Education nationale : pas loin du zéro pointé

Rédigé par notre équipe le 11 avril 2019.

Tout le monde le sait, peu de gens aux manettes le disent et surtout personne ne fait rien. L’école française est tombée dans un gouffre depuis plusieurs décennies et au lieu de tenter une remontée, le système creuse plus profondément. La presse relaie de nouvelles études montrant que la grande dégringolade n’est pas un délire de vieux grincheux, mais une réalité qui se paie chère pour les nouvelles générations avec une traduction politique des plus visibles.

En l’espace de quelques jours, deux études portant sur le niveau en mathématiques et en langues étrangères des élèves français ont été publiées. Peu de surprises si ce n’est de constater que même à force de chuter, le niveau des élèves sombre toujours plus. Les raisons sont connues depuis longtemps, l’Education ne fait absolument rien pour enrayer le phénomène. Pire, elle y contribue ! Bref tour de table d’une agonie du savoir dans les écoles françaises.

L’égalitarisme dans la nullité

La marche effrénée vers le progrès vendu à longueur de temps par les médias et leur pendent politique macronien évite ostensiblement de franchir les portes des écoles françaises. Dommage, car c’est là que se joue le sort des jeunes générations et de la France de demain. La faute n’est pas à mettre sur le dos d’un Etat trop pingre puisque l’Education nationale engloutit les milliards sans aucun résultat. Le problème vient plutôt de la philosophie égalitariste. Tout se vaut, tous les élèves doivent être au même niveau et ceux qui sont en dessous sont tractés vers le néant en tirant les autres au passage. Le BAC pour tous, et diplômes donnés dans une pochette surprise ont des effets désastreux.

Personne ne doit se sentir nul, alors la solution de facilité est de rendre tous les élèves mauvais. Une politique qui fonctionne puisqu’il apparaît que les élèves sont encore plus nuls en mathématiques qu’avant (en particulier le calcul mental). Les méthodes d’apprentissage ne sont pas bonnes et quand on interroge des professeurs de maths on se rend compte de la crise dans laquelle est plongée l’Education nationale. Les vocations sont de plus en plus rares et on le comprend ! Pourquoi étudier les sciences pendant des années pour se retrouver sous-payé au fin fond d’une ZEP où faire cours 20 minutes sur 60 relève de l’exploit ? Il y a mieux à faire, alors l’Education nationale recrute via Pôle-Emploi des gens non qualifiés, qui ne savent guère compter et qui doivent enseigner le calcul à de jeunes élèves…

C’est délirant, mais c’est la réalité d’une école française où toutes les matières sont sacrifiées sur l’autel de l’égalitarisme. Les études montrent que le niveau en français est catastrophique, l’histoire ne compte déjà plus et les langues étrangères continuent d’être enseignées de travers. C’est le sujet de la seconde étude qui nous intéresse ici. Les collégiens auraient progressé en compréhension écrite pour ce qui est des langues étrangères. Un bon point toutefois loin du compte, car une langue est d’abord faite pour être parlée. Et là, le plongeon ne s’arrête pas depuis des années. A la sortie du collège, 75 % des élèves n’arrivent pas à se faire bien comprendre en anglais. Bien comprendre d’ un professeur parlant français… Ne parlons pas des locuteurs natifs…

Notre président est un bon exemple de cette difficulté à assimiler correctement et à s’exprimer en se faisant comprendre. La biographie officielle du président veut qu’il ait négocié de juteux contrats dans la langue de Shakespeare. Une belle infox au regard des compliments déplacés qu’il fait aux femmes de Premiers ministres étrangers… En fait, Macron est un pur produit de l’école républicaine (l’expression qui fait bien, mais qui ne veut rien dire). Nul en langues étrangères, sous-doué en mathématiques (il suffit de regarder son bilan en qualité de ministre des Finances et de président de la République), il n’y a guère que le français qu’il maîtrise plutôt bien même s’il est préférable de ne pas faire d’analyse de sens. Brizitte n’a pas fait du si bon boulot ! A force de chuter, ce sont des Macron qui se retrouvent en haut de la pyramide. Glaçant !

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    Bientôt le recrutement des enseignants à Bac -5 tant la profession a du mal à recruter mais avec “the” = très hautes études en marxisme-léninisme-trotkisme-stalinisme et autre maoisme (p’ti liv-rouge)

  2. amazonia dit :

    EDUCATION ? LE GRAND FLOP .
    et cerise sur le gâteau !
    pour les misérables de certains secteurs ?
    CANTINE A 1 EURO ? (( des pauvres ))
    des doutes les grand frères =portables derniers modèles +
    fringues de foot ! grandes marques+ jeux vidéo +++
    ALORS L’ENFUMAGE des pauvres ? MDR.
    Nos impôts /taxes ! pour NOUS .

  3. Bluesun dit :

    40 ans que l’éducation est tiré vers le bas.
    “En même temps”, qu’ils tuaient l’emploi.

    L’instruction devenait inutile, puisque plus d’emplois.
    Est décrété que tout le monde tout en étant novice, peut tout faire.
    Même président de la république. Ou, au gouvernement.

    Une sorte de boulot de fabriquer des RIENS.
    Mais comme, c’est un “sait rien”, qui fabrique, on peut en arriver au salaire universel.

    Besoin de rien, envie de tout, on nous explique comment nous en passer, et si on ne comprend pas, on tire dans le tas.

    Le fameux tous à l’identique….
    Fabriquer des cons, pour qu’ils deviennent des RIENS.
    Ca, c’est le “nouveau monde”…

    L’ancien monde ?, c’est très ringard…..
    On y sortait des écoles, de l’instruction, de l’intelligence…

    Mais à la tête, il y avait de l’intelligence, de l’instruction…
    Et des diplômes, beaucoup de diplômes.

    Volonté du tous pareil, mais tiré vers le haut.

    Et oui, nous sommes dans les lendemains qui devaient chanter de Mitterrand…
    Mais lui, il dort tranquille, mais lui, il s’en fout bien…

    Si DE GAULLE fait ventilateur…
    Mitterrand, c’est tout le contraire….

  4. Lopez dit :

    Quand on voit pour le recrutement du CRPE! On nous demande de faire une analyse de texte sur l’altérité ! Ça va vachement nous servir pour enseigner! Je suis suppléante depuis 7 ans j’ai eu une inspection avec un très bon retour et on me répond: vous êtes fait pour faire ce métier mais je ne peux pas vous titulariser alors allez passer le concours! Et quand vous voyez les gens qui passent le concours et qui ne sont pas fait pour ça et qui démissionnent après on se demande si un concours est bien nécessaire! Une formation adaptée sans concours serait le mieux.

  5. amazonia dit :

    EDUCATION ? ON CE MOQUE DE QUI ? EN FRANCE .
    APRES 1 EURO pour la cantine !
    LA PISCINE ? vaste rigolade !
    Ceux qui ne vont pas nager ? Apprendre a nager ?
    SPORT . DE FAMILLE . ACTION PRIVER
    ne regarde en aucun cas L’ECOLE .
    Savoir lire /écrire ? DEJA MAXI MERDIER .ALORS ? NAGER ?
    Ne pas confondre EDUCATION
    ET SPORT PRIVE . UN PROBLEME POUR LES PARENTS ./
    A LA PLACE DU FOOT ?
    LES PARENTS PEUVENT LES CONDUIRE A LA PISCINE ?
    ON CE MOQUE DE QUI ?
    Comme de coutume ! DES FRANCAIS =TAXES /IMPOTS ++++
    L’ETAT n’est pas une nourrice c’est notre pognon ! OUI .

Laisser un commentaire