Brigitte, Benalla : quand l’amour devient un boulet (politique)

Rédigé par notre équipe le 27 décembre 2018.

Malgré toutes les péripéties et les scandales, Macron ne peut s’empêcher de vivre sans sa garde rapprochée. Un coup d’œil en direction du président et c’est l’assurance de se coltiner Brigitte – une retraitée non élue qui fait la pluie et le beau temps à l’Elysée – et de retrouver l’inénarrable Alexandre Benalla. L’ancien garde du corps, gardien de la maison des Macron au Touquet, éphémère responsable de la boutique de l’Elysée et faux flic en vraie tenue ne parvient pas à prendre ses distances avec celui qu’il a collé pendant environ deux ans (pour des raisons professionnelles, cela s’entend).

Hier, Le Huffington Post publiait un article intitulé « Alexandre Benalla menace de devenir le sparadrap de Macron ». Une belle image qui signifie que l’ancien obligé du président commence à devenir un poison lent pour le jeune Emmanuel après la déflagration qu’il a provoqué en juillet dernier et qui a pourri tout l’été et la rentrée de son cher « patron » comme il aime appeler son ancien chef. Une sale histoire qui a éclaté faute à pas de chance, mais aussi à certains jaloux qui n’auraient jamais accepté la place privilégiée occupée par Benalla auprès du couple Macron.

De faux flic à vrai-faux homme d’affaires

Il faut croire que ces mêmes jaloux sont à l’œuvre avec le nouvel épisode du troublant voyage de Benalla au Tchad il y a quelques semaines. Venu caresser dans le sens du poil

les troupes françaises déployées au Tchad après avoir tondu les restes de l’Armée, Macron s’est senti obligé de dire à son homologue tchadien qu’Alexandre Benalla « n’était en aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel ». Pourquoi une telle déclaration alors que son bon Alexandre est censé végéter au chômage en France, reclus et harcelé par la justice ? Tout simplement parce que le mis en examen fait désormais la tournée des grands ducs.

Il y a quelques semaines, c’était donc au tour du Tchad. Venu dans un avion privé en compagnie d’une demi-douzaine de personnes, Benalla a étalé son puissance financière et son goût du luxe à en croire Le Monde. L’article n’est pas passé inaperçu car après le scandale, les tribulations d’un si proche de Macron dans un pays comme le Tchad ont de quoi étonner. Celui qui frappait des passants à Paris le 1er mai dernier se retrouve à discuter avec le président tchadien en personne pendant deux longues heures. Les deux hommes ont-ils parlé sécurité – une des nombreuses cordes à l’arc Benalla ? Non, Monsieur accompagnait « une délégation économique étrangère dans le cadre d’investissements ». Aucun nom ne filtre. Les gueux sauront juste qu’il s’agissait de « grands patrons du Moyen-Orient ».

Décidément, le carnet d’adresses d’un simple ex-garde du corps est bien volumineux. Benalla fait donc des affaires (juteuses) et n’apprécie pas les pics pas très pointus qu’il entrevoit à l’Elysée. Le pauvre Alex a mal vécu le fait que la présidence ait souligné à deux occasion l’absence de liens entre son ancien « patron » et lui. La pseudo-victime parle : « Je suis particulièrement choqué et scandalisé par les propos irresponsables tenus par l’Elysée, sous-entendant que j’aurais dans le cadre de mes déplacements en Afrique pu me prévaloir d’une fonction, d’un titre, ou d’un pouvoir aux fins de démarchages professionnels ».

Etrangement, lorsque l’on évoque le nom de Benalla, on est « scandalisé », mais pour d’autres raisons : d’innombrables passe-droits, des matraquages illégaux, des mensonges éhontés, un coffre-fort quise volatilise comme par magie, une justice qui ne s’intéresse guère à plusieurs points chauds du dossier, etc. Pourtant Alexandre est scandalisé par l’attitude de certains proches de Macron qui ne chercheraient qu’à lui nuire. On en aurait presque la larme à l’œil !

Il est pourtant vrai qu’il y a des gens au mauvais fond qui gravitent dans les premiers cercles du pouvoir. Regardez la pauvre Brigitte qui se fait épingler pour avoir pris la pose avec Marcel Campion. L’ancienne égérie des politiques trop heureux d’avoir un forain dans leur carnet d’adresses est devenue persona non grata du jour au lendemain après des propos polémiques sur quelques homosexuels gravitant autour de la Mairie de Paris. C’était sans compter sur l’indéfectible présence de Brigitte Macron.

Une photo au moins aussi polémique qui a due être justifiée par la cellule de comm’ de la Première Dame. Tous les arguments sont lancés pêle-mêle afin de couvrir tous les angles possibles. Il s’agissait d’une « visite privée » où il « était impossible de dire non » à une photo « à part le gifler ou refuser de lui (Campion) serrer la main ». Les équipes du jeune Manu sont exténuées, mais les justifications de l’entourage de Brigitte montrent à quel point la fatigue (ou peut-être le foutage de gueule) ont atteint la Première Dame. Nul doute que malgré leurs fautes, Brigitte et Alexandre seront pardonnés par Emmanuel car lorsqu’on aime, on ne sévit pas. A croire que Macron n’aime pas les Français…

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    LE BENALLA = il cour il cour le BENALLA .
    UN PASSEPORT DIPLOMATIQUE = TU LA ? ou TU LA PAS ?
    Si TU LA PAS ? TU TRAVERSE LA RUE ./
    (( TUCHE PRESIDENT . )) MDR .
    Prendre les français pour des CONS ? STOP . MACRON .
    FINI LA SAGA AFRICA . NORD ET SUD . 100% BORDEL D’ETAT ./
    scandaleux +++

  2. blackdog dit :

    Amazonia!!!toujours raffiné dans tes commentaires……………

    • Bluesun dit :

      Ben oui, blackdog ; il faut dire les choses comme elles sont, ils prennent les français pour des cons.

      Inutile de parler la langue de bois.

      Ils montent le mur des cons, et prennent les français pour des cons.

      Une histoire de cons en somme.

      “En même temps” Macron a été élu.
      Du jeunisme, au “jaunisme”, il n’a fallu que 18 mois.

      L’exaspération fait que la sincérité n’a pas de raffinement, ni l’élégance des flatteries.

  3. Bluesun dit :

    Macron au Tchad, Benalla au Tchad…

    Benalla n’a plus les passeports diplomatiques !!!
    Mais voyage à la poudre de perlimpinpin…

    Macron, Benalla n’est pas son amant….

    C’est certain Macron n’aime pas les français, ni la France, mais bizarrement ne semble pas vouloir démissionner non plus…

    La France, ne doit pas être encore tout à fait effacée.

Laisser un commentaire