Zemmour : quand le service public devient sévices publics

Rédigé par notre équipe le 01 octobre 2018.

Alors que la France peine toujours autant à mettre des mots sur ses maux, le service public continue de nier la réalité. La polémique autour d’Eric Zemmour est symptomatique d’un pays rendu malade par ses élites qui font tout pour ne pas être confrontées à la réalité. Exprimer de simples vérités devient dangereux et c’est une nouvelle fois la liberté d’expression qui est bafouée. Bienvenue en France et chapeau au service public qui continue son travail de sape contre vents et marées !

Faut-il inviter Eric Zemmour à s’exprimer à la télévision ? Le débat n’est pas nouveau et a été alimenté plus encore par la polémique au sujet d’Hapsatou Sy. La désormais ex-chroniqueuse de l’émission « Salut les terriens » n’aura pas résisté à la polémique qu’elle a elle même engendrée et préparée. Présente sur le plateau alors qu’Eric Zemmour y était invité, elle a rejoué son insupportable numéro de femme noire et de gauche qui se bat pour la veuve et l’orphelin. Le genre de discours que pulvérise en un rien de temps un Zemmour qui connaît trop bien les ressorts fragiles de ce sketch pour tomber dans le panneau.

La chasse à la contradiction est ouverte

Mais Zemmour n’est-il pas tombé dans le panneau en assurant que le prénom Hapsatou était une « insulte à la France » ? Le journaliste a juste réitéré sa conviction qu’un pays qui va bien est un pays dans lequel les gens adoptent les us, coutumes et prénoms qui relèvent de l’histoire nationale. Zemmour avait déjà fait une telle sortie sur le prénom de la fille de Rachida Dati et déjà à l’époque la sphère médiatique s’était emballée. Rebelote donc en cette fin septembre 2018 avec l’idée sous-jacente que Zemmour est devenu bien trop dangereux pour le système.

Un danger qui doit l’éloigner des plateaux de télévision pour que son audience se réduise aux quelques lecteurs du Figaro. Les émissions consacrées à son éviction possible des médias se succèdent avec à chaque fois le même discours chez les promoteurs de la bien-pensance et donc de la non pensée : « Eric Zemmour est allé trop loin, mais le bannir officiellement des médias risque de servir sa cause ». Une réflexion qui n’est pas partagée par le service public qui fait corps avec la pensée macronienne. Plus d’immigration, toujours moins de France et interdiction de s’émouvoir dans les rangs !

Le plus paradoxale est de voir que l’anti-Zemmour de France 2 n’est autre que Laurent Ruquier, l’ancien employeur de Zemmour qui a préféré débarquer son duo incisif (avec Eric Naulleau) à la veille de l’élection présidentielle de 2012. L’animateur qui revendique voter à gauche « assume d’avoir pris Eric Zemmour pendant cinq ans, mais j’ai fait le choix de l’abandonner avant la présidentielle de 2012, parce que justement je ne voulais pas l’avoir dans mon émission pendant la campagne présidentielle ». Autrement dit, il fallait à tout prix aider Hollande à prendre le pouvoir et s’assurer qu’aucune vérité sur sa personne ni son programme ne viendrait aux oreilles des téléspectateurs…

Mais ce qui mine Ruquier est d’avoir employé un penseur avec lequel il ne partage aucune idée et de constater que la gauche bien-pensante a été complètement dépassée. Elle s’est, certes, en partie recomposée autour de Macron, mais la nostalgie des combats PS-PC contre la méchante droite hante cet esprit étriqué qu’est Laurent Ruquier. Il préfère inviter les quelques communistes que comptent encore la France. Ainsi Ian Brossat, adjoint d’Hidalgo, est longuement interviewé avec complaisance par Ruquier tandis que Zemmour est tout simplement décommandé. La polémique a bon dos. Rien de mieux que l’entre-soi.

Son émission frise le ridicule depuis des années. On invite les copains metteurs en scène, toujours les mêmes acteurs, quelques fausses trouvailles et des invités politiques que l’on doit aduler ou détester selon son appartenance politique. Pas de risque de voir des représentants du RN puisqu’ils tout simplement interdits d’émission selon la volonté de Ruquier le Rouge ! Pas de politique digne de ce nom, pas de penseur ! Ouf, le service public peut respirer et prendre un bon bol de crasse intellectuelle qu’il aime tant ! Et dire que la ministre de la Culture veut faire payer la redevance télé à ceux qui n’ont même pas de télévision ! Il faut bien nourrir la bête pour continuer cet ignoble travail sur les esprits…

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. PhilZ dit :

    bienvenue en dictature.police de la pensée qui se met en place. J’ai honte d’être français franchement..

  2. amazonia dit :

    FRANCE . sous dictature !
    parole a sens unique .
    France =des droits ? Pour QUI ? toute la faune de la planète
    France =des droits ? ZERO POUR LES FRANCAIS ?
    LE DROIT DE DIRE ? DES VERITES QUI DERANGENT
    LES COUARDS QUI NOUS DIRIGENT + MEDIAS . Complices
    SCANDALEUX . FRANCE LIBRE RESISTANCE .
    CHAINES TV ? pas pour MONSIEUR ZEMMOUR ?
    TV . DICTATURE .Programmes sur mesure pour les coucous ./ CQFD .

  3. amazonia dit :

    MONSIEUR COLLOMB . LE DEPART .
    IL OSE .ENFIN DIRE LA VERITE ?
    Fini de vivre côte a côte ! avec des Barbaresques !
    qui dans zones de NON DROIT . EUX ont des KALACH ++
    des armes de guerre + poignards / sabres ++
    FACE a FACE ? avec le simple peuple qui travaille !
    sa bi.. et son opinel =casse croute .
    BARBE NOIRE =EDOUARD . comme MACRON . PARMIS LEURS
    AMIS ? DES RACAILLES . ? OUI . CETTE VERITE DERANGE ?
    ZEMMOUR ? COLLOMB ? les mêmes constats ? OUI .CQFD

  4. Lallam dit :

    Scandaleux qu’une personne se permette de demander l’interdiction de Eric Zemour sur les médias.

    Pour qui se prend t’elle!

    Moi je soutien Zemour c

Laisser un commentaire