« Grand débat » : les Français prêts à tomber dans le panneau ?

Rédigé par notre équipe le 09 janvier 2019.

Après le matraquage, place au dialogue et au « grand débat » ? La deuxième couche du Gouvernement déferle sur la France. La répression n’a pas suffi et en attendant de voter des lois en urgence pour restreindre le droit de manifestation, l’exécutif se grime en psychothérapeute qui demande à son patient ce qui ne va pas. La séance aura lieu du 15 janvier à la mi-mars et promet d’être une des plus grosses supercheries de ce quinquennat. Chantal Jouanno a déjà démissionné et ne pilotera pas un débat qui n’a pour but que de temporiser pour mieux assommer les Français au bout du compte.

Du « grand débat » à la grande débâcle il n’y a qu’un pas que le Gouvernement a déjà franchi. A une semaine de son lancement, il est déjà dans le mur. Plus personne pour le diriger (et surtout l’incarner), ce débat déjà trop cadré par un pouvoir sur la sellette risque fort de n’intéresser que les quelques macronistes que la France compte encore. Pourtant, tout avait été fait pour montrer l’importance et le sérieux avec lequel ce « grand débat » était préparé. Imaginez-vous donc, Macron avait fait annoncer par ses équipes de comm’ qu’il ne présenterait ses vœux qu’aux forces armées afin de se concentrer sur le « grand débat ». Une première faute qui en annonçait d’autres à commencer par le choix de confier ce cache-misère à la très riche Chantal Jouanno.

La grande débâcle arrive bientôt

Comment régler cette satanée contestation des gilets jaunes ? L’envoi de blindés ne sert à rien, le matraquage se transforme en cours de boxe, les insultes des ministres aux gilets jaunes ne les plongent pas dans la terreur… Rien n’a fonctionné pour le moment alors il est grand temps que le « grand débat » annoncé il y a quelques semaines s’ouvre enfin. Le Gouvernement pense qu’en reproduisant les cahiers de doléances, il s’évitera une révolution pourtant prônée par le candidat Macron. Ah mais la révolution macronienne n’était en fait qu’un tour à 360°. Retour au point de départ à moins que les Français ne tiennent bon et ne se fassent pas happer par un débat vide de sens.

 

Pourquoi débattre serait à ce point inutile ? Certainement parce que le président lui-même et les ministres ont répété à plusieurs reprises que les décisions prises au cours des dix-huit premiers mois ne feraient l’objet d’aucun changement, annulation ou révision. La perfection s’est exprimée et les gueux de Français n’ont pas leur mot à dire. Alors, on leur impose de déblatérer sur des sujets pré-sélectionnés où les questions précises et les solutions à apporter sont condamnées à être noyées dans un gloubi boulga indigeste. Le problème de l’immigration ? Pas assez important ! Il est donc rangé dans l’arrière boutique du thème sur la citoyenneté. Des ministres incompétents et un pouvoir exécutif absolument pas représentatif des électeurs ? Noyons ça dans un très prometteur « faire évoluer la pratique de la démocratie ».

 

On va donc débattre de ce que veut le Gouvernement et c’est même le Benjamin Griveaux (de la Tourette ?) qui dresse la liste des sujets interdits. IVG, peine de mort ou encore mariage pour tous ne seront pas au programme. Autrement dit, interdiction d’évoquer les grands sujets sociétaux dans un « Grand débat ». A force de tracer des lignes rouges, les débatteurs sont enfermés dans une cellule de la pensée. Et pour débattre encore faut-il qu’il y ait l’espace pour le faire… Où ? Par quel biais ? Avec qui ? Le débat consistera-t-il à répondre à la lettre lénifiante que l’Elysée nous prépare ? A une semaine du « grand débat » trop de questions essentielles restent sans réponse et celle du pilotage vient désormais s’y ajouter.

