De la joie d’être casseur !

Rédigé par notre équipe le 16 juillet 2018.

Bientôt une Coupe du monde des casseurs ?

La Coupe du monde de football est enfin terminée. Une conclusion en forme d’apothéose pour tous les supporters français, pour les curieux qui s’intéressent de loin au sport, mais aussi pour tous les casseurs et mauvaises graines en tous genres. L’éruption d’hier soir a comporté son lot de violences et de casse. C’est normal dit-on. La foule appelle à certains débordements… Dans les pays où le laisser-faire a fait son chemin dans les esprits, le résultat est là. Quelques exemples dans nos rues à l’issue de la finale de la Coupe du monde.

De Paris à Marseille en passant par toutes les grandes et moyennes villes de France, les foules étaient attendues pour vibrer et célébrer une équipe de France de football propulsée comme unique moyen d’avoir un peu de bonheur et d’espoir. Quoi Macron n’est plus en charge ?! Non, pendant la période estivale au moins, Macron n’est que le premier des supporters. Un type presque comme tout le monde qui passe sa vie dans les avions pour ne manquer aucun match de foot et célébrer au champagne le succès des autres. Bref, la France peut même communier autour de l’hostie qu’est le ballon rond, mais comme dans toutes les Eglises, il y a toujours des brebis galeuses qui s’invitent à l’autel.

Halte citoyen ! Vive le supporter !

Et comme toujours, la foule des grands soirs a été bien encadrée par des escadrons de casseurs venus rappelés qu’en France ce sont eux qui dictent la norme. Les Parisiens et banlieusards ont fait la fête sur les Champs-Elysées et ailleurs, mais Paris n’a pas vraiment à la fête avec de multiples vitrines cassées, ses kiosques incendiés et du mobilier urbain anéanti. C’est ce qu’on appelle la joie destructrice. 102 interpellations rien qu’à Paris et une fête gâchée pour de nombreux commerçants qui se doutaient bien qu’ils ne retrouveraient pas forcément leur bien en bon état.

Les commerçants et habitants de Paris et d’ailleurs savent depuis trop longtemps que la moindre manifestation publique n’est plus qu’un vulgaire prétexte pour semer la pagaille et détruire tout ce qui se trouve sur son chemin. Sur l’ensemble du territoire, ce sont environ 300 interpellations qui one eu lieu selon le ministère de l’Intérieur. C’est beaucoup pour un événement supposé festif, mais c’est bien peu au regard de tous les endroits qui se sont mués en zones de non droit pendant une nuit. Certains énergumènes ont même réussi à se tuer comme cet homme qui s’est brisé la nuque en sautant dans un canal à Annecy. Une chose est sûre, la victoire n’apporte guère son lot de neurones régénérateurs.

Les médias vont se délecter pendant des journées à passer les images de foules survoltées et celui qui n’entrera pas « en communion » sera (justement) excommunié de la société française. Cette même société qui voit fleurir des drapeaux étrangers pour fêter le succès de l’équipe de France. Mais rendons à César ce qui lui appartient et actons que les drapeaux français ont pour une fois été plus nombreux. On ose désormais afficher ses couleurs lors d’une finale de foot, mais gare à celui qui porterait haut un drapeau tricolore en dehors de ce délire organisé. Montrer qu’on aime son pays est mal vu en temps normal. Il est impératif d’être fiers d’être bleus, mais il n’est pas bien vu d’être fiers d’être français. Quand le citoyen n’est plus qu’un supporter, c’est l’intelligence et tout un pays qui s’effondrent.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Jean Lebol dit :

    …qui s’effondre.

  2. Le-civilisateur dit :

    C’est le début de la fin !

  3. Bluesun dit :

    “Il est impératif d’être fiers d’être bleus, mais il n’est pas bien vu d’être fiers d’être français.”

    Très bien vu, et bien dit, c’est exactement cela….

    Dans les années Mitterrand, et l’après Mitterrand, il était ringard de se dire français, et d’en être fier, ringard d’être chauvin et dire que l’on aime son pays…

    Le drapeau bleu, blanc, rouge, n’était alors porté avec fierté que par le FN.

    Et puis un jour, umpsbisounours, se sont réveillés, il fallait faire tomber le FN, et reprendre les couleurs de la France.

    Alors en effet, cette dernière coupe du monde voit refleurir les couleurs de la France. Il faut dire que le drapeau européen n’aurait là, aucun sens.

    Quant aux casseurs, plus personne ne pipe mot, plus personne ne se scandalise, à part sans doute les propriétaires desdits commerces.

    Quand les premiers tags sont apparus sur les murs, un ministre de l’époque a dit : “ils n’ont pas la notion de propriété”..

    A présent, ils cassent, ils brûlent, avec la bénédiction de qui devraient faire agir justice et lois.

    Monde à l’envers, ou l’anormal devient normal.

Laisser un commentaire