Loto du patrimoine : Stéphane Berné par Macron

Rédigé par notre équipe le 24 octobre 2018.

Il faut sauver le patrimoine, mais la priorité est de remplir les caisses vidées par le pouvoir. C’est ainsi que pourrait être dressé le bilan de la formidable opération de communication menée par Stéphane Berne sous l’autorité de Jupiter. Le Loto du patrimoine a beau ne pas être « la poule aux œufs d’or », il est caractéristique d’un pouvoir avide d’argent qui promet beaucoup pour mieux décevoir ensuite. 

La France possède un patrimoine exceptionnel. Un patrimoine en danger faute d’argent et surtout d’une gabegie qui ne peut pas dire son nom en raison d’un pouvoir autoritaire qui n’admet pas la moindre critique. Stéphane Berne, simple animateur de télévision et accessoirement ami du couple Macron pensait avoir trouvé la solution. Propulsé Monsieur Patrimoine par le fait du prince, Berne avait fait semblant de faire le tour d’Europe pour y trouver ses solutions innovantes. Finalement, ce n’est que la petite fiche remise par les communicants de l’Elysée qui avait servi et c’est sur le Loto du patrimoine que s’est concentrée « l’action » de l’auto-proclamé spécialiste de la monarchie britannique.

Patrimoine en danger, l’Etat n’est là que pour taxer 

C’est d’ailleurs au Royaume-Uni que l’idée d’un Loto du patrimoine a été pompée. Le système est simple, on organise un Loto et les recettes sont utilisées pour restaurer et préserver le patrimoine. Même un type comme Berne avait compris le principe ! Mais c’était sans compter sur un pouvoir fauché qui a déjà donné un pognon de dingue aux très riches et qui peine à boucler les fins de mois malgré le racket pratiqué sur les retraités. Ainsi, le ministre de l’Action et des Comptes Publics a révélé hier que seulement une petite partie de l’argent engrangé irait bien au patrimoine…

Enfin un élan de sincérité tout droit issu du Gouvernement ! Comme quoi les questions au Gouvernement apportent parfois leur lot de surprises et de démocratie. Quand les accords ne se règlent plus dans les alcôves entre un président arrogant et un animateur à la dérive, la vérité a parfois une chance d’être exprimée au grand jour. Cette performance est due à Gérald Darmanin qui a pris soin d’expliquer la mécanique jupitérienne pour faire du pognon tout en prétendant sauver le patrimoine : « Les recettes qui viennent directement du jeu mis en place par la Française des jeux sont affectées à ce qui était prévu, c’est-à-dire le patrimoine. Après on a fait un loto, qui — comme tous les autres jeux — crée des taxes. Et ces taxes, elles, sont touchées par l’État ». Et le ministre prend soin de conclure pour se couvrir que ces taxes « sont objectivement peu nombreuses, ce n’est pas du tout la poule aux œufs d’or que certains veulent évoquer ».

Roulé dans la farine, Berne s’est souvenu qu’il avait encore un peu de dignité et a envoyé un tweet qui ne laisse place à aucune interprétation : « tout doit aller au patrimoine en toute transparence ». Un message qui a fait peur à son propre auteur qui s’est empressé de dire au Figaro « On a toujours su qu’il y aurait des prélèvements, et c’est même indiqué sur les tickets. Mais ce qui compte, c’est le mouvement. Le loto est un très grand succès populaire, et les travaux ont même démarré dans plusieurs sites ». Autrement dit tout va bien et pour être certain que l’enfarinade ne prendra pas de trop grandes proportions, Berne est attendu avec Macron et le nouveau ministre de la Culture au Salon international du Patrimoine. Une venue toute en communication qui ne changera pas des autres sorties « sur le terrain » d’un président qui a raconté tant d’histoires qu’il pourra un jour prétendre à une place aux côtés de Victor Hugo. C’est sa prof de français qui sera fière !

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. PhilZ dit :

    tant que le peuple ne descendra pas dans la rue Macron fera ce qu’il voudra.. Il ne fallait pas voter pour lui. Il est arrivé au pouvoir avec des dés pipés parce que les français ultra conditionnés par des médias à la botte (et qui le sont toujours ) suivent bêtement…

  2. jean haimard dit :

    Quand des retraités ou d’autres français investiront le bureau de ùmarcon et le pendront j’applaudirais chez moi avec frénésie en écoutant cette joyeuse nouvelle à la radio

  3. Le-civilisateur dit :

    Il sert à quoi Stéphan Bern ?

    Pourquoi il est né ?

  4. Bluesun dit :

    Avant 1981, l’Etat prévoyait parce qu’il gouvernait.

    Depuis cette date, l’emploi a commencé son envol vers la délocalisation, et le fruit de cette nouveauté a fait que ce sont les SDF qui ont fleuri les trottoirs de Paris.

    La multiplication desdits SDF a provoqué la multiplication des associations dans presque tous les domaines, et la floraison des demandes de dons eux aussi dans tous les domaines.

    Ce qui a fait que peu à peu l’Etat s’est dégagé de “contraintes”.

    40 ans après, l’Etat ne s’occupe plus non plus de la rénovation, ni de l’entretien du patrimoine.
    40 décennies que les dons fonctionnent, pourquoi ne pas continuer la “mendicité”. Le loto étant à la mode, c’est encore le citoyen qui s’y colle.

    Tant que ça fonctionne pourquoi s’en priver ?
    Le citoyen râlent, mais paie.
    Le citoyen râle, mais donne….

    Macron en Berne, à trouver le berneur, qui bernera les autres.

    Quant à la vieille prof, elle ne pourra être fière de voir son élève prétendre à une place aux côtés de Victor Hugo, parce qu’il y aura belle lurette qu’elle sera décédée. (décalage horaire oblige).

Laisser un commentaire