Hidalgo perd son bras droit (et bientôt la mairie de Paris)

Rédigé par notre équipe le 17 septembre 2018.

Anne Hidalgo a une réputation qui dépasse de loin le périphérique. Non pas parce qu’elle est la maire de Paris, mais parce qu’elle est une édile dont les limites sont affolantes. Hidalgo casse tout ce qu’elle touche à tel point que ses équipes ne croient plus en elle. La preuve, son protégé et premier adjoint, Bruno Julliard, a décidé de jeter l’éponge et de le faire savoir publiquement en publiant une lettre aux élus parisiens secondée d’une interview au Monde. Julliard se prépare un avenir tandis qu’Hidalgo continue de sombrer avant même le début de la campagne des municipales.  

La mairie de Paris n’est pas le tremplin tant décrit par les observateurs aveugles et sourds de la vie politique française. Seul Chirac a troqué son uniforme de maire de la capitale pour celui de président de la République. Le destin de ses successeurs ressemble à une longue agonie. Pris dans les affaires Tibéri a réussi à sauvegarder sa mairie du Ve encore quelques années. Delanoë a échoué à prendre le PS et à devenir au moins ministre. Il a mis fin à sa carrière politique. Sa dauphine, Anne Hidalgo fait encore pire puisqu’à deux ans de la fin de son mandat, ses équipes quittent déjà le navire dans l’espoir de survivre à un fiasco subi trop longtemps par les Parisiens.

Hidalgo a tout faux

« Sectarisme », « exécution défaillante », manque de « professionnalisme »… La charge est lourde surtout quand elle vient du numéro deux et s’adresse au numéro un. Bruno Julliard, ex-syndicaliste étudiant UNEF rhabillé rose PS vient de déclarer la guerre à celle qui lui a permis d’avoir un boulot et un début de carrière politique. Julliard ne supporte plus Hidalgo et veut que ça se sache ! Mais que s’est-il passé pour que le premier adjoint au maire la découpe publiquement au moment où il remet sa démission ? A en croire Julliard, il existe de « vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance ». Hidalgo a-t-elle changé quelque chose à sa manière de faire au cours de ces derniers mois ?

Bien sûr que non. Hidalgo fait partie de ces personnes qui croient détenir la vérité. Tout le reste n’est que charlatanisme, populisme, sexisme, racisme etc… Si elle savait ! Hidalgo n’a pas changé d’un iota, car elle estime suivre la perfection. Elle est la perfection, alors qu’importe son caractère acariâtre, ses prises de décision populistes et sa haine de la démocratie quand cette dernière ne va pas dans le sens de ses intérêts partisans. Hidalgo est une idéologue sans intellect qui dirige pour le plus grand déplaisir de tous la plus grande ville de France. Julliard veut faire croire qu’Hidalgo a changé et qu’elle a perdu « le souci d’unité des Parisiens ».

Julliard se narre un conte de fée dans lequel la princesse s’est transformée en sorcière. Et les attaques vont bon train. Selon l’ancien premier adjoint, la « posture » d’Hidalgo « a conduit à transformer un volontarisme en sectarisme et autoritarisme ». Plus rien ne va à en croire un Julliard qui prend plaisir à évoquer le fiasco Vélib’ et Autolib’ : « Lorsqu’un service public majeur est compromis dans de telles proportions, c’est qu’il y a incontestablement eu des erreurs et un manque de vigilance. Etre maire, c’est être comptable des décisions qui sont prises, qu’elles conduisent à des réussites ou à des échecs ».

Celle qui ne supporte pas la moindre contradiction se voit dépeindre de la plus déplaisante des manières. Ne voulant pas perdre ses nerfs en public, elle s’est contentée de faire savoir qu’elle avait « pris acte » de la décision de son ancien protégé. Julliard ne fait que rappeler ce que tout le monde sait déjà et tente ainsi de s’assurer un avenir politique à l’abri de Jupiter. Même s’il s’en défend, son discours est étrangement Macron-compatible et prépare un ralliement à la personnalité d’En Marche qui parviendra à s’imposer pour les municipales. Au moins, Julliard ne peut pas être taxé d’idéologue. Il a prouvé par le passé qu’il savait user de sa position pour aider les siens. Il sait aussi changer d’écurie pour se protéger de la tempête qui approche. Une belle carrière de politicien s’ouvre à lui !

