Macron dévisse et suit le destin de Hollande

Rédigé par notre équipe le 05 juillet 2018.

Macron, un président impopulaire pour de bonnes raisons

La fin du rêve macronien frapperait-il à la porte à peine l’été entamé ? Les signes s’accumulent depuis plusieurs mois et un sondage vient enfin confirmer ce que tout le monde ressentait. La poudre de perlimpinpin ne fonctionne plus et le couple à la tête de l’exécutif dévisse. Ils ne sont plus que 32 % de Français à percevoir positivement l’action du président. Encore quelques efforts et Macron rejoindra Hollande dans les méandres de l’impopularité.

Un an et deux mois après son entrée fracassante à l’Elysée, Macron compte ses légions (de marcheurs) par dizaines seulement. Le temps a fait son œuvre et a commencé à lever le voile sur celui qui voit la présidence de la République comme une simple étape à une carrière très solitaire où l’argent et le libéralisme sont rois. Avec seulement 32 % d’opinions favorables, Emmanuel Macron sera à la recherche d’un nouveau souffle pendant les vacances. Il pourra empiler les soi-disant belles images avec sa femme loin des bureaux cossus de l’Elysée. Pauvre Emmanuel, c’est en partie pour ça qu’une part de plus en plus grande des Français ne le supporte plus.

La raison reprend le dessus

La vie réserve parfois des paradoxes. Macron avait décidé de se présenter comme l’antithèse de son mentor François Hollande et un an après son élection, il se retrouve englué, comme lui, dans le tréfonds des sondages. Le président des riches voulait prendre le contre-pied de celui qu’il avait servi pendant quatre années avant de le trahir. La manœuvre a été effectuée dans bien des domaines, mais le résultat est très décevant pour lui. Le Baromètre Figaro Magazine explique que seulement 32 % des Français ont un avis favorable sur le président. Hollande était à 27 % au bout de 14 mois… La courbe de Macron a mis plus longtemps à s’infléchir, mais elle est désormais dans la même fourchette que son prédécesseur !

Pourtant les armées de communicants qui grouillent à l’Elysée n’ont pas ménagé leurs efforts ces dernières semaines : Macron au G7, Macron résout la crise migratoire, Macron pense au « pognon de dingue » qui est mal dépensé, Macron recadre un gamin à défaut de remettre de l’ordre dans des centaines de cités en France. Macron était partout, Macron faisait tout, mais Macron perd la face. Comment expliquer une telle débandade ? Les pompiers de service planchent sur la question depuis plusieurs heures, mais il ne faut pas être très futé ni grassement payé pour dresser un constat sans équivoque.

Si Macron est dans le creux de la vague et qu’il est condamné à le rester, c’est parce que sa politique est désormais claire, qu’elle n’apporte aucun fruit et qu’en plus le président affiche un rapport à l’argent très malsain qui finit par dégoûter les Français. Que verra-t-on demain sur tous les écrans de télévision ? Un président sourire aux lèvres qui s’invite au quart de finale de l’équipe de France de football contre l’Uruguay. Le président n’a-t-il pas d’autres priorités que de parcourir plus de 3 000 kilomètres pour assister à un match de football ? Combien de milliers d’euros dépensés pour complaire au locataire de l’Elysée et lui permettre de s’offrir une agréable fin d’après-midi ?

Le macronisme est réputé pour être très fort en communication, mais personne dans l’entourage présidentiel ne semble comprendre que les caprices jupitériens ne font rien pour arranger son image. Entre la vaisselle hors de prix, le délire d’une piscine au fort de Brégançon et les maquilleuses payées à prix d’or, les Français voient défiler les euros dont ils ont été dans l’obligation de se délester. Car si Macron vit dans le luxe, c’est bien la pauvreté qui touche un nombre croissant de Français. La faute à Hollande peut-être ? Le bilan de l’amateur de scooter et de coiffeur très cher n’aide pas, mais Macron est co-responsable en qualité d’ancien conseiller puis ministre de l’Economie…

Le discours reste le même : les bonnes mesures ont déjà été prises, mais il faut du temps. Aïe ! Ce genre de parade a été utilisé sans retenue sous Hollande avec le résultat que l’on connaît. A pressuriser les plus fragiles pour plaire à une élite, Macron a tout faux et entraine tout le gouvernement dans son sillage. Edouard Philippe suit la même courbe et ce ne sont pas les diktats sur la limitation de la vitesse à 80 km/h et ses déjeuners avec Sarkozy et Darmanin qui vont l’aider à mieux résister que son patron.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Henri Pollet dit :

    Une nouvelle fois…un peu tard.

  2. Le-civilisateur dit :

    Macron est une illusion.

    La preuve en est, que le plus grand spécialiste du musée Grévin à finalement été incapable de réaliser une reproduction à l’identique de “l’homme fumisterie” ou devrais je dire, fumigène …

    L’homme fumigène qui n’a de président que le nom.

    Et pour cause,

    Il est possible de transformer la matière en gaz, cela s’appel “sublimer”.

    Mais transformer du vent en matière c’est beaucoup plus complexe.

    D’où la difficulté avec Macron …

    Notre spécialiste de la sculpture en cire est donc complètement pardonné, vu qu’il lui aurait fallu au moins deux diplômes de plus, l’un en Mécanique des fluides et l’autre en physico-chimiste.

    Quand je vous disait que les astrophysiciens scrutaient les confins du cosmos à la recherche du vide absolu.

    Alors qu’ils leurs suffit d’orienter leurs télescopes du coté de l’Elysée et plus précisément sur l’un de nos présidents pour réaliser que le “vide absolu” est parfaitement quantifiable.

    Et puis …

    Je vais vous expliquez une chose.

    La stratégie politique du nouvel ordre mondial s’apparente à du rugby.

    Je m’explique,

    Au rugby l’important c’est de progresser et de marquer

    Essai Transformation Drop Pénalité
    5 points 2 points 3 points 3 points.

    A la fin du match ont se fout de l’état de la gueule des joueurs.

    La seule chose qui compte, c’est ce qu’ils ont accomplie.

    Essai + Transformation + Drop + Pénalité = resultat !

    TOUCHDOWN !!!

    Macron, ses maîtres, et ses sbires, se foutent bien de notre analyse et de nos coups de gueules.

    Chaque présidence qui se succède doit marquer des points, passer des lois, réussir “des transformations” nous foutre des “pénalités” …

    C’est comparable à un match de rugby, sauf que l’arbitre ne siffle qu’une seule équipe.

    Celle du peuple.

  3. Bluesun dit :

    Macron dévisse ….

    On pourrait se réjouir…

    Mais au regard des présidentielles, on se dit que Macron a de bons pitons.

    Pitons + poudre de perlimpinpin = le pingouin à l’Elysée.

    En fait, chaque fois que les français se rendent devant les urnes, c’est leur propre destin qu’ils jouent…

    Puis, en faisant de l’élu menteur, du vendeur de vent, de la pâle copie FN, ou du “novice” des intouchables, les français deviennent alors les dés du jeu de DESTRUCTION-CONSTRUCTION…

    En fait, pour les élus en général, les sondages sont très utiles au début de leur mandat, après, ils ne servent plus à rien…(un peu à l’image de tous nos pondeurs de mensonges qui ont pris place “par nos soins” sur le fauteuil, qui les rend intouchables).

    (Quand des élections seront en vue, bizarrement Macron remontera dans les sondages)…
    Bourrage de mou, oblige…

Laisser un commentaire