Fonction publique : la Macronie prête à frapper

Rédigé par notre équipe le 01 novembre 2018.

La réforme de la fonction publique refait timidement parler d’elle en ce début d’automne. La concertation avec les partenaires sociaux avance lentement non pas parce que les syndicats sont dans la contestation stérile, mais parce que le Gouvernement n’a pas encore déclenché la foudre. Pour l’heure, ce sont seulement des ballons d’essai qui sont envoyés afin de préparer les esprits à une réforme qui tape à côté de l’objectif.  

La fonction publique française est en souffrance. Le système ne fonctionne plus depuis longtemps. Trop gourmand en personnel, inefficace, trop cher et injuste. Les maux qui rongent la fonction publique sont nombreux et tous les Gouvernements se penchent avec plus ou moins de ferveur sur ce sujet délicat. La gauche a passé son temps à cajoler un monstre qui devait nourrir ses prétentions électorales tandis que la droite a toujours tonné pour ne rien faire sauf se coucher dès que les syndicalistes haussaient un peu la voix. Bref, les fonctionnaires sont devenus trop nombreux et surtout mal répartis pour vraiment faire bénéficier à l’ensemble des Français de services publics que « le monde entier nous envie ».

Des Benalla comme futurs policiers ?

Mais la chienlit, c’était avant. Avant la révélation Macron et son Gouvernement libérale-libertaire. La start-up nation ne peut souffrir d’être l’un des pays qui compte le plus fort taux de fonctionnaires. Pourtant la France macronienne ne s’est pas précipitée sur le sujet. Il fallait faire passer les réformes pour les ultra-riches avant de secouer le flacon explosif de la réforme de la fonction publique. Pourquoi mettre le petit Darmanin au cœur d’une si difficile affaire ? La réponse n’est pas évidente, mais à un ministre qui fait sérieux, mais dont la langue fourche un peu trop souvent, lui a été collé un secrétaire d’Etat, Olivier Dussopt.

Un duo qui souffle le chaud et le froid histoire de lancer des pistes de travail tout en clouant le bec de syndicalistes toujours aussi mal à l’aise pour dénoncer la potion libérale tendue par Jupiter. Ainsi, Darmanin joue au méchant flic avec son idée de « généralisation des contrats » dans la fonction publique. Les futurs fonctionnaires auront des contrats de cinq, dix ou quinze ans et pourront se faire virer au lieu d’être promus lorsqu’ils seront pris en flagrant délit d’incompétence ou d’absence de travail. Une évolution majeure dans l’approche du travail de fonctionnaire qui met toutefois à mal le principe même de fonctionnaire.

Que doit-être un fonctionnaire ? Un type à la réputation de planqué ou une personne chargée d’aider le public qui fait appel à ses services ? En fait, la fonction publique reflète des réalités si différentes que traiter le sujet d’un bloc est une hérésie dont les résultats ne peuvent qu’être mauvais. Un agent de Bercy qui traque la petite PME tout en prenant soin de fermer les yeux sur les agissements des grands groupes a-t-il la même valeur qu’une infirmière officiant dans un hôpital public ? Forcés de répondre, les politiciens diront du bout des lèvres que non. A force de ne pas le dire clairement, ce sont tous les fonctionnaires qui sont mis dans le même panier et qui risquent à terme de devenir des salariés du privé.

L’Etat s’est déjà désengagé de bon nombre de ses missions régaliennes et il ne faudra que quelques années pour se retrouver confrontés à des policiers sous contrat privé. Des Benalla légalisés qui feront ce qui leur passera par la tête avec comme seule sanction possible de perdre leur travail pour rejoindre une autre société privée en charge des douanes ou de la gendarmerie… Un avenir inquiétant qu’Olivier Dussopt tente de faire disparaître de notre vision en affirmant après la sortie de son ministre Darmanin que « l’on ne remet pas en cause le principe du recrutement sous statut. On élargit les exceptions ». Le Samaritain a parlé, mais à force d’élargir les exceptions, elles deviennent la règle.