 

Depuis quelques jours, on voyait Chantal Jouanno dans les médias. En qualité de présidente de la Commission nationale du débat public. La Commission de quoi ? Un machin qualifié d’autorité administrative indépendante qui veille au déroulement de bons débats notamment lorsque de nouvelles infrastructures sont voulues par le pouvoir comme à Notre-Dame-des-Landes par exemple…. Bref, cette Commission est une super planque d’autant qu’elle est très bien payée. 14 700 euros brut par mois, soit plus que le Premier ministre lui-même. Oui, mais le débat ça fatigue et comme le dit le génial de Rugy, « il y a des joueurs de foot qui gagnent un million d’euros par mois et ça ne choque personne », alors Jouanno à 14 700 euros… Mais bien sûr que les gens sont choqués, mais au moins les joueurs de foot ne sont pas payés grâce aux impôts des Français ! Jouanno, oui !

 

Malheureusement pour elle, de Rugy est un nain politique que personne n’écoute – tant mieux pour lui, car il n’a pas grand-chose à dire. Jouanno, un peu plus ancrée dans le réel que la Macronie pur sucre a d’abord essayé de désamorcer la situation en disant qu’elle comprenait les critiques avant de rapidement se désister. Une sage décision, car comment prétendre incarner un renouveau porteur d’un mieux être pour les Français quand on gagne près de 15 000 euros par mois à ne pas faire grand-chose ? Jouanno est donc partie, mais sa sagesse a des limites puisqu’elle reste présidente de la Commission nationale du débat public et garde donc son salaire mirobolant. Charge au Gouvernement de lui trouver un remplaçant pour le « grand débat ». Une situation ubuesque bien résumée par Florian Philippot : « Chantal Jouanno a tout compris: elle garde le salaire et la fonction mais ne fera pas le boulot…».

 

Matignon prétend qu’il ne s’agit là que d’une « péripétie », mais il faut bien se rendre à l’évidence. Rien n’est prêt pour ce « grand débat » sauf les éléments de langage à asséner jour après jour au cours des trois prochains mois. Une autre chose est également prête : les conclusions que tirera le Gouvernement de cette grande mascarade. Elles sont déjà dans un tiroir de Matignon et n’attendent que la mi-mars pour apparaître en bonne place sur le bureau du Premier ministre. Les dés sont pipés. Tâche aux Français de ne pas les lancer et de continuer à contester une Macronie bien plus désespérée qu’elle n’en a l’air.

Déjà 8 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Macron vote des lois en urgence pour restreindre le droit de manifestation.

    Plus les lois sont nombreuses, pire est l’Etat.

    Participer à un débat avec celui qui n’a pas faim, aura forcément le dernier mot. Surtout si c’est le rassasié qui mène la danse du choix des sujets à aborder.

    Dictature en marche pour un débat, histoire de gagner du temps dans le ron ron du blablabla.

    Le rassasié, exploite toujours ce qu’il perçoit comme une faiblesse.
    Forcément, il a oeuvré à fabriqué des RIENS. Des fainéants, puisque notre argent sert à l’effondrement de l’emploi.

    La loi a été faite pour le riche, et le châtiment pour le pauvre, ce qui fait que les gilets jaunes sont dans la rue, et se font tabasser dans la joie, et la bonne humeur.

    L’ingéniosité des hommes pour faire souffrir leurs semblables reste un sujet de perplexité, l’intelligence du mal, laisse sans voix.

    Macron est à l’agonie, et veut faire encore illusion, mais rien n’est plus efficace pour faire fuir le travail que la pure incompétence.

    Un débat, mais il ne faut surtout pas parler de l’immigration. Forcément, Macron vient de signer le pacte de Marrakech.

    A quoi bon perdre un temps précieux à regarder un débat, à l’issue duquel, ne pourra jaillir des cieux la lumière, puisque c’est la dictature qui en donne la règle.

    Parler de rien, pour ne rien dire, autant se faire un bon film comique.

    A quoi sert un débat quand il faut dire la même chose que ceux qui pensent pareil, et qu’il ne faut surtout pas contredire ?

    En politique, il n’existe que 2 catégories de personnes, celle qui nourrit le débat et celle qui le pourrit.
    Le débat Macron est pourrit d’avance, puisque le débat devient insignifiant.

