Extrême gauche : Lénine toujours dans les cœurs (et les salons)

Rédigé par notre équipe le 08 juin 2018.

A quelques jours d’intervalle, les gauchistes montrent de quel bois ils se chauffent. Il y a d’abord le niveau théorique avec le pathétique couple Corbière-Garrido. Les chantres du mélenchonisme en pincent fort pour Lénine qu’ils affichent fièrement dans leur salon. Il y a le niveau pratique aussi avec l’agression dont a été victime le maire de Béziers Robert Ménard. Roué de coups, car trop à droite selon ses agresseurs. Macron se plaignait de la violence en politique. Qu’il se rassure, seuls ceux qui aiment la France sont attaqués.

La jeune retraitée de la politique, Rachel Garrido, continue de faire parler d’elle. Normale pourrait-on dire, elle joue à la perfection la gauchiste de service sur le plateau de Thierry Ardisson. Chaque semaine, elle se retrouve donc avec « l’homme en noir » (ceux qui connaissent le passé de l’animateur apprécieront la situation) pour balayer l’actualité sans dépoussiérer son propre logiciel idéologique. Salariée du grand capital, elle a les moyens de se payer quelques belles œuvres d’art comme l’immonde portrait de Lénine qui trône sans son salon.

Quels comportements fachistoïdes ?

Garrido a-t-elle le mauvais goût de parler de son salon dans l’émission qui lui donne la pitance ? C’est pire, elle le montre dans un reportage en compagnie de son compagnon. Le couple a dû quitter Paris après les fuites relatives à leur logement. Un départ précipité qui a fait mal au portefeuille, mais auquel a survécu un immense portrait de Lénine. Les deux tourtereaux en sont fiers, mais plus d’un quidam qui assiste à la scène s’interroge sur une telle décoration.

Tous les goûts sont dans la nature, mais il y a des limites à ne pas franchir. Le seul à avoir encore la parole et à s’en être offusqué est Michel Onfray. Ce dernier s’interroge : « Comment peut-on accepter qu’on ait le portrait de Lénine, qui a créé les goulags, les camps de déportation dès la fin de l’année 1917 et qui est un dictateur terrible ? ». Après avoir rappelé que personne n’accepterait que Sarkozy prenne son thé sous le regard de Mussolini et que Marine Le Pen admire un portrait du maréchal Pétain, la gauchiste de service de l’émission « On n’est pas couché », Christine Angot tente une timide défense en disant que la macabre comptabilité n’est peut-être pas le seul critère pour juger un homme politique… Que l’idéologie ça compte… « Oui, et bien cela s’appelle une idéologie mortifère » lui assène Onfray, « Si on estime qu’il y a de bonnes raisons de tuer les gens… ».

Fin de la partie ? Non ! Outrée, Rachel Garrido sort sur Twitter et se plaint d’un totalitarisme qui lui interdit d’avoir ce qu’elle aime chez elle. N’ayant pas compris l’indécence de son tweet, elle en écrit un deuxième dans lequel elle dénonce le « comportement fachistoïde » de Michel Onfray. Comme d’habitude, lorsqu’on n’est pas assez à gauche, on est systématiquement placé à la droite d’Hitler. Garrido prouve une fois de plus sa bêtise.

Dîner sous le portrait d’un assassin est une bonne chose selon certains alors un peu de violence de temps en temps, cela ne doit pas choquer non plus. Aucun journaliste ne s’est ému de la petite affaire Lénine et rares sont ceux qui ont daigné parler de l’agression dont a été victime Robert Ménard dans la commune de Saint-André-de-Cubzac. Attendu par une cinquantaine de manifestants désireux de le faire taire, le maire de Béziers a été molesté et mis à terre par des militants gauchistes laissés libres d’attaquer un élu de la République. Un macroniste ou un mélenchoniste agressé de la même manière et tous les médias en auraient parlé pendant trois semaines. Mais avec Ménard, il s’agit d’un homme politique trop à droite, donc il ne faut surtout pas en parler pour éviter de condamner une violence gauchiste entretenue par tous les faiseurs de haine.

