Délice à l’italienne : Castaner en surchauffe

Rédigé par notre équipe le 09 février 2019.

Etre ministre de l’Intérieur n’est pas de tout repos. Demandez à Gérard Collomb quand bien même son passage place Beauvau a ressemblé à un long et pénible pantouflage. Son successeur, l’insatiable Christophe Castaner est pris dans le tourbillon créé ou alimenté en grande partie par la Macronie elle-même. Immigration folle, trafics qui prospèrent, délinquance en plein boom, et bien sûr des centaines de milliers de gilets jaunes à mater. Pas une minute de répit pour notre cher ministre de l’Intérieur qui ne passera certainement pas ses vacances en Italie. Au lieu de répondre à l’invitation de son homologue italien, Castaner a craqué et affirmé que personne n’avait le droit de le « convoquer »…

Loin des discours débilisants et fallacieux qui font de l’immigration (de masse) une chance pour les pays européens, l’Italie porte un discours de vérité. Déjà dans le dur à cause de politiciens pas si différents de ceux qui pullulent aujourd’hui dans les couloirs de l’Assemblée nationale et des ministères français, l’Italie a décidé de redresser la barre en confiant son avenir à une coalition atypique. Le pire avait été promis à cette coalition, mais elle tient ses promesses et n’est donc pas contestée par la rue malgré les tentatives de déstabilisation venue d’ailleurs. L’Italie reste ferme et cela se vérifie notamment sur la question des migrants.

Un Castaner qui a perdu sa lucidité depuis fort longtemps.

Depuis de longs mois, Paris se permet de donner des leçons à Rome avec un cynisme tout macronien. Les migrants arrivent sans cesse sur les côtes italiennes et les Italiens n’auraient même pas le droit de dire que trop c’est trop et que si l’immigration est si bonne, la France devrait faire comme l’Allemagne et ouvrir officiellement ses portes à tout le monde et en premier lieu à n’importe qui. Mais le système macronien est plus retors. On affirme sa bonté face à la misère humaine, mais on dit aux Français que tous les migrants n’ont pas vocation à venir en France. Pourtant, on en prend quand même tant qu’ils squattent les rues des grandes villes aujourd’hui et des villages demain.

 

Afin de mettre les choses au clair et de couper court à un coup de comm’ stérile qui consiste à rappeler l’ambassadeur de France à Rome au quai d’Orsay, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, a invité son homologue français à se rendre dans la capitale italienne. Une invitation pour désamorcer la crise après les hurlements macroniens qui dénoncent des déclarations « outrancières » des autorités italiennes depuis des mois. Et comment répond castaner à cette invitation ? Par des propos qui montrent toute la tension accumulée par un homme qui sait que sa date de péremption politique approche déjà : « D’abord, on ne me convoque pas ! » assène Castaner. Or, personne ne le convoque puisqu’il s’agit d’une « invitation » dont l’objectif est de nouer « une discussion et un échange respectueux ».

 

Il faut être vraiment à cran pour confondre une invitation avec une convocation… Une fois sa bille crachée, Castaner redevient un peu plus normal : « Le dialogue est constant entre nous, il faut qu’il soit respectueux et j’invite chacun à entrer dans ce cadre là, a poursuivi le ministre. Mais je peux vous dire qu’hier les échanges avec le secrétaire d’État italien se sont bien déroulés (…) Je suis prêt à l’accueillir aussi ». Bel esprit d’ouverture dont fait finalement preuve notre Castaner national, mais il reste à côté de ses pompes. Quand quelqu’un vous invite chez lui, vous lui dites oui ou non. Répondre à la place, « je t’invite aussi chez moi » n’a que très peu de sens. Castaner se montre plus grossier que ceux qu’il veut faire paraître pour d’affreux anti-démocrates. C’est bien triste.

 

Et pour conclure, il est important de rappeler à notre ministre que certains sont en droit de le convoquer et le font. Il s’agit des sénateurs français qui essaient de démêler le vrai du faux dans le scandale Macron-Benalla. Un scandale que le ministre de l’Intérieur est chargé de contrôler. L’explosion a malheureusement pour lui déjà eu lieu et de toute manière Castaner ne serait pas doué pour mettre et garder la poussière sous le tapis. C’est le syndicat de police Vigi qui l’affirme. Selon lui, Castaner aurait sciemment couvert les agissements d’un médecin inspecteur régional. Ce dernier vient d’être placé sous contrôle judiciaire pour des agressions sexuelles. Castaner aurait couvert les affaires et même fait envoyer le lanceur d’alerte en conseil de discipline. Espérons pour Castaner que ce ne soit que des rumeurs infondées, car avec un tel dossier supplémentaire sur le dos, comment rester ministre de l’Intérieur ?

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    CASTANER . Crédibilité du kéké ! zéro
    le mépris pour le peuple ?
    DANGER . STOP LES ROBOCOPS .'(( ARMES /POLICES ))
    les impuissants de la Ripoublique PLUS SIMPLE POUR EUX
    de frapper le peuple sans arme !
    que faire LA LOI Contre des KALACHS / SABRES /POIGNARDS .
    De ceux qui tuent LA FRANCE .
    EN INFILTRATIONS CHEZ NOUS . des égorgeurs / casseurs
    bruleurs / + les ULTRA GAUCHES /ANTIFAS TOUJOURS LIBRES
    BORDEL D’ETAT . OUI .
    MACRON = LUI fait discours pour des jeunes ? Fils de +++
    qui porte des gâteaux au petit chose de L’ELYSEE ??????
    DEBAT DU GATEAUX . A PISSER DE RIRE ./

  2. Bluesun dit :

    Il devient urgent pour le bien de la France, et des français, ainsi que de l’Europe, puisque ce tout est noyé dedans.

    Que place nette soit faite de tout ce qui nous sert de “président” novice, et autres novices formatés à son image.

    Incompréhensible, qu’une porte de dégagement ne soit pas prévue dans le contrat d’embauche d’un élu.

Laisser un commentaire sur amazonia