2018 : un été de tous les dangers ?

Rédigé par notre équipe le 17 juin 2018.

Il y a comme un parfum de vacances dans l’air. Les beaux jours reviennent et les Français songent à leurs congés bien mérités. Si les vacances risquent de ne pas briller par leur côté clinquant (l’Etat macronien est passé par là), elles seront l’occasion de couper avec un rythme qui rend fou et qui annihile l’humain au service des vaux d’or du capitalisme. C’est malheureusement à ce moment-là que les lois les plus liberticides sont décidées en catimini… 

Heureux comme un politique en été ! La saison estivale est attendue de tous, mais plus encore par les politiciens. Rien de plus normale peut-on penser ! Le soleil brille, quelques jours de vacances sont possibles et la pression se relâche de plusieurs crans. Sauf que ces bonnes raisons ne s’adressent qu’au commun des mortels. Le politicien au pouvoir a d’autres projets en tête.

Le diable se cache à l’ombre des parasols

L’été est en effet un moment de choix pour faire passer des lois et règlements particulièrement destructeurs, mais peu médiatisés et donc peu contestés. Le citoyen ne veut plus attendre parler de Macron et compagnie alors on lui donne du football jusqu’à plus soif avant d’enchaîner sur le Tour de France, lequel sera agrémenté d’un nouveau fait divers bien glauque. C’est ainsi que des lois souvent économiques sont prises dans le plus grand anonymat. Déjà qu’en temps normal, les journalistes ne sont pas curieux, qu’attendre d’eux alors qu’ils se prélassent sur les plages niçoises et cannoises ?

Seul un nouvel attentat pourrait enrayer la belle mécanique. Et encore ! Souvenons-nous d’Emmanuel Macron qui n’a pas renoncé à ses vacances lors du dernier attentat à Paris en mai dernier. Pas assez spectaculaires, pas assez de morts et pas assez de blessés pour que Jupiter daigne couper court à ses vacances. Oui ! Macron a aussi des vacances en mai. Il faut bien se reposer de ses nombreux voyages à l’étranger… Un attentat d’envergure aurait juste pour effet de faire couiner la machine médiatique tout en laissant le champ libre aux pires désirs de la banque au pouvoir.

Les prochaines semaines risquent d’être le théâtre d’un nouveau coup de Trafalgar made in Macron. Pas étonnant de la part d’un individu qui méprise tant la France. Aïe, cette phrase pourtant étayée par des années au pouvoir risque bientôt d’être condamnée par la nouvelle loi anti fake news qui sera votée… cet été ! C’est bien connu, une loi anti fake news est une priorité absolue pour que la France se redresse. Les parlementaires ont dû plancher au printemps sur cette loi inique sans finalement parvenir à un accord. Dans un ultime élan d’honnêteté intellectuel, certains députés ont rappelé qu’une telle loi est la porte ouverte à une mise au ban de la liberté d’expression et de pensée.

Ce n’était pas prévu au programme jupitérien alors pourquoi ne pas profiter de l’été pour sceller enfin une loi qui permettra de contrôler les esprits comme du temps de la monarchie absolue ? Autant prévenir que si 24 heures actu n’est plus trouvable ou affiche des articles étrangement complaisants à l’égard du pouvoir, ce sera sous l’effet d’une loi digne de 1984. Pas l’année, mais le livre prémonitoire d’Orwell. Un livre qui ne sera pas étudié dans les écoles françaises de peur de mettre à mal un système macronien encore fragile.

L’été arrive. Consommez de la bière, regardez le foot et partez à la plage si vous en avez encore les moyens. L’Etat se charge du reste, c’est-à-dire de l’essentiel !

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. PhilZ dit :

    Toute loi qui limite la liberté d’information est une ouverture vers la dictature. Macron est donc très dangereux!

  2. Le-civilisateur dit :

    Je vous avais dit que, certains jours je ne peux plus me connecter sur des sites biens ciblés.

    Au même moment si je clique sur un site jardinage ou recettes, aucuns soucis.

    Mais une page blanche va apparaître sur les sites réfractaires.

    Tout me laisse donc penser qu’ils s’entraînent depuis quelques temps à couper «en peu de temps» la communication entre les français qui se consultent et diffusent des informations sur la réalité de la situation
    du pays, dissimulée par l’AFP et les pouvoirs publiques.

    Si nous sommes couper d’un bien fondamental comme la communication.

    Nous serons des milliers à nous morfondre (seul chez nous) de ce qu’il nous tombe sur la tête sans pouvoir réagir. Et ce ! Même juste avec la parole et la réflexion.

