Marché de l’art : bientôt la fin de la jungle ?

Rédigé par Notre équipe le 21 septembre 2018.

L’explosion de la demande des collectionneurs privés suscite les convoitises. L’affaire Bouvier, du nom de cet intermédiaire suisse soupçonné d’avoir surfacturé de nombreuses toiles à un richissime client russe, montre le peu de scrupules dont font preuve certains acteurs du marché de l’art pour s’enrichir.

La vente du siècle. Le 15 novembre 2017, le tableau Salvator Mundi, attribué à Léonard de Vinci, est adjugé par Christie’s New York pour la somme finale de 450,3 millions de dollars, ce qui en fait la peinture la plus chère au monde. Mais avant d’être rachetée par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, la toile du maître est passée entre les mains de l’homme d’affaires russe Dmitri Rybolovlev. Ce dernier l’acquiert en mai 2013, pour la somme de 127,5 millions de dollars.

Le « bouviering »

Comme beaucoup de collectionneurs, Dmitri Rybolovlev a recours aux services d’intermédiaires en art pour se procurer de nouvelles œuvres. Le sien s’appelle Yves Bouvier, un entrepreneur suisse ayant fait fortune grâce aux ports francs, ces zones commerciales non soumises à l’impôt, qu’il a ouverts à Genève ou à Singapour et dont il est considéré comme le roi. L’accord qui lie l’intermédiaire à l’oligarque russe est simple : Yves Bouvier touche une commission comprise entre 1% et 2% du prix de vente de l’oeuvre qu’il a contribué à dénicher pour le compte de son client.

Pour la toile de de Vinci, le Russe lui reverse donc 2,55 millions de dollars. Problème : un an plus tard, Dmitri Rybolovlev découvre au hasard d’un article du New York Times que le vendeur du Salvator Mundi n’aurait touché que « 75 à 80 millions de dollars ». Yves Bouvier aurait donc empoché quelque 50 millions de dollars sans en informer son client russe. Quand l’affaire s’ébruite, l’intermédiaire suisse parvient à convaincre son client qu’il ne s’agit là que d’une manipulation médiatique, et que le vendeur a touché bien plus que le prix révélé dans la presse. La même année, Dmitri Rybolovlev découvre que le Genevois se serait également servi lors de l’acquisition d’une toile de Modigliani, le Nu au coussin bleu, qu’il lui a vendu 118 millions de dollars. Là encore, son vendeur, le collectionneur Steven Cohen, n’aurait touché que 93,5 millions de dollars, le reste allant dans les poches de l’intermédiaire.

Quand son client découvre le pot-aux-roses, Yves Bouvier travaillait depuis 2003 pour l’homme d’affaires russe. Une collaboration qui aurait rapporté près d’un milliard de dollars au marchand d’art, avant que Dmitri Rybolovlev n’y mette un terme en 2015. Pour le magazine d’information Stern, Bouvier a « utilisé ses connaissances dans le milieu pour acquérir et revendre des œuvres d’art jusqu’à 50% plus chères que leur prix d’achat », tout en appliquant des frais d’agence standards de 2% à 5%. Selon d’autres sources, ces surfacturations pouvaient s’élever à 80% du prix initial. Un système si bien rôdé et à ce point systématique qu’il a écopé du nom de « bouviering ». Depuis, Yves Bouvier fait l’objet d’enquêtes à Monaco, en France, aux Etats-Unis et en Suisse.

Faussaires et arnaqueurs s’en donnent à cœur joie

Le marché international de l’art ne répond pas aux mêmes exigences de transparence que le commerce d’autres biens. Au cours des dernières années, plusieurs scandales ont impliqué des escrocs agissant en tant qu’intermédiaires, extorquant leurs riches clients et trompant le marché, quitte à faire gonfler la cote de certaines œuvres. Le nombre de ces machinations a récemment explosé, de même que leur étendue financière. En cause, l’extrême opacité qui règne sur le secteur, facilitant le non-respect des règles en vigueur, elles-mêmes particulièrement laxistes.

Si le marché de l’art fut pendant longtemps la chasse gardée d’une certaine noblesse, à partir des années 1980, de nombreux collectionneurs privés sont arrivés sur le marché. Une demande croissante d’oeuvres d’art qui a, logiquement, attisé la convoitise de marchands et intermédiaires peu scrupuleux. Difficile, dans ces conditions et au sein d’un marché de l’art qui s’apparente à une véritable jungle sans foi ni loi, de différencier les professionnels dignes de confiance des usurpateurs et fraudeurs en tout genre.

D’autant plus difficile que les contrefaçons inondent aujourd’hui le marché. Celles-ci sont d’une qualité telle que même les experts et commerçants s’y trompent, pour ne rien dire de leurs clients. Il ne suffit donc pas de diligenter, comme c’est de plus en plus souvent le cas, des enquêtes internationales sur l’authenticité et la provenance d’oeuvres douteuses. Le cas de Wolfgang Beltracchi, un Allemand spécialisé dans la contrefaçon d’oeuvres de Pablo Picasso et Max Ernst, dont les toiles ont trouvé leur place au sein des galeries les plus prestigieuses au monde et même dans les pages du catalogue de Christie’s, en dit long sur l’impunité qui règne dans ce milieu. Sorti de prison en 2015, le faussaire vend toujours son talent au plus offrant.

Transparence et régulation pour sauver le marché de l’art

Si l’explosion de la demande de la part de collectionneurs privés explique la prolifération des faussaires et intermédiaires véreux, elle explicite aussi le rôle de plus en plus important confié aux courtiers et acheteurs dans le milieu de l’art. Celui-ci a radicalement changé, notamment du fait que les chefs d’oeuvres les plus recherchés proviennent le plus souvent de collections disséminées de par le monde. Conséquence, certaines grandes maisons d’enchères ne travaillent plus qu’avec ces collectionneurs, voire directement avec les artistes. Une confusion des rôles qui laisse libre cours aux conflits d’intérêts et aux arnaqueurs aux dents longues.

Dans un marché aussi concurrentiel que celui de l’art, ces évolutions inquiétantes peuvent-elles être contrecarrées ? Pour plus de transparence et afin d’éviter les manipulations, c’est le secteur tout entier qui doit se remettre en question, de la même manière que les marchés financiers se sont régulés à la suite de la crise de 2008. La sacro-sainte règle de la confidentialité doit être assouplie, afin que marchands, acheteurs et intermédiaires puissent précisément appréhender la réalité du marché. Alors, le marché de l’art, une jungle ? Peut-être plus pour longtemps.

Laisser un commentaire