Macron muet (et perdu) face aux gilets jaunes

Rédigé par notre équipe le 03 décembre 2018.

Manifestation du mouvement des gilets jaunes, à Belfort, le 01 décembre 2018.

Le temps passe et la situation se dégrade de plus en plus pour le chef de l’Etat. Il pensait qu’un sourire carnassier suffirait à calmer les esprits, mais la mobilisation ne faiblit pas et c’est l’ancien monde qui est appelé à la rescousse. Un monde consubstantiel à une Macronie qui doit faire face à ses propres démons. La violence de casseurs professionnels n’est pas nouvelle, mais elle a pris une ampleur d’autant plus grande samedi dernier que les forces de l’ordre sont dirigées par un Castaner dépassé par les événements à moins qu’il n’en soit le complice plus ou moins (in)conscient…

Il y a comme un climat insurrectionnel dans l’air. Les gilets jaunes montrent depuis près d’un mois que le peuple n’est pas là que pour se faire tondre et aduler des élites méprisantes. Le peuple veut vivre et n’en peut plus des discours creux et des actes hostiles d’un pouvoir distant qui les rabaissent toujours. La fronde a gagné tout le territoire et au lieu d’écouter la colère, Emmanuel Macron s’est enfermé dans sa tour d’ivoire. Les gueux devront supporter la soi-disant transition énergétique et la capacité à réformer le pays demeurera intacte.

Les flics sacrifiés par un exécutif aveugle et sourd

Les réformes vendues comme novatrices et bénéfiques pour les Français ne les ont que précipités un peu plus dans le déclassement et la pauvreté. Il n’est donc pas étonnant de voir les gilets jaunes maintenir le cap malgré les tombereaux d’insultes dont ils ont été victimes de la part de tous les politiciens estampillés En Marche. Même les violences de ce samedi 1er décembre n’ont pas suffit. Les Français sont 72 % à soutenir la mobilisation au lendemain d’une journée qui restera dans les annales de la police.

Les chiffres commencent à sortir et sont inquiétants. Ils étaient environ 5 000 policiers et CRS à maintenir la paix civile aux alentours des Champs-Elysées ce samedi. Un déploiement de force impressionnant qui suscite aujourd’hui de nombreuses interrogations. Comment avec tant de policiers déployés a-t-on pu perdre à ce point le contrôle des rues parisiennes ? Plusieurs facteurs expliquent cette débandade sans nom.

Des professionnels de la casse et du pillage s’étaient donnés le mot. Le Gouvernement n’avait jusque-là rien fait pour éviter les débordements violents, alors ils se sont joints à la fête. Un Gouvernement inactif qui table sur le pourrissement, une justice gauchiste démissionnaire comme à son habitude et des racailles venus des bas-fonds de Paris et de sa banlieue pour semer le chaos. Tel est le cocktail explosif concocté depuis plusieurs semaines et qui a finalement pété samedi dernier.

D’autres explosions se sont fait entendre lors de cette journée. Les CRS ont tiré 14 000 grenades en une seule journée ! Des CRS qui n’ont fait qu’avancer puis reculer pour ré-avancer et reculer de nouveau. L’Arc de Triomphe a ainsi été pris deux fois aux casseurs puis rendu sans la moindre explication rationnelle. Les deux fois, les CRS ont reçu l’ordre de se retirer quand bien même ils n’étaient pas menacés d’encerclement. La troupe a joué au jeu du chat et de la souris et avec un commandement de Castaner qui n’a rien de professionnel, ce sont les forces de l’ordre qui ont passé la journée la plus difficile. Les casseurs, eux, se sont follement amusés et détruit tout sur leur passage.

Après 48 heures de demandes répétées, les syndicats de police ont enfin été entendus par leur ministre. Ils seront reçus mardi matin afin d’exposer les solutions (déjà connues et mises en œuvre dans d’autres circonstances) afin d’éviter des troubles plus graves encore qui ne manqueront pas de se solder par des morts. La situation sécuritaire est préoccupante, mais le Gouvernement préfère des scènes de chaos plutôt que des images de fraternisation entre gilets jaunes et CRS comme à Pau. Des CRS qui ont enlevé leur casque face à la foule qui a chanté la Marseillaise avant de se dissiper calmement.

