De la cécité insoumise à la vision du Rassemblement national

Rédigé par notre équipe le 16 mai 2019.

melenchon_lacoste

La campagne des européennes n’est pas difficile que pour le parti au pouvoir. La France insoumise et son chef continuent d’être dans le creux de la vague. Deux ans après s’être imaginé président alors qu’il n’a terminé que quatrième de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon peine à rameuter ses troupes et encore plus ses électeurs. Les sondages sont moroses et n’étant d’aucune utilité au système pour le moment, il est condamné à végéter dans les limbes de la politique. Son parti ne décolle pas, ses affidés fuient même le navire et le coup d’éclat d’Andréa Kotarac constitue peut-être la fin des derniers espoirs mélenchoniens.  

L’histoire aurait-elle tendance à bégayer au cours d’une campagne des européennes qui n’intéresse pas grand monde finalement ? Tous les partis se disent mobilisés, mais le cœur n’y est pas et les baudruches gonflées en 2017 à l’occasion de la présidentielle n’attirent plus. Pire, elles ont un effet repoussoir. A tel point qu’on vient d’assister à un épisode presque digne du drame qui s’est joué en 2007 entre Eric Besson et Ségolène Royal. Entre amours politiques déçus et programmes dangereux, le passage dans l’autre camp fait mal à celui qui a été abandonné.

Les Insoumis : une espèce politique en danger

« Mais qui donc connaît Andréa Kotarac ? » lancent en chœur les élus insoumis invités à commenter un fait politique assez spectaculaire. Entre les « il n’est personne » et « on ne le connaît ni d’Eve ni d’Adam » (pas très laïque cette réponse), on a connu des « orateurs » de la France insoumise plus bavards. Des commentaires qui ressemblent beaucoup à la phrase pleine de fiel de Ségolène Royal en pleine campagne présidentielle : « Qui connaît Monsieur Besson ? ». Une remarque acide qui lui avait valu un livre ravageur intitulé « Qui connaît Madame Royal ? » et qui avait contribué au déraillement d’une campagne aussi surprenante qu’inquiétante. Bref, les insoumis sont aussi mauvais joueurs que Ségo et ils pourraient bien ne pas être au bout de leur peine.

Mais que reprochent les mélenchoniens à Andréa Kotarac ? Ce dernier a « trahi » ! Le conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, a expliqué sur le merveilleux plateau de BFM TV qu’il fallait « faire barrage à Emmanuel Macron », et c’est pourquoi il appelait à voter pour la seule liste crédible et capable de remplir cette mission salvatrice : le Rassemblement national. Ouch ! Le coup est rude pour Mélenchon qui voit l’un de ses anciens aides de campagne partir en courant dans la direction opposée. Fini l’aveuglement gauchiste, place à la lumière venue du parti de Marine Le Pen. L’impossible s’est produit et la situation insupportable dans laquelle est plongé le pays a contribué à cette prise de conscience personnelle, mais encourageante pour que d’autres franchissent enfin le Rubicon.

Les Insoumis sont victimes d’une hémorragie de leurs partisans et élus, mais le départ de Kotarac est la cerise d’un gâteau que Mélenchon trouve forcément bien indigeste. Mais peut-il vraiment se plaindre, lui qui confectionne une troublante potion politique qui mêle gauchiste incapable de comprendre les préoccupations des petites gens et communautarisme de plus en plus visible ? Si la République, c’est lui, comme il aime à le hurler dans les oreilles des flics, mieux vaut passer à un autre régime. Kotarac, lui, passe dans le camp d’en face sans la peur d’être réduit à un déchet fasciste par ses anciens compagnons de route. Des épaules solides et un humour ravageur puisqu’il a expliqué que son objectif personnel était de « faire baisser le niveau du score de LREM au niveau du charisme de Nathalie Loiseau ». Un but très sain, mais malheureusement impossible à atteindre, car même les plus mauvais candidats ne peuvent pas obtenir de score négatif. Bravo à lui et espérons que Mélenchon et Loiseau finissent au même niveau. La France le mérite !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    Cécité ! ou infiltration ? DES DOUTES sur le GUS ?

    POUR UNE EUROPE DES NATIONS LIBRES . OUI .
    STOP UE . de juncker le pochtron et sa pote MERKEL
    AUGMENTATION TOUJOURS PLUS ESSENCE +EDF +++
    MACRON nous prend tous pour des CONS .

  2. amazonia dit :

    FRANCE
    6 MOIS DE GILETS JAUNES .
    Encore 3 MOIS ! et c’est l’accouchement en direct TV . MACRON
    DES MILLIONS de ceux qui ne sont RIEN ?
    ILS SONT LA et bien LA . dans les rues et chez eux derrière
    les TV . SOUTIENS . LE PEUPLE DIT STOP MACRON ./
    FRANCE DES NATIONS LIBRES . (( MACRON /UE c’est FINI .))

Laisser un commentaire sur amazonia