Européennes : Loiseau déplumée, LREM amnésique

Rédigé par notre équipe le 27 mai 2019.

Les élections européennes ont rendu leur verdict. Il est sans appel. Le Rassemblement national est le grand triomphateur et montre une nouvelle fois qu’il est le premier parti de France, n’en déplaise à la composition de l’Assemblée nationale. La victoire du RN constitue donc une défaite en rase campagne pour En Marche et sa désormais ex-égérie Loiseau. Les autres partis sont exsangues mise à part Les Verts qui sortent timidement la tête de l’eau. Le combat continue d’autant plus que le pouvoir a déjà fait savoir que rien ne changerait au lendemain de ce rappel à la réalité…

Avec 23,31 % des suffrages exprimés, le Rassemblement national s’est hissé à la première place des élections européennes en France. Près d’un quart des électeurs ont voté pour le parti de Marine Le Pen malgré deux années d’une présidence Macron qui aurait dû finir de convaincre les citoyens du génie de l’équipe au pouvoir. Pire, c’est donc près d’un quart des électeurs qui n’a pas fait « barrage à la haine » et qui l’a même nourrie. La victoire est d’autant plus spectaculaire pour le RN que tout avait été fait par Emmnanuel Macron et le système pour le déboulonner. RN arrive donc en tête devant En Marche qui ne recueille que 22,41 % des suffrages. Un score bien faible pour un parti qui a vampirisé tous ses concurrents et qui a voulu hystériser le débat.

Macron, une tête pour faire gagner ? Pari perdu…

Loiseau déplumée, c’est le Premier ministre qui a pris la parole en premier hier soir afin de commenter les résultats des élections européennes. Sa championne et une vingtaine d’autres de ses compagnons de route iront donc faire du mal à la France depuis Bruxelles (et accessoirement Strasbourg), mais le cœur n’y était pas hier soir. La victoire tant espérée face au Rassemblement national s’est transformée en seconde place et toute la rhétorique mise en branle depuis deux ans et renforcée au cours de ces dernières semaines a été balayée. Malgré les insupportables et incessants appels à « faire barrage à la haine », les électeurs se sont portés en majorité sur la liste du Rassemblement national.

L’hystérisation n’a pas fonctionné et plus étrange, la fable écologique racontée ces dernières temps aux Français a profité… aux Verts. Renaissants de leurs cendres, les écolos terminent à la troisième place avec 13,42 % des suffrages. Un score, certes faibles, inquiétant qui prouve que les moutons sont encore nombreux à croire que la course planétaire sera changée par des arrivistes citadins qui disent aux paysans comment travailler la terre et aux ingénieurs comment produire de l’électricité. Comme dans un réflexe pavlovien, des électeurs ont donc voté Europe Ecologie après quelques jours d’un discours lénifiant du pouvoir au son de « l’écologie, c’est important ». Les électeurs écolos n’ont pas donné leur voix à l’aspirateur En Marche, mais le problème est qu’ils le feront certainement lors d’une élection qui compte plus à commencer par la présidentielle et les législatives.

Le reste des 33 listes en lice a ramassé les nombreuses petites miettes. Les Républicains n’atteignent même pas la barre des 10 % (8,48 %), ce qui est logique étant donné qu’ils votent tous les textes européens qui finissent de tuer la France. Wauquiez aura eu beau mettre un bel ami aux yeux bleus pour ne pas endosser une défaite qui se profilait depuis longtemps, il devra rendre des comptes. Les insoumis sont plus ridicules encore. Ils se présentent comme la première force d’opposition à Macron et n’obtiennent que 6,31 % des voix. Le parti socialiste qui s’est donné à Glucksman pourrait presque crier victoire en obtenant plus de 5 % des suffrages (6,18 %) et donc quelques élus.