    En fait ce que veut le peuple, est écrit sur toutes les pancartes des gilets jaunes, c’est : MACRON DEMISSION.

    Inutile de faire un débat là dessus. Macron a dit qu’il ne lâcherait rien, et pour preuve lors du débat, on ne peut parler de tout, le débat ne sert alors à rien.

    Un sait rien, pour faire rien, pour ne rien lâcher, ce débat là, ne sert qu’à faire couler inutilement de la salive.

    Les français prêts à tomber dans le panneau ?
    Espérons que non, 40 ans qu’ils tombent dans tous les panneaux.

    Pour une fois qu’ils se mettent en marche, pour faire courir qui en fait des RIENS, il devient inutile de se goinfrer un débat qui ne découchera sur RIEN.

  2. amazonia dit :

    UN GRAND DEBAT ? MDR .
    Grosse commission ! ! un coup pour rien / ENFUMAGE 100%
    ETAT . QUI EST JUGE ET PARTI ? (( HORS JEUX /HORS LA LOI))
    ETAT ? qui fait le choix ! des sujets a débattre ? STOP .
    SCANDALEUX DE CONNERIE . EN MARCHE . C’est FINI .
    LES FRANCAIS ? OUVRIR LES YEUX ?
    Pas besoin des traitres du gouvernement pour savoir quoi
    dire et faire . Vouloir donner a des MAIRES des ordres ?
    pour qu’ils portent la parole du PETIT CHOSE DE L’ELYSEE ? NON .MERCI .
    FRANCAIS . LIBRE . CHOIX 100% DES SUJETS .
    ASSEMBLEE NATIONALE . PROPORTIONNELLE 100%
    SAVOIR ? OU PASSE NOTRE POGNON ?
    ((POUR PAYER DE FONCTIONNAIRES COMME JOUANNO ?
    14700 EUROS ? SCANDALEUX ? OUI
    REVOIR ET MISE A PLAT DE TOUS LES SALAIRES + PRIMES
    DES SERVITEURS D’ETAT VOLEUR .
    METTRE DES RENARDS ? pour garder les poules ? STOP .FINI

  3. Philippe ILLINGER dit :

    Un Grand débat, ou les thèmes principaux de la souveraineté, de l’immigration sont exclu ? Pas la peine…Macron ainsi que Hollande, Sarkosy, ….jusqu’a Pompidou, nous ont VOLER chacun un pan de NOTRE souveraineté, SANS NOTRE ACCORD…Et donc RIC…Retablissement de la peine de mort pour les traitres à la nation, et Crouic plus d’ancien président…

  4. amazonia dit :

    MANIF . ? EN FRANCE .
    DES POLICIERS = des robocops qui parlent pas français ?
    DES GENDARMES AUX ORDRES DE L’UE .
    VOIR sur Google = (( EUROGENDFOR )) 3000 hommes
    Robocops serviteurs des crapules de L’UE / MACRON .
    Peuvent tuer ! sans sanction !
    depuis 2004 EUROGENDFOR . ACTIFS =contre les peuples
    EUROPEENS ./ GRAVE . OUI .
    VOIR INFOS SUR GOOGLE +++++
    UE prêt a tout pour garder de pouvoir de BRUXELLES /RIPOUX .

  5. amazonia dit :

    MANIF . DANGER .
    3000 HOMMES au service de UE .
    VOIR GOOGLE (( EUROGENDFOR )) mis en place en 2004
    par MICHELLE ALLIOT MARIE . SERVITEUR =UE = UMPS POURRIS
    Des ROBOCOPS pour AGIR CONTRE LES PEUPLES EUROPEENS .
    MACRON /UE . contre les peuples EUROPEENS LIBRES ./

  6. Bluesun dit :

    Une autre chose aussi, concernant la perte de souveraineté.

    Concernant le changement d’heure.
    Ce truc à la noix, lancé en 1976, pour cause nous disait-on alors, de faire des économies.

    Depuis n’a fait que causer année après année, décennies après décennies de grands chamboulements de vie, tant chez les animaux, que chez les humains. Sans oublier les pagailles en tout.

