Chômage en France : un résumé de la stratégie macronienne

Rédigé par notre équipe le 24 mai 2019.

Pôle emploi ne désemplit pas

La pénible campagne des européennes a débouché sans trop de surprise sur une tactique à double détente adoptée par la Macronie. Il faut attaquer le Rassemblement national tout azimuts et se présenter comme le champion incontesté de l’écologie. Deux grosses ficelles qui ne font plus vraiment recette, mais les alternatives sont réduites. Il y a quelques jours, une tentative a bien été faite dans le domaine du chômage, mais elle a bien vite été stoppée car derrière les titres triomphateurs se cache une réalité qui ne doit surtout pas être dite.

Le chômage est en baisse ! Macron a trouvé la recette pour redonner du travail à tous les Français ! La solution était simple et a été comprises de millions de gens qui ont pu entendre le président dévoiler une technique imparable à un pauvre chômeur qui avait eu le malheur de se plaindre un peu : traverser la rue ! Un passage piéton de franchi et hop, c’est un (super) travail de trouvé. Et dire que l’Etat continue de payer des « conseillers » Pôle-Emploi… Et grâce à cette technique infaillible de traversée de rue, le chômage a baissé de 0,1 point au premier trimestre 2019. Une révolution macronienne à enseigner dans toutes les facultés d’économie…

Chiffres et comparaisons catastrophiques pour la Macronie

Parmi les nombreuses images tronquées et vendues sans le moindre scrupule aux Français, il y a celle d’un Emmanuel Macron qui comprend les rouages de l’économie et peut donc faire baisser la courbe du chômage. Et pour cacher un mensonge, il en faut un second. Ce sera donc la légende très attirante selon laquelle le chômage baisse. La preuve, il n’est plus qu’à 8,7 % de la population active. Les journaux ont repris ce chiffre comme des moutons sans vraiment se poser la question de la réalité de sa réalité et de la manière dont il a été obtenu.

Ceux qui persistent dans la macromania répètent en boucle que la flexibilisation du marché du travail (comprendre les coups de boutoir contre le modèle social français) décidée par ordonnances a donné l’impulsion nécessaire à une décrue historique. Car, très sûr de lui, Macron a déclaré il y a quelques semaines encore qu’il visait un taux de chômage de 7 % à la fin du quinquennat et même le plein emploi (c’est-à-dire seulement 3 % à 5 % de chômeurs) en 2025. Pour être une fois de plus trompé dans les grandes largeurs il faudra donc revoter Macron en 2022, mais pour le moment ce sont les élections européennes d’En Marche qu’il faut sauver du naufrage.

Pourtant, avec de tels chiffres, il n’y a pas grand-chose à sauver. Quel intérêt à faire tomber les derniers pans du système social français pour « gagner » 0,1 point sur un trimestre ? La France est toujours victime d’un chômage de masse avec un taux à 8,7 % et il suffit de gratter un peu pour comprendre que la situation est bien plus grave. En effet, les chiffres devant lesquels tombent en pamoison les macronistes cachent le fait que le chômage global a encore progressé au cours du dernier trimestre. La catégorie A a été nettoyée à coups de radiations et de basculements vers les catégories B, C, D et E. Il n’y a pas 2,4 millions de chômeurs, mais au moins 6 millions ! Et ce n’est pas la rhétorique sur les emplois vacants qui va changer quelque chose puisque les économistes sérieux estiment à 150 000 le nombre de postes non pourvus.

Bref, Macron et ses sbires sont toujours autant dans l’intox, mais que faire d’autres à la veille des élections européennes ? Eh bien, ils ont préféré ne pas surfer sur cette vague de comm’ trop longtemps de peur que les gens ne s’intéressent à la réalité des chiffres et se prêtent au jeu des comparaisons avec les autres pays de l’Union européenne. Un jeu auquel la France perd à chaque fois. Il faut dire qu’avec une des pires croissances de l’UE, le salut est encore loin. Selon les propres données de la Commission européenne, seules la Belgique, l’Italie et l’Allemagne auront une croissance plus faible que la France en 2019 ! Dur ! Il ne faudrait pas que les électeurs s’en rendent compte alors que le scrutin du 26 mai arrive à grands pas.

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    EN FRANCE ? STOP DICTATURE UE .
    DU TRAVAIL ? POUR QUI ?
    Les derniers COUCOUS qui débarquent chez nous !
    EN MARCHE vers toujours plus +++DE TAXES /IMPOTS
    esclavage économique ! UE . ESCLAVAGISTES
    SALAIRES PAYS DE L’EST UE .et SALAIRES SAGA AFRICA nord /sud
    LES FRANCAIS . CREVENT .
    MACRON . HORS JEUX . LES TRAITRES .
    STOP LES AIDES / ALLOC POUR TOUS LES COUCOUS de la planète
    stop Loiseau QUI FAIT SON NID dans le nid du voisin .

    • Bluesun dit :

      En parlant salaire.
      La mondialisation interdit l’augmentation des salaires.
      info su 25/01/2019.

      Macron, il dit quoi ?????
      Il dit RIEN…(il assume la mondialisation). lol.

  2. Bluesun dit :

    Laisser crever, n’est pas un crime pour un économiste.

    Le chômage, il en était déjà question sous Giscard.
    Il y avait alors 4 semaines de chômage en moyenne.
    Giscard disait que :
    “le gouvernement allait prendre les dispositions nécessaires pour enrayer le chômage.

    1981 arrive Mitterrand. Les emplois jouent les filles de l’air via la délocalisation, Europe oblige.

    1982, Mitterrand parle alors de gagner la bataille de l’emploi.
    La multiplication des chômeurs incessantes, provoque la multiplication des SDF.

    1993, Mitterrand dit alors :
    “contre le chômage on a tout essayé.

