Le soldat Macron prend peur face aux gilets jaunes

Rédigé par notre équipe le 06 novembre 2018.

Alors que le président a entamé sa longue semaine de commémorations, la grogne monte contre la pression fiscale du gouvernement. Les automobilistes sont pris pour des pigeons, mais Macron reste droit dans ses bottes tel un vaillant soldat s’apprêtant à surgir de sa tranchée pour attaquer l’ennemi de front. Mais soldat n’est pas qui veut et encore moins général. La preuve, face à la mobilisation en cours des « gilets jaunes », l’exécutif cherche désespérément une porte de sortie.

Le mépris du pouvoir envers les Français a atteint des sommets sous Macron. Cela s’est vu immédiatement et comme il faut complaire au chef et être comme lui, les ministres ne sont pas en reste dans la détestation du citoyen. Il y a quelques jours, le porte-parole du Gouvernement, Benjamin Griveaux, a moqué Laurent Wauquiez en affirmant qu’il est « le candidat des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel ». Un constat erroné qui n’en est pas moins affligeant surtout de la part d’un individu qui a longtemps fumé au moins 20 clopes par jour et qui roule au diesel…

La Macronie ou la haine de l’autre

Griveaux a fini par démentir une saillie qui lui ressemble pourtant tellement. Trop tard, le peuple a une nouvelle preuve du mépris du pouvoir à son endroit. Le diesel et le peuple sont considérés comme des fardeaux alors pourquoi ne pas couler le second en augmentant le premier ? Ainsi, le Gouvernement a décidé d’une hausse de 7 centimes d’euro par litre sur le diesel. Une hausse qui n’est que le premier étage d’une fusée fiscale qui en comporte au moins trois. Le ras-le-bol monte et est symbolisé par le mouvement des gilets jaunes.

Les automobilistes sont invités à mettre en évidence un gilet jaune dans leur habitacle en signe de protestation contre le racket légal de l’Etat. Comme d’habitude, une telle initiative n’a pas ému le moins du monde le pouvoir, mais la peur monte peu à peu. L’idée d’une mobilisation forte le 17 novembre prochain inquiète de plus en plus d’autant que les Français sont toujours plus circonspects vis-à-vis d’une politique fiscale et sociale bien amère. Au-delà de la prochaine journée de mobilisation, le Gouvernement craint une cristallisation des colères à l’avant-veille d’un scrutin européen important pour l’image de la Macronie.

Le président Macron à beau assumer « parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l’essence et (préférer) la taxation du carburant à la taxation du travail », il y a comme un parfum de retraite dans l’air. Pour calmer les esprits, les petites mains du Gouvernement planchent sur un système de compensation. Redonner une minuscule partie du « pognon de dingue » pour que les automobilistes les plus démunis. Encore une usine à gaz pour défaire ce qui vient d’être fait tout en s’assurant qu’une majorité de la petite minorité bénéficiaire de ce faux coup de pouce se perdra dans le labyrinthe administratif.

Macron peut bien faire semblant de compatir et de comprendre, au fond il s’en fout. Les Français l’auront dans le baba. Pourtant, le chef qui n’est vraiment pas sûr de lui. Il est si incertain qu’il fuit désormais les journalistes. Pas facile dans ces conditions de faire croire à un président qui n’a pas peur du combat – un combat pourtant peu difficile avec des journalistes français qui se confondent souvent avec des carpettes à bas prix. Malgré tout, c’est à un présentateur spécialisé dans le people que Macron accorde une de ses rares interviews. C’est donc Nikos Aliagas qui pose des questions au chef de l’Etat… Les Français devront se contenter de cela. Un interviewer de people pour celui qui vit une vie de people et qui fait une bonne partie de sa comm’ et même de sa politique sous la dictée de la papesse des peoples qui n’est autre que la meilleure amie de sa femme. La France est tombée bien bas !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    SOLDAT ? MACRON ne le sera jamais !
    un simple serviteur UE / Mondialistes !
    UN soldat se bat pour son pays ! MACRON se bat contre
    le Peuple FRANCAIS .

  2. Bluesun dit :

    APRES LES BONNETS ROUGE DE SEGO, LES GILETS JAUNES DE MACRON !!!!!

    Macron prend peur face aux gilets jaunes…

    Macron a peur d’un drone qui survole sa piscine, alors qu’il est entouré de plein de Benalla….
    Face aux gilets jaunes, comment va réagir le jeunot ?

    Pas de syndicats avec qui s’arranger. La colère provoquée par l’incompétence du novice vient directe de la rue.

    Macron a défaut de prendre l’avion, a pris la machine à remonter le temps. Voilà le jeunot balancé , cent ans en arrière, mais poursuivi par le présent. La machine à remonter le temps, ne fonctionne pas bien, elle mélange passé et présent.

    Entre plongeon dans l’histoire, et bain de foule à s’en prendre plein la tronche, Bibi mélange les genres, et assume. Et s’il n’assume pas, tel ses prédécesseurs umpsbisounours, il a le jeu du “c’est pas moi, mais l’autre” en poche.

    Si tous ses prédécesseurs umpsbisounours, ont pris des gants pour mener “délicatement” la France vers la DESTRUCTION, Macron ni de droite, ni gauche a retiré lesdits gants, pour mieux terminer le travail commencé “sans aucun état d’âme” par tous ses pairs.

    La France est en colère, Les français en ont ras le bol.
    Mais c’est bien leurs votes qui ont mené le boulet DESTRUCTEUR Macron, au pouvoir.

    S’ils avaient seulement écouté les meetings de Macron, ils auraient compris que c’est dans leur porte monnaie que Macron irait chercher l’argent.

    S’ils avaient écouté les discours de Marine, elle expliquait où trouver l’argent, sans venir le pomper dans le porte monnaie des citoyens…

    En fait, Macron ; lors de ses bains de foule, semble jubiler en écoutant le citoyen se plaindre. Sourire carnassier aux lèvres, il dit entendre, mais tout comme Hollande, qui entendait aussi, continuera le travail pour lequel il est payé. Fierté du travail bien mené.

    C’est pour cela qu’il est en marche, pour faire table rase du passé.

    Le faire crever, ou le laisser crever, n’est alors pas un crime pour celui qui est “en marche”.

    Dire que pour éviter de crever, il fallait juste se poser les questions :

    1) si le jeunot se dit novice, puis si une fois élu dit faire un gouvernement de novices, qui va alors gouverner ?

    2) Le jeunot novice, se dit En Marche : vers quoi marche t-il ?

    3) Après avoir voté utile, (pour qui le utile) ? Il faut voter pour faire barrage : mais juste pour faire barrage au FN, mais qui se noiera alors dans l’eau du barrage ?

    Le malheur n’entre guère que par la porte qu’on lui a ouverte….

    Quant à être soldat le Macron ?
    Peut-être soldat de la mélasse qu’il pond ?
    Ou encore être le vomito de de la France ? Mais certainement le soldat prêt à mourir pour elle !!!!!

    Plus exactement vivre, pour mieux servir à sa DESTRUCTION !!!!

Laisser un commentaire