Gilets jaunes : les policiers rejoignent la grogne

Rédigé par notre équipe le 18 décembre 2018.

Les gilets jaunes sont du passé. Le Gouvernement a géré d’une main de maître « la peste brune » et la paix sociale est revenue. Depuis trois jours, la Macronie s’envoie des fleurs et les Français sont invités à ranger le mouvement des gilets jaunes dans le musée des bizarreries. Fin de la partie, Macron peut souffler et… ah mais non, l’autosatisfaction devra encore attendre un peu, car ce sont les policiers qui font désormais part de leur colère. Servir de sac de frappe aux casseurs et de cibles aux délinquants et terroristes n’est pas leur vocation surtout quand ils ne sont pas payés comme il se doit…

Si Emmanuel Macron se pavane encore au Palais de l’Elysée, c’est parce que les forces de l’ordre ont empêché la foule d’aller « le chercher ». Macron joue à celui qui n’a peur de rien ni de personne devant les députés de son parti, mais c’est uniquement car il se sait protégé par la police. Mais la police n’est pas contente et le fait désormais savoir haut et fort. Après le troisième samedi de mobilisation des gilets jaunes où les policiers n’avaient pas pu protéger grand-chose à part l’Elysée à cause du brillant ministre Castaner, la grogne a commencé à se faire entendre dans les rangs…

Bientôt plus de policiers pour garder la Macronie ?

La grogne s’exprime aujourd’hui directement maintenant que le plus fort de la vague semble être passée selon les prévisions pas souvent justes de l’exécutif. Les fonctionnaires de police et de gendarmerie en ont assez d’être utilisés comme de vulgaires pions dans l’impossibilité de voir leur famille pour sauver une Macronie aux abois. En plus de risquer leur vie pour des gens qui les méprisent, ils ne sont pas nourris, équipés et même payés ! Les témoignages abondent désormais de CRS et autres gardiens de la paix obligés de se payer une partie de leur équipement avec leurs deniers personnels. Cela ressemble étrangement à ce qui reste de l’armée française où certains soldats se payent des chaussures et un gilet par balle dignes de ce nom.

 

La situation a de quoi faire monter la colère d’autant plus que les heures supplémentaires ne sont pas payées. L’Etat doit la bagatelle de 27 millions d’heures supplémentaires. Le scandale est immense, mais vu que c’est l’Etat qui est coupable, le Gouvernement ne monte pas au créneau… Pas un mot de Marlène Schiappa, la grande défenseuse des droits et de tout ce qui ne la regarde pas ! Esseulés, les policiers ont lancé plusieurs mouvements de protestation à l’image d’une journée noire prévue ce mercredi où bien des commissariats risquent de fermer. Une journée tranquille pour tous les délinquants ? Rassurez-vous, c’est toujours sans pression pour eux avec une justice française abonnée au laxisme le plus virulent.

 

Le Gouvernement a compris plus rapidement le danger d’un lâchage logique des forces de l’ordre et commence sa danse du ventre en proposant 300 euros de prime aux fonctionnaires impliqués dans le maintien de l’ordre face aux gilets jaunes. 300 euros par journée de mobilisation ou pour un mois à complet ? La réponse ne fait aucun doute. Les syndicats des forces de l’ordre sont actuellement en grande discussion avec leur pseudo ministre. S’ils ne sont pas trop crevés par des horaires démentiels, ils auront compris qu’ils sont en situation de force et que les miettes de prime ne sont pas assez pour les ramener sagement à la caserne avant la prochaine grande mobilisation. Ils auront aussi compris que les promesses du Gouvernement n’engagent que ceux qui les reçoivent…

 

La police pourrait changer l’équation et faire disparaître l’illusionniste en chef de manière plus rapide encore. Pour cela il suffit de laisser les Français venir le chercher. Une option qui fait trembler (à juste titre) celui qui n’a plus Benalla pour le protéger.

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Le problème avec Macron, c’est que plus personne n’en veut (sauf peut-être ceux qui lui ont soutenu le fessier)…

    Les policiers sont payés avec un lance pierre, quand le peuple crie famine…

    Les policiers doivent tabasser, ceux qui défendent le peuple pour le droit de manger à sa faim…

    Si les policiers se mettent du côté des gilets jaunes, Macron qui voulait que l’on vienne le chercher, devrait voir son voeu se réaliser, et ne pas avoir peur.

    Macron se voulait démolisseur, pas dit qu’il ne pleure pas au milieu des ruines….

    Une vie politique est belle, où l’on commence par se croire quelque chose, et finit par ne se croire plus rien.

  2. amazonia dit :

    MACRON +ses sinistres + députés + sénateurs
    STOP LES PRIMES DE NOEL pour les parasites d’état !
    STOP LES PRIVILEGES .
    DONNER LE FRIC POUR LA POLICE ET LE PEUPLE /

  3. jean haimard dit :

    La Pourrit… En Marche n’est la que pour se gaver sur le dos des Français Cette équipe doit disparaitre dans les plus brefs délais Que la Police et l’Armée prennent leurs responsabilités

  4. yellowdog dit :

    STOP les privilèges aux sénateurs //Régionneurs//communautédecommunneurs//et autres inutiles!!!
    Trop de députés;trop payés;trop avantagés!!!!
    Barrez vous,le peuple vous vomis!!!
    C’est qui le peuple?.?.c’est tous ceux qui n’ont jamais la parole,c’est ceux qui votent le Pen et qui ne sont pas ou très peu représentés à l’assemblée.C’est tous ces agriculteurs/chômeurs/petits employés d’état et privé:c’est tous les laissés pour compte,méprisés……

Laisser un commentaire