    C’est pour vous dire Le caractère véritable de la chose qui dévore ce pays, ce continent.

    Sans la parole et l’opportunité d’avoir la liberté de développer ensemble une contestation, réfuter une ou des décisions injustes dont nous sommes nous le peuple toujours sur le terrain à en ressentir systématiquement les premiers effets indésirables.

    Nous les blancs, ne nous réunissons pas ou plus depuis bien longtemps dans des lieux de cultes pour nous recueillir, pour nous consulter et nous concerter…

    Ils va donc falloir évoluer et prendre les devants.

    Cela s’ appel bien évidemment l’anticipation…

    A l’instar des religieux.

    Nous devons nous créé les lieux de notre culte, celui de la résistance, du noyau dur.

    Si ils nous privent ou limitent dans nos moyens de communications numériques, nous devons trouver rapidement une alternative exotique.

    Nous devons nous adapter pour survivre, pour ensuite vivre à nouveau, DARWINISME oblige…

    Nous devons sublimer les problèmes auxquels nous soumettent MACRON et ses maîtres.

    Bientôt, l’AFP et les pouvoirs publiques remplaceront les futurs générations de parents qui depuis longtemps déjà auront été lobotomisés intellectuellement et animé par une volonté atrophié par une société décadente, et destructrice sous tous rapports.

    De La faculté du peuple, du citoyen, à raisonner de façon indépendante, jusqu’à son droit à réagir face à l’iniquité.

    Il ne restera plus rien du peuple si nous ne pouvons plus nous concerter ensemble.

    Ce que veulent MACRON et ses maîtres, c’est que nous vivions dans l’isolation la plus totale.

    Ils veulent formater nos enfants.

    Ils cultivent une armée

  3. Bluesun dit :

    Avec le “politiquement correct ” du début des années 1980, doucement nous sommes entrés en dictature ou “communisme”.
    du tous pareil, de la pensée unique, de l’information distillée, ou le manque réelle d’informations.

    On nous parle de blé, en semant l’inculture.
    La TV sème souvent la bêtise chez les adultes, et la violence chez les enfants. La télé réalité abrutit les ados, séries, autres films “pornos” ne rendent plus belle la vie que l”espace d’un instant. Mais aussi un énorme porte voix pour nos politiques.
    En tous cas, souvent la TV est consternante par la profusions d’imbécilités qu’elle diffuse. Et dire qu’au départ, ça devait être un outil culturel. Mais ça c’était avant….LE GRAND CHANGEMENT.

    Nous sommes dans une société sous la dictature des hommes et de l’argent. Recherche de profit immédiat et non partageable. (partage, pourtant mot journalier dans la bouche des politiques et journaleux).

    Puis les complicités se prennent pour des sentiments.

    37 ans que le citoyen dit que plus ça, moins ça va, sans comprendre que la désillusion vient de ceux qui pratiquent la langue de bois…
    Et pour finir, le plus spectaculaire, ils votent pour un type qu’ils ne connaissent ni d’Adam et ni d’Eve, qui dit n’avoir aucun programme, être juste novice ; mais que s’il est élu, il va les saigner…..

    Très juste Le-civilisateur, quelques temps avant les élections de 2017, certains forum de journaux, ne laissaient pas franchement passer les commentaires sur le bien des idées du FN.
    J’ai même eu l’occasion de constater, qu’il y avait eu interférence entre deux forums appartenant à des journaux différents. (pour nous citoyens différents, mais comme “on ne nous dit pas tout”, ne reste que le constat).

    Le-civilisateur, ta réflexion “très juste” me fait penser à une chose.

    Quand on veut la destruction d’un peuple, en général on commence par ses intellectuels, à ses défenseurs, à ses communicants, et enfin le peuple.

    Nous sommes bien alors dans le jeu de DESTRUCTION-CONSTRUCTION.

    Le but dernier, n’est pas de constituer l’homme, mais de le dissoudre. Il nous faut désormais compter les quarante années qui ont défait la France.

    l’histoire totale d’une déconstruction joyeuse, savante, et obstinée des moindres rouages qui avaient édifiée la France. L’histoire d’une dépossession absolue.

    On nous a appris à aimer ce que nous détestions, et à détester ce que nous aimions.

    L’univers mental de nos contemporain devient un chant de ruines.

    Mais 37 ans, que nous votons pour cet état de fait, dans la joie et la bonne humeur…

    Pour le moment, nous avons encore 24hActu, (pour combien temps ?)

Laisser un commentaire