Il faut aussi faire croire que le Gouvernement est « à l’écoute » alors aujourd’hui le ministre voit défiler les leaders de partis politiques. Une opération purement politicienne (typique de l’ancien monde) qui n’accouchera de rien. Le Gouvernement refuse le retour au calme et Macron se mure dans le silence. A quoi sert la venue de Macron à l’Arc de Triomphe et l’avenue Kleber après avoir laissé les haineux les défigurer ? L’exécutif joue un jeu dangereux et il n’est pas dit qu’il ne se brûlera pas les ailes.

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    MACRON . (( IL ))
    INSULTE / BAVE / CRACHE / SUR LES FRANCAIS .
    STOP .LA REVOLTE DES GUEUX / PLEBEIENS / danger +++
    CEUX QUI NE SONT RIEN ?
    MACRON C’est FINI . LES INSULTES .
    DEMISSION SOUHAITABLE le plus vite possible !avant
    dérapage important ./

  2. yellowdog dit :

    C’est des branle… inexpérimentés qui nous dirigent!!!
    Derrière ceux là il y a une” mégachiée” de profiteurs inutiles ///communauté de communes//région////trop de députés!!!!
    Puis aussi nos écoles qui fabriquent des bacheliers à la pelle qui prennent les postes de fonctionnaires//journalistes….
    Et enfin ceux qui bâtissent,cultivenr créent qui sont exploités comme au temps des rois, qui se font” baiser”à chaque élection par les beaux parleurs friqués;;
    N’en avez vous pas marre!!!!!!!!
    Votez comme il faut arrétez de vous faire avoir!!!!
    Enfilez un gilet jaune et faites vous entendre

  3. sylvain dit :

    Le mouvement s’étend comme en 1968 ,c’est que les gilets jaunes ont déjà gagné: on veut une augmentation du smic de 33% comme en 1968 (vérifiez!) et il n’y a pas eu une seule faillite de plus en 1969 et 1970 aucune.
    On veut un décret immédiat: interdiction de toute optimisation fiscale (100 milliards à la clé) ,on veut le salaire médian pour les élus quels qu’ils soient plus frais de déplacement justifiés. On veut l’inversion des taxes : 40% d’impôt réel pour les grands groupes et 15% pour les artisans, c’est l’inverse aujourd’hui. On veut la taxation immédiate du HFT à 0,1% l’ordre pour stopper le délire spéculatif, ,des leviers à 10 maxi pour les banques, la saisie immédiate des biens et comptes des fraudeurs fiscaux ,l’interdiction des VAD,LBO,CDS qui ne sont que des escroqueries pures. Tout cela fait plus de 200 milliards ,de quoi payer les retraites ,les écoles la police et les hôpitaux,on lâchera pas l’affaire

    • Bluesun dit :

      Oui sylvain,
      Sauf qu’en mai 68, il n’y avait pas toutes ces bouches de députés à nourrir, toutes ces bouches qui sont au parlement européen à nourrir, toutes ces bouches de migrants à nourrir, etc..etc…

      La France souveraine, avait aussi le plein emploi.

      Ce que nous vivons aujourd’hui, n’est que le ricochet de 40 années de multiplication de “sans dents”, des riens, des gueux etc….qui fait que le peuple crie sa souffrance.

      Faut sortir de cette mélasse d’Europe-mondialisation….

      Ce jeu (comme dit Macron fin 2015, alors invité chez Bourdin), de DESTRUCTION-CONSTRUCTION…

      En fait de DESTRUCTION, il devrait être content, en constatant les stigmates que laisse un peuple (son peuple) sur les murs de Paris…

      Le novice dit que la France n’a pas d’histoire !!!!
      Voilà une aide à l’effacement ?

      Bizarre, quand c’est le peuple qui s’exprime, on le met en prison, quand ce sont les novices qui s’expriment, il faudrait applaudir !!!!!

  4. Bluesun dit :

    Macron est absent (parce qu’il fait le paon ailleurs)..

    Les novices de leur côté attendent le retour du paon, pour savoir quoi faire…

    Le chef novice de retour, joue toujours à l’homme invisible, tandis que la colère est partout présente…et rien pour essayer de faire que cette colère ne se stoppe…

    Les chaines TV de leur côté ne font voir que la casse provoquée par cet immense ras le bol, afin de mieux ” comptabilisé” le coût des dégâts que provoque le ras le bol généralisé..

