Macron squatte les médias et attise la colère du peuple

Rédigé par notre équipe le 09 février 2019.

Lors de l’annonce très embrouillée de la tenue du grand débat, les Français ont immédiatement compris qu’il s’agissait d’un enfumage politique de haut niveau. Personne n’avait pourtant vu venir un tel degré de matraquage. Macron est sur toutes les chaînes – comme d’habitude sauf qu’il l’est en direct pendant plus de 6 heures sans interruption et ce deux fois par semaines. Macron est partout avec pour seul objectif d’effacer une réalité peu flatteuse.

Lors du premier débat animé par Macron, toutes les caméras de France ont filmé sept heures durant un show encore jamais vu. Un président français qui monopolise la parole pour répondre à des questions convenues posées par des maires triés sur le volet. Un exercice que n’osent même pas les pires « démocratures » tant décriées par Macron le démocrate sauce nouveau monde. Curieux, les Français ont été nombreux à regarder le début de ce show avant de comprendre qu’il n’y avait décidément rien à retirer d’un type qui fait sa cuisine politique en compagnie de ses amis milliardaires. Désormais, les Français évitent soigneusement d’allumer leur poste de télévision pour ne pas devenir fous de colère. 

Macron noie le grand débat

Les gilets jaunes ont été accusés de n’avoir aucune colonne vertébrale. Pas de mot d’ordre clair, des propositions parfois contradictoires, pas de chef bien identifié. Bref, il est impossible de parler avec les gilets jaunes selon le pouvoir. Impossible de parler avec les classes moyennes et populaires alors la Macronie s’ingénie à ne pas leur adresser la parole. Seules les insultes pleuvent et les paroles sont adressées à tout le monde sauf à ceux qui se révoltent. Les grands patrons étrangers à Versailles, les banlieues, et maintenant les jeunes. On déroule les discours d’auto-plébiscite devant des publics captifs qui se disent que pourquoi ne pas gratter un petit quelque chose en surfant sur une vague jaune dont ils sont au mieux complètement indifférents.

Regarder soixante minutes de « débat » sur la trentaine d’heures de direct imposée par Macron suffit pour comprendre qu’il n’y a rien à attendre de ce petit marquis (expression chère à son ami Benalla). Il y a toutefois quelques éléments glanés qui illustrent la personnalité d’un chef de l’Etat qui déteste la chose publique. S’adressant à des jeunes, il leur dit « Si vous voulez vivre bien en gagnant bien votre vie, je ne vous recommande pas de faire élu de la République ». C’est bon, on a saisi que Macron faisait plus de pognon de dingue à raconter tout et son contraire en qualité de banquier d’affaires. Ce panier percé sans le sou vit désormais au crochet de l’Etat, mais n’est pas satisfait de sa condition. On croirait revivre les pires heures de la sarkozie ! Qu’il démissionne et qu’il fasse des conférences payées rubis sur l’ongle !

Cette petite sortie passée inaperçue dans la plupart des médias (ils préfèrent retenir de ce vide le petit tacle d’un jeune sur l’équipe de foot de cœur de Macron) est symptomatique d’un individu qui n’est pas là pour les autres, mais pour son bien à lui et à ceux qui l’ont mis aux affaires. Le président des riches qui en vient à recadrer son ministre des Comptes publics qui après avoir fait courir le bruit que la peste brune était de retour s’est dit qu’il allait redorer son image en grattant un peu de fric dans les niches fiscales pour riches. Trois fois rien, juste de quoi faire de la comm’. Faute grave ! Avec Macron, on ne fait pas de la comm’ en faisant peur au 1 % qui l’a permis de prendre le pouvoir. Darmanin ferait bien de s’en souvenir s’il veut garder sa place. Les Français eux, le savaient déjà et c’est pour cela qu’ils sont dans la rue ce samedi.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    ça a failli s’appeler référendum d’initiative populaire RIP (requiem in pace) 🙂

  2. Bluesun dit :

    Alors que les pensées du Macron sont aux prochaines
    Européennes, histoire de meubler un “grand vide”, Macron occupe tout l’espace en “grands blabla” durant des heures.

    Tout y passe, Les jeunes, les vieux “qu’il prend pour des enfants”, tous passent à la moulinette du tam tam du vent.

    D’effets de veste, en effets de manches, Macron telle Bagheera dans le livre de jungle tente d’endormir son peuple.

    Le Macron lui, ne dort pas, car il sait qu’un loup couché ne gagne pas de proie.

    Macron est sur toutes les chaines TV, et quand il n’y est pas, c’est encore du Macron qui tourne en rond dans toutes les bouches des médias.

    Macron fait du Macron non stop. Plus le peuple en demande la démission, et plus ça rend sourd le Macron.

    Bien évidemment que plus le Macron devient sourd, et plus le Macron dit : qu’il est impossible de parler avec le peuple.

    Le Macron ne peut entendre le peuple qui pleure sur 40 années de jeu de DESTRUCTION, puisqu’il est “l’élu” broyeur qui doit terminer le travail.

    Macron, moulin à paroles en marche, brasse du vent dans des grands débats sans fin ; pour finir par dire qu’il est lui même “un pauvre gilet jaune”. Macron est l’élu, qui fabrique des pauvres à son image.

    Mais c’est là ; que le leurre ne fonctionne plus. Macron le novice jeunot, à beau faire son show durant des heures pour ré-endormir le peuple, il n’arrive pas à la cheville de tous ses prédécesseurs.

Laisser un commentaire