A l’image de l’Education nationale qui se persuade actuellement que la seule solution face à la violence est l’arrivée de policiers (sous contrat privé ?) dans les écoles, le Gouvernement procède à un jeu de dupes sur la question des fonctionnaires. Au lieu de responsabiliser ceux qui doivent l’être et de se séparer des mauvais éléments, il décide de retourner la table en mettant fin à la fonction publique. Cela prendra un peu de temps, mais c’est le chemin qu’emprunte un Gouvernement qui n’a même plus de syndicats face à lui. La foudre sera déclenchée quelques mois avant les européennes afin de montrer que la Macronie a le sens de la (bonne réforme). Un jeu dangereux dont les objectifs et les règles réels ne doivent pas échapper aux électeurs.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    QUAND ON BRILLE TROP A L’EXTERIEUR, C’EST QU’ON EST MAT A L’INTERIEUR.

    Sous sa poudre de perlimpinpin, il brillait de tous ses feux le Macron le soir de son élection.

    Bien caché dans sa chaussure en marche, le jeu de DESTRUCTION.

    Fameux jeu dont Mitterrand disait qu’il n’y aurait plus rien. Mais que les lendemains devaient chanter.

    “La France deviendra une plaque tournante parce que située au milieu de l’Europe, il n’y aura plus rien, et l’on ne pourra plus revenir en arrière”.

    Paroles de Mitterrand, après nous avoir vendu l’Europe comme personne.

    Mitterrand savait, tous les autres qui ont suivi savaient, seul le FN a fait front, et c’est justement ce parti là, qui était inlassablement à démolir durant 40 années.

    (A présent, il est à noyer dans l’eau froide du barrage, du jeu de DESTRUCTION)

    Aujourd’hui, c’est Macron, qui termine le travail de DESTRUCTION commencé par les “infatiguables” umpsbisounours. Macron est seul, les autres sont pluriels. “Normal”, la fatigue est alors partagée….

    Le peuple ne sert plus à rien, l’administration ne compte plus, et c’est le réveil des sans dents généralisé, qui se fait très difficile, voire douloureux.

    Plus de boulot pour personne, la société actuelle n’accorde que deux moyens d’existence, la mendicité et le vol.
    Quant au travail, il faut suer sang et eau pour l’aumône d’un salaire, (ou changer de trottoir)…..

    Faire table rase du passé, pour aller au tout universel.

    40 ans qu’on vote pour….
    tout en votant toujours pour ceux qui détruisent nos dents, notre culture, notre religion, notre monnaie, nos frontières, notre pays, nos repères, la notion de famille etc…etc….et tout cela dans la joie et la bonne humeur des ….”sans aucun état d’âme”.

    Le pire étant, que si tous les lapins crétins reviennent, des citoyens voteront encore pour…..

    Les mensonges universels….. le miel pour citoyens….

    En fait, ce sont tous ces politiques qui ont raison :
    Tant que des “abrutis” voteront, ils sont la preuve qu’en politique, “on ne meurt jamais”….

  2. amazonia dit :

    LE MACRON = Arme de destruction massive !
    très ACTIF . Serviteur UE . destruction de la FRANCE . 100%

    • Bluesun dit :

      Oui amazonia, Macron serviteur de l’Europe.

      Si Macron se dit novice, sans programme, sans parti, ni de droite, ni gauche, puis dire vouloir faire un gouvernement de novices, c’est bien que quelqu’un derrière tire les ficelles du savoir faire ?

      Savoir faire ? règle du jeu de DESTRUCTION-CONSTRUCTION.

      Tous les vieux sang, pouvaient faire illusion par le nombre d’années de présence.
      Mais tous derrière Macron, pour soutenir son fessier, parce que peuple trop fatigué par le nombre de promesses usées.
      Le boulot savamment commencé et mené, doit continuer.

      Il fallait un illusionniste à l’illusion. Macron le jeunot, leur sang neuf tel Zorro est arrivé. Jeunesse et yeux bleus propulsés, le peuple s’est engouffré dans la même mélasse.

      Si faire le “changement” était de rester à l’identique, pas de raison alors de parler de “changement”.

Laisser un commentaire