    Sans cesse, le peuple n’a fait que demander l’arrêt de ce changement d’horaire, qui n’apportait en fait aucune économie.

    Jusqu’à Chirac qui avait dit que : “l’Europe ne veut pas”. Si Chirac, ne peut pas, c’est qu’il est à l’image de tous les autres, un pantin. Mais comme tous les autres, il faisait illusion.

    A présent, c’est bien l’Europe qui va décider (sous un semblant de consultation du peuple), de faire quel horaire conserver, afin que l’on ait plus tous ces désagréments que provoque ledit changement d’horaire.
    Choisir entre heure d’hiver, ou heure d’été, histoire de régler le bonheur à la bonne heure ? Mais qu’en fin, que calme et sérénité soient retrouvés.

    En fait, si Chirac disait ne rien pouvoir faire, concernant la stabilité entre heure d’été ou heure d’hiver, c’est biens que nous sommes sous “dictature” depuis très longtemps.

    Idem pour la TVA, sur la restauration. Chirac disait que l’Europe ne voulait pas….

    Nous retrouvons là, le fameux “responsables, mais pas coupables”.

    Oui, tous nous ont volé un pan de notre souveraineté, et durant toutes ces années nous y ont savamment préparé.

    Et si pas préparation, nous y ont obligé. Car sans aucun référendum, c’est bien mettre le peuple devant le fait accomplit, comme par exemple la peine de mort, ledit changement d’horaire, ect..ect…

    Tous copains comme cochon, pour mener la même politique sous le couvert de l’amuse gueule, droite, gauche.

    Pour en arriver au pompon, au roi de la galette, à la queue du mickey, Macron.

    Une poignée d’hommes, se sont donnés le mal pour rendre invisible tout ce chemin de Destruction.

    Un seul jeunot, a fait en 18 mois, le chemin contraire, parce qu’il se disait juste en marche…

    Mais tous gavés, fouilles pleines, du haut de leur estrade, devant ce peuple en colère, peuvent dire que leur travail d’illusion, touchait à l’aboutissement “presque”, de leur tout.

    La condition première pour entrer dans l’Europe, était la suppression de la peine de mort.

    Il se dit que si un référendum avait eu lieu sur le sujet, le peuple aurait répondu non, à la suppression.

    Il se dit aussi, que si Mitterrand a été élu, c’est parce qu’il a supprimé ladite peine de mort…

    Une question se pose alors, déjà magouille sur les élections ?

    Oui, il est temps, de faire couic à tous ces gens, qui disaient aimer la France, et l’on mieux vendu, le coeur sur la main, la main sur le porte feuille.

    Dans une dictature des hommes et de l’argent, avoir des envies, c’est rester en vie.

  7. amazonia dit :

    MACRON et sa LETTRE ?
    QUI ? va lire son torchon ?
    (( LE SENS DE L’EFFORT ? )) Pour des bons a rien !
    qui dirigent LA FRANCE ? SALAIRES DU POGNON DE DINGUE ?
    PLUS PRIMES + PRIVILEGES +++ STOP LES PROXENETES D’ETAT .
    Comme LA JOUANNO ? 147000 EUROS ? ET LES AUTRES kifkif
    LA FRANCE .EN COLERE . PAS QUE LES GILETS JAUNES .
    LA FRANCE DE L’EFFORT ? TRAVAILLE DUR pour des salaires
    de la honte ! des clopinettes !
    SALAIRES DE L’EFFORT ? SALAIRES DE MISERE .
    MACRON /UE/ MONDIALISATION . UN DANGER POUR LA FRANCE

  8. Bluesun dit :

    Oui, 40 années durant nos politiques ont dit aux français de faire des efforts pour cause de crise, de chance, et autres…

    Dans le même temps, ils perçoivent des émoluments qui dépassent l’entendement.
    Leur façon sans doute de faire des efforts ?
    Ou la perception “via leurs fouilles” des efforts fournis par les français ?

    En tous cas efforts juteux, pour les uns, pressés, bien pressés pour les autres, les fainéants, les sans dents, les RIENS.

Laisser un commentaire