Gilets jaunes – Acte XVI : la marée reviendra plus forte

Rédigé par notre équipe le 04 mars 2019.

Le 16e samedi de mobilisation n’a pas été à la hauteur des attentes. Le nombre de manifestants est visiblement en baisse même si les chiffres du ministère de l’Intérieur n’ont, comme chaque semaine, aucune crédibilité. Les gilets jaunes sont moins présents, mais ils ne sont toujours pas rentrés chez eux, la défaite en bandoulière. En fait, ce reflux prépare certainement une prochaine marée haute lorsque le sketch du grand débat sera enfin terminé et que les Français encore crédules auront compris que le pouvoir reste sur la même ligne : ultra-libéralisme économique et progressisme sociétal. Un cocktail dangereux dont ne veut plus le peuple. 

Est-ce l’effet voiture de Castaner ? L’Acte XVI des gilets jaunes n’a pas été un franc succès. Au-delà des chiffres du ministère de l’Intérieur qui prétendent que moins de 40 000 manifestants étaient réunis dans toute la France, il est certain que les cortèges étaient plus clairsemés. On sabre le champagne au Gouvernement et à l’Elysée, mais la joie pourrait bien être de courte durée. En effet, le grand débat (tragi-comique) arrive à sa fin et cela signifie que des mesures vont devoir être annoncées. Macron et ses sbires, indécrottables, vont alors essayer de nous faire croire que les Français veulent un Code du Travail « plus flexible» et la GPA. Des slogans jamais entendus dans las cortèges, mais qui ont certainement été demandés avec force dans le million de « contributions » recensées sur le site du grand débat…

La police d’Etat continue son travail de sape

Un site qui pose toujours autant problème. Mis sous la tutelle d’un Gouvernement qui compte les choux et les poireaux pour aboutir au très symbolique million de contributions, le site n’est qu’un des maillons d’une vaste escroquerie intellectuelle. La persévérance a du bon pour le Gouvernement puisqu’après un mois et demi d’enfumage à doses industrielles, la mobilisation des gilets jaunes est moins forte. Macron pense que c’est le début de la fin du mouvement – c’est pour cela qu’il se permet de reprendre les insultes – alors qu’il se pourrait bien que ce reflux soit annonciateur d’une vague printanière spectaculaire.

 

Quand les Français verront les conclusions délirantes de l’exécutif et que la fin du mois arrive toujours aussi rapidement dans les porte-monnaie, la moutarde pourrait bien leur monter au nez. Une colère froide qui n’est en rien synonyme d’actes de vandalisme dont les auteurs commencent (ô miracle !) à être désignés sans recourir à des batteries de mensonges. On a ainsi pu assister à une scène unique et cocasse dans l’histoire de BFM TV ce samedi. Le « spécialiste police-justice » a commencé par tenir des propos qui s’approchaient dangereusement de la réalité pour un tel média. En substance, il disait qu’au début du mouvement, les groupes d’extrême droite avaient servi de bouc-émissaires pour cacher la réalité de violences issues des rangs de l’extrême gauche. Des anarchistes dont les graffitis ne laissent aucun doute et qui sont plus que jamais les seuls à mettre le bololo. Edouard, même BFM est plus proche de la vérité que toi !

 

Désormais, quand on parle de violences, la police n’est jamais loin. Ainsi, malgré le cortège parisien très pacifique, au moins une attaque par LBD en plein visage et à distance très rapprochée a été dénoncée. Une enquête a été lancée et il faudra attendre des mois pour espérer un semblant de justice… Une mâchoire défoncée sans raison à Paris et un député matraqué sans sommation par les CRS à Bordeaux. Au moins, un dignitaire de la France insoumise s’est mis involontairement dans les chaussures du peuple – ça fait mal ! Pour ne pas être la cible innocente de flics qui ont l’aveuglement conscient de Castaner en guise de garantie, il faut peut-être suivre l’exemple malheureux de ce jeune homme de vingt ans venus manifester à Paris avec deux drapeaux, un masque pour se protéger des gaz de la police et un gilet jaune. Un attirail extrêmement dangereux selon les forces de l’ordre qui l’ont mis de suite au trou ! Un bel exemple de liberté d’expression et de circulation dans un pays où le pouvoir est plus que jamais dans un repli autoritariste malgré le grand débat. Les mauvais mots de Macron ne peuvent cacher les maux de tout un pays.

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. yellowdog dit :

    OUI!!!!
    Nos gilets jaunes ne sont pas au placard,on attend la suite et surtout des réponses à nos vraies souffrances
    Attention Macron

  2. zelectron dit :

    Je m’inscrit en faux contre la première partie de votre assertion : le pouvoir reste sur la même ligne : ultra-libéralisme économique et progressisme sociétal. L’ultralibéralisme économique signifierait 1 à 2 millions de ponx* en moins et donc moins d’impôts (une immense bouffée d’oxygène (3,5 x 10^11 €) pour que les entreprises soient à même d’investir de leurs propres deniers et que l’industrie, l’artisanat, l’élevage et l’agriculture reprennent des couleurs.

    *ponx = fonctionnaire-ponctionneur.

  3. le malien dit :

    toujours en train de pleurnicher, trop de taxes, trop d’impôts
    mais vous êtes bien content de toucher des allocations et de ne rien payer lorsque vous allez à l’hôpital pour vos petits bobos

    • francois dit :

      non les soins ne sont pas gratuits, l’employeur, le travailleur paient des cotisations pour la maladie,ainsi qui la mutuelle qui n’est pas gratuite
      la seule gratuité des soins qui existent c’est l’AME pour les clandestins

  4. Bluesun dit :

    Macron “démolitionman ” en marche, fait tourner l’eau du barrage au vinaigre.

