Chypre en 2013 lorsque les comptes ont été pompés, ce fut encore l’Etat et les banques en Grèce lorsque les Grecs ont été interdits de retirer de l’argent au distributeur. Ce fut Visa ce vendredi avec l’impossibilité de se servir de sa carte bancaire. Différents visages donc, mais un même monstre : le libéralisme totalitaire. La prochaine étape fera bien plus mal encore, qu’on se le dise !

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Cantona l’avait dit :

    “Il faut retirer l’argent des banques”.

  2. Le-civilisateur dit :

    J’ai eu l’occasion de discuter avec du gratin de la finance en 2006 non loin de gare de Lyon.

    Dans un des immeubles, chaque étage est consacré à une triade de banque.

    C’est à dire que les banques ont commencées depuis longtemps à travailler ensembles et elles apprennent cela par trois.

    Certains employés dont payés pour espionner plusieurs comptes en banques et n’hésitent pas à décoller des dates de prélèvement mais aussi à retarder les dépôts d’argent d’une journée ou deux pour générer des AGIOS aux clients les plus vulnérables.

    Cette personne dont je ne peut pas donner trop de détails m’a expliqué que d’ici 30 ans, il n’y aurait plus d’argent liquide.

    Et c’était en 2006…

    Donc encore 18 ans avant la tyrannie totale.

    Le monde de la finance n’a absolument aucunes estimes pour le peuple, aucunes compassions.

    Tenez vous le pour dit.

    Si ils vous accordent des prêts, ce n’est pas pour vos beaux yeux.

    Mais pour que, quand vous partez travailler le matin, il y a 5 % que tu produits pour eux.

    Quand tu prends un crédit tu signes pour être esclave.
    Tu leurs appartient jusqu’à la fin du crédit.

    Donc les banques sont toutes connectées.

    Elles travaillent entres elles.

    Et souvenez-vous !

    Quand un banquier marche dans la vallée de l’ombre de la mort, il ne craint aucuns mal, car le dieu est à ses côtés.

    Mais surtout par ce que c’est le pire des petits enc….
    De cette saleté de vallée…

    RÉVOLUTION ?

    • Bluesun dit :

      Pour éviter la circulation de l’argent liquide, Il y a eu la carte Monéo en 1999…..(ça n’a pas fonctionné, à présent d’autres idées à la noix sont de sorties).

      Très bonne explication Le-civilisateur…

      Jolie cette phrase (si je puis dire) :

      “Quand un banquier marche dans la vallée de l’ombre de la mort, il ne craint aucuns mal, car le dieu est à ses côtés”.

      En fait, laisser crever n’est pas un crime pour les économistes.

      Ne pas oublier aussi que “Dieu fait les anges, le diable fait les laquais”…

      Pensée de Lucifer:

      “Dieu a créé l’homme à son image, vous m’avez créé à la votre, je suis le porteur de lumière, je suis le reflet de votre culpabilité, je n’éxiste qu’à travers vos travers”.

      Voilà…37 ans que nous votons à côté de nos pompes…!!!!
      pour finir par marcher, sans dents, pieds nus…..et sans argent….(ou le tout universel, à finir par faire crever).

  3. Le-civilisateur dit :

    Napoléon disait des français qu’ils pouvait les tourmenter et les faire souffrir bien plus que les rois sans jamais risquer de ce faire couper la tête à son tour, tant qu’il veillait à ce qu’il ne souffre pas trop de la faim.

    Napoléon avait pleine conscience que la seule chose qui fait bouger la majorité des français c’est l’appel du ventre …

    Et qu’il ne ferait pas la même erreur que les rois.

    Merci Bluesun.

    Encore une foi, j’ai taper ça dans un train sur un portable tout pérave.

    La phrase exacte aurait dû être celle-ci …

    Quand un banquier marche dans la vallée de l’ombre de la mort il ne craint aucun mal car dieu est aussi son berger semble t-il …

    Mais aussi et surtout, par ce que c’est le pire des petits Enc….. de cette Put…. de vallée.

    L’argent, cet outils qui est le fruit de la rencontre entre le savoir et la vanité va détruire ce monde.

    La connaissance est effectivement “une” lumière.

