Gilets jaunes : Acte XVIII – Les Champs-de-la-casse

Rédigé par notre équipe le 18 mars 2019.

La start-up nation serait-elle en train de brûler ? A l’image des Champs-Elysées qui ont cramé sous les yeux de la police et de la France entière, la Macronie dégage cette odeur insupportable d’un corps calciné. Personne pour éteindre le brasier, car avec un Castaner plus équipé pour écumer les boîtes de nuit et un Macron qui se prélasse au ski histoire de faire les pages intérieures de magasine people, il n’y a pas grand-monde pour s’occuper du pays. Voici, Closer et compagnie se portent à merveille, la France un peu moins.

Castaner et la Macronie sont pris à leur propre piège. Les gilets jaunes se seraient que quelques poignées de séditieux prêts à faire sauter la République, mais ces quelques poignées suffisent à mettre le bololo sur les Champs-Elysées. Autre problème, le Gouvernement confond toujours aussi sciemment les gilets jaunes et les casseurs professionnels. Des casseurs enfin qualifiés d’extrême gauche par l’ensemble de la presse. Il aura fallu quatre mois aux fins limiers du journalisme français pour faire le rapprochement entre symboles et graffitis anticapitalistes avec les Antifa et autres destructeurs d’extrême gauche. Encore un effort de la part du Gouvernement, et ce dernier pourra arriver à la même conclusion. En attendant, il mène l’enquête sur les « dysfonctionnements » qui ont émaillé l’acte XVIII des gilets jaunes…

Castaner toujours plus incompétent

La semaine dernière, le Gouvernement et ses relais médiatiques n’ont pas arrêté de dire que l’acte XVIII serait le chant du cygne et que des débordements étaient particulièrement redoutés. Tous les services de Beauvau étaient en alerte, mais quand l’incompétence règne, ce sont 1 500 casseurs qui s’en donnent à cœur joie. Résultat, des images d’apocalypse sur les Champs-Elysées (la soi-disant plus belle avenue du monde), des policiers chassés par les black-block et environ 80 commerces saccagés, pillés ou réduits en cendres. Le bilan est lourd, mais il n’y a jamais de responsable pour répondre de cette incurie.

 

Castaner croit depuis plusieurs semaines que le rôle d’un ministre de l’Intérieur est de mettre le plus d’hommes possibles sur le terrain sans leur donner l’ordre d’extirper les fauteurs de troubles. Il y a plus de policiers et de gendarmes que de manifestants, près de 50 fois plus que de casseurs, mais ce sont deux kilomètres de l’avenue la plus célèbre de Paris qui partent en fumée… Il faut croire que la police est devenue fort incompétente en l’espace de quelques mois ou qu’elle reçoit des ordres inavouables de laisser-faire. C’est ce sentiment qui règne au sein de la plupart des syndicats de police, mais chut ! Il ne faut rien dire, car la Macronie continue de faire peur et qui sait, les primes promises finiront peut-être par être payées…

 

Dans n’importe quel pays démocratique, un ministre de l’Intérieur aurait démissionné depuis longtemps. Le saccage de l’Arc de Triomphe, les bavures en nombre, les insultes à l’encontre des Français, tout cela aurait dû mener à la démission de Castaner. Les faits de ce samedi 16 mars ne font que confirmer que sa place est ailleurs. Il faut quitter Beauvau au plus vite et se reconvertir en animateur de soirée ou en dégustateur d’alcools forts étrangers. Il y a mille et une activités à exercer, il suffit de traverser la rue et d’avouer préalablement qu’on n’a pas les épaules pour être le premier flic de France. Même Colomb l’a fait alors Cricri le tombeur peut bien le faire aussi !

 

Castaner doit partir et Macron doit rentrer à Paris. C’est chose faite depuis samedi soir, mais il aura fallu qu’une partie de la capitale soit en flammes et que des habitants manquent de mourir dans les incendies pour que sa Majesté daigne écourter ses vacances au ski. Les photos circulent abondamment (il faut bien remplir les pages people intérieures après avoir attiré l’œil avec un ministre bourré sur le dance floor) et tombent vraiment mal. Elles sont en fait symptomatiques d’un pouvoir qui prend sa charge à la cool alors que la France brûle au sens propre comme au figuré.

 

Si des pillages et des incendies volontaires sont à déplorer au cœur de la capitale, c’est peut-être parce que les discours menaçants contre les gilets jaunes auraient dû être faits à l’encontre des casseurs. Cela fait quatre mois que l’exécutif laisse faire, mais au bout d’un moment, la stratégie du « tous les gilets jaunes sont des pyromanes » ne fait plus effet. La corde est tellement usée qu’on parle désormais de « dysfonctionnements ». Des fusibles annexes vont bientôt sauter et Castaner devra avoir les idées épargnées par la vodka pour répondre intelligiblement aux questions des sénateurs. Une mission difficile pour un homme qui préfère faire la fête quand la France crève sous les coups de la Macronie et des black block.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    UN ETAT ? DE LA HONTE .
    LES SUPERS CASSEURS qui sont actifs depuis des années
    chez nous ! TOUJOURS LIBRES ? PROBLEME ? OUI .
    UN ETAT . certainement complice du laisser faire comme
    de coutume et mettre en accusation = LE PEUPLE /MANIF .
    Comme pour le 1ER MAI .avec LE BENALLA . Mercenaire d’état
    qui agresse des manifestants ???
    BENALLA HORS LA LOI ses AMIS ? DES MAFIEUX =videurs
    de bt de nuits / etc mêmes contact que CASTANER
    Avec les joueurs de poker menteur +++ARMES + COFFRE ?
    IL EST OU ? LE COFFRE ? CASTANER le cherche ! MDR ?
    LES 2 GUGUS ayant plus de potes douteux +HORS LA LOI ++
    ALORS LORSQUE UN GOUVERNEMENT MET EN PLACE
    DES RIPOUX . ??? DEMISSION ET VITE ./
    SCANDALEUX .

  2. diba0007 dit :

    Hallucinant la manip du gouvernement pour déstabiliser le mouvement des GJ.
    Ils furent:
    -Nazis
    -Antisémites
    -Ex-droite et chemise brune
    En réalité les ordres sont de laisser l’extrême gauche foutre le bordel, avec l’aide des citées.
    Ces méthodes existent depuis les affaires d’Algérie, et sont exploités par chaque gouvernement, aujourd’hui par les apprentis sorciers de Marconien. La Barbouzerie qu’ils disent.
    Le Français prend peur et votera Macron pour avoir la tranquillité.
    A moins que la situation échappe au gamin de l’Elysée et a son pitoyable Castagnette.

Laisser un commentaire