L’éducation selon Marlène Schiappa

Rédigé par notre équipe le 06 juin 2018.

L’exécutif actuel est une constellation qui se donne entièrement à la France. Un goût du partage trop prononcé qui se ressent dans la nouvelle catastrophe présentée fièrement par Marlène Schiappa. Tout a été dit sur la Secrétaire d’Etat, mais quitte à ne pas pouvoir faire parler d’elle en bien ailleurs que dans les magazines féminins, Schiappa a décidé de publier un nouveau livre. Intitulé « Si souvent éloignées de vous », il se veut être un guide pour ses deux filles. Consternant.

L’honnêteté intellectuelle nous conduit à dire que la rédaction de 24 heures actu n’a pas lu l’intégralité des 302 pages que constitue le machin censé constituer un ouvrage. A notre décharge, nous ne sommes pas dans les listes des journalistes (amis) qui ont eu le droit à la promotion d’un livre très personnel, mais promu par les agents du Secrétariat d’Etat dirigé par Marlène Schiappa. Dernière excuse : pourquoi payer 19,5 euros un ramassis de bêtises quand il suffit d’allumer sa télé pour voir Schiappa faire les mêmes leçons de moral à qui veut bien encore l’entendre ?

Même les journalistes craquent !

Dédouanés, nous remercions – une fois n’est pas coutume – les journalistes qui ont été contraints de lire ce truc afin d’en faire la promotion. Le niveau est tellement bas que même ceux chargés de mettre de la pommade sur une telle plaie intellectuelle et littéraire ont dû se résigner à critiquer un « roman de gare » qui « met bien mal à l’aise ». Pour en arriver à de telles conclusions, il faut pousser le bouchon loin, très loin. Mais Marlène Schiappa a démontré à plusieurs reprises qu’elle avait le potentiel et la volonté d’atteindre de telles extrémités. Mission réussie avec brio !

Par quoi commencer ? Il faut peut-être rappeler que ce livre est censé être écrit pour les filles de Marlène Schiappa. Des épisodes de vie lors de longues journées et soirées passées loin de ses enfants. Alors, il est certain que parfois, le courageux lecteur tombera sur des moments d’intimité qui révèlent le vide profond d’une femme certainement en avance sur son temps… « Quand le shampoing coule sur mes épaules, mon ventre, mes jambes, j’en ai partout, je me lave les mains avec ce liquide blanc, je patauge dedans ». Victor Hugo peut se rassurer, il a trouvé son héritière. Quel talent ! A moins que cela ne soit du niveau d’un vulgaire téléfilm érotique…

Mais non enfin, Marlène Schiappa n’est pas au Gouvernement pour rien ! Elle mène un combat héroïque grâce au génie jupitérien élu dans un moment « historique » pour la France et le monde. La comparaison grandiose arrive : « Comme si pendant des années, des apothicaires avaient tenté de guérir un pays malade en préconisant des saignées et que, enfin, un véritable médecin arrivait avec une poche de sang à transfuser ». En plus d’être un astre, Macron est un médecin merveilleux.

Et que dire de sa femme ? Beaucoup de bien ! Ça aide d’avoir une amie haut placée pour se cramponner à un poste malgré des faiblesses rédhibitoires. Alors c’est parti pour un portrait de Brigitte : « bienveillance, la gentillesse, l’engagement et la classe naturelle, ses allusions artistiques, son humour ravageur et son sourire irrésistible de l’éternel féminin ». Chacun voit son « éternel féminin » comme il l’entend…

Comment ne pas terminer cette recension en évoquant les conseils d’une maman à ses filles ? Une maman un peu tourmentée : « J’aimerais être féministe jusqu’au bout des ongles et vous dire que les garçons, on s’en fiche, mais quelque chose au fond de moi – un reste de mes aïeules romantiques de Corse et d’Italie ou le fait d’avoir trop relu Madame Bovary – m’empêche d’affirmer spontanément que rien ne t’oblige à tomber amoureuse ». Une maman qui croit important de préciser qu’elle a plein d’ « amis gays », « ce qui n’en fait pas de moins bons modèles masculins ». Ouf, nous voilà rassurés.

Bon courage aux quelques lecteurs (et lectrices, bien entendu) qui oseront compléter cette triste et pénible lecture. Une pensée également aux deux filles de Marlène Schiappa qui doivent grandir avec de tels repères. Bonne chance !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Bouquin décortiqué (dans la mesure du possible) à l’émission QUOTIDIEN.

    Bouquin en effet plein de vide….PLOUF….

  2. Le-civilisateur dit :

    Pathétique.

    Ils vont la foutre au panthéon ces rigolos, tu va voir que ça va pas louper.

    Mais avant elle va finir sa carrière dans un chapiteau Zavatta celle là, Ou pire encore, chez les encu….. Ha non, … c’est les enfoirés…

    Alors ! Un clown de plus en politique française ?

    Non… je ne vois rien d’étonnant c’est une suite «logique».

    Comme beaucoup de ses confrères, elle à découvert et obtenue son diplôme de politique dans un happy meal de chez MC Ron.

    Ca me rappel l’autre artiste ass been de marc lavoine «l’inter-minable du spectacle» qui fait un album pour chanter avec son fils, qui en vend 20 000 et qui est tout content.

    Le monde anglo-saxon doit bien rire de nous…

    Et Bien Schiappa C’est le même genre, le «gratin» de France n’en fini pas de se complaire dans sa médiocrité et à ce rouler dans ses excréments décidément…

    Ces gros pistonnés du système son tellement primitifs qu’ils nous penses assez con pour consommer leur M…..

    Et si jamais il vous prend de lire cette chose ou écouter ces bruits.

    N’oublier surtout pas !

    De tirer la chasse d’eau une foi terminé.

Laisser un commentaire