    Le novice de retour d’Argentine, fait l’inventaire des dégradations.

    Mais toujours aucune solution à la misère, à la souffrance, à la faim…Aucune parole de réelle compréhension…ni aucune écoute à la criante misère…

    Noël approche, les commerçants font le compte du manque à gagner, mais aucun mot envers ces gens, qui par manque d’argent ne pourront encore une fois fêter Noël.

    Ca fait des années que umpqbisounours, prévoyaient un “mai 68”, aujourd’hui que la prédiction se réalise, il n’y a plus personne aux commandes du pays.

    Paris est à feu et à sang, et le novice demande à tous les chefs de parti, ce qu’il faut faire…

    Quand on ne sait pas, on démissionne….c’est la première solution…

    Inutile de demander quoi faire à ceux qui savent, mieux vaut laisser la place, ça éviterait des morts…des blessés…fruit du travail d’un incapable….

    Marine savait, elle était à abattre, à présent ; c’est un pays tout entier qui saigne, pare qu’il fallait juste “faire barrage à Marine”….

    40 ans, qu’il faut faire barrage au FN, juste pour en arriver là, où nous en sommes aujourd’hui…

    Macron le soir de son investiture marchait au son de l’hymne à joie vers la lumière…..

    Un an après c’est Paris qui prend feu au son du “Macron démission”…

  5. Le-civilisateur dit :

    Bien dit yellowdog !

    En ce moment je me repose car je passe mes samedi à arpenter les beaux quartiers de Paris.

    Avenue KLEBER, l’ARC DE TRIOMPHE et compagnie …

    Avec les fumigènes lacrymogène ont ne peut pas trop admirer le panorama, mais les gens qui viennent de toute la France sont tellement plus sympa et intéressant que tous ces vieux bâtiments de merde et des bourgeois qui y résident.

    De toute façons les monuments de Paris n’auraient pas survécus à Hidalgo.

    Et puis …

    Édouard Philippe et Jeanne Hidalgo s’offusquent pour deux ou trois tags, mais par contre les rats, les cafards et excréments de migrants cela ne les dérange pas plus que ça …

    La prochaine foi il serait plus judicieux de tagguer avec de la merde, une matière qui ne dérange pas madame Hidalgo et qui s’accorde quand même mieux avec la capitale.

    Les médias se demandent si les gilets jaunes vont aller MANIFESTER à PARIS le samedi 8 …

    Et bien moi j’y serai !

    Sacré Hidalgo, en plus d’être une mauvaise gestionnaire c’est une véritable petite langue de put…

    Certaines personnes n’ont rien pour eux.

    À nous envoyer tous leurs rebuts,
    Les espagnols doivent nous haïr décidément.
    Que leur avons nous fait ? pour qu’ils nous détestent tant…

    Ils accepteraient peut-être de l’argent pour récupérer cette taré ?

    Et Macron ?

    Il est en train d’imploser.

    Nous allons essayer de comprendre ce qui arrive à Macron.

    Implosion.

    Def : Phénomène physique dans lequel un milieu solide ou un corps creux, soumis à une pression externe supérieure à sa résistance mécanique, s’écrase violemment et tend à se concentrer en un volume réduit.

    Un corps creux soumis à une pression externe …

    Je vous laisse méditer la dessus.

    A Samedi 8 sur les Champs-Elysées.

    RÉVOLUTION !

  6. Bluesun dit :

    Concernant les tous premiers tags,

    Devant la colère des propriétaires constatant leurs murs de façades dans cet état de saleté, un ministre de l’époque du début des années 1980, avait rétorqué que ce n’était pas de la faute des tagueurs, “ils n’ont pas la notion de propriété”..

    Tags après tags, lavage de murs, après lavage de murs, les tags au fil des ans, sont devenus une sorte d’art.

    Aujourd’hui, la colère change de camp, les tags se font sur l’arc de triomphe, cela n’est alors plus de l’art, on se demande juste combien va coûter le lavage desdits tags…

    Pourtant “Macron démission”, c’est une idée qui devrait germer ? quand on a pas de programme, pas de parti, qu’on ne marche ni à droite, ni à gauche, quand le résultat d’ une année de boulot fait que la révolution gronde, démissionner devient alors une sorte d’art…..

Laisser un commentaire