Le fondateur de Reporters sans frontières s’est ému à juste titre de cette attaque : « Moi qui me suis battu vingt-cinq ans pour la liberté d’expression dans le monde, il ne m’est jamais arrivé d’être traité comme je l’ai été, ici, en France, dans mon pays ». Les comportements fachistoïdes ne sont pas là où Garrido le croit. Les macronistes, eux, ont raison de dénoncer la violence en politique, mais ils ont tort lorsqu’ils essaient de faire croire à une violence contre le pouvoir. Libéralisme et gauchisme se donnent la main dans une mauvaise farce. Oser s’aventurer en dehors de ce pacte comme le font de manière différente Onfray et Ménard vaut une mise à l’index et des poings dans la gueule. La France est malade, et ce n’est pas Macron le médecin rêvé de Schiappa qui administrera le bon remède.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Oui en effet.

    Vous mettez l’accent sur un passage et un endroit de l’histoire particulièrement intéressant.

    Un personne ayant au moins 35 ans et possédant un.minimum de culture générale doit avoir entendu parlé des IMMENSES charniers découvert dans l’actuelle Russie.

    Des charniers qui date de LÉNINE & STALINE.

    Il y environ une trentaine d’années, les autorités Russes ont mise à jour d’immenses charniers datant de la première et de la deuxième guerre mondiale.

    Et c’est la que commence.

    L’HISTOIRE CACHÉE DE LA RUSSIE …

    Après une longue enquête ils découvert un point commun à tout ces mort mystérieux.

    Qu’il était des milliers et même des millions à avoir été exécutés le plus souvent avec une balle dans le crâne.

    Qu’ils n’avaient pas été exécutés par les nazis.

    Et que, la plupart du temps ils étaient bruns à la peau mâte…

    Après quelques années de recherches ils ont fini par découvrir la terrible vérité.

    STALINE poursuivait le programme de LÉNINE.

    C’est à dire …

    Ils profitaient des conflits mondial pour faire leurs petits «nettoyage» en interne.

    C’est à dire …

    Que le pouvoir soviétique communiste «Arien ou presque» opérait des génocides dans des régions bien précises de son immense territoire.

    Alors pourquoi ?

    Et Bien c’est simple.

    La russie et tellement vaste qu’elle abrite en réalité plusieurs nations…

    La stratégie de LÉNINE suivie directement Après sa mort par STALINE, était de stopper l’auto développement de ces regions par ses véritable autochtones.

    La recette était simple.

    Ils attendaient qu’un grand conflit éclate, puis ils commençaient à neutraliser les têtes pensantes et les militaires récalcitrants de ces régions ainsi qu’une partie de leur compatriotes. (Aux autochtones).

    En les condamnant à mort dans les fameux goulag.

    C’était un véritable nettoyage ethnique.

    Pour 39-45 ils ont essayé d’accuser les allemands mais cela ne tenait pas debout…

    Ainsi des colons Russes à la peau claire venus de l’Oural s’installaient avec l’aide du gouvernement en place.

    Pour remplacer les morts vite fait bien fait par des armées de patriotes en béton armés , armés par des intérêts financiers comme 90% des colons bien évidemment.

    Les pouvoirs en place fournissaient le matériel agricole et autres.

    Voilà.

    Vous en savez un peut plus sur l’histoire cachée de la Russie.

    Alors …

    Effectivement mettre un tableau de LÉNINE ou bien de STALINE dans son salon tout en dénonçant des sois disant adeptes du culte nazi…

    Cela trahis bien le niveau intellectuel et le niveau de culture générale de la grande bande à MACRON mais pas que … malheureusement …

    STALINE et LÉNINE réunit ont très certainement fait plus de morts ou au moins tout autant que le reste du monde avant pendant et après 14-18 et 39-45.

    Qu’ils continuent à bouffer «avec deux F» …

    Sous leur tableau à l’effigie de ceux qui sont très certainement les hauteurs d’un des plus grands génocide ethnique de l’histoire de l’homme.

    Ceux là même qui ont eux l’idée de caser «leurs juifs» aux confins de leur monde.

    Bon appetit madame Garrido.

  2. Le-civilisateur dit :

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/contrairement-a-ceux-du-nazisme-12266

    Alors que l’on découvre un charnier d’officiers polonais en Ukraine, assassinés par le régime communiste de l’Union Soviétique en 1943, la qualification des crimes communistes de crimes contre l’humanité semble toujours être un tabou. Pourtant c’est plus de 100 millions de personne qui ont perdu la vie.