Seuls deux autres partis parviennent péniblement à dépasser les 3 % de suffrages – Debout la France et Génération.s – et auront le droit de voir leurs dépenses de campagne remboursées afin de survivre encore un temps dans une France politique en pleine recomposition. Ces résultats devraient être le commencement d’un tournant majeur dans la politique suivie par le pouvoir, mais non. La claque reçue par Macron doit servir de base à « l’acte 2 » du quinquennat. Plus de radicalité, plus de réformes anti-France, plus d’insultes envers ceux qui « votent mal ». Une conclusion jupitérienne dramatique qui appelle à d’autres revers bien plus cinglants à l’avenir pour ce pouvoir hautain et méprisant qui prétend apporter plus « d’humain » à sa politique…

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    LOISEAU / MACRON A DIT FAIRE UN DEBAT ? FAUX
    2 MOIS de voyage en FRANCE pour faire des promesses locales !
    2MOIS de discours pour la PUB/COM de L’UE /MACRON .
    REMBOURSEMENT DES FRAIS DE CAMPAGNE UE /MACRON . QUAND
    Magouilles / manipulations /selfies déplacements +++
    aux frais du BON et CON .peuple de FRANCE .
    MACRON =tricheur !
    ETRE PRESIDENT ? MACRON Déplacements scandaleux
    embrasse / caresse enfants / chiens / gd mère +++
    et embrasse aussi tête d’oeuf porte bonheur !!gd cirque
    MACRONADE PARTIE .
    2 MOIS DE FAUX DEBATS . PROMESSES pour des MAIRES +++
    ETRE HORS LA LOI et PRESIDENT EN MARCHE . CQFD .

  2. Bluesun dit :

    La vie des élections est long fleuve à barrage remous.

    Elections 2012, Mélenchon disait qu’il fallait mettre le FN derrière, loin derrière.

    Elections 2017, il veut se multiplier et se transforme en fantôme hologramme. Il est là, tout en étant ailleurs.

    A présent, il devient un homme qui dit être la République, et devient homme invisible…..Pas faute à ses deux pitt bul, qui partout donnaient de la voix. (tout comme leur maître).

    Macron a voulu continuer le jeu des présidentielles, mais à un tour, pas facile de saupoudre la poudre de perlimpinpin.

    Il a entendu de loin les gilets jaunes, il en a attendu l’essoufflement. Et à force d’attendre, il n’a pas vu qu’il mettait le chaos dans toutes les rues de France.

    Européennes, Macron demande de choisir entre lui ou le chaos..
    Le jeunot est devenu quoi de plus normal le prince “qu’on sort”.

    Dernier débat des présidentielles, son seul objectif était de dissoudre le FN, (il venait de laminer tous les autres partis).

    C’est le FN (RN), seul partis à abattre par tous, qui est sorti des urnes…

    Seul sans aides, contrairement à Macron qui a eu besoin du Modem, d’agir, ou des détenus des prisons qui ont eu droit de vote.

    Ils ont tous des jeunots, c’est la mode depuis Macron.

    Le plus brillantissime (là je cite le constat de journaleux), c’est
    Jordan. Intelligence, compétence, savoir, la valeur n’attend pas le nombre des années. (et sans yeux bleus)….

    Voter “sans aucun état d’âme”, juste pour faire barrage, sans incompétence un jour, on se noie dedans.

    Discours du premier ministre après la cata renversante, il précise que Macron a dit qu’il faudrait gouverner avec “un peu” plus d’humanité…

    A suivre donc ce qu’il nomme “humanité”.

  3. amazonia dit :

    le Macron reste le petit chose des supers banquiers UE
    Les Ripoublicains = UMPS / gauche droite LARBIN =BILDERBERG
    le peuple a dit NON .
    RESTE l’héritier DU POGNON DE DINGUE .((LE MACRON))
    reste encore des NAIFS .pour se faire plumer +++
    ALORS
    ILS vont diviser EDF ? en deux !!!!!!!!
    le côté bénéfice pour les actionnaires privés potes de MACRON
    le côté dette / perte de vitesse pour LE PEUPLE
    payer toujours payer pour LES SAIGNEURS . CHAROGNARDS
    ILS FOND DES DETTES . LE PEUPLE PAYENT LES FACTURES
    JUIN 2019 EDF +++6 % stop / ZUPITER .

Laisser un commentaire