    Mais le sans frontières, et le libre échange, font que SDF se multiplient toujours, les travailleurs pauvres aussi, idem les pauvres.
    Arrive à son tour Chirac, lui, en 1995, parodie Mitterrand, et dit lui aussi :
    “gagner la bataille de l’emploi”.

    Quant à Sarko en 2007, lui parlait de vaincre le chômage.
    Hollande se disait :MOI PREDIDENT….Mais flop…

    Macron lui, n’a rien dit, à part vouloir dissoudre le parti FN. et vouloir plus d’Europe. Piètre programme.

    Fin 2015, alors que la SNCF annonce la perte de 1.400 emplois,
    Macron parle de jeu de DESTRUCTION, et dit sur BFMTV chez Bourdin “que tout va bien”. (Hollande disait la même chose).

  3. Bluesun dit :

    40 ans qu’on nous dit que le chômage baisse. Et plus il baisse, plus bizarrement il augmente. Pas faute des radiations faciles.

    Macron arrive en mai 2017.

    70.000 suppressions de postes dans la fonction publique, jusqu’en 2022. Info du 17/07/2017

    Haribo délocalise en Allemagne info du 04/04/2017

    NOKIA Supprime en France 600 postes info du 7/09/2017

    6 millions 1/2 de chômeurs, 10 millions de pauvres, 140.000 SDF info du 27/12/2017

    CASTO = 500 postes délocalisés en Pologne info du 14/11/2017

    Alsthom vendu au américains en 2017

    Peugeot supprime 1.300 postes info du 19/01/2018

    Carrefour supprime 2.400 postes info du 23/01/2018

    Carrefour ferme 273 magasins 2.100 salariés sans emplois info du 5/02/2018

    Le 4/05/2019, Carrefour annonce la suppression de 3.000 postes.

    2018 = la grande distribution a supprimé 10.000 emplois info du 19/04/2019

    AUCHAN met en vente 21 de ses magasins = 800 suppressions de postes info du 15/05/2019
    AUCHAN FERME TOUS SES MAGASINS EN ITALIE. info du 15/05/2019.

    AIR FRANCE supprime 465 postes info du 13/05/2019

    AIR BUS : supprime 3.500 emplois info du 03/04/2019
    Le patron d’air bus part avec un parachute doré de 36 millions.

    Hôpitaux suppressions de 800 emplois par an sur 4 ans info du 24/05/2019

    En 2018 = 566 SDF de décédés. info du 18/04/2019

    Ceci n’est qu’un échantillon….

    Mais, c’est le chômage qui baisse, ou c’est l’emploi qui par réchauffement climatique s’évapore ????

    Et quand il est conseillé au peuple de changer de trottoir pour trouver l’emploi “évaporé” sur 45 années, une fois le peuple dans la rue, on lui tire dessus parce que trop visible, ça dérange les magiciens qui font que l’emploi joue les filles de l’air. Crever oui, mais en silence….

    1981, l’entreprise de jouets JEF, délocalise en ITALIE.
    Depuis c’est la cata, en pauvres, en travailleurs pauvres, en SDF, en SDF décédés sur les trottoirs l’hiver.
    VIVE l’EUROPE-MONDIALISATION.

    Mais bien évidemment depuis tout va toujours bien.
    Et on dit que les français sont râleurs….

  4. Bluesun dit :

    Un oubli, en 2016, Hollande lance son plan d’urgence pour l’emploi.

    Sarko en 5 ans fait 1 million de chômeurs.
    Hollande 1 millions de chômeurs en 4 ans.

    Macron supprime 120.000 emplois aidés info du 2/07/2018

    Fonction publique 4.500 postes de supprimés en 2019 et plus de 10.000 en 2020 info du 26/08/2018

    Loi travail voulue par l’.UE = 22.000postes supprimés dans les hôpitaux jusqu’en 2017. (nous sommes en 2019 et c’est pas fini).

    Printemps 2013 la France perd 1.000 emplois jour.
    Hollande parle alors de retrouver le plein emploi pour la fin de cette même année.

    Dans l’Europe-mondialisation, puisque tout va bien, nous sommes donc en B N B

    Bonheur National Brut.
    Merci Macron…?????

    On vote dimanche, à nous de faire qu’il nous dise tchao…
    Mais info du jour, les détenus ont le droit de vote pour les
    européennes…elle n’est pas belle celle là ?

    “En même temps “en vrai”, Macron est à 6% (selon médiapart) dans les sondages.
    Il a le feu au cucu le jeunot.

  5. Bluesun dit :

    Chômage en France….

    En France, terre judéo chrétienne.
    Le dimanche est le jour du SEIGNEUR. Jour non travaillé, jour respecté par les croyants, ainsi que les non croyants.

    Depuis que la volonté en est à l’effacement de tout, et de faire que l’argent remplace tout, le jour du Seigneur devient peu à peu jour travaillé, et jour de repos non respecté.

    Avant on travaillait 40h, puis 39h, puis 35h, là forcément on travaille beaucoup moins, alors, faut nous dit-on, travailler plus pour compenser le temps, où avant l’on travaillait. Histoire de gagner plus.

    Donc pour gagner l’argent des 39h travaillés dans “l’ancien monde”, le dimanche travaillé se fait sous forme de volontariat, payé double.

    Sauf que quand le volontariat est refusé, c’est l’employé qui se fait dégager avec perte et fracas.
    Deux employées en ont fait les frais chez CORA cette semaine.

    On ne nous dit pas tout, depuis quand le volontariat est passé en mode obligation ?
    Et toujours les mêmes qui le bec enfariné, trinquent.
    Et se retrouvent au chercheur chez pôle emploi.

    Oui, le chômage est en baisse, c’est flagrant.

Laisser un commentaire