    C’est la première fois qu’un jeunot, déchaine autant de haine à son encontre.

    En fumage d’un débat dit “grand”, pas dans l’inefficacité puisque le jeunot novice a dit dès le lancement de son “jeu-débat”, qu’il ne lâcherait rien, aux RIENS.

    Qui peut alors, encore croire aux dires, du jeunot menteur ?

    Le peuple se révolte parce qu’il croule sous les taxes et impôts, qu’importe puisque le mouvement malgré le déploiement d’idées à la gomme pour essayer de le dégommer, ne s’essouffle pas.

    Seule stratégie trouvée pour raviver le feu de la colère ?
    La provocation, via les augmentations des taxes, et impôts, carburant, cigarettes, et autres suivant la rage de celui qui ne veut voir, ni entendre

    Pour le reste des doléances, le jeunot demande que le peuple les inscrivent sur le cahier des maires.

    Et comme disait Coluche : “Ecrivez-nous de quoi vous avez besoin, on vous expliquera comment vous en passer”….

    Comment s’étonner alors, que la colère du peuple fasse la multiplication des gilets jaunes.
    (Ce qui fait voir tout en rouge le Macron).

    Encore un peu, c’est lui même qui va cracher le feu, qu’il cherche à allumer…..

    Une chose est certaine, se passer du Macron qui ne sert à rien à part fabriquer des RIENS, n’a plus rien à faire sur le fauteuil de l’Elysée.

    Macron
    DEMISSION.

  5. amazonia dit :

    MANIFS ? CHAQUE PEUPLE avoir le droit de MANIFS ? OUI
    FRANCAIS MANIFS EN FRANCE . LOGIQUE .
    ALGERIENS ? MANIFS EN ALGERIE /
    MAROCAINS . MANIFS AU MAROC /
    TUNISIENS .MANIFS EN TUNISIE / ETC +++AFRIQUE nord et sud
    STOP LES DRAPEAUX ETRANGERS A PARIS .
    AVOIR EN FRANCE UN ETAT DE DIRIGEANTS .
    (( des nouilles bouillies ))
    STOP = (( double jeux /double nationalité ))
    AVOIR des ANCETRES / RACINES / UN PAYS .
    STOP LES COUCOUS PARASITES . LA FRANCE en crève ./

  6. Bluesun dit :

    Ha! ha! ha! très drôle amazonia l’image de nouilles bouillies, j’ajouterai au cerveau ramolli….

    La nouille tellement bouillie, et le cerveau tellement ramolli, que les revoilà tous revenus, pour faire front afin de remettre un tour de clé dans la peur du retour à la guerre, si jamais les élections européennes ne donnaient plus dans le jeu de DESTRUCTION.

    Ils ont compris que Marine, n’est plus le dé à lancer, ça ne fonctionne plus. Hitler la guerre, l’étoile jaune, nada, ça fait plouf. Hé ouais, barrage oblige…

    Alors Hollande revient, Ségo revient de la banquise, et d’autres pour ressortir d’outre tombe une phrase de Mitterrand qui disait que : le nationalisme, c’est la guerre.

    Rigolo d’entendre cela de la bouche d’un Hollande, qui disait alors que son fessier était posé sur le fauteuil de l’Elysée, que “la France sans aucune déclaration, était en guerre, et qu’il fallait vivre avec la peur, mais pas la domination de la peur”.

    Quant à Ségo, elle confond bonnets rouges de son époque pour cause déjà d’éco taxes, avec les gilets jaunes pour cause de ne plus pouvoir vivre décemment. (ce matin elle était l’invitée de France 2 à télé matin, pour sortir cette ânerie).

    Et oui, en politique non seulement on ne meurt jamais, mais en plus réchauffement climatique oblige, on ne gèle pas non plus sur un coin de banquise.
    En revanche aucun tarissement dans la sortie de bourdes, ou de semer continuellement la peur, ou mieux encore l’entretenir, pour arriver à ses fins via la DESTRUCTION TOTALE….

    Hitler est mort, Mitterrand est à l’identique, mais reste les autres meneurs du jeu.

    Les gilets jaunes, peste brune, Hitler, étoile jaune, ne semble plus d’actualité pour les européennes…

    Juste Mitterrand, nationalisme, guerre, et le bon travail du Macron….

    Et si la peur de la guerre, ne fait toujours pas le jeu, sont-ils capables de faire l’annulation des européennes ?

    Un peu de magouille pas visible, beaucoup de magouilles malgré la poudre de perlimpinpin, peut devenir très visible…

    Avec le retour aux frontières, à la fin de la guerre, nous avions retrouvé paix, fierté, liberté, joie de vivre, et peuple souverain dans son pays grâce aux retour de nos frontières, et l’ennemi invité au retour dans les siennes.

    Sans plus aucune guerre, travail retrouvé, fierté de vivre du fruit de son travail, la confiance dans les lendemains, rendait vie insouciante et confiante.

    1981, Mitterrand nous promettait des lendemains qui devaient chanter, protégés par le plus jamais de guerre.
    Alors, les frontières son retombées pour que la France 40 ans après se noie chaque semaine dans un bain de sang, pour cause d’oser dire qu’elle à faim….

    A présent, on vient encore nous chanter que le nationalisme c’est la guerre…

    Ils ne manquent vraiment pas d’air….

    Ségolène, qui se présentait aux élections présidentielles et ne savait même pas combien la France possédait de sous marins….
    Sur toutes questions posées dont elle ne savait répondre, elle répondait qu’elle demanderait aux partenaires sociaux…

    Un champ de novices, qui a débouché sur un nid de novices..

    A part infiltrer la peur, ils ne savent RIEN.
    Mais une formidable usine à fabriquer des “abrutis”, et des RIENS.

Laisser un commentaire