Conflit d’intérêts : Borne nie le réel

Rédigé par notre équipe le 11 octobre 2018.

Elisabeth Borne est un bon soldat du macronisme. Elle a en effet discrètement supervisé la réforme de la SNCF sans se soucier le moins du monde de l’avenir de l’entreprise. Le but est de complaire au président de la République avec pour objectif premier de sauver sa tête en cas de remaniement. Ça marche puisqu’elle n’est pas évoquée parmi les prochains partants. Pourtant le conflit d’intérêts qu’elle nie dans l’affaire de l’attribution du marché de la future A79 pourrait bien lui coûter cher. En tous cas, on est en droit de l’espérer.

Il y a des ministres plutôt discrets et qui vont partir. Il y en a d’autres tout aussi discrets, mais qui vont rester (enfin, en théorie). Elisabeth Borne fait encore partie de cette seconde catégorie. Mais pour combien de temps encore ? La ministre des Transports a réussi l’exploit de prendre à peine la lumière alors que la SNCF était mise au pas par un exécutif français aux ordres de Bruxelles. Le Premier ministre et bien plus encore le président Macron voulaient leur part du gâteau et si possible tout le gâteau. Ça c’est pour l’histoire.

Une Borne aveugle et sourde

Pour ce qui est de l’affaire, les choses vont se compliquer pour la ministre. L’affaire consiste en l’attribution du marché de l’autoroute 79 par Elisabeth Borne. La ministre doit choisir parmi cinq sociétés candidates à un appel d’offres qui prévoit la transformation en autoroute d’une partie de la national 79. L’affaire n’est pas neutre puisqu’il s’agit d’un contrat de plus d’un demi milliard d’euros pour 92 kilomètres d’autoroute. Cerise sur le gâteau, le vainqueur obtiendra la gestion des péages pendant 40 ans.

Le sujet est sensible dans une France où l’attribution des concessions autoroutières a montré l’opacité d’un système qui profite à quelques entreprises au détriment de l’Etat et donc des citoyens. Le sujet devient même une affaire au regard du CV de la ministre qui a travaillé pendant deux ans chez Eiffage en tant que directrice des concessions. Une entreprise Eiffage qui a répondu à l’appel d’offres de son ancienne cadre et désormais ministre des Transports… C’est ce qu’on appelle en bon français un « conflit d’intérêts ».

Pas de souci, il suffit à la ministre de se « déporter », c’est-à-dire qu’elle s’engage à ne prendre part à aucune discussion ni décision en la matière. Le ministère est assez grand pour se passer des avis et décisions biaisées de la ministre. Autre solution (mise à part le départ définitif de la ministre) : rendre public le rapport de la commission technique sur lequel reposera la décision du ministère. Or, cette solution n’a pas été adoptée et du côté de la ministre, on est en plein déni de réalité.

Un conflit d’intérêts ? Quel conflit d’intérêts ? « Il n’y a pas la moindre suspicion possible de conflit d’intérêts. Ce projet de concession n’existait même pas à l’époque où Mme Borne était directrice des concessions d’Eiffage, elle n’a donc pas travaillé de près ou de loin sur ce projet » disent les proches de la ministre… L’argument peine à convaincre et il serait bon de mettre la pression sur la ministre et le Gouvernement afin de ne pas ridiculiser l’Etat une fois encore dans un processus d’attribution de marché qui prend des airs grotesques.

A 24 heures (ou plus faute de candidats sérieux) d’un remaniement, Borne semble très sûre d’elle en niant la réalité d’un conflit d’intérêts qui crève les yeux. A-t-elle obtenu des gages présidentiels d’une impunité totale ? On voit que ce genre de choses sert notamment à un petit individu appelé Benalla. Elisabeth ferait bien de ne pas dépasser les bornes de la décence. Cela lui éviterait un retour de bâton douloureux le jour où le système Macron sera enfin à terre.

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. jean haimard dit :

    Qu’on p… cette s… c’est simple

  2. Bluesun dit :

    Bornée, Borne se borne à nier….!!!

    Avec un chef qui veut mener une politique sans obstacle, mieux vaut être un béni oui oui, que d’oser contrarier de qui vient l’oseille.

    Oser, l’oseille, et se la fermer comme un novice….

  3. amazonia dit :

    EN MARCHE . les SINISTRES . des ripousitoires
    destruction de la FRANCE toujours plus / plus ++++
    se faire Emprosé profond ! choix !
    ELECTIONS POUR UNE EUROPE LIBRE
    DES ETATS NATION LIBRE . OUI .
    STOP UE /DICTATURE Serviteur = MACRON . Pognon de dingue
    pour les dirigeants /les charognards .
    LE PEUPLE . salaires toujours plus BAS . MISERE .
    PAYER POUR TOUS LES COUCOUS DE LA PLANETE . STOP .
    MACRON DEHORS = UN TRAITRE . Serviteur UE . N.O.M.

  4. Le-civilisateur dit :

    Ne dit-on pas qu’au royaume des aveugles la borne est reine ? …

Laisser un commentaire