Economie : la France dégringole et est supplantée par… l’Inde

Rédigé par notre équipe le 11 juillet 2018.

Quelle est belle la Russie… quand elle sert à ne pas parler des sujets qui fâchent ! Quelle est belle cette équipe de France de football… quand elle gagne et relègue les mauvaises nouvelles d’un front économique branlant ! La France de Macron devait être celle d’un retour des « 30 Glorieuses », elle n’est que le prolongement d’un marasme économique qui se caractérise par un chômage de masse, un pouvoir d’achat aux abonnés absents et une précarisation de franges croissantes de la société. Nouveau signe de cette descente aux enfers, l’Inde a supplanté la France dans le classement des économies mondiales.

La France est forte, la France est en marche, mais les autres courent. A l’arrivée, la France est battue par un pays comme l’Inde. Une magnifique performance collective que l’on doit en premier aux Indiens – bien aidés il est vrai par le couple Hollande-Macron. Selon les chiffres publiés par la Banque mondiale, la France a été supplantée par l’Inde au cours de l’année 2017. Le PIB français a péniblement atteint les 2 582 milliards de dollars tandis que l’Inde et sa croissance insolente décrochaient sans peine 2 597 milliards de dollars de PIB.

La France en marche arrière

En 2009, il y a donc moins de dix ans, le PIB de l’Inde était deux fois moins élevé que celui de la France. L’essor de l’économie indienne est impressionnant avec une croissance annuelle supérieure à 7 % par an tandis que la France se réjouit lorsqu’elle dépasse 1 %. Il est vrai que l’Inde part de loin, mais à faire du surplace depuis trente ans (au bas mot), le lièvre finit par se faire rattraper par la tortue. Aujourd’hui, c’est la France qui a une carapace qui ralentit sa marche et qui ne la protège même pas de l’ultralibéralisme.

L’ouverture économique est une chance répète-t-on en chœur dans les ministères et sur les plateaux de télévision. Une chance pour qui en fait ? Les Français sont déclassés et la France suit le même chemin. Longtemps cinquième puissance économique au monde, elle est désormais septième. Encore un effort, et ce sera l’exclusion du G7 pour absence de performance économique significative ! Heureusement pour la France que le G7 ne se base plus sur la réalité économique… La France se traîne piteusement loin derrière l’image fabriquée de la start-up nation chère à Emmanuel Macron.

Et le pire reste à venir puisque dans les prochaines années, la France va glisser à la neuvième place mondiale. Une performance à venir qui paraît inéluctable tant notre pays tourne au ralenti alors que le monde est, lui, en marche au-delà des mots. Que faire ? Il y a deux voies possibles. Suivre l’exemple des pays émergents ou rééditer ce qui a fait le succès de la France par le passé. Comme souvent, face à un choix binaire plutôt simple, nos politiques adoptent la mauvaise option. Au lieu de miser sur l’instruction, l’intelligence et la production locale et nationale, nos élites misent sur une concurrence directe avec l’Inde, la Chine et tous les autres pays qui ont entamé leur mue.

Un choix désastreux qui amène à dire qu’on ne peut plus lutter pour la production de bien manufacturés car la main d’œuvre dans ces pays est trop peu chère (ou alors on baisse les salaires français drastiquement…). Un choix désastreux qui amène à vendre à brader nos technologies de pointe au prétexte qu’il vaut mieux vendre pas cher que de se faire voler l’idée (un choix binaire qui n’est en fait qu’une construction de l’esprit). Un choix désastreux qui accouche d’une régression économique et sociale qui finira par déboucher sur de grands troubles. Une révolution même ? Si elle n’est pas jupitérienne, alors pourquoi pas ?

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Si je comprends bien.

    Économiquement parlant la France ne dépassera pas les quarts de finale ?

  2. zelectron dit :

    L’ultralibéralisme signifierait au bas mot la division par 2 du nombre de fonctionnaires et autres collatéraux qui vampirisent notre économie en la rendant exsangue.

  3. Le-civilisateur dit :

    Si 1/2 des « petits emplois de la fonction publique » disparaissent…

    Et que,

    Les milliers de politiciens qui restent,
    « ceux qui ce prennent des avantages et des salaires de dingues »

    Et que,

    Ils se renversent une partie des bénéfices générés par l’absence des premiers sous prétexte fallacieux d’une subite « augmentation du travail ».

    Alors,

    Finalement c’est déshabiller Pierre pour habiller Jacques.

    Car,

    C’est ce qu’ils vont faire …

    C’est toujours ce qu’ils font.

    Si ils ne remplacent pas les départs, c’est aussi et surtout pour ne plus à devoir rendre des comptes sur leurs propres salaires exorbitants, et au passage justifier et s’attribuer es mérites et donc indissociablement s’octroyer une récompense sous forme de « prime exceptionnelle-ment perpétuelle » pour bonne gestion de l’économie nationale.

    Ce sont des businessman ne l’oubliez pas !

    En politique sa poche ont l’appelle France.

    MACRON par exemple …

    Si il c’est rendu en Russie,

    Et bien c’est pour la France …

    Donc …

    Tant qu’ils ne tranche pas du côté des hauts fonctionnaires et plus particulièrement chez les fonctionnaires pratiquants la politique.

    Et bien c’est du vent.

  4. zelectron dit :

    pour les élus c’est une division par 5 au minimum (avec revenus divisés par 2)
    pour les ponx TOUS sont concernés y compris les “Bercy” champions toutes catégories

  5. Le-civilisateur dit :

    Sur le papier c’est beau.

    Nos politiciens serons bientôt syndiqués à la Cgt si je comprends bien …

  6. Le-civilisateur dit :

    Oui ..

    Quand les choses vont vraiment mal pour le “système”.

    La liturgie maç…. n’hésite pas à mettre les bouchées doubles.

    C’est une vocation séculaire, C’est un métier ça M’sieur !

    Attention ça cuisine …

    Ca tambouille !

    Alors ont sert bien les tabliers …

    Il faut un sacrifice pour satisfaire la soif du peuple.

    Du sang !

    Plus de sang !!!

    Enfin ..

    nous sommes en 2018 tout de même,

    Ce ne sera que le sang de la société,
    la veine du capitalisme.

    L’emploi.

    Qui sera à l’honneur ?

    D’avoir été choisie pour s’allonger sur l’autel sacrificiel du renouveau perpétuellement lumineux des terres de l’est, celles du roi Salomon.

    Enfin après … à chacun son culte …

Laisser un commentaire