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    LA HIDALGO .
    FIRST CRASSEUSE DE PARIS . REINE DES RATS .
    PARIS FUT LA VILLE LUMIERE .
    PARIS FUT LA PLUS BELLE .
    Avec LA HIDALGO = ville POUBELLE N°1 .
    TRISTE . Réalité !

  2. Bluesun dit :

    Hidalgo perd son bras droit. Décidément rien ne va plus chez nos politicards.
    Macron perd tous ses membres, Hidalgo la copine prend l’eau à son tour. Pas étonnant que les rats jouent de la multiplication.

    Qu’elle dégage, et qu’elle ne revienne plus.

    Revenir ? Malheureusement, ils reviennent tous.

    Espérons que toutes ces âneries “Hidalgoriennes”, restent gravées en mémoire, et fassent que l’andouille de service ne revienne plus.

    En attendant, de Paris ville “lumière”, elle en a fait une ville de crasse.
    Tout comme pour Macron, la lumière joue de la disparition.

  3. Le-civilisateur dit :

    Le massacre de Paris à commencé en 1960.

    Pour détruire un site classé ou un bout de nature la recette est simple.

    Promoteurs + pots de vin + politiciens = permis de construire incohérents et disgracieux.

    C’est comme ça que fonctionne la France depuis l’après guerre.

    Tu me refiles le marché et je t’en fait croquer.

    Appartements, argent ou privilèges spécifiques …

    Depuis 40 ans, les politiciens corrompu de France ont endetté le pays en invoquant des faux problèmes et en créant des dépenses inutiles pour débloquer des fonds, des crédits pour arranger les banques pour qui ils sous-traitaient en secret.

    C’est ça la France !

    Piston !

    Délit d’initié !

    Pot de vin !

    Passe droit !

    Petits arrangements !

    Agents de banques infiltrés au sein de la république.

    Trouver moi un élu d’une grande ou moyenne ville qui n’a pas un bel appartements ou mêmes plusieurs ?

    Alors vous allez me dire quel rapport avec l’article ci-dessus ?

    Et bien tout justement , tout !

    Une civilisation ne peut pas s’épanouir si elle nage dans la corruption absolue.

    Mais au fait !

    quelle civilisation ?

    • Bluesun dit :

      Bonne question Le-civilisateur…

      Vu que la nôtre est en pleine régression, la réponse fait un peu, heu…beaucoup peur….

      En seulement 40 ans de DESTRUCTION, Macron en arrive au constat, qu’il devient nécessaire de passer au plan pauvreté.

      Voilà où mène le changement, et les lendemains de Mitterrand qui devaient chanter.

      Nous sommes devenus un pays de misère, où tous les meneurs se sont , et se remplissent les fouilles, quand ils ont fait avec fierté des citoyens, des “sans dents”.

      “Le grand remplacement”, comme ils disent, où notre civilisation se perd au profit d’une sous développée.

      Mais quand l’argent rend sourd et aveugles, la priorité est de faire que les citoyens deviennent des abrutis manipulables à souhait. Pour cela, les faire crever de faim.

      L’Europe, une vraie cochonnerie….Mais comme a dit un jour Mitterrand, on ne pourra plus en sortir…

      Par ailleurs :

      Le massacre de Paris a commencé en 1960 ?
      Mais cette année là, n’y avait-il pas DE GAULLE à la tête du pays ?

      Voilà un Président qui payait jusqu’à ses factures d’eau et d’électricité, à l’Elysée.
      Je ne pense pas qu’il ait accepté les pots de vin et autres festivités du genre ?

  4. Le-civilisateur dit :

    Dans les années 60.

    69 pour être précis !

    C’est à cette époque qu’ils ont commencés à défigurer Paris.

  5. Bluesun dit :

    Ouf, merci de cette précision Le-civilisateur…

    Car c’est bien en 69 que DE GAULLE a fait son référendum ?

    Donc, à cet instant en votant contre, les français ont voté pour la cata évolutive….
    Quant au train de la cata ? Nous sommes tous dedans depuis…

    Quand même forts les politiques !!!!
    pour faire gober aux citoyens la fameuse “chance”…

    Trop haut à présent le “barrage” de ladite chance.
    Pas assez pleines les poches, et la panse de ceux qui nous servent de politiques.
    Si chaque année ils nous pondent un “sang neuf” aux dents longues, et poches à remplir, les français n’ont pas fini de ramer, ou de nager, puis finir par se noyer.

    Lot de consolation : Espérons que l’eau du barrage soit bleue.

Laisser un commentaire