La Macronie : un Etat dans l’Etat ?

Rédigé par notre équipe le 21 juillet 2018.

L’affaire Macron-Benalla n’en est qu’à ses débuts, mais les premiers éléments poussent à penser que des milices privées se sont infiltrées au plus au sommet de l’Etat pour mieux servir un pouvoir qui ne respecte que de rares principes bien éloignés des « discours républicains » servis au public jusqu’à plus soif. Emmanuel Macron s’est entouré de certaines personnes louches et de nombreuses questions plus noires les unes que les autres se multiplient.  

Tous les jours, le pouvoir impose le silence aux citoyens en hurlant que l’Etat est « inaltérable » et que la moindre critique contre lui est un premier pas vers une volonté d’insurrection fasciste. Le peuple est muselé et – c’est désormais officiel – il est tabassé par des individus qui ont entrée libre dans le bureau du président. Venu aux manifestations du 1er mai en tant que simple « observateur », Alexandre Benalla s’est retrouvé équipé par l’Etat et assez sûr de lui pour fracasser un homme à terre et violenter une jeune femme. Mais combien d’autres victimes sont à dénombrer ? Car si deux vidéos circulent désormais, la violence dont fait preuve cet individu est désormais notoire.

L’Etat contrôlé par la Macronie

Les langues commencent à se délier et les états de service de ce Benalla laissent pantois. Alors comment un tel énergumène s’est-il emparé d’un pouvoir si grand que les policiers lui passent tous ses caprices, le laissent tabasser des gens et lui remettent des bandes vidéo qui ne doivent normalement jamais sortir du PC de police sauf pour se retrouver sur le bureau d’un juge ? Benalla a bénéficié pendant trop longtemps d’un patronage qui fait si peur que rien ne lui a été interdit. Même le droit de port d’armes ! Sous Hollande, ses demandes répétées pour avoir le droit de porter une arme avaient été rejetées en raison de son profil. Dès que Macron a décroché l’Elysée, cela lui a été accordé !

Travail, logement et voiture de fonction (plus un chauffeur). Tout a été accordé à un individu qui n’a pourtant pas le dixième du savoir-faire et de la maîtrise des policiers d’élite qui sont censés protéger les plus hautes personnalités de l’Etat. Après les flics envoyés à la boulangerie pour payer les croissants d’un Hollande fureteur pour rejoindre sa maitresse, ils sont carrément mis hors jeu par un type qui méprise tout et tour le monde. La pilule est dure à avaler et montre que quelque chose de très grave se trame au sommet de l’Etat.

La République exemplaire chère à Macron a vécu ou plutôt elle n’a jamais existé. Car en plus d’avoir recruté et tout accordé à ce Benalla, l’Elysée l’a couvert en assurant qu’il avait été rétrogradé suite à ses violences du 1er mai. Moins de trois mois plus tard, il était dans le bus des joueurs de l’équipe de France défilant à toute allure sur les Champs-Elysées… Quelle rétrogradation ! Avec un tel excité dans le bus, les joueurs de football ont eu de la chance de ne pas avoir de graves ennuis. Le bus a donc foncé en direction de l’Elysée, laissant les milliers de gogos comprendre enfin qu’en France il n’y a qu’une seule personne qui compte : le roi Macron.

Mais pourquoi le monarque tient-il tant à ce « barbouze » (dixit Christian Jacob) ? Certainement par solidarité. Les coups fumants, ça finit par lier les hommes et Dieu seul sait ce que Benalla a pu accomplir pour complaire à son patron ! Une proximité qui interroge. Si Macron savait de quel bois se chauffait Benalla, que sait exactement ce dernier sur le président ? Pourquoi garder une tête brûlée si près de soi ? Peut-être que Benalla connaît de lourds secrets qui pourraient mettre en péril la République macronienne… Une République où un Etat s’est constitué dans l’Etat pour mieux enlever les dernières bribes de liberté qui subsistaient. L’heure est grave !

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. Henri Pollet dit :

    un peu moins jupiter de jours en jours…

  2. zelectron dit :

    Le Macro-fascisme devient-il à la mode ?

  3. Bluesun dit :

    LE ROUGE DE LA COLERE !!!!

    MACRON: C’est le début de la fin !
    https://youtu.be/PYxBvKzX1Go

    (A noter dans cette vidéo que :
    depuis le 1er janvier 2017, il n’y a plus de République)

    Alors Sarko un usurpateur? Hollande, idem ?

    Normal alors cette impression de foutage de citoyens, ? de foutage de “sans dents” ? de foutage de la France ?

    De Fillon “sans état d’âme”

    Normal dans ces conditions, que le novice de service se prenne pour un roi !!!!

    Mais si plus de République, plus d’intouchable,
    si plus d’intouchable il faut la démission !!!!!

  4. Le-civilisateur dit :

    Quelque chose tisse sa toile.

    Placer des personnes très proche du gouvernement (pire encore, très proche du président) au sein même des forces de l’ordre en action contre toute sorte de protestation.

    C’est mettre la pression à ces mêmes forces de l’ordre en les observant de près, en leur faisant comprendre qu’ils sont surveillés de très près.

    Les incitant à ce sentir protégé de tout délits
    Mais aussi en cultivant une menace sur l’emploi ou la carrière en général.

    En exacerbant un partie pris, et en les obligeant à obéir aveuglément.

    MACRON fait donc surveiller les forces de l’ordre.

    Le but ?

    Faire taire.

    Faire peur.

    Rendre aveugle.

    Rendre fidèle et menaçants.

    Digne d’une république bananière.

    Digne d’une dictature.

  5. Bluesun dit :

    Pardon….
    Une bourde dans mon message ” LE ROUGE DE LA COLERE”.

    Sarko, et Hollande Présidents “normaux”.

    L’un hyper actif vendait du vent…
    Le second, jouait l’ado casque sur la tête rue du cirque.

    Prémices de l’arrivée du novice Macron….

    Donc si plus de République le 1er janvier 2017, l’idée était déjà en route bien avant cette date….

  6. Bluesun dit :

    Le but ?
    Faire taire.
    Faire peur.
    Rendre aveugle.
    Rendre fidèle et menaçants.
    Digne d’une république bananière.
    Digne d’une dictature.

    Oui Le-civilisateur, malheureusement réel constat en simplement une année !!!

    Et pourtant, comment ne pas penser alors, que c’est le parti de Marine que l’on diabolise comme Hitlérien ?????

    Parti qui n’a jamais été au pouvoir, et le seul à penser pour le bien de la France et des français (tous les français)…

    Macron, le novice au sourire carnassier, pour mieux nous manger à la sauce perlimpinpin, mais quand plus de sauce, ne reste plus que les sourires qui ne sont que mensonge, perfection dans la dissimulation.

Laisser un commentaire