    Mais pas mise entre les mains d’un homme (ou de la majorité des hommes) pas encore tout à fait bien pensant.

    Car cette lumière si elle n’illumine que des esprits superficiels ne nourri alors que l’orgueil et la vanité.

    Les romains nous avaient prévenu il y a déjà 2000 ans.

    Vanitas vanitatum, omnia vanitas, sic transit gloria mundi.

    Vanité des vanités, tout est vanité, ainsi passe la gloire de ce monde.

    Des sociopathes boulimiques qui stimules des consommateurs névrotiquo-frénétiques qui exacerbe de plus belle Des sociopathes boulimique et ainsi de suite à l’infini jusqu’a ce que tout le monde finisse par crever d’un paradoxe …

    Nous allons détruire cette planète, y dévorer nos voisins organique et végétal jusqu’au dernier lichen posé sur une roche aux confins du monde.

    Nous n’arriverons pas à transcender notre égoïsme, cette névrose qui anime le besoin de dominer notre environnement ou notre prochain.

    Nos femelles veulent des mâles toujours plus grands et toujours plus riche et les mâles pour la majorité stupide, se font une joie et un plaisir de pouvoir y répondre favorablement.

    Nous sommes prisonnier d’un continuum social paradoxal.
    Ce qui est dramatique c’est que d’autres formes de vies sont prisonnières et enfermées sur un gros cailloux avec une belle une bande de taré …

    L’homme est ses valeurs virtuelles sont certainement le plus grand fléau sanitaire du cosmos.

    Difficile d’émettre une critique sur l’homo”sapiens” sans ce faire passer pour un misanthrope ou encore un misogyne.

    Mais il faut bien dire que …

    Ont aura bien l’air con quand ont aura transformé les formes de vies et tout les paysages en “””FRIC””” !

  4. Bluesun dit :

    Le-civilisateur, Napoléon était aussi un sage.

    Car c’est la faim qui fait sortir le loup du bois. (D’où la Révolution.)
    Tant que le citoyen a quelque chose à protéger, à défendre, à manger, il ne bougera pas. C’est le jour où, il n’a plus rien qui est à craindre.

    La connaissance est une lumière dis-tu. C’est tellement vrai, que ça fait 37 ans que le monde en marche vers la destruction fait que notre apprentissage dans les écoles est devenu grand comme une catastrophe.

    A présent se sont les médias qui sont sous le joug du biberonnage “du faut dire ce que l’on vous dit de dire.

    La planète semble se rebeller, les constructions massives en zones inondables, le bétonnage intensif, la déforestation non stop de la forêt amazonienne, (malgré les protestations “petites” rien n’y fait….
    Et on nous bassine ” ici “pour des bouteilles plastiques qui de toutes façons finissent via la poubelle…

    Qui alors, fait que se forme le 6ème continent en mer ?
    Les gens des bateaux ? ceux qui vivent sur l’eau ?
    Tous les maux de la terre provoqués par l’humain, semblent faire que les seuls responsables, sont les citoyens français…

    Les baleines, et autres dauphins qui s’échouent sans aucune explication sur les côtes, sont peut-être les effets nocifs des éoliennes ?

    Il y a aussi le constat sans arrêt répété que nous sommes de plus en plus nombreux sur terre, que la famine est prévue, que l’humain pollue, et personne ne dit qu’il faudrait peut-être envisager de faire moins d’enfants…(futurs adultes à destruction, puis futurs personnes âgées oubliées, ou très dérangeantes.

    La justesse de ta phrase :
    On aura bien l’air con quand ont aura transformé les formes de vies et tout les paysages en « » »FRIC » » » !

    Me fait étrangement penser à celle du chef indien GERONIMO
    qui disait :

    Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée, alors l’homme s’apercevra que l’argent ne se mange pas….

    Mais comme le jeu de DESTRUCTION-CONSTRUCTION est en marche depuis 37 ans (voire même plus)…

    Quand les uns jouent, les autres trinquent….et en plus, on les dit responsables de tout…mais là, par le biais de nos bisounours, nous connaissons, c’est le jeu, du c’est pas moi, mais l’autre…..

Laisser un commentaire