    Il y a deux jours en Ukraine un charnier a été mis à jour. Il s’agirait de corps d’officiers polonais exécutés par les Soviétiques lors du massacre de Katyn. Ces corps viennent s’ajouter à ceux déjà découverts auparavant. Le massacre a eu lieu le 12 avril 1943. On parle de plus de 5 000 morts. Le régime communiste de l’URSS a longtemps affirmé que ces crimes étaient l’œuvre des nazis. C’est seulement en 1990 que Mikhaïl Gorbatchev a reconnu la responsabilité des Soviétiques lors d’une visite du chef de l’État polonais d’alors, le général Jaruzelski.

    Environ un million de Polonais ont été victimes du régime stalinien entre 1938 et 1947. La Pologne, depuis plusieurs années, essaye de faire qualifier ces crimes de crimes contre l’humanité, mais la Russie de Poutine s’y refuse.

    Difficile de connaître le nombre global de victimes du communisme dans le monde. En URSS, Alexandre Soljenitsyne parle de 60 millions. Les estimations pour la Chine varient de 40 à 100 millions. Sans oublier, bien sur, les 2 à 2.5 de Cambodgiens exterminés par le régime communiste de Pol Pot.

    Alors que les crimes du nazisme ont très vite été condamnés par la communauté internationale, il aura fallu attendre, en Europe, le 25 janvier 2006, pour que l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe condamne officiellement “les violations massives des droits de l’homme commises par les régimes communistes totalitaires”. Le texte a été adopté à 99 voix pour et 42 contre.

    Mais toujours pas de qualification de crime contre l’humanité. Les partis communistes, socialistes et sympathisants se sont opposés à l’adoption d’un texte qui serait allé plus dans ce sens. Le sujet des crimes du communisme semble encore tabou. “On ne discute pas du communisme parce qu’il y a eu un grand nombre de communistes dans notre entourage. En France, en Italie, en Grèce et en Russie bien sûr. Et beaucoup de politiciens ne veulent pas être dérangeants envers leurs collègues politiques. De plus, les communistes ont toujours une certaine influence bien qu’ils ne soient pas au pouvoir,” a déclaré le député suédois Goran Lindblad, auteur de la résolution, dans une interview.

    Alors que les actes criminels des régimes communistes dans le monde sont reconnus par la communauté internationale, nous continuons à avoir dans nos démocraties des partis politiques qui se réclament officiellement de cette doctrine. Et qui, aujourd’hui, continuent toujours à s’opposer à une reconnaissance complète des crimes du communisme.

    N’est-il pas temps, dans nos sociétés démocratiques, de reconnaître les génocides communistes comme des crimes contre l’humanité ? N’est-il pas nécessaire de réparer – déjà au moins moralement – les préjudices subits par des millions de personnes ? Peut-on continuer à avoir des partis politiques qui, tout en se réclamant, mais pas tous, d’un communisme réformé, n’en portent pas moins le nom et n’en rendent pas moins hommage aux tyrans de cette idéologie ? Accepterions un parti nazi français, tout réformé qu’il serait ? Peut-on encore avoir des noms de rue ou de places, qui portent le nom des bourreaux de millions de personne ? Sans comparer le régime nazi et les régimes communistes, peut-on dans l’horreur faire deux poids deux mesures ? Sans oublier que le nazisme ne tue plus mais que le communisme lui tue toujours en Chine, en Corée du Nord, au Vietnam, à Cuba et en Éthiopie. Qu’en dites-vous ?

    ATTENTION !

    Le massacre et la soumission des peuples originaires des steppes et du nord de la Russie reste un sujet sensible d’un point de vue international car les anglais et les américains y trouvent leur compte avec les russes pour éviter de faire la lumière sur cette affaire car l’Amérique du nord l’Australie, l’Amérique du sud et l’Angleterre ne préfère pas revenir dessus eux aussi …

    Donc tout les crimes concernant ces tribus vont tombés dans l’oublie.

    N’oubliez jamais que la Russie à colonisée et asservie des milliers de tribus en Asie à la même époque, de la même façon et au même titre que les anglais et les Yankees.

    C’est surtout à cela que servaient les goulag.
    Neutraliser à l’intérieur du territoire toute force qui ne venait pas de Moscou et ce, jusqu’en 1980